RETROGAMING : GLOBAL GLADIATORS / MASTER SYSTEM

Publié le par Elodiebo

Global Gladiators

Editeur : Virgin
Année de sortie : 1992
Genre : Plates-formes
Plateforme : Master System
Existe également sur Megadrive, Game Gear et Amiga



Un jeu estampillé Mc Donald’s, c’était une petite curiosité que j’ai voulu tester lors d’une soirée pluvieuse… Vu le sponsor, je ne m’attendais pas à un jeu sublimissime, mais plutôt à un jeu moyen. Alors daube or not daube ?

Avec un tel partenaire vidéo-ludique, je pensais trouver des burgers et des frites partout dans le jeu, et croiser des ennemis me disant « sur place ou à emporter ? »
Et bien non, nous avons à faire à deux garçons, tranquillement assis au Mc Do près de chez eux, et qui pendant leur lecture d’une BD, sont transportés dans celle-ci. Ils y remplacent leur héros et ont pour mission d’éradiquer la pollution de la planète ! Et tout ça aidés par le grand ami des nenfants : Ronald ! Ah ben voilà, on y vient, enfin un symbole Mc Do dans ce jeu !

Vous incarnez donc au choix Mick ou Mack (héros du précédent McDonaldLand sur Nes), même si cela n’a aucune importance, les deux héros ont strictement les mêmes caractéristiques… Et pour nettoyer la planète, ils sont armés d’un pistolet à sauce… jaunâtre, un peu comme celle des Big Mac ! Bref, on ne sait pas ce que c’est, mais ça a l’air bien acide, puisque cette sauce tue tous les ennemis… Désormais, vous ne mangerez plus les Big Mac de la même façon (smiley).
La subtilité ici est dans le maniement du jet de cette arme, puisque qu’on peut le diriger plus ou moins loin, plus ou moins haut pour attaquer à distance les ennemis.


Un peu de sauce Big Mac ?

Venons en à la maniabilité. Dès qu’on prend la manette, on sent quelque chose de différent. Le perso saute haut, loin, comme en apesanteur. Cette animation ultra fluide, me fait penser à un autre jeu… Mais lequel ? Il m’a fallu un petit moment pour comprendre que j’avais l’impression de jouer à Earthworm Jim ! Et ce n’est pas pour rien ! Car cette animation, il n’y en a qu’un capable de la reproduire, c’est David Perry. Global Gladiators est l’un de ses premiers jeux pour la 16 bits de Sega (car cette version SMS n’est qu’une pale copie de la version MD). Et il adorait les partenariats de ce genre, car après MC Do, il va réaliser Cool Spot pour 7up…
Donc on se retrouve avec des persos aux mouvements soignés et fluides, ce dont on n’a pas vraiment l’habitude sur Master System, il faut donc un petit temps d’adaptation…

Pour éradiquer la pollution de la planète, il va falloir traverser 4 mondes, divisés en 3 sous-niveaux. C’est pas énorme, et cela offre peu de diversité, avec une forêt, une ville et un milieu glacé. Le but est de ramener un certains nombres d’arches Mc Donald’s à Ronald qui vous attend à la fin de chaque niveau, pour pouvoir continuer l’aventure. D’autres objets sont également disséminés : des vies, des cœurs pour se régénérer et des réveils pour rallonger le temps, car on est chronométré (5min) pour finir d’explorer chaque endroit.


Quoi, un monde de glace et même pas un Sundae à l'horizon ?

S’il n’y avait que ça, le jeu serait vraiment moyen. Mais les développeurs ont su rajouter une petite touche : un niveau bonus absolument addictif… Un bonus comme à la bonne époque accessible si on récupère un maximum d‘arches dans chaque niveau. Et du coup, on a envie que d’une chose : accéder à ce mini-jeu. On doit rattraper des déchets qui tombent (canettes, journaux et bouteilles en verre) et les renvoyer dans la bonne poubelle, tout en évitant les enclumes qui peuvent nous tomber sur la tête. Le tri sélectif avant l’heure ! Notre agilité à ce jeu permet de gagner des vies, des points et des continues…


Quand Mc Do fait dans l’environnement…

Mis à part ce mini-jeu, il n’y a en fait pas grand chose à se mettre sous la dent. Les musiques sont quelconques, les graphismes sombres et brouillons, on a du mal à distinguer les ennemis du décor ! Et question difficulté, une fois la maniabilité bien prise en main, le jeu se révèle beaucoup trop court et facile. Et surtout, il n’y a pas de boss à affronter, gros défaut pour ma part !

