Diablo III qui plante : la rage du nerd !

Publié le par Dr Floyd

Vous attendiez Diablo III depuis des années ? Et quand le jour J arrive, que vous vous payez l'édition collector, et qu'un message d'erreur apparaît à l'installation, voici dans quel état cela aurait pu vous mettre si vous étiez un nerd gravement atteint comme celui ci...



Il faudrait penser à appeler les urgences.

Publié dans INSOLITE

Partager cet article

[RETROGAMING] Earthworm Jim 2 / Super Famicom

Publié le par Onels4

Earthworm Jim 2
Support : Super Nintendo (testé sur Super Famicom)

Existe aussi sur Megadrive, Game Boy Advance, Saturn, Playstation, PC.
Développeur : Shiny Entertainment (David Perry)
Éditeur : Virgin entertainment
Sortie : 1995


earthworm-jim-2-gamopat.jpg

Earthworm Jim 2 ! La suite de l'excellent jeu de David Perry / Shining Entertainment conçu avec Doug Tennapel (souvent oublié), moins courant, moins facile à trouver. On prend les mêmes et on recommence ?

Oui ! Mêmes personnages, mêmes principes que son grand frère, Earthworm Jim 2 est le fidèle successeur du premier jeu de la série et reprend tous les ingrédients qui en ont fait un grand succès, tout en renouvelant certains éléments.

On retrouve le même parti pris graphique et musical, et la même maniabilité sans faille avec bien sûr l'humour décalé, toujours omniprésent.

earthworm-001.jpg

Le premier niveau se termine par un affrontement contre Bob le poisson rouge dans son bocal, que vous finissez par manger. Culte ! Le premier opus avait proposé des niveaux de plateforme et quelques niveaux totalement à part, ici les proportions s'inversent presque. De nombreux clins d’œil sont adressés au premier jeu, on transportera des cochons dès le premier niveau (ça pèse ces bestiaux), et on retrouvera plus tard une vache ; on pense évidemment à la célèbre scène de la vache catapultée dans le 1 :

earthworm-002.jpg

Une fois dans la cabane, un mécanisme automatique va traire la vache, le lait arrive dans le récipient, qui descend et la grille monte : vous pourrez passer.

earthworm-003.jpg

Dans le même genre de délires, on monte un escalier avec une chaise sur rampe électrique, et il pleut des grand-mères, furieuses : ajustez bien votre vitesse pour les éviter.

Le gameplay reste très varié et original, puisque vous êtes un ver de terre, vous devrez creuser des galeries, mais autant faire ça au flingue à protons, c'est plus amusant ! Comme pour le premier opus, le parti pris n'empêche pas de jouer, et on ne se retrouve pas bloqué : ce que l'on détruit au plafond s'amoncelle à vos pieds : vous montez tout naturellement.

earthworm-004.jpg

Parmi les personnages qui reviennent, l'infâme Psy-Crow, mais sans course dans les astéroïdes, avec Pete le chien (saleté de clébard schizophrène : il mute en monstre et vous bouffe s'il a un problème). Ici Psy-Crow est dans une cabane et jette des chiots roses, qui meurent s'ils touchent le sol. Jim déplace un trampoline pour les faire rebondir jusque vers la niche de Pete, qui attend pour les faire rentre avec un entonnoir et un tuyau. De temps en temps, Psy-Crow lâche une bombe, que vous ramenez jusqu'à la niche, et Pete, horrifié, la jette sur Psy-Crow. Je vous ai fait un petit montage, ça prend deux écrans, et vous baladez Jim de gauche à droite :

earthworm-005.jpg

Ca ne serait pas drôle s'il n'y avait pas plusieurs rounds et des cadences et patterns auxquels on ne s'habitue pas vraiment ! Exit donc la course aux astéroïdes, mais vous aurez un niveau de pilotage en vue isométrique.

earthworm-006.jpg

Toujours autant de variété donc, on ne pourrait pas tout énumérer sans écrire des pages et des pages pour décrire la maniabilité de chaque niveau. Pas de sous-marin, mais un gonflage de tête à l'hélium, et on s'envole à la verticale (contrepoint du niveau où on descendait en évitant les piquants). Toujours aussi fun !

