1163 articles avec tests

TEST : IL-2 STURMOVIK / XBOX 360

Publié le par Dr Floyd

IL-2 STURMOVIK
Support : Xbox 360
Existe sur PS3


Développeur : Gaijin Entertainment

Editeur : 505 Game


Sortie : 3 septembre 2009


Étonnant de voir débarquer cette licence dédiée au PC sur Xbox 360 (et PS3) ! Un simulateur de combat aérien sur console c'est en effet assez rare. Le jeu va t-il devenir de ce fait casual ou rester une simulation pure et dure ? Voyons voir si Gaijin Entertainment s'est brûlé les ailes ou pas sur Xbox 360.

Le Sturmovik IL-2 est un célèbre avion de chasse Russe qu'on appelait le tank volant. Attention ce n'est un jeu dédié uniquement à cet avion, vous retrouverez aussi d'autres légendes comme le fameux Mustang P51 américain ou le Hurricane MK. Une fois de plus votre terrain de bataille sera l'Europe et la Russie durant la seconde guerre mondiale dans une lutte acharnée contre les nazis. Bataille des Ardennes, Sicile, Berlin... les terrains seront variés ! La présentation et les cut-scènes n'ont rien de bien palpitant, avec un carnet de vol assez saoulant... passons vite à l'action ! Ah zut, un didactitiel...



Ce didacticiel, complet mais un peu long, vous expliquera toutes les bases du gameplay et les tactiques de combat aérien. Le gameplay mêle avec agilité arcade et simulation, ce que vous pourrez ajuster plus ou moins finement via les options : trois types de pilotage (arcade, réaliste, simulation), 3 vues différentes (externe, combat, cockpit) qui modifient un peu la façon de jouer (en mode cockpit sans aide visuelle c'est bien plus difficile), des munitions illimitées ou pas, des replays plus ou moins limités, etc.... En mode arcade le gameplay est assez facile et abordable par tout le monde. En mode Réaliste les choses se compliquent, c'est le mode que vous devez choisir pour un minimum de réalismes et de sensations. Votre avion pouvant décrocher et partir en vrille, veillez à me pas trop brusquer le manche à balai ! Quant au mode simulation, il porte assez bien son nom ! Il y a quand un petit soucis de gameplay : pour tourner la tête autour de l'avion il faut presser le stick droit tout en le tournant... une manipulation très désagréable et qui se solde souvent par un échec ou par un manque de précision. Très embêtant.



Du coté de la réalisation c'est une vraie réussite. Dès les premières missions au dessus de la Manche le long des côtes anglaises c'est un régal : les environnements sont vastes, la distance d'affichage est excellente, le framerate plutôt bon (même si quelques ralentissements quand l'écran est trop chargé) et surtout des textures au sol détaillées même en rase motte, c'est du jamais vu sur console : fini le flou immonde associé à la plupart des jeux de ce genre ! S'ajoutent à cela des effets de particules, des projections d'huile, les impacts... Quant à la bande son elle est très réaliste, à part les ridicules voix françaises qui essayent de prendre un accent étranger. Globalement c'est du tout bon en terme de rendu, pas forcement exceptionnel, mais très soigné.

Si il y a soucis, ce n'est pas du coté du gameplay (à part la pression sur le stick droit pour tourner la tête, grrrr) ni de la réalisation, mais plutôt de la répétition des missions... celles ci sont très classiques, avec des objectifs qui se répètent et une mise en scène sans surprise. Une cinquantaine de missions certes, mais seuls les fans de pilotage réussiront à ne pas se lasser pour aller jusqu'au bout. Reste le mode multi avec ses 4 modes qui peut accueillir jusque 16 joueurs.

je craignais le pire en voyant débarquer cette licence sur console, peur d'un jeu d'arcade ridicule...  mais les différents degrés de réglages font qu'il s'adresse à tous types de gamer, avec une réalisation de très bon niveau (un grand bravo pour les textures au sol). On regrettera cependant les missions peu "sexy" et répétitives avec une mise en scène ennuyeuse. Il s'impose cependant comme le meilleur  jeu de combat aérien sur console.