A l’époque, le magazine Player One lui donnait la même note qu’un Sonic pour la version Megadrive, soit 97%. Il ne faut pas pousser mémé dans les orties, ce jeu n’est absolument pas légendaire, et une fois fini, il rejoint définitivement le placard, pour jamais en ressortir…


Au final, la version Master System de Global Gladiators est pauvre, sans saveurs, un jeu à oublier. Si je n’ai qu’un conseil à vous donner, essayez-le sur Mégadrive, les musiques, les graphismes et les animations n’ont rien à voir, sans rendre ce jeu indispensable…

SUPPOS : 2/6 pour la version Master System (3/6 pour la version MD)


A noter que des versions Super Nintendo et Game Boy étaient en préparation, mais n’ont jamais vu le jour, même si un prototype Snes circule sur Internet.

Publié dans RETROGAMING

Partager cet article

TEST : SONIC UNLEASHED / XBOX 360

Publié le par Benepito

Editeur : Sega
Développeur : Sega
Année de sortie : 2008
Support : Xbox 360
Genre : Action - Plateforme
Existe également sur PS3



Après un départ raté sur Xbox 360, Sonic nous revient dans un nouvel épisode plein de belles promesses. Oublions donc les déboires du passé, et repartons sur de bonnes bases. Faisons abstraction du fiasco de son arrivée sur nextgen et également de…ses épisodes sur Dreamcast. En effet, pour ne pas tomber dans le piège de la comparaison avec un Sonic Adventure merveilleux, nous allons faire semblant que Sonic n’a jamais existé sur la dernière console de Sega, et que Sonic Unleashed est le premier jeu mettant en scène le hérisson dans un univers tout en 3D.

C’est parti !
Entrée en matière avec une superbe cinématique mettant en scène Sonic attaqué par une horde de robots envoyés par le Dr. Eggman. C’est à pleine vitesse qu’il esquive leurs projectiles tout en faisant exploser quelques robots au passage. Arrivé dans le labo du Dr. Eggman, celui-ci se met à genoux et implore Sonic de ne rien lui faire, de lui donner une seconde chance. Et oui, Dr. Eggman veut faire pénitence. Vous y croyez vous ? Sonic semble sceptique jusqu’à que le qu’il s’empare d’un interrupteur et appui sur un bouton qui aura pour effet d’entourer Sonic de stèles métalliques. Ces stèles vont entourer Sonic d’un champ magnétique qui le transformera en hérisson féroce, velu, aux crocs pointus et aux griffes acérés. Suite à une énorme explosion, Sonic fait une chute vertigineuse et une fois à terre, il fait connaissance avec une espèce de gremlin volant couleur cassis, répondant au nom de Chip. Cet animal ne sert strictement à rien si ce n’est pour nous éclairer lors des didacticiels de gameplay.


La séquence d'intro est superbe.

Le jour et la nuit
Sonic, inquiet de son état de hérisson-garou, voit le soleil se lever. Et là, surprise : il redevient le Sonic normal, dénué de ses poils et de ses griffes. On commence à comprendre : Sonic sera « Sonic » le jour, « Sonic-garou » la nuit, et chaque phase de la journée qu’elle soit éclairée ou non-éclairée aura son propre type de gameplay, idée qui peut être plaisante si elle se voit bien exploitée.

Le jour, Sonic sera donc le hérisson rapide que tout le monde connaît. En revanche, la nuit, il sera aussi féroce qu’une bête sauvage, il perdra sa rapidité mais sera affublé de nouvelles aptitudes tel que des bras qu’il pourra étendre ou encore des nouveaux coups lors des phases de beat them all, dont certains nous rappellerons un certains Street of Rage.