earthworm-007.jpg

La maniabilité reste excellente, et Jim possède grâce à sa combinaison une sorte de tentacule vert en plus du fouet habituel, pour certains passages baveux. On reste précis, mais dans de bonnes conditions côté maniabilité et réactivité des contrôles, avec des animations toujours aussi détaillées. Côté délires, on continue avec un niveau dans un barbecue, entre les côtelettes et sur le bacon, agressé par les fourchettes et les pailles, poursuivi par une salière ! Ça serait cool spot ce ne serait pas drôle, et dépouillé, ici tout fourmille de détails et de petites animations sympa.

earthworm-008.jpg

Le graphisme est toujours aussi soigné, même si on est habitué à cause du 1, le jeu se renouvelle bien et conserve ce qui a fait du premier un succès, sans oublier les musiques, absolument géniales (signées Tommy Tallarico), en reprenant la Sonate au clair de lune Beethoven, Funiculi Funicula (Luigi Denza), du tango (El Choclo), encore une excellente piste sonore qui contribue à créer une atmosphère unique.

earthworm-009.jpg

Comme pour le premier, la difficulté est assez élevée mais progressive, et on revient volontiers au jeu, personnellement je ne m'en lasse pas. Un peut court, peut-être, mais un vrai régal.

earthworm-010.jpg

Groovy ! Pas ou peu de recyclage par rapport au premier, une excellente réalisation technique et un grand plaisir ludique, ce deuxième opus est à la hauteur du premier !

Suppos : 6/6
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans RETROGAMING

Partager cet article

[GEEK] Des oreilles de chat bioniques au Japon

Publié le par Onels4

Une startup américaine propose des oreilles de chat bioniques appelées Neko Mimi : un capteur sur le front et un autre à l'oreille, on mesure la différence de potentiel, et les oreilles reflètent vos émotions, votre état de concentration, etc. Loin de lire dans le pensées ou vos ondes cérébrales, cette technologie attire le secteur médical et l'automobile... on se passera sans doute de fourrure alors.



Über geek ?

Publié dans GEEK

Partager cet article

RE-PLAY, le premier festival du Retrogaming à Nice !

Publié le par Falken

Bonjour tout le monde,

Je suis Falken sur le forum de Gamopat pour vous signaler que me voilà parti dans une grande aventure : l'organisation d'un festival consacré au Retrogaming !

Et dire qu'il y a quelques mois encore j'étais tranquillement dans mon coin, avec ma collection d'ordinateurs, de consoles et je parcourais les forums tranquillement. Et puis soudain cette idée complètement dingue que j'ai eu, en rencontrant Jérôme du site Le Jr's (Jeux d'Arcade), de vouloir se lancer dans la création d'un festival.

Vous imaginez le travail que cela nécessite surtout en n'ayant aucune référence solide sur le sujet ni de moyens. Bref, nous sommes dingues alors... LET'S GO !

replay-nice.jpg


Le RE-PLAY ouvrira ses portes le 30 juin et 1er juillet à Nice de 10h à 19h au 16bis de la place Garibaldi à Nice dans le musée du MuseAAV.

1000m² à notre disposition pour y passer un très bon moment à base de bornes d'arcade, de flippers, de babyfoot et de consoles Retro en libre accès et GRATUIT (hormis les stands revendeurs). Il y aura également pour les bidouilleurs en herbe un stand Arduino, des projections sur l'histoire des jeux vidéos et de l'arcade en général, des stands de vente de pièces détachées et de mangas/objets cultes.

Petite cerise sur le gâteau : une exposition d'ordis, consoles, pockets, jeux vidéos et divers objets des années 70 à nos jours mais également un concours sur un jeu précis qui sera dévoilé le jour d'ouverture avec remise de prix !