SUPPOS : 4/6

Publié dans TESTS

Partager cet article

TEST : MOTORSTORM ARCTIC EDGE / PSP

Publié le par Dr Floyd

MOTORSTORM ARCTIC EDGE
Support : PSP
Prévu sur PS2

Développeur : BigBig Studios

Editeur : Sony



Sortie : 16 septembre 2009


Étonnant de voir débouler Motorstorm sur PSP après deux épisodes exclusifs à la PS3. Deux jeux cultes pour assurement les deux meilleurs jeux de caisse arcade de la console de salon. Alors quid de cette version portable ? Ambitions revues à la baisse ? Direction l'Alaska et ses terres gelées pour obtenir la réponse !

La ressemblance avec les opus PS3 est tout de suite évidente : même style d'intro (toujours aussi réussi), mêmes options, et large choix de véhicules. On retrouve les classiques quads, motos, buggies, 4x4, mais Alaska oblige, de nouveaux types apparaissent comme les moto-neiges et les véhicules à chenilles. Il sera bien sûr possible de jouer à "Pimp my motoneige" avec la personnalisation de tous vos véhicules au niveau de la peinture, des stickers, des jantes, etc...



On retrouve les modes de jeux classiques : course, chrono, contre la montre, etc... ainsi qu'un multi-online (non testé). Par contre du coté des décors il y a vraiment du changement. Nous sommes en Alaska, avec des parcours boueux en bas, un mélange de terre et neige au milieu, et des portions entièrement gelées vers les sommets. 12 circuits au total, c'est assez peu, mais ils sont de qualité et très bien dessinés. De plus ils peuvent être empruntés dans les deux sens, et il y a souvent des chemins alternatifs (par forcement des raccourcis !). Cerise sur le gâteau, des portions de décors sont "modifiables" (comme un pont de glace qui s'écroule suite à votre passage). Bref, les fans de la série sont en terrain connu !

Le gameplay reste lui aussi totalement identique : fun et arcade. Vous dirigez le véhicule au stick, celui ci repond parfaitement (du moins sur une PSP 2000), l'accélération et le freinage se faisant avec les gâchettes. Assez réfractaire à la maniabilité de la PSP je suis agréablement surpris sur ce jeu : le stick répond bien, la précision est au rendez-vous. C'est beaucoup plus maniable que Flatout par exemple. N'oublions pas un bouton pour le fameux boost à utiliser avec parcimonie (au risque de faire exploser votre engin), les zones humides ou neigeuses pouvant se charger de refroidir le moteur. Bref, c'est toujours aussi fun et agréable à jouer, c'est même l'éclate ! Assurément le meilleur jeu de caisse arcade sur PSP. Je vous conseille quand même de passer en mode difficile d'entrée car il semblerait que le niveau de difficulté ait été revu à la baisse.



Et la réalisation technique ? Motorstorm sur PS3 en HD en somptueux (à part quelques textures ratées), et bien sachez qu'il en est de même sur PSP. La console est parfaitement exploitée : graphismes fins et variés, menus agréables, jeu fluide, pas de ralentissements, effets de lumières, de boue, de neige...  le tout associé à une bande son très correcte. C'est parfait, la PSP est exploitée à fond et nous avons affaire au plus beau jeu de caisse de la console.

On pouvait émettre de sérieux doutes quant à l'adaptation de Motorstorm sur PSP. Mais au final on se retrouve avec un vrai Motorstorm de poche, le meilleur et le plus beau jeu de caisse de la petite portable ! Fun et addictif, c'est un indispensable !