En début de partie, un court laps de temps nous emmènera explorer le premier niveau du jeu. Il s’agit donc d’un niveau de jour que Sonic devra traverser à toute vitesse, qui servira de prétexte pour nous apprendre comment utiliser le pad. Le principe reste simple : un bouton pour le saut, un bouton pour aller directement vers certains éléments du niveau (par exemple après un saut pour rebondir sur un ennemi ou sur un bumper) et qui vous servira aussi de boost si vous récoltez des pièces, un bouton pour glisser et les 2 gâchettes pour faire des pas chassés.

Niveau graphismes, c’est vraiment joli. Ce n’est pas extraordinairement magnifique, mais c’est beau. Les textures sont fines, les décors colorés, pas de scintillement sur les polygones. Le tout va à toute allure sans aucune baisse de framerate. La maniabilité du hérisson est bonne mais perfectible, surtout quand on veut se positionner sur une plateforme avec précision. En effet, dès le départ, Sonic accélère trop vite. Nous avons donc là un Sonic plein de promesses, on retrouve un plaisir de jouer, on retrouve…Sonic dans tout ce qu’on peut lui espérer de mieux. Espérons que ça dure.


Les environnements de jour sont vraiment beaux.

Déception...
Malheureusement, la joie sera de courte durée. En effet, une fois transformé en bête féroce, votre déception sera à la hauteur de votre espérance qui vous a envahie lors de la traversée du premier niveau. Tails a été capturé et vous devez le retrouver. Vous allez donc questionner les gens de la ville. La première ville est minuscule : une rue et quelques culs de sac. On en a donc vite fait le tour, et pour couronner le tout, les PNJ sont d’une mocheté étonnante et les dialogues d’une nullité affligeante. On se sent berné mais on ne désespère pas. On rentre donc dans le premier niveau de nuit. Sonic peut donc courir à 4 pattes à la manière d’un chien ou déambuler tranquillement.

Les ennemis sont nombreux et quand ils dépassent la dizaine et que vous tapez dans le tas, les ralentissements sont de mises. Au fur et à mesure de ce premier niveau, vous apprendrez donc les nouvelles aptitudes de Sonic-garou, aptitudes que vous pouvez faire monter de niveau à la manière d’un RPG, en récoltant les losanges jaunes que font tomber vos ennemis.


Les ennuyeuses phases de nuit...

Passer l’ennui de la première phase de nuit, Sonic reprend ses couleurs de jour et là, vous espérez que les phases de nuits se feront rares vu les crises de nerfs et l’impression de gâchis d’un titre au fort potentiel que ce premier contact avec la nuit vous aura laissé.
Malheureusement, vous allez plus valdinguer la nuit que le jour et l’aventure commence sincèrement à s’essouffler au même rythme que vous perdez votre patience. Pour prendre un exemple, une phase de nuit m’a pris 22 minutes pour la finir. 22 minutes, il y a de quoi être écœuré, d’autant plus que la traversée est ennuyeuse à mourir et que les caméras, par-dessus le marché, vous prennent la tête par leur désir d’agir comme bon leur semble.

Au fur et à mesure du jeu, vous visiterez (via le une map symbolisée par le globe terrestre éclaté par l’explosion provoquée par le Dr. Eggman) plusieurs endroits, tous aussi minuscules les uns que les autres, et qui vous serviront d’entrée dans les nouveaux tableaux. De plus, quelques phases au gameplay différents viendront rythmer vos parties, à savoir une balade en avion avec votre ami Tails où vous devez buter du robot et autres choses du genre. Les boss sont également dans la plus pure tradition Sonic, ce qui nous fait quand même un énorme plaisir vu les phases de nuits que nous sommes obligés de nous farcir pour goûter à nouveau aux plaisirs des phases de jour.


Enfin bref, vous l’avez compris, ce Sonic c’est le jour et la nuit, tant au niveau phases de jeux que dans leurs appréciations respectives. On retrouve dans les phases de jour, le come-back du Sonic lors de ces jours de gloire, le plaisir à traverser les niveaux à toute vitesse est immense. On se dit donc qu’on va quand même se taper les phases de nuit juste pour pouvoir faire les phases de jour, mais des fois c’est pas facile, à moins de jouer avec sa cafetière à côté pour rester réveiller.
On reste avec l’impression que ce Sonic aurait pu être extraordinaire si les phases de nuit n’avaient pas été un ratage complet, et on a envie de prendre un billet d’avion pour le Japon juste histoire mettre une raclée à celui qui a flingué ce Sonic en proposant à Sega une idée aussi mauvaise.