Bien entendu nous comptons aussi sur l'entraide entre les collectionneurs pour nous aider à organiser tout cela. Si vous avez une borne ou un flipper que vous pourriez amener pour le ou la montrer pour le plus grand plaisir du public, n'hésitez pas ! Vous pouvez nous contacter sur contact @ replay-festival.com

Pour plus d'infos, n'hésitez pas à passer voir le site du RE-PLAY festival : http://www.replay-festival.com

Le programme va évoluer de jour en jour ! Alors à bientôt.

Publié dans RETRO NEWS

Partager cet article

[RANDOMIZE] Le Spectravideo, au service de Sa Majesté

Publié le

007-spectravideo.png

En 1983 les services secrets britanniques mettent au point le Spectravideo, un supra-ordinateur truffé de gadgets dernier cri (comme le joystick rouge intégré) qui servira à James Bond pour infiltrer Spectre.


[accèder au dossier secret]

Publié dans randomize

Partager cet article

[TEST FLASH] Ultimate Marvel Vs Capcom 3 / PS VITA

Publié le par Dr Floyd

ULTIMATE MARVEL Vs CAPCOM 3
Support : PS VITA
Éditeur/Développeur : Capcom
Sortie : 22 février 2012

Test flash avec le support de Gamoniac

ultimate-marvel-vs-capcom-ps-vita.jpg

Pas besoin d'en raconter des tonnes sur cette nouvelle version de Marvel vs Capcom, c'est un simple portage de la version salon pour un jeu de baston hyper classique... Je ne comptais même pas l'essayer, mais vu le catalogue déprimant de la PS Vita, trois mois après la sortie du jeu, je me suis dit qu'il était de dégourdir le pad de ma PS Vita !

Premier constat, c'est spectaculaire et très beau visuellement, du 60 images secondes comme au bon vieux temps de la Dreamcast, pas de ralentissement (du moins en solo), des couleurs éclatantes, des animations fluides.... c'est le bonheur, comme sur PS3 ou X360, ça parait même plus beau sur un petit écran. On regrettera juste un peu les temps de chargement en début et fin de partie assez longs. Pendant le jeu par contre ça va, on ne les sent plus du tout, ils sont cachés, c'est le principal. Aussi le mode solo mériterait un vrai classement des meilleurs scores, il est déprimant de constater que Capcom, ancien roi de l'arcade, ait abandonné cette notion fondamentale.

ultimate-marvel-001.jpg

C'est bel et bien la version Ultimate que nous propose Capcom : Tous les personnages sont bien présents (donc 12 en plus), tous les costumes, tous les coups, tous les décors (17)... pas de restrictions, avec le même rééquilibrage de gameplay. Bon le gameplay est ce qu'il est : simple, adapté aux débutants, en 3 contre 3 comme toujours, avec cette option agaçante de pouvoir faire intervenir un coéquipier en support à tout moment (grâce aux gâchettes), c'est vraiment exagéré, et des "furies" trop simple à déclencher. Du côté des modes de jeu c'est toujours aussi pauvre mais que peut-on espérer d'un jeu de baston traditionnel Japonais ? Rien.

ultimate-marvel-002.jpg

Option absurde de cette version PS Vita : un mode tactile totalement ridicule que le gamopat n'utilisera pas. Enfin sachez que le gameplay à la croix est tout à fait correct, ça répond vraiment bien, le jeu n'est pas crispant.
A noter que je n'ai pas testé le mode online ne trouvant pas d'adversaires sur le moment (succès de la PS Vita encore faible, et jeu peu vendu).

Avec Blazblue, Mortal Kombat et ce Marvel Vs Capcom la PS Vita dispose déjà de trois bons jeux de baston. Très traditionnels certes, et repompés sur les versions de salon, mais réussis dans leur genre. Et puis la réalisation est vraiment sublime et le roster de personnages vaut franchement le détour. A la vue du catalogue tristounet de la PSVita composé de daubes commerciales surestimées (Uncharted, WipEout) ce jeu fait office de bonne petite distraction. A posséder je pense.

SUPPOS : 4/6
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans TESTS

Partager cet article

[INTERMISSION] I am a Geek !

