[RETROGAMING] ATP Tour Championship Tennis / Megadrive

Publié le par Warhol

ATP Tour Championship Tennis
Support : Sega MegaDrive
Éditeur : SEGA
Développeur : Sega Sports
Année : 1994
Suite de Wimbledon Championship tennis sur MS (1992) et MD et GG (1993)

ATP-Megadrive-Gamopat.jpg

Aaahhhh... les jeux de tennis !! Intimement liés à l’Histoire du jeu vidéo, le tennis a en effet le double avantage (elle est facile oui...) d’être un sport simple à retranscrire en sprites tout en étant universellement très populaire. Ainsi de Pong sur Odyssey (1972), en passant par Tennis sur NES (1984) et jusqu’au chouchou du Doc : Final Match Tennis sur PC Engine (1991), des tas de titres, plus ou moins bons, nous ont proposé de taper dans la petite balle jaune. S’adressant tous essentiellement à des fans de jeux vidéos plus qu’à des fans de tennis (comme pour presque tous les sports à l'époque), ces derniers ont bien souvent eu un contenu trop limité pour satisfaire les aficionados de l'immersion vidéo-ludique sportive (j’ai déjà déposé le brevet de cette ignoble désignation).

La Megadrive n'échappe pas à cette règle et si les titres se sont multipliés comme Davis Cup, Grand Slam ou encore Wimbledon, aucune véritable simulation digne de ce nom n’est présente aux débuts de la 16 bits de Sega. Heureusement, en 1994, 3 titres débarquent sur Megadrive : Pete Sampras, IMG Tennis et ATP Tour Championship Tennis !! Ayant à l’époque aimé et joué de nombreuses heures aux deux premiers cités (que je testerai prochainement), jetons un oeil averti sur le moins connu, peut être à tort, des 3 ...


ATP-01.jpg


Il est impossible d’aborder le titre de Sega Sport sans parler un minimum de sa version beta (anachroniquement parlant bien sûr): Wimbledon Championship Tennis, sorti sur Megadrive en 1993 (et sur Master System dès 1992). En effet, les deux opus sont quasiment identiques tant dans les graphismes que dans l’animation (nous détaillerons cela plus tard). Et si l'aîné des deux reste aujourd’hui un petit jeu sympathique et son cadet une référence historique (subjectivement parlant), c’est bien entendu parce que le contenu a totalement été changé.

ATP-02.jpgWimbledon (1993)
 ATP-03.jpgATP Tour (1994)


Et ce n’est rien de le dire puisqu’ ATP Tour reste aujourd’hui encore le jeu de tennis ayant le plus de stars sous sa licence ! 40 joueurs (avec une fiche et une photo digitalisée pour chacun) !!! 32 stars du moment (1994) + 8 légendes !! Les seuls absents majeurs étant Andre Agassi (sous licence avec Tecmagik pour son jeu ridicule), Boris Becker (j’ignore pourquoi…) et... et... les filles !! Car très logiquement, ATP Tour (nom de l’association des joueurs masculins du tennis pro) ne comporte pas d’évènement WTA (circuit féminin) et par conséquent pas de tennis féminin. Désolé pour les fans de la petite jupette de Conchita Martinez (je vous laisse chercher ça sur Google image mais éloignez vos enfants... ça fait très peur !).

ATP-04.jpgLe joueur qui m'a fait prendre ma première licence FFT … la classe !!
 ATP-05.jpgLe joueur le plus titré (à l'époque), le seul à avoir réalisé
le Grand Chelem (2 fois: 62 et 69) et donc le mieux noté du jeu


Ainsi le jeu base son contenu sur cet immense atout: sa licence ATP !! Et le moins que l’on puisse dire est qu’il ne la gaspille pas puisqu’à coté des traditionnelles exhibitions et compétitions sur un seul tournoi (a noter la présence d’un tournoi spécial légendes), il est possible de faire une véritable carrière ATP !!

ATP-06.jpgDifficile de faire un menu plus sobre visuellement mais ..
la présence du "begin ATP Tour suffit à l'émerveillement


Pour cela, vous devrez commencer par créer votre joueur en lui attribuant quelques points de base dans les sept attributs du jeu (précision et puissance pour chaque coups + la vitesse du jeu de jambes), une couleur de peau, de cheveux, de maillot et c’est parti !! Vous avez les 10 plus gros tournois officiels de l’ATP devant vous pour grimper dans la hiérarchie mondiale et pouvoir participer en fin de saison aux Masters (réservé au 8 meilleurs joueurs du classement). Aussi vos résultats vous rapporteront des points de compétences pour faire progresser votre avatar apportant ainsi un aspect RPG (le mot est à peine trop fort) à votre carrière. Le but final étant bien sûr de terminer numéro 1 mondial : la consécration !!