Suppos : 2/6

Publié dans TESTS

Partager cet article

RETROGAMING : THE LEGEND OF PRINCE VALIANT / NES

Publié le par Jayetbobfr

THE LEGEND OF PRINCE VALIANT

Editeur : Ocean
Support : Nintendo Nes
Année : 1992



Notre troubadour du rétrogaming va vous conter la légende du Prince Valiant publiée par la Guilde Océan en l'an de grâce 1992.

Testé par Jayetbobfr pour GAMOPAT-TV :



SUPPOS : 1/6

Publié dans RETROGAMING

Partager cet article

UNE SEMAINE AU JAPON (du 17 au 23 déc. 2008)

Publié le par Shion



Toute l'actualité en direct live du Japon, par notre correspondant échappé de l'hôpital, l'honorable Shion.

PS3


Pas grand chose à se mettre sous la dent cette semaine du côté de la PS3, si ce n’est que le pack Metal Gear Solid pour LittleBigPlanet sera mis en ligne le 25 décembre prochain. Le pack des costumes coûtera 600 yens, à l’unité il faudra débourser 200 yens, enfin le pack niveau vaudra 800 yens.



Sony comptait sortir la compilation de « The Eye of Judgment, Complete Disc » regroupant les sets 1, 2 et 3 vendus séparément le 19 décembre. Finalement, la mise en vente a été annulée. Pour s’excuser auprès des gens qui souhaitaient ce titre, les parties 2 et 3 seront vendues à prix spécial et les acheteurs recevront un calendrier à l’effigie du jeu.


PSP

La PSP devrait finir l’année en beauté puisque le week-end dernier Dissidia : Final Fantasy a réalisé plus de 150 000 ventes. Rien de bien surprenant pour ce qui paraissait le plus gros blockbuster de la portable de Sony pour la période des fêtes.

Le 22 janvier 2009 sortira au Japon un nouveau jeu de baston issu de la série Hokutou no Ken, baptisé pour l’occasion : Raoh Gaiden (Ken le Survivant). Non content de faire la gloire des Pachinko et des Slots (genre de machines à sous), voilà donc Raoh, frère et ennemi juré de Ken dans un titre dont il est le héros.



Et une nouvelle sortie repoussée de jeu, une ! Cette fois-ci, il s’agit de The Idolmaster SP (décliné en 3 versions). Le jeu aurait dû sortir le 22 janvier prochain, sera mis en vente un mois plus tard, à savoir, le 19 février. Ce titre propose en outre de gérer une star débutante pour lui faire atteindre les sommets de la gloire (et pourquoi pas un prime time à la Starac’ ?). Namco Bandai a fait savoir que quelques retouches étaient nécessaires. En même temps, on a quand même une date de sortie, contrairement à certains titres…


Wii

One Piece Unlimited Cruise, titre issu du manga vient d’avoir une date de sortie fixée au 26 février 2009.

Rappelons que le 25 décembre prochain, Pikmin sur Gamecube Wii pointera le bout de son nez dans les magasins spécialisés. En attendant, voivi la pub qu’il est possible de voir en ce moment à la télévision au Japon :



Le 24 décembre prochain, Lost Wings, développé par Frontier Developments et distribué par Square Enix, pointera le bout de son nez sur la chaîne de téléchargement WiiWare (soit 7 mois après les USA), au prix de 1000 points Wii.




DS/DSi

Le 24 décembre prochain, un des «gros atouts » de la DSi sera enfin disponible, à savoir : le DSiWare. Pour fêter l’événement comme il se doit, 13 jeux feront office de line-up. Ainsi, il sera possible de télécharger Wario Ware : Photograph, Docteur Mario, ainsi que deux jeux issus de la gamme Art Style (dont nous vous avions parlé il y a quelques semaines) et qui coûteront 500 points. Il y aura également des petits jeux à 200 points dont trois titres issus de la série « Faites de la magie », ainsi que le mini jeu d’avion en papier de Wario Ware. Enfin, deux jeux issus de la licence du Dr Kawashima, ainsi que deux jeux DSi Premium (ces deux derniers à 800 points) viendront compléter cette liste... fort peu alléchante.