SUPPOS : 6/6

Publié dans TESTS

Partager cet article

TEST : PIKMIN / Wii

Publié le par Dr Floyd

  PIKMIN
Support : Nintendo Wii


Editeur : Nintendo

Développeur : Nintendo


Sortie : février 2009


Pikmin sur Rueducommerce


Nintendo cède à la facilité en rééditant ses jeux Gamecube sur Wii. Cependant dans le cas de Pikmin cela peut se révéler intéressant car la wiimote est bien adaptée à un gameplay qui fait appel au "point'n click". L'occasion aussi pour le bytos de découvrir un jeu Gamecube qu'il avait ignoré à l'époque du fait de la domination totale de Sony et de sa PS2 ("pfff la Gamecube c'est pour les gamins !")


Pikmin est né de l'imagination encore active à l'époque de Shigeru Miyamoto, ex-créateur de génie aujourd'hui tombé dans l'ultra-casual. C'est avant tout un jeu de réflexion dans lequel vous devez aider le capitaine Olimar qui s'est écrasé sur une étrange planète. Vous avez alors 30 jours pour réussir à réunir les 30 pièces de votre vaisseau qui se sont éparpillées en peu partout sur la planète.



Pour vous aidez dans cette tâche vous allez rencontrer les fameux Pikmins qui deviendront vos petits soldats. Il en existe plusieurs types, en fonction de leur couleur : le rouge est par exemple insensible aux flammes, le bleu sait nager, le jaune flotte dans les airs... A vous de récolter un maximum de ces créatures pour vous aider à résoudre les énigmes du jeu. Vous croiserez des monstres, qui une fois vaincus, vous permettront de récupérer des palets de différentes couleurs, ceux ci devront être transportés au QG pour être engloutis par un Oignon qui produira alors des graines de Pikmin... votre armée grandira alors régulièrement. Mais attention au cylce jour-nuit, il est impératif de regrouper tous vos pikmins à la base avant le coucher du soleil... rendant le jeu assez difficile et parfois frustrant. C'est le petit défaut du jeu.



Côté gameplay il faut dire que la wiimote apporte un confort de jeu indéniable par rapport à la version Gamecube. Cependant le jeu reste un peu délicat à maîtriser, il faudra un temps d'adaptation tout comme sur la version Gamecube. Vous déplacez le pointeur à la wiimote, le capitaine au Chuck Norris, les boutons A et B servant à exécuter des actions ou sélectionner un Pikmin.

La réalisation est identique à la version Gamecube, mais reste encore aujourd'hui très agréable avec une esthétique très réussie, des créatures sympa et une bande son très bien adaptée. A noter quand même l'apparition d'un mode 16/9, mais c'est tout !

Retrouver Pikmin sur Wii est très sympa, on aurait pu certes espérer une petite refonte graphique, et quelques bonus. Cependant il serait dommage de passer à côté de cet ovni vidéoludique si vous n'avez pas connu la version Gamecube, d'autant que la wiimote apporte un petit plus au gameplay.

SUPPOS : 4,5/6


Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] Contra Rebirth / WiiWare

Publié le par Shion

CONTRA REBIRTH
SUPPORT:
WiiWare
DEVELOPPEUR: Konami
EDITEUR: Konami
Sortie : 2009 (Japon, Europe)




Après Gradius Rebirth, c'est à une autre de ses séries cultes que Konami a décidé de rendre hommage sur le WiiWare : l'un des « Run & Gun » les plus connus des gamopats, j'ai nommé Contra. Cette série qui a vu le jour sur arcade en 1987 s'est vu portée sur plusieurs consoles et a compté de nombreux opus (dont le dernier date sur DS il y a 2 ans : Contra 4). Souvent réputée comme difficile mais fun, cette saga a une place de choix dans le coeur du gamer que je suis, alors qu'en est-il de ce Contra Rebirth?


Mon CONTRA minceur

Une fois encore, rien d'original, il y a de l'Alien à blaster et c'est Bill et Yagyu qui s'y collent. Après une intro fort sympathique (mais très courte), où Bill se réveille dans un vaisseau et apprend quel sera le but de sa mission, apparaît un écran sobre rappelant les versions 16 Bits avec la possibilité de jouer tout seul, à deux, ainsi que le menu des options. Dans ce dernier, il est possible de régler le son, le nombre de vies (de 3 à 7) ou encore la difficulté et la configuration de la manette.