Publié le par Dr Floyd

C'est très à la mode de se faire passé pour un geek... car ici c'est plutôt gamer, ce qui n'est pas tout à fait pareil. Amusante petite production amateur, avec une mention spéciale à l'Ocarina du Temps ;)

Publié dans GEEK

Partager cet article

Drame du jeu vidéo : un patch pour un jeu Nintendo !

Publié le par Dr Floyd

mario-kart-7-patch.png

C'est une première pour un jeu Nintendo : un patch pour Mario Kart 7 est disponible en téléchargement sur 3DS ! Cet update corrige les bugs sur les circuits Littoral Wuhu, Pic Wuhu et GBA Château de Bower 1 (bugs qui permettaient de tricher). Un patch obligatoire pour pouvoir continuer de jouer en ligne. A vérifier pour les fans de time-scoring : est-ce que les temps sur ces circuits sont réinitialisés ?


Toujours est-il que c'est triste de voir un jeu Nintendo patché... Espérons aussi que cela n'ouvre pas la brèche à des jeux bâclés ("pas grave, y aura des patchs !"), ce qui n'est pas dans les habitudes de Nintendo.

Publié dans NEWS

Partager cet article

[RETROGAMING] Dropzone / Game Boy Color

Publié le par Kulten

DROPZONE
Support : Game Boy Color
(cartouche noire compatible avec la Game Boy classique)

Développeur : Archer MacLean
Éditeur : Acclaim Entertainment
Sortie : 1999


dropzone-game-boy-color-boite.jpg

Archer MacLean a programmé et sorti Dropzone en 1984, et son succès ne se dément pas, vu le nombre de supports sur lesquels il apparaît : Atari, Commodore 64, NES, Game Boy, Game Gear, et sous le nom Super Dropzone pour SNES, Game Boy Advance et Playstation.

Dropzone est un shoot'm'up comme il y en a tant. C’est un clone de Defender. Mais Defender j’ai pas aimé. Le principe du “Blast the Aliens and save the Humans” cité plus haut je l’ai découvert sur mon Macintosh LC III (OS 7.5) en 1993 avec Delirium, un jeu donné sur disquette dans un magazine, est qui est aussi un clone de Defender. Quand j’ai essayé Defender après Delirium, je fus déçu. Le principe du jeu m’a toujours plu cependant, j’ai passé des heures à jouer non-stop à Delirium, et Dropzone l’a remplacé.

dropzone-001.png

Ces shoot'em up me rappellent un dessin de Charb critiquant les sportifs des flocons, publié il y a quelques années dans un Charlie Hebdo hivernal, et qui m’avait fait beaucoup rire. On y voit deux skieurs, sur un tire-fesse. L’un demande “On fait quoi une fois en haut ?” - “On descend”, répond l’autre.

“Et après ?
- On remonte.
- Et après ?
- On redescend.
- Je croyais qu’il faisait chaud en Enfer.”

Certains scénarios de jeu, c’est un peu ça : une vague d’Alien. Et puis une autre. Et puis une autre. Space Invaders, Galaga, Starfox, même combat. A ceci près qu’on s’amuse plus que chez Satan avec nos consoles (quoi que, faudra un volontaire pour vérifier l’info) et que le jeu dont on va parler va plus loin que la simple et Ô combien légendaire phrase “Next alien wave : get ready.” Même des fois y’a pas la Ô combien légendaire phrase, ou équivalent : direct les streumons déboulent pour te flinguer. Mais on est toujours vivant. On dégaine vite. On est tous des Yul Brynner en puissance.

Alors quand un jeu ajoute un petit plus dans un scénario de shoot à scrolling horizontal, on trépigne. Moi en tout cas. Le scénario n’est pas que “Blast the Aliens”. C’est : “Blast the Aliens and save the Humans”. C’est plus compliqué déjà.