Un nouveau Dragon Ball Z est en cours de développement sur la portable de Nintendo. Baptisé : DBZ : Saiyajin Raishuu, il s’agira en fait d’un RPG où l’on pourra incarner trois personnages dans les combats qui utilisera le stylet pour choisir les attaques. Il sortira au Japon dans le courant du printemps 2009.


Xbox 360

Comme d’habitude la Xbox 360 n’a pas été à la fête au niveau des nouveautés, si ce n’est ce nouveau trailer de Star Ocean 4 (en espagnol). Rappelons qu’il sera disponible au Soleil Levant le 19 février prochain.



INSOLITE

Il existe dans les salles d’arcade japonaises un jeu de bras de fer. Cette borne qui répond au doux nom de « Arm Spirit » a été conçue par Atlus.

C’est là qu’intervient un étudiant français de 19 ans, en vacances sur l’archipel, qui, logiquement fit un tour dans une salle d’arcade. Il s’attaqua donc à ce jeu. Progressant relativement bien, il put atteindre le niveau 9. A ce stade, il entendit alors un craquement. Il pensa un temps avoir cassé la borne, jusqu’au moment où, quelques fractions de secondes après, la douleur se fit sentir et il put constater qu’en fait, c’était son bras qu’il venait de se casser. Il eut donc droit à un petit stage dans les urgences japonaises et fut obligé d’écourter son séjour ! 

Il ne fut pas le seul, puisque peu de temps ensuite, deux autres personnes avaient connu la même tragédie. Atlus s’est bien entendu défendu en disant que les victimes s’étaient trop excitées sur les bornes. Néanmoins, il a fait rappeler 155 bornes disséminées par l'archipel…




Bref, si vous voyez des jeux un peu bizarres dans les salles d’arcade japonaises, il vaut mieux éviter de vous y essayer ! Sur ce, je vous souhaite une bonne semaine et de joyeuses fêtes,

また来週!!!

Publié dans NEWS

Partager cet article

FACTOR 5 : C'EST FINI

Publié le par 68000

Voila l'info vient de tomber, comme nous vous l'annoncions il y a quelques jours, le Studio Factor 5 ferme ses portes après plus de 20 années d'existence... Ce Studio Allemand créé à Cologne en 1987 s'était implanté en Californie.

Denaris, Turrican I et II, la série des Rogue Squadron, entre autres, c'était eux... Mais aussi hélas Lair sur Playstation 3, une véritable catastrophe vidéo-ludique peut-être programmée sur la mauvaise console (à ses débuts personne ne maîtrisait la PS3, et encore aujourd'hui les développeurs ont du mal, c'est dire...). Ce dernier jeu a précipité la chute du Studio.

C'était l'un des derniers studio survivant de "la grande époque" et je ne peux m'empêcher d'avoir la larme a l'oeil malgré cette dernière production décevante.


Publié dans NEWS

Partager cet article

LE GAMOPAT SAIT FETER NOEL !

Publié le par Elodiebo

Ah, Noël ! Ses décorations, ses illuminations !
Le Gamopat se doit donc de fêter cette occasion, tout en n’oubliant pas sa passion première !

L’an dernier, on pouvait admirer un sapin de Noël public, à Madrid, inspiré du jeu Pac-Man… Il était composé de plusieurs LED multicolores pour animer l’ensemble et donner vie au jeu en vrai !



Vu que cet arbre magnifique est assez difficile à reproduire chez soi, il ne vous reste plus qu’à vous rabattre sur des décorations de sapin classiques, beaucoup moins belles et smart, mais rendant hommage à Mario et Megaman ! Et le tout pixellisé s’il vous plait !



Enfin, pour ceux qui partent aux sports d’hiver, vous pouvez toujours essayer d’imiter cet artiste, qui s’est inspiré de Space Invaders pour sa sculpture de glace, lors du Sapporo Snow Festival, au Japon l’an dernier ! Qui osera faire une sculpture à l’effigie du Doc ?