ATP-07.jpg
Visuellement, et comme annoncé plus haut, ATP Tour est la copie quasi conforme de son prédécesseur . Seul une sorte de zoom a été ajouté pour accentuer la profondeur du court, rien de révolutionnaire quoi !! Ainsi cette partie du test est complètement valable pour Wimbledon Championship Tennis (c’est cadeau !!).

 

ATP-08.jpg

Commençons par les graphismes car la première chose qui marque lorsque l’on découvre le titre de Sega Sports, c’est l’aspect un peu «dessins animés». Les couleurs sont vives, les proportions pas toujours respectées mais l’ensemble reste pourtant joli (selon moi). Ne comptez pas trop reconnaître précisément un joueur même si Stefan Edberg est effectivement blond, Sampras brun, etc... Heureusement ce manque de finesse des sprites, notamment dans la modélisation des courts, est rattrapé par une animation simple mais efficace. Un soin tout particulier a été apporté sur les coups du tennis et force est de constater que les fondamentaux du tennis, à savoir les services, les coups droits et les revers (à une ou deux mains) sont assez bien réalisés.

 

 ATP-09.jpg
Une animation réussie: les gestes sont crédibles


La jouabilité quand à elle est... rapide ! Très rapide ! Ne vous attendez pas à trouver du réalisme dans le gameplay de cet ATP Tour, la balle et les joueurs se déplacent avec une facilité déconcertante. Aussi la prise en main est très rapide et il ne vous faudra guère plus de 10 minutes pour avoir compris les bases du jeu : frapper la balle au dernier moment avec la direction souhaitée à l’aide du bouton «coup fort», «coup faible» ou «lob». A noter que ces derniers varient selon le joueur, tantôt une balle liftée ou frappée pour le «coup fort», tantôt un slice (un chope quoi !) ou un lob pour le «coup faible» et qu’il sont paramétrables au début de votre carrière pour votre avatar. Au final on se retrouve rapidement à sprinter jusqu’au filet pour abréger facilement les points. Facilement oui... c’est bien le problème de ce titre : sa facilité.

ATP-11.jpg

Inhérente à une IA ultra prévisible et maladroite, il faut malheureusement reconnaître que cette facilité fragilise un ensemble qui avait "tout" de respectable. Car ce mode carrière si brillamment orienté RPG ne survit qu’à doses d'entêtement face à la lassitude que cette facilité provoque. Reste un moyen d’y pallier : le multi-joueur !! Mais là encore, difficile de rester dessus puisqu’un schéma de jeu évident s’installe rapidement pour rendre vos parties aussi "fun" qu’une interview de Warhol (le vrai).

Pour conclure nous pouvons dire que ATP Tour Championship Tennis ne mérite pas son anonymat. Car malgré son ennuyeuse facilité, due à une prise en main ultra simpliste et une IA qui n’arriverait même pas à se lancer dans le tuning, le titre de Sega reste à ce jour l’un des plus riches (en stars) et surtout l’un des plus novateurs en terme de contenu.

SUPPOS : 3,5/6
 suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans RETROGAMING

Partager cet article

Tondre le gazon, apprendre le C, développer un jeu Coleco

Publié le par Dr Floyd

Et flop, encore un nouveau jeu Coleco homebrew avec Mowleco, si vous rêviez d'un simulateur de tonte de gazon !? Bon le jeu n'est pas terrible mais l'intérêt est ailleurs : l'auteur du jeu dévoile le code source du jeu et tous les éléments utiles pour développer vous même votre jeu Coleco... Bon faut quand même maîtriser un peu le langage C.

creating_tiles.png

[Le site de Sebastian Mihai]

Publié dans NEWS

Partager cet article

Et Dieu créa la Bible Amiga

Publié le par Warhol

Que les aficionados du micro 16/32 bits sortent leur porte monnaie : La Bible Amiga des Editions Pix'N Love sortira le 30 avril prochain !! Et il est d'ors et déjà possible de la pré-commander ici pour 29 €.

bible-amiga.png

Pour ceux qui ne connaissent pas encore cette maison d'édition, sachez que Pix'NLove n'en est pas à son premier coup d'essai puisqu'elle s'était déjà brillamment illustré avec les parutions de la Bible PC Engine (épuisée mais prochainement rééditée) ou encore la Bible NES (toujours disponible).