Donc dès le début, on a le choix entre ces deux persos qui ont les mêmes caractéristiques. Le principe du jeu est simple : il faut traverser les niveaux en blastant tous les ennemis qui apparaissent à l'écran et qui tentent de faire obstacle à notre progression. Jusque là, tout est normal. Seulement, à l'écran, il n'y a pas de barre de vie : si on se fait toucher c'est la mort directe ! Néanmoins on dispose d'un certain nombre de vies de manière à ne pas rendre le jeu impossible. Contra Rebirth ne compte que 5 niveaux, ce qui est quand même un peu léger, car de plus ils ne sont pas très longs. La progression est linéaire, ne vous attendez pas à des énigmes ou quoi que ce soit : dans Contra c'est le réflexe (et parfois la chance) qui prime.

Pour dézinguer les ennemis on aura droit à différentes armes tout au long du jeu. En plus de l'arme classique ce seront donc trois types d'armes différents que vous serez amenés à ramasser : le Laser, les missiles télécommandés ou des espèces de grosses balles rouges qui permettent de nettoyer l'écran très rapidement. Chacune de ces armes ont des avantages et des inconvénients, à vous de vous y faire et de trouver votre flingue de prédilection. Encore une fois, on peut être déçu du choix restreint des armes, les opus antérieurs nous ayant habitués à plus de variété. Il est toujours possible de switcher entre deux armes afin de jouer de manière plus efficace en fonction des ennemis présents.

Contra, c'est aussi ses boss de fins de niveaux, tous ceux qui connaissent cette série se rappellent des gros vilains de Contra 3 qui étaient hallucinants. Contra Rebirh n'échappe pas à la règle, un boss vous attend à la fin de chaque niveau, ainsi qu'un demi boss dans certaines missions. Autant le dire, je n'ai pas trouvé leur design formidable (le boss du niveau
2 est ridicule).


Un petit niveau sympa sur un camion.

CONTRA rempli ?

Niveau technique, il n'y a rien à dire, le jeu est beau et très proche des graphismes du Contra 3 de la Super Nes, de quoi faire plaisir au Gamopat nostalgique. Les ennemis (humains, aliens, robots, boss) sont bien colorés, animés et on a également droit à de nombreux zooms venant du premier plan comme du fond de l 'écran. Le level design est bien pensé et plutôt varié, même si les niveaux sont malheureusement trop courts et n'ont rien de vraiment inédit pour les connaisseurs de cette saga. Ainsi s'alternent des pures phases de shoot et des phases de plate forme, voire les deux en même temps. Le niveau 2 est un pur bonheur, puisqu'il reprend en partie le premier niveau de Contra 3 ; ce qui ira peut-être même jusqu'à tirer les larmes des yeux des plus nostalgiques d'entre nous.

Les musiques de cet opus sont très bonnes et rappelleront des souvenirs aux fans, avec notamment des reprises des épisodes antérieurs. Quant aux autres, elles collent bien à l'univers. La maniabilité est irréprochable, ça répond au doigt et à l'oeil. Il y a un bouton pour sauter, un autre pour tirer, les directions haut et bas de la croix multidirectionnelles permettent de tirer en l'air ou vers le sol/voir se baisser. Bref, il n'y a pas plus instinctif. A noter cependant qu'il est impossible de se déplacer en tirant tant que vous maintenez le bouton de tir. Deux possibilités s'offrent donc aux joueurs qui souhaitent progresser dans les niveaux : on avance en tapotant sur le bouton de tir, ce qui fait que le héros courra de manière un peu saccadée, ou alors, on progresse en faisant des sauts vers l'avant tout en shootant.