Explications. Vous jouez le rôle d’un astronaute (si vous êtes Américain), d’un Cosmonaute (si vous êtes Russe) ou d’un Spationaute (si vous êtes Européen). Vous êtes dans un fauteuil spatial qui vous propulse relativement vite à travers l’écran. Vous pouvez bouger dans tous les sens. Vous êtes armé d’un laser qui dégomme facilement tout ce qui bouge et qui ne fait pas partie du décor (une lune de Jupiter) en appuyant sur A. En cas de grave problème, genre les Aliens qui pullulent, vous avez trois bombes qui bouzillent tout en appuyant sur B, un peu comme la potion magique dans Gauntlet (...zut, j’ai parlé de Gauntlet... je le fais plus, promis). Vous pouvez aussi appuyer sur Select et vous devenez invisible et invulnérable. Mais impossible de tirer, il faudra un jour ou l’autre réapparaître et affronter vos pires cauchemars.

Perdus sur la surface de cette lune, des bonshommes symbolisés par des boules/pixels bleus. Si vous passez dessus, ils s’agrippent à votre fauteuil spatial et vous les placez sur une croix blanche qui représente l’entrée de la station spatiale où ils seront enfin en sécurité. Enfin en sécurité ? Oui. Car dehors rodent des Aliens : ils ont pour noms planters, nemesis, trailers, blunder storms, nmeye, anti-matter. On a pas fini de commencer.

dropzone-002.png

Et ces Aliens veulent tuer les humains. Mais heureusement, vous êtes là.

Étudions l’image ci-dessous. L’écran représente vous, au milieu, les aliens, les bombes rouges anti-humains que les “planters” lancent sur la surface du sol, la base spatiale, et le vide noir intersidéral et oppressant en guise de fond. En bas, on voit toute la surface en planisphère, un cadre désignant les limites de l’écran afin de vous situer géographiquement. Sur ce planisphère apparaissent aussi les aliens et votre petit Astronaute/Cosmonaute/Spationaute. C’est hyper lisible et très fonctionnel, l’animation est fluide, rapide, précise. Scrolling sans faute.

 dropzone-003-game-boy.png

Deux choses importantes : si vous tuez les humains en tirant dessus par inadvertance (ou pour le fun, pour voir comment ça fait), des volcans entrent en éruption (mais pourquoi, pourquoi y a-t-il toujours un lac de lave dans les jeux vidéos ?...), ça explose dans tous les sens et votre espérance de vie se réduit drastiquement ; et si les Aliens capturent tout le monde, c’est pareil.

dropzone-004-gamopat.png

J’ai testé le jeu sur GBC, GB Grise et GBA SP. Sur GBC, c’est sa console de destination, car Dropzone pour Game Boy est une cartouche noire. Quand on allume on a ceci :

dropzone-005.png

On doit choisir de jouer sur fond blanc ou noir. Voici ce que ça donne sur fond blanc, on voit bien le jeu, certes, mais c’est pas trop trop “espace intersidéral” :

dropzone-006.png

Sur GB Grise c’est un peu ce que l’on retrouve, le fond est clair et les dessins sont foncés.

Sur GBA SP le bouton “L” derrière la console permet un zoom quand on joue à des jeux pas Advance. Pour certains jeux c’est moche, et on évitera, mais là ça fonctionne bien, la visibilité est nettement améliorée, le look “gros pixels retro” n’en est que mieux rendu.

Voilà, tout est dit ou presque. Vous allez parcourir l’écran à toute vitesse, éviter les collisions avec les ennemis. Eh oui, les petits malins d’aliens, on les touche et ils explosent. Regardez les images suivantes : oh ! un NMEYE... oh ! je suis pulvérisé !... le NMEYE comme d’autres monstres de l’espace a tendance à vous poursuivre, en plus, l’ignoble.

dropzone-007.png

dropzone-008.png

J’avoue n’être pas arrivé à la fin. Tout ce que je peux vous dire, c’est que lorsqu’on a décimé une vague d’Aliens on a droit à une vague plus forte et plus variée. Méfiez-vous aussi des nuages de tempête, on les touche et on est mort, ils envoient un éclair et on est mort, et au début on ne fait pas attention, ils ressemblent à un décor. Que nenni. Les salauds.