Comme pour ces prédécesseurs, devenues des références en la matière, cet ouvrage contient une description et une historique complètes des différentes machines ainsi qu'une fiche de test pour pour tous les jeux parus sur le légendaire micro de Commodore.

En fait ce livre est indispensable à tous les fans de l'Amiga… voir de l'Atari ST huhu (que la guerre Atari ST-Amiga recommence !!!)

Site officiel de Pix'nLove ici

Publié dans NEWS

Partager cet article

Mickey Power of Illusion en images !

Publié le par Dr Floyd

Hier je vous annonçais avec enthousiasme que "Epic Mickey 2" sur 3DS serait en fait la suite de Castle of Illusion sorti en 1990 sur Megadrive. Et bien aujourd'hui j'ai des images en pixels de ce Power of Illusion, et là franchement je n'en peux déjà plus d'attendre sa sortie. Il semble respecter la version Megadrive, avec des graphismes magnifiques, sans compter que sur 3DS la 3D relief rend super bien sur des jeux en 2D.

Attention ces images sont issues du magazine Nintendo Power, des scans qui ne reflètent pas forcement très bien la qualité graphique du jeu.

power-of-illusion-3DS.jpg

power-of-illusion-3DS-002.jpg

power-of-illusion-3DS-003.jpg

power-of-illusion-3DS-004.jpg

Publié dans NEWS

Partager cet article

[TEST] FIFA Street / Xbox 360

Publié le par Arocka

FIFA STREET
Support : Xbox 360
Existe également sur PS3
Développeur : EA Canada
Editeur : EA Sports
Sortie : 15 mars 2012

fifa-street-gamopat-.jpg

testé en collaboration avec Xbox360Live

2005, EA Sports BIG, nous sort la première mouture d'une licence qui restera dans les mémoires grâce au fun et au background qu'il à su procurer.
Après un Fifa Street 3 plus en déca avec des joueurs démesurés et des phases à la Olive et Tom, EA Canada fait table rase du passé et nous offre un retour aux sources bien salvateur. Renommé pour l'occasion, Fifa Street pourra t-il arriver au fun que procure Fifa 12, son grand frère ?


En effet, a l'inverse des anciens opus, cet épisode de Fifa Street se construit naturellement autour du travail effectué sur Fifa 12. Un bon moyen donc, pour EA canada de ne pas partir de zéro. Reprenant les systèmes de Fifa 12 (Impact engine ou encore les dribbles précis), la
galette se vêtit dès le départ de très beaux atouts et parviendra également à ajouter un autre moteur : le Street Ball Control. Celui-ci vous permettra d'effectuer, rapidement, des gestes techniques en pagaille en utilisant uniquement le stick droit. Efficacement et simplement, vous arriverez à enchaîner chacune des techniques sans trop de mal ( une fois celles-ci déverrouillées bien entendu) et ainsi, augmenter votre score. Ne passez pas outre ce détail, puisque c'est en multipliant les gestes et les dribbles que vous gagnerez des points, ceux-ci servant bien entendu à augmenter le niveau de vos personnages.

fifa-street-001.png

Si on commence avec une équipe de bas étage, la possibilité d'importer notre pro de Fifa 12 rajoute un défis supplémentaire. L'envie de mettre notre joueur à la hauteur d'un Messi (star d'un succès à lui tout seul !), Ronaldo, Villa, Ramos, Puyol, Casillas ou même Neuer se
fait vite sentir. Chacun des postes est disponible, de l'attaquant au gardien, vous pourrez mettre votre pro ou bon vous semble. Au bout d'un certain temps passé en solo, de beaucoup de matchs gagnés et de sueur versée, les plus grandes stars pourront vous approcher et
jouer dans votre équipe, qui, dès lors, vous semblera invulnérable.

fifa-street-002.png

Pour rentrer plus en détail dans le solo, c'est en World Tour, que vous passerez le plus clair de votre temps. Extrêmement varié, ce mode vous tiendra en haleine des heures durant. Du simple match 1v1 en passant par les défis, le foot en salle et les tournois en 6 contre 6,
vous aurez de quoi faire. Bien entendu, des récompenses vous sont octroyés en fonction du niveau auquel vous jouez (bronze, argent, or, correspondant à la difficulté) vous permettant de personnaliser l'apparence de votre pro. Et comme si cela ne suffisait pas, les environnements sont variés ! Pas de lassitude avant un bon moment, croyez moi. Toits, rue, canaux, intérieur, dans nombreuses villes et Pays (Strasbourg et Mulhouse ! Alsacien oblige, désolé) Chaque décor proposera un graphisme soigné et un dépaysement garantit.