Publié dans INSOLITE

Partager cet article

RETROGAMING : THE KING OF FIGHTERS 99 EVOLUTION / DREAMCAST

Publié le par Dragon Knight

The King of Fighters 99 evolution

Développeur : SNK
Support : Dreamcast
Année : 1999 (Japon)
Existe également sur NeoGeo AES et CD, Arcade, PS2



Après un épisode 98 plus que mythique, SNK avait fort à faire pour combler l'attente des fans de King of Fighters. Cette fois-ci ils ont misé sur l'originalité, pari réussi ou pas pour cette version Dreamcast hélas jamais distribuée en Europe ?

Bon il fallait s'y attendre l'introduction est loin d'être aussi belle et poussée que pour le 98, qu'à cela ne tienne car au menu de cet opus on voit fleurir des tas de modes. Ainsi aux habituels team play, single play et practice s'ajoutent : un survival endless (un survival classique), un survival time attack, un single all (ce n'est pas un survival car la barre de vie et la barre de striker sont remises à fond dés le début du combat et il faudra éliminer tout les personnages du jeux), un mode extra striker, un mode neogeo pocket assez anecdotique et enfin un mode network (son utilisation restera aujourd'hui plus que limitée sur Dreamcast !).



Se battre sur une piste d'atterrissage... On fait ça tout les jours!


Avant de parler des personnages sélectionnables je vais plutôt expliquer le nouveau système de combat car SNK a vraiment changé la donne avec cet opus. Tout d'abord, et c'est là le plus gros changement, on ne sélectionnera pas 3 personnages mais 4 ! 3 seront dans le combat et 1 pourra être appelé plusieurs fois pour interagir à sa façon dans la bataille (chaque personnage ayant sa particularité : cela peut être une attaque mais aussi du soutien pour remplir vos barres). On peut l'appeler 3 fois et dès qu'un personnage de son équipe est KO on peut l'appeler une fois de plus (ce qui donne au maximum 5 interventions dans un combat par équipe).

Pour les méga-coups on reprend un système antérieur mais remixé : 3 barres de coups maximum et lorsque votre barre de vie atteint un taux critique (barre qui clignote) les méga-coups effectués ont une puissance plus importante.

Au niveau des esquives il y a aussi du changement. En pressant poing faible et pied faible il est possible de faire une roulade/esquive vers son adversaire (comme dans KOF98) mais lorsque l'on fait la même manipulation vers l'arrière c'est autre chose. Le personnage fait un petit saut en arrière puis se remet dans la position où il se trouvait une demi seconde plus tôt... Déroutant au début.



Je n'aimerais pas être à la place de Maxima...


Côté personnages là aussi on a le droit à du nouveau. On compte 5 personnages originaux plus un boss (K', Whip, Maxima, Bao, Jhun et Krizalid). Il y a aussi 2 personnages encore une fois originaux mais qui ne peuvent servir que de striker (Seth et Vanessa). Pourquoi ne pas les avoir mis en personnages jouables ? C'est un mystère...

A noter que l'on retrouve également 2 personnages très peu, voir pas, utilisés dans les épisodes précédents : Kasumi Todo et Xiang Fei. Chose amusante il y a 3 Kyo différents (ayant chacun des coups différents). Le reste des personnages reste classique. Dommage qu'il n'y en ait pas plus en fait...



K' a un peu mal au ventre apparemment...


La réalisation est d'un très bon niveau : Toujours des sprites impec, des décors très bien réussis avec parfois des effets 3D très jolis, des environnements colorés et parfois mouvants ! (mention spéciale pour le stage de l'ascenseur : terrible !). Quant aux musiques, c'est l'apothéose, elles sont magnifiques tout simplement ! Il se dégage de cet opus une ambiance qu'on ne retrouve pas dans tous les KOF. C'est pour moi l'un des meilleurs de ce point de vue.


Quelques personnages originaux, un système de combat offrant quelques nouveautés, beaucoup de modes de jeu, une ambiance du tonnerre. Le seul défaut de KOF 99 est son manque de personnages malgré ses nouveaux arrivants. Mais ne tournons pas autour du pot, KOF 99 est un excellent jeu de baston et il serait dommage de s'en priver sur Dreamcast !