La maniabilité change également un tantinet en fonction du pad avec lequel on joue. Si on a une Wiimote, pour changer d'armes, on peut affilier cette commande au bouton A dans le menu des options (mais la position de cette touche ne facilite pas vraiment les choses) ou tout simplement avoir recours au swing (on bouge la Wiimote) pour que l'action s'effectue, cela peut se révéler un brin handicapant quand on n'y est pas habitué, mais on finit par s'y faire. Il est également possible d'utiliser un pad classique ou une manette Gamecube, afin de changer d'armes par simple pression sur un bouton.


Un exemple de boss au design ridicule...

Quant à la difficulté, ce n'est pas un secret, la série des Contra est réputée pour être difficile à terminer. En témoignent le premier épisode arcade ou encore le volet PS2 voire l'opus DS. Konami a dû se retrouver devant un sacré dilemme. Que faire? Un jeu difficile pour satisfaire les fans ou un jeu accessible pour les casuals ? Et bien mesdames et messieurs, fin du suspens : en «facile»  Contra Rebirth se fait tranquillement. Les boss sont d'une simplicité déconcertante et une fois la bonne technique trouvée, on peut les pulvériser sans perdre une seule vie. Et comme si cela ne suffisait pas, quand on perd une vie, on garde quand-même l'arme qu'on avait. Et comme si cela ne suffisait toujours pas, les continus sont INFINIS (même dans les niveaux plus difficiles) ! Alors oui, avec 7 vies, en mode facile et les continus infinis, Contra Rebirth se finit en 15 minutes car les stages sont très courts.

Le challenge commence à devenir un peu plus intéressant et consistant en mode «normal» qui demeure néanmoins à la portée des joueurs les plus aguerris et qui ne leur résistera pas très longtemps. Par contre, à partir de cette difficulté, on perdra automatiquement l'arme équipée si on se fait tuer. Quant au mode «difficile», c'est une autre paire de manche : les ennemis sont plus nombreux, ça tire de partout et il n'est pas rare de se prendre une balle perdue. La difficulté est donc bien dosée et conviendra parfaitement à tous styles de joueurs.

Un nouveau mode de difficulté est à débloquer, ainsi que deux nouveaux persos. 5 stages courts et seulement 4 armes, c'est un peu léger quand même pour 1000 WiiPoints lorsque l'on sait que Contra III est également disponible en téléchargement...


L'instant nostalgique.

A l'image du dernier Gradius sur WiiWare, Contra Rebirth est plus un hommage à la série qu'un épisode à part entière. 1000 points Wii peuvent se révéler un peu trop pour un contenu aussi léger, mais le fan passera outre ce détail et se contentera du fun que lui procurera ce titre en solo ou avec un ami. Quant au novice, on préférera lui conseiller Contra III qui est un jeu qui n'a plus à faire ses preuves.

SUPPOS : 4,5/6

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] COLIN MCRAE DIRT 2 / PS3

Publié le par Dr Floyd

COLIN MCRAE DIRT 2
Support : PS3
Existe également sur Xbox 360
Éditeur : Codemasters
Sortie : 10 septembre 2009




Fan de Colin McRae sur PS1 puis de Toca 2&3 sur 128 bits, quelle fut ma déception l'an passé avec les médiocres DIRT et GRID... des jeux sans style, avec un moteur graphique décevant, et un gameplay quelconque. Quid de ce nouvel opus ? J'avoue que je suis très sceptique en lançant le jeu...

Fini les sobres menus, DIRT 2 veut vous en jeter plein la vue dès le départ avec vue subjective,  menus vivants et une voix-off trop cool de surfeur californien débile... Là j'ai peur, très peur... peur d'un mélange raté de Burnout Paradise et de Need for Speed... Allez courage, ne nous laissons pas abattre.



Vous allez participer à un DIRT Tour, en voyageant un peu partout dans le monde, de Londres à Tokyo, en passant par le Maroc, la Croatie, le Mexique, etc... Les destinations se débloqueront au fur et à mesure que vous marquerez des points d'expérience. Vous choisissez votre destination, votre course, votre niveau de difficulté (je vous conseille de passer directement en 'sérieux' sauf si vous êtes un sacré bytos) et votre bolide, avec possibilité d'en acheter de nouveaux en fonction de vos crédits. Vous débloquerez aussi des goodies (comme la tête de mort sur le tableau de bord) ou des peintures.