fifa-street-003.png

Les joueurs abandonnent un graphisme cartoon, pour passer au réalisme. Enlevant l'originalité de Fifa Street 3, Fifa Street devient un jeu plus commun, conservant tout de même une âme et se démarquant des jeux de foot actuels. On reconnaîtra sans mal les stars présentes et on admireras les animations d'une extrême fluidité, non saccadées, et parfaitement maîtrisées. Côté ambiance, on n'en démords pas moins, la foule s'extasie sur les moindres gestes réussis, les joueurs crachent leurs poumons avec des phrases tout aussi ridicules que marrantes (Cavales un peu ! Va t'acheter des poumons ! Donne ton ballon te prends pas pour Ronaldo ! Va à la clinique t'acheter un pied !). Seul peut-être les bruits de fond peuvent laisser un goût d'inachevé.

fifa-street-004.png

Si l'on pourrait retenir un gros point négatif concernant ce soft, ce serait son multijoueurs en ligne. Impossible de définir ses propres règles ni de choisir une équipe autre que celle
que vous utilisez en World Tour, on se demande alors, pourquoi avoir mis des équipes internationales ? Les modes se comptent en nombre de 3 : Saison, Coupe et matchs entre amis. Attention néanmoins, les matchs entre amis nécessite d'envoyer une invitation à la personne,
pas de recherches aléatoire dans ce mode-ci ! Vous lutterez donc joyeusement en 5V5, 6V6 ou FutSal et ça s'arrête là. Bien maigre constat que ce multijoueurs en ligne, s'arborant pour l'occasion, des plus simples appareils.

Vous l'aurez compris, si Fifa Street parvient à offrir une excellente impression, par ses matchs dynamiques et son gameplay tiré de FIFA 12, les aficionados du multijoueurs et des joutes joyeuses entre copains, risquent de se lasser assez vite de ce mode en ligne. Quoiqu'il en soit, on sort conquis par le travail effectué par EA Canada. Un très bon jeu donc !

SUPPOS : 5/6
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

drhfloyd.jpgL'AVIS DU DOC
FIFA STREET c'est vraiment FIFA 12 dans la rue... On retrouve donc le même moteur graphique qui propose des couleurs moches et des animations hésitantes de près. D'ailleurs le jeu est toujours vu de loin afin d'essayer de cacher les défauts (bien visibles sur les replays ratés). C'est bien simple les footballeurs me font penser à des personnages tirés de Les Sims... Aussi le framerate est à 30 img/sec ce qui n'arrange pas les choses. Cependant le jeu est fun, et même très fun en jouant contre un vrai ami, beaucoup plus que le soporifique FIFA 12. Les matchs sont acharnés, les règles variées, les terrains vraiment différents les uns des autres, on se prend vraiment au jeu pour des parties très fun. Je vous le recommande donc sans problème. 4,5/6

Publié dans TESTS

Partager cet article

4 nouveaux jeux sur Vectrex !

Publié le par Dr Floyd

Kristof Tuts, c'est un fou furieux. Programmeur de génie sur la console Vectrex, il nous prépare actuellement une série de nouveaux jeux pour cette console mythique.

Et pas des merdes : Vector Hopper, un remake de Q*Bert ! Vector Patrol, un remake de Moon Patrol ! Vectruss un remake de Gyruss ! Et enfin Vectorion, un remake de Exerion ! Des jeux que nous aurions rêvé voir débouler en 1984 sur Vectrex... P'tain de crack du jeu vidéo...

qbert-vectrex.jpg

moon-patrol-vectrex.jpg

gyruss-vectrex.gif

Je vous laisse découvrir son site magique.

Publié dans NEWS

Partager cet article

La suite de Mickey Castle of Illusion sur 3DS !!!

Publié le par Dr Floyd

Epic Mickey, je ne suis pas fan. Gameplay 3D tordu et hasardeux, techniquement faiblard, j'en ai gardé un mauvais souvenir sur Wii (voir le test). Alors quand on me dit que Epic Mickey 2 est en développement, boooof... et qu'une version spéciale sur 3DS est également prévue, re-boooof.