SUPPOS : 5/6



THE KING OF FIGHTERS 99 EN IMPORT SUR NEOAMUSEMENT

Publié dans RETROGAMING

Partager cet article

XBOX 360 Vs PS3 : LES CHIFFRES DE NOEL

Publié le par Dr Floyd



Quelle est la console victorieuse des fêtes de Noël ? Vous vous en doutez sûrement un peu non ? Avec des jeux quasiment toujours supérieurs et avec un prix plancher (139€ pour le modèle de base avec la remise !) la Xbox 360 est la console qui s'est la mieux vendue dans le monde en novembre et décembre.

Ce qui est par contre plutôt étonnant c'est l'ampleur de la victoire de Microsoft :

Novembre à mi-décembre 2008
- Xbox 360 : 4,2 millions de consoles vendues
- Playstation 3 : 2,3 millions

Les fêtes de Noël seront donc excellentes pour Microsoft, tandis que les grosses têtes de Sony les passeront dans leur bureau à plancher sur une nouvelle stratégie pour 2009... Car, tel Ayrton Senna, Sony va droit dans le mur si il ne procède pas à une petite révolution en 2009. Cela passe bien sûr par une baisse de prix, par l'acquisition d'exclusivités et aussi par de petits "plus" (la compatibilité totale avec les jeux PS2 par exemple). Car ce n'est pas avec Home qu'ils risquent de revenir dans la course, au moment même où Second Life bat de l'aile et où Google vient de fermer son monde virtuel qui n'intéresse personne. 

Publié dans NEWS

Partager cet article

[FLASHBACK] LE MIJID 83

Publié le par Dr Floyd

Le M.I.J.I.D 83, c'est tout simplement le premier salon du jeu vidéo et de l'informatique domestique en France ! Il a ouvert ses portes au Palais des Festivals de Cannes. Atari était bien sûr la vedette de ce salon, mais on a également eu droit à la visite d'un Roi ! Si si...


DES JEUX NEXT-GEN

Atari nous a présenté ses nouveaux hits pour la 2600 : Pole Position, jeu de course génial (diffusé sur un écran géant !), Kangaroo ou encore Moon Patrol. Bref, après les déjà célèbres Pac Man et autres Defender, l'avenir de la console de Atari semble toujours aussi radieux, et ce malgré la concurrence de CBS et de Mattel.


L'Atari 2600 nous surprend d'année en année avec des graphismes toujours plus poussés !

Il en est de même pour leurs ordinateurs domestiques, ainsi on pouvait découvrir sur le surpuissant Atari 800 le jeu Galaxian, de petits monstres colorés de l'espace qui attaquent la Terre, avec des bruitages très réalistes ! 


LE ROI PELE

Le clou du salon fut la visite d'un Roi... du football ! le Roi Pelé himself, le plus grand footballeur du monde, plusieurs fois champion du monde, et auteur de plus de 1000 buts durant toute sa carrière ! Pelé adore les jeux vidéo et s'est transformé en "apôtre" de la jeunesse, il a d'ailleurs ouvert un peu partout dans le monde des écoles de football. A noter qu'il a déjà été à l'honneur dans un jeu vidéo avec Pelé's Championship Soccer de Atari en 1981.


Pelé Soccer sur Atari 2600, des graphismes qui commencent à dater un peu même si on reconnaît facilement les joueurs de chaque équipe sur le terrain grâce à l'utilisation de 2 couleurs différentes.


Egalement doué sur Realsports Tennis le Roi Pelé (qui est ici guidé par un hardcore gamer). A quand un jeu de tennis avec le roi de ce sport en France : Yannick Noah ?


Séance d'autographes, de quoi rendre jaloux Michel Platini et Marius Trésor !


L'ATARI 600XL

Mais la grande star du salon c'est l'Atari 600 XL, le nouvel ordinateur du futur pour la maison : il dispose d'un nouveau clavier très agréable avec une touche HELP pour vous aider à trouver les erreurs dans vos programmes basic ! On annonce des périphériques de folie comme une tablette tactile qui vous servira d'ardoise pour dessiner à l'écran en 16 couleurs ! Vous pouvez même générer automatiquement des rectangles et des cercles. L'art s'invite dans le jeu vidéo, les possibilités semblent infinies !