Il y a 5 types de courses : les spéciales (rally), les courses classiques (premier arrivé), la domination (où il faut gagner des tronçons de piste), l'élimination (le dernier dégage à chaque fin de chrono) et le slalom. Plutôt classique non ? Du coté des véhicules il y en a 7 types : rally, trophy truck, raid, buggy,... Mais bon les différences se ressentent assez peu. Allez trêve de blabla, en piste !



Et là on est tout de suite rassuré : le jeu est beaucoup moins casual que son prédécesseur. Même si ce n'est pas de la pure simulation, le gameplay est très agréable et Codemasters a enfin réussi à se placer dans le juste milieu. On s'amuse comme un fou surtout sur les pistes abimées du Mexique ou du Maroc ! A noter bien sûr la déformation des véhicules, mais hélas les crashs n'ont pas de réelle incidence sur le comportement de votre véhicule ensuite. Mais bon, le jeu est fun tout en demandant pas mal de dextérité, les sensations sont bel et bien de retour ! OUF ! Plusieurs vues sont disponibles : 2 vues externes (peu immersif mais utile pour bien gérer les chocs entre voitures), une vue au sol (trop rapide et stressant), une vue cockpit (sympa mais visibilité réduite) et le meilleur choix selon moi : la classique et efficace vue capot.

l'IA adverse est de qualité, avec des adversaires qui ont leur propre façon de conduire, qui commettent des fautes ou qui vous en veulent. A noter la présence d'un stupide mode flashback qui permet de remonter dans le temps en cas de crash ! N'importe quoi (mais il faut penser aux casuals !). Heureusement il est limité et très discret. A ne jamais utiliser donc, cela n'a aucun sens dans un jeu de course ou la notion de performance est primordiale pour pouvoir prendre du plaisir. La durée de vie est énorme, et il restera toujours les épreuves multi-joueurs et le scoring-temps pour y revenir très longtemps.



Coté réalisation, on retrouve le même moteur graphique que DIRT, aie aie aie... Oui sauf que celui ci est désormais plus efficace : plus fluide, sans saccade, mais toujours avec ses couleurs un peu fades qui ont tendance tendance à tirer vers le jaune.... Si ce filtre est très bien adapté aux pistes sales (comme le Mexique ou le Maroc) le rendu est cependant beaucoup moins convaincant à Londres ou pour les courses de nuit.

Mais bon arrêtons de chipoter comme un vieux barbu aigri : DIRT 2 est tout simplement le plus beau jeu de caisse next-gen. Graphismes de haut vol, pas de clipping, de vrais reflets sur la carrosserie, des vues intérieures très détaillées, des effets de lumière vraiment au top, pas d'alliasing, fluide (même si pas en 60 frame/sec), c'est vraiment du très bon boulot ! Sur certains replay on a presque la sensation de photo-réalisme ! On est bien au dessus de toutes les démos de Gran Turismo 5 que j'ai pu voir ! De plus le jeu a été fignolé dans ses moindres détails : des menus superbement mis en scène (jamais vu mieux), des temps de chargement très corrects (vous me direz c'est facile avec l'installation d'une partie du code sur le disque dur !), et des replays à couper le souffle. MA-GNI-FI-QUE ! Et incroyable : la version PS3 est aussi belle que la version Xbox 360, le Cell est en surchauffe.

Le Gameplay de DIRT 2 ? Un très bon compromis entre l'arcade et la simulation. La réalisation de DIRT 2 ? Tout simplement le plus beau jeu de caisse next-gen (surement plus beau que le futur Gran Turismo 5) ! Un jeu presque indispensable pour tout fan de courses "dirt", on lui reprochera juste un petit manque de contenu et de variété. On attend maintenant Forza 3 dans un registre plus sérieux ainsi que la fameuse simulation d'auto-tamponneuses vaporware.