Sauf que... cette version 3DS sera la suite de Mickey Castle of Illusion sorti sur Megadrive en 1990 !

mickey-castle-illusion.png

Et vous l'aurez sûrement deviné : le jeu sera donc en 2D !!! Il s'appellera Disney Epic Mickey : Power of Illusion, il est développé par DreamRift, et il sort en fin d'année. A suivre de près !

Publié dans NEWS

Partager cet article

Playstation 4 : premières infos ?

Publié le par Dr Floyd

PS4-fake.jpg

Kotaku
nous a souvent sorti des scoops en avant-première, donc quand ils annoncent détenir des infos ultra-secrètes sur la Playstation 4, on a tendance à les prendre au sérieux.


Ainsi ils affirment, selon leur agent infiltré en Zone 51, que la PS4 va s'appeler Orbis et qu'elle sortirait fin 2013. Elle serait équipée de 2 processeurs AMD x4 issus de la technologie Alien (tiens, et le Cell ? huhu), elle proposerait une résolution futuriste de 4096 x 2160 (super sur nos tv 1080p), l'obsolète support BluRay serait conservé (Sony aime les longs temps de chargement). La rétro-compatibilité serait bien sûr supprimée (échec total de l'architecture Cell). Et cerise sur le gâteau : un système anti-occasion serait mis en place... Génial pour assurer l'échec de la console.

Pas d'info par contre sur les capacités surnaturelles de cette console. Si la PS2 pouvait guider des missiles en Irak et proposer des jeux du niveau graphique de Pixar, si la PS3 a envoyé les hommes sur Mars et mis un terme au fléau du cancer, quid de la PS4 ? Heu pardon de la Orbis.

Publié dans NEWS

Partager cet article

Un clip sous MS-DOS !!!

Publié le par Dr Floyd

Et voici un musicien fou, surnommé Com Truise, spécialisé dans la musique 80' et les clips rétro... Et le Com Truise a dû être marqué par la génération des PC 286 à 486 car son dernier clip est réalisé sous MS-DOS ! A quand un clip sous CP/M ?

Ca nous donnerait presque envie de retourner à l'époque barbare de cet OS... Autoexec.bat... Config.sys.... la limite des 640Ko... la souris à désactiver pour lancer un jeu... La seule époque où l'informatique a régressé après les années bonheur sur Atari ST.


Publié dans INSOLITE

Partager cet article

[TEST] Ridge Racer Unbounded / Xbox 360

Publié le par Arocka

RIDGE RACER UNBOUNDED
Support : Xbox 360
Existe également sur PS3 et PC
Éditeur : Namco Bandai
Développeur : BugBear
Sortie : 30 mars 2012


ridge-racer-box.jpg

testé en collaboration avec Xbox360Live

Sorti il y a de ça 6 ans maintenant, le dernier Ridge Racer avait séduit. Qu'on se le dise, cet épisode nommé pour l'occasion Ridge Racer Unbounded laisse littéralement tomber ce que la série offrait. Désormais, les Finlandais de chez Bugbear ; connu pour le succès de Flatout ;
veulent se rapprocher de Burnout et on le ressent dès les premiers instants.

Oubliez ce que vous connaissez, Namco a donné carte blanche à Bugbear afin d'offrir aux joueurs une nouvelle vision de Rigde Racer. Le constat est sans appel, on est devant un jeu ou prime l'action effrénée et la vitesse fulgurante dans des ruelles écharpées. Laissant de côté les paysages luxuriants, les plages et les cocotiers, Unbounded se veut plus mature. Ainsi, on se retrouve projeté à Shatter Bay, ville plus inspirée de Chicago que de Miami, pour en découdre avec des pilotes tout aussi agressifs que nous.

ridge-racer-001.png

Si l'on as du mal a se croire sur un Ridge Racer, le fond est pourtant là. Les dérapages et la jouabilité arcade qui ont fait la force de la série sont retranscrit à merveille mais c'est à la façon d'appréhender les circuits, qu'Unbounded diffère. Il n'est ici plus question d'éviter soigneusement les éléments du décor, mais plutôt de foncer dedans à plus de 200 km/h.
A l'inverse
des anciens opus qui nous demandaient une attention de tous les instants pour grappiller quelques secondes lors de virages,
Unbounded nous offre une jauge de destruction. Une fois celle-ci remplie et activée, vous serez aux commandes d'un monstre sur roues.
Des immeubles aux véhicules adverses, rien ne pourra se mettre au travers de votre chemin.
Les amateurs de tôles froissées et de murs en ruine seront comblés par le tournant pris par BigBear.