Et les Trailers? Tu tires dessus, il explose. Youpi ? Non. Pas youpi du tout : ils explosent en trois bidules hyper rapides qui te coursent !!! Ils faut les abattre un par un en évitant de se faire toucher, tout en sauvant les humains et en évitant les autres aliens qui déboulent et il faut faire gaffe à la réserve de bombes et...

Bref, Dropzone a l’air simple, mais il est redoutable, il te prend très vite, on assimile tout de suite les règles, et on s’amuse des heures durant !

Bref, une version très bien foutue pour GBC d'un classique, qui a le mérite d’exister sur d’autres consoles : si la cartouche GBC ne vous tente pas plus que ça, vous trouverez sans doute ailleurs votre version préférée. La différence entre Dropzone et Super Dropzone, en plus d’un relookage avec jolies planètes en déco et une base spatiale plus réaliste, étant l’ajout de Boss de fin de niveaux. A vous maintenant de voir si vous êtes digne du titre de "Megastar" ou si vous resterez" Moon Cadet". Car à la fin du jeu vous recevez un titre selon le niveau atteint. Sinon, vous pouvez dès le départ buter les humains et jouer à éviter les explosions de lave...

SUPPOS : 4/6
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans RETROGAMING

Partager cet article

Akai Katana dispo sur Amazon.fr

Publié le par Dr Floyd

akai-katana-copie-1.jpg

Outre Diablo III et Max Payne 3, l'autre grosse sortie de la semaine en France c'est Akai Katana sur Xbox 360 pour les fans hardcore de shoot'em up ! Disponible dès aujourd'hui sur Amazon pour 44,99€ port compris.


Akai Katana sur Amazon.fr

Publié dans BONNES AFFAIRES !

Partager cet article

Les Sims... à poil... en vrai !

Publié le par Dr Floyd

sims-a-poil.jpg

Publié dans HOT!

Partager cet article

[TEST] Akai Katana / Xbox 360

Publié le par Dr Floyd

AKAI KATANA
Support : Xbox 360
Éditeur : Rising Star Games
Développeur : Cave
Sortie : 15 mai 2012 (mai 2011 au Japon)

akai-katana.jpg



Je n'ai jamais été fan de jeux de boulettes/manics, mes patients le savent, préférant les bons vieux shoots à l'ancienne où seuls les réflexes comptent. Cependant Deathsmiles a su me séduire, car c'était un shoot horizontal sur Xbox 360 (adapté pour nos écrans 16/9 donc), dans un univers sympa, avec une bande son fantastique, et finalement pas trop "manic". Donc quand un second shoot horizontal de Cave déboule en France, je ne peux que me jetter dessus les yeux fermés !



D'autant plus que l'univers choisi est celui des décors militaires néo/rétro (entre la 2ème guerre mondiale et Shinobi LOL), façon ProGear, c'est finalement peu courant pour les jeux de boulettes et ça me rappelle l'ambiance des shoots d'arcade (1943, Raiden...).

 Avant de commencer il faudra choisir parmi 3 versions du jeu : la version originale arcade Origin, pour les puristes on va dire, la version Slash, plus complexe pour ceux qui veulent prouver qu'ils sont des dieux de la boulette made in Cave, et la version Climax, la version arcade adaptée à la Xbox 360 avec écran élargi (et quelques mineurs ajustements de gameplay). Nous allons nous attarder sur cette dernière version, la version Arcade étant moins belle, et la version Slash réservée aux experts.

akai-katana-001.jpg

Trois avions (et personnages donc) sont proposés. Les commandes sont assez classiques pour ceux qui connaissent bien les jeux de Cave : un bouton de TIR, un bouton pour les bombes, et un bouton pour passer en mode de protection Phantom. Ça parait simple, mais ca ne l'est jamais avec un shoot Cave ! Essayons d'expliquer simplement le gameplay, assez proche de Deathsmiles :

- Déjà, comme toujours, pour être tué, il faut que le point central de votre vaisseau (ou perso en fonction de votre transformation) soit touché, mais on s'en doutait, cela fait parti du genre. Le vieux ringard que je suis accepte cette aberration vidéoludique,