L'Atari 600XL, l'informatique de demain


On termine par une note d'humour :



Une chose est sûre après avoir visité ce salon : Atari c'est l'avenir du jeu vidéo et de l'informatique domestique ! A l'année prochaine pour le MIJID 84 avec peut-être de nouvelles stars... On rêve de voir débarquer à Cannes Michael Jackson ou Harrison Ford. Le MIJID sera t-il le futur grand salon mondial du jeu vidéo ? Il est fort à parier que oui.

Publié dans FLASH-BACK

Partager cet article

25 MILLIONS DE NINTENDO DS AU JAPON !!!

Publié le par Dr Floyd

A peine sortie depuis 2 mois, dans un seul pays (le Japon), et hop déjà 1 million d'exemplaires vendus ! Je parle bien sûr de la Nintendo DSi. Vous rajoutez à ça 17,3 millions de Nintendo DS Lite et 6,4 millions de Nintendo DS "tank", soit un total de presque 25 millions de DS dans le pays ! Des chiffres fous qui peuvent expliquer pourquoi Nintendo a perdu la raison.



Et aussi faire tourner la tête des éditeurs de jeux, car un gros hit sur Nintendo DS c'est plusieurs millions d'exemplaires vendus assurés rien que pour le Japon... Qui a dit Dragon Quest IX ???

Publié dans NEWS

Partager cet article

LA GUERRE DES CONSOLES : LE CLIP !

Publié le par Dr Floyd



"How to Kill a Brand" par Doc Adams

Publié dans HUMOUR

Partager cet article

TEST FLASH : Wii MUSIC / NINTENDO Wii

Publié le par Dr Floyd

Wii Music

Editeur :
Nintendo
Support : Nintendo Wii
Année : 2008



Nintendo ne produit plus que des fausses notes depuis qu'il a décidé de s'en mettre plein les poches avec le marché casual. Les jeux musicaux étant à la mode, c'était l'occasion pour eux de pondre une nouvelle bouse. Et on peut dire que là ils ont touché le fond !


"RHAAaaa vous dirai-je Mother-Fucker ! What is causing my tourment ! Destroy ! Yeah !"

Le principe est simple : Wiimote et Nunchuck en main, vous devez mimer les gestes de l'instrumentalisme. Ça pourrait être amusant pour un batteur, mais je vous laisse imaginer pour un pianiste ! (une cinquantaine d'instruments sont disponibles). Les notes sont bien sûr préenregistrées, et il faut juste essayer d'être plus ou moins dans le rythme... autant dire que le gameplay est proche du néant absolu, surtout quand on connaît la réactivité et la précision de la Wiimote ! De plus il n'y a aucun défis ni aucun objectif ni aucune notation ! Bon il y a quand même quelques mini jeux en rab, mais assez médiocres.

Les musiques vont peut être sauver la mise ? Oui, si vous êtes fan de Bontempi et que vous préférez 'Mon beau sapin' à Guns'n Roses ! Une tracklist vraiment lamentable qui s'adresse aux gamins à peine sortis de la maternelle !


"My biotiful Sapin !!! Yeah Yeah !!! King of the foret !!! Fuckkkk !!!"

A qui s'adresse ce jeu ? On se le demande encore ! Même entre amis autour d'un apéro vous ne vous amuserez pas ! Reste les enfants de moins de 8 ans... là y a sûrement un marché... Mais Nintendo s'en fout, avec le buzz et la pub, le jeu se vend très bien pour Noël, c'est l'essentiel, les casuals et les musiciens en herbe vont bien se faire arnaquer. Joyeux Noël les consommateurs !

Nintendo joue à un jeu très dangereux en nous proposant des "jeux" de plus en plus médiocres, certes les ventes suivent, mais nombreux sont aujourd'hui les gamers qui ne veulent plus entendre parler de Nintendo, et même les casuals ne se feront pas avoir à l'avenir avec une Wii 2. Une bouse intersidérale produite par un Miyamoto tombé plus bas que tout.

SUPPOS : 0,5/6

Publié dans TESTS

Partager cet article