ridge-racer-002.png

Lorgnant du côté de Burnout et autres Flatout, cet épisode de Ridge Racer peine à se démarquer visuellement des concurrents. Affichant pour l'occasion des graphismes tout juste corrects, l'impression de vitesse et de flou rend le final néanmoins très sympathique. Les kilomètres défilent à toute allure sans aucunes saccades au volant de bolides particulièrement bien modélisés pour l'occasion. Les façades volent en éclat offrant une pluie de débris sur notre pare-brise, alors qu'on continueras d'accélérer pour essayer tant bien que mal de rendre le véhicule devant nous à l'état de simple épave, afin de prendre la tête de la course dans une explosion mémorable. 


ridge-racer-003.jpg

Vous passerez le plus clair de votre temps dans le mode "dominer Shatter Bay", celui-ci, dépourvu de scénario et de cinématiques, vous fera partir du néant pour au final vous octroyer le rang de maître de la ville. A travers différentes épreuves, allant de la course simple aux défis de drift, à vous de faire vos preuves sur le circuit et de remporter à chaque niveau gagné de nouveaux véhicules, tout aussi rapides que destructeur. Si le concept est maintes fois connu de tous, force est d'avouer que l'on prendra plaisir à arpenter les rues de Shatter Bay durant la huitaine d'heure que propose ce mode, sans que la lassitude ne pointe le bout de son museau, grâce à des musiques entraînantes qui collent parfaitement à l'univers.

ridge-racer-004.jpg

En dehors de la similitude avec d'autres ténors du genre, la grande nouveauté du titre qui séduira certainement la communauté, repose sur l'éditeur de circuits. Il n'est ici pas question de "construire" sa propre ville pour arpenter les rues fraîchement mises en place, mais d'offrir au joueur la possibilité, (en utilisant des blocs déverrouillés en solo) de parsemer ses tracés avec des zones préconstruites. Vous trouverez à cet effet, des virages, lignes droites, plantes, que vous devrez mettre bout à bout sans pouvoir en changer la disposition. Malheureusement.

Si le soft est rempli d'ajouts et d'idées qui ne laisseront pas de marbre, il faudra remarquer qu'Unbounded est plus une copie parfaite d'un Burnout en plus nerveux que d'une suite à proprement parler. Se démarquant de la série en offrant une orientation ou seule la destruction prime en gardant comme seules bases les dérapages, Unbounded arrive tout de même à surprendre en proposant un enfer pur sur route. Aucun temps morts et une mise en scène digne des plus grands films d'action font de ce reboot une excellente mise en bouche sur les hypothétiques suites qui pourraient voir le jour. On aime ou non, les nouveaux trouveront leur compte, les fans eux, risqueront de crier au scandale.

SUPPOS : 5/6
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg


drhfloyd.jpgL'avis du Doc
Speedtesting de 1h avec le support de Gamoniac
Bugbear, les développeurs cultes du mythique FlatOut Ultimate Carnage sur Xbox 360 (le meilleur jeu de caisse de tous les temps) qui bosse sur la franchise Ridge Racer ?! Bon à la limite pourquoi pas, sauf que ici le jeu n'a absolument plus rien à voir avec Ridge Racer ! Mais alors absolument rien ! Nous avons simplement affaire à un nouveau clone de Burnout... où il faut gagner des courses "avec style" en cassant un max de trucs sur le parcours et en défonçant les adversaires pour gagner du boost. La rage de vaincre n'est pas là car c'est avant tout une question de leveling et qu'il faut faire face à des ennemis à l'IA totalement faussée. De plus n'espérez rien de la réalisation : aucune identité visuelle, des parcours peu lisibles d'autant que le framerate n'est que de 30img/sec (insuffisant pour un jeu de caisse aussi rapide), on sent le produit vite fait, purement marketing... un jeu ennuyeux. Je suis vraiment déçu qu'un studio comme Bugbear se soit rabaissé à produire de la daube commerciale... SUPPOS : 2/6

Publié dans TESTS

Partager cet article

Bioshock, la préquelle !

Publié le par Dr Floyd

Si vous voulez savoir ce qu'il s'est passé avant BioShock 1 et 2, matez moi ce fan-film incroyable réalisé par de jeunes gens au talent artistique indéniable !

Publié dans INSOLITE

Partager cet article

Street Fighter Vs Mortal Kombat : Epic Dance !

Publié le par Dr Floyd

Un cross-over complètement déjanté par des fans qui se lâchent... Alcool ? Cannabis ? Drogues dures ? On ne sait pas trop...

Publié dans HUMOUR

Partager cet article