- Lorsque vous tirez, si vous tapotez le bouton vous vous déplacez vite mais générez peu de puissance de tir, si vous laissez le doigts appuyé, vous vous déplacez plus lentement mais votre force de frappe augmente. Un concept classique et sympa, sans prise de tête, car tout est géré avec un seul bouton,

- En tuant les ennemis vous récupérez de l'énergie que vous stockez. Il y a ici une subtilité : en mode tir auto les boules d'énergie sont attirées vers vous, en tir classique il faut aller les capturer. Une barre verte d'énergie se remplit petit à petit, et à tout moment vous pouvez déclencher le Phantom,

- Le Phantom c'est une bulle de protection qui entoure votre personnage. Elle est valable le temps que votre barre verte se décharge. Dans cette configuration les boulettes ennemies sont repoussées, SAUF si vous utilisez le tir puissant (touche tir enfoncée), car là votre bulle devient inactive... Donc c'est un risque calculé à prendre.

akai-katana-004.jpg

Voilà pour les bases. Il y a d'autres subtilités (évolution objets&score/lasers ennemis), sans parler du mode Slash plus complexe avec les katanas... Mais on va en rester là pour cette présentation ! En fait sur ce jeu Cave propose un système de jeu un poil plus ardu que d'habitude, et on a l'impression parfois d'être plus proche d'un "casse-tête-shoot'em up" : que dois je faire pour faire exploser mes scores ? Que dois je faire pour passer sans encombre un écran de boulettes ? Mode attaque ou défensif ? A quel moment lâcher la bombe ? La vie du fan de manic est faite de pleines d'interrogations.

Techniquement et artistiquement c'est très bon, il faut dire que cette fois ci le jeu est en HD (même si il faut adapter l'écran si vous voulez du full screen), les niveaux sont variés et beaux (ville, forêts, voies ferrées, neige, sous les eaux, bases, etc... beaux mais très très courts. Avec donc un boss de fin de niveau à chaque fois comme il se doit (en fait 5 boss + un boss final). Pas de polémique sur les ralentissements car il y en a pas (les fan hardcore de Cave étant persuadés que lorsque ça rame c'est volontaire, ce que je conteste). La fluidité est au rendez vous, les effets spéciaux de grande classe et les musiques réussies, même si beaucoup moins marquantes que les chefs d'oeuvre de Deathsmiles. Et puis le jeu se charge en quelques secondes, et on ne ressent aucun accès disque ensuite, c'est l'arcade à la maison.

akai-katana-005-copie-1.jpg

Akai Katana est un puzzle-shoot'em up. L'apprentissage est bien plus important que les réflexes. Ce n'est donc pas spécialement difficile, il faut surfer entre les boulettes, c'est différent d'un shoot ancien où c'est beaucoup plus nerveux. La vraie difficulté c'est de scorer correctement. C'est un genre, il faut aimer. Je n'aime pas apprendre par coeur en jouant. Mais j'arrive à apprécier quand même ! Oui car le jeu rend accroc, c'est tellement court et le score monte tellement vite, qu'on a l'impression de pouvoir faire mieux à chaque partie, et on relance le jeu sans arrêt. Bref, finalement j'aime ces parties très très courtes. Et puis le scoring est bien géré avec un classement mondial bien sûr, mais aussi un TOP 50 de vos meilleurs scores, et ça c'est réellement un plus très appréciable.

Le jour où Cave se décidera à faire du shoot classique, pur, long et dur (façon Raiden, R-Type, Gradius), ils seront les meilleurs développeurs arcade du monde.


Comme toujours ce "nouveau" shoot de Cave s'adresse avant tout aux fans de puzzle-scoring... Cependant les vrais fans de shoot'em up à l'ancienne peuvent quand même se laisser tenter car le jeu est très beau (techniquement et artistiquement) et l'aspect scoring reste passionnant. Pas du niveau de Deathsmiles (avis personnel) mais très bien quand même. Indispensable dans une collection de fan de shoot quoi qu'il arrive.

SUPPOS : 5/6
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans TESTS

Partager cet article