SUPPOS : 5,5/6


COMPARATIF DIRT 2 XBOX 360 Vs PS3
Pour une fois la PS3 s'en sort très bien, il faut creuser un peu pour repérer les avantages de la version Xbox 360 : accès disques un poil plus rapides, framerate un poil plus véloce et quelques effets de lumière et de reflet un peu plus plus élaborés. La note sera donc identique sur Xbox 360, mais si vous possédez les deux consoles optez quand même pour la version Xbox 360.

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] BATMAN ARKHAM ASYLUM / XBOX 360

Publié le par Dr Floyd

  BATMAN ARKHAM ASYLUM

Support : Xbox 360
Existe également sur PS3


Editeur : Eidos

Développeur : Rocksteady Studios



Sortie : 28 août 2009

Voici un jeu qui a fait beaucoup parlé de lui avant sa sortie : Batman Arkham Asylum s'annonçait grandiose et comme peut-être le meilleur jeu de l'année ? En fait je ne suis pas très fan de la chauve souris et de son univers trop sombre mais je suis quand même très curieux de voir ce que Rocksteady Studios nous a pondu de si extraordinaire...

Ce nouveau jeu basé sur la licence de Batman ravira les fans : il s'inspire totalement des comics sortis depuis 70 ans (et non des films, quoi que le dernier est quand même pas mal). Dès le début du jeu le ton est donné avec le fameux Joker, capturé par Batman, qui est envoyé à l'asile d'Arkham... Heu déjà Game Over ? Non, pas vraiment car ce taré de Joker va vite se libérer et déployer des plans diaboliques ! Autant vous le dire tout de suite c'est dès l'introduction du jeu le choc graphique : les personnages et les décors sont extrêmement détaillés, on est au niveau du jeu le plus abouti graphiquement sur Xbox 360 : Gears of War 2. Il rentre très facilement dans le top 3 des plus beaux jeu de cette génération.



De plus le gameplay semble être un condensé du meilleur de tout ce qui existe actuellement dans le genre combat/exploration/infiltration, un subtil mélange de Splinter Cell et de Prince of Persia en quelque sorte. Les combats au corps à corps sont fabuleux, très simples (une touche attaquer, une touche bloquer) mais en même temps très complets et variés. Vous allez pouvoir faire des enchaînement de folie contre parfois plus de dix gardes, ralentis à l'appui. On a jamais vu des combats aussi bien mis en scène dans un jeu vidéo, c'est sublime !

Mais Batman sait aussi être furtif, avec des conduits, des passages secrets, des corniches qui vous permettrons de jouer avec les gardes du corps du Joker. Il sait aussi utiliser ses gadgets pour débloquer une situation, ainsi qu'analyser des indices... Bref, on flirte sans arrêt entre baston, plateforme, exploration, et énigmes. Sans compter les améliorations que vous pourrez apporter à Batman, vous débloquerez au fil du jeu des gadgets et des techniques de combat. On a pas le temps de s'ennuyer, les scènes scriptées et de gameplay s'enchaînent, les accès disques sont invisibles, on joue en continue... c'est comme un film interactif. Sans compter les défis additionnels qui raviront les gamopats avides de challenge et de scoring.



Revenons à la réalisation technique du jeu. Les personnages sont modélisés de manière fabuleuse, je ne pense pas qu'on puisse faire mieux sur cette génération de console, les décors sont fouillés (même si un peu répétitifs), et le tout est 100% fluide. Rocksteady a tout fignolé dans les moindres détails : pas seulement les graphismes mais également la bande sonore (même la VF est parfaite), les accès disque (quasi invisibles) et les petits effets visuels qui font la différence. Nous avons affaire ici à une référence absolue sur Xbox 360 qui servira de repère pour les jeux à venir. Enfin un jeu "third-person" techniquement digne de la next-gen.



Le jeu parfait ? Non, car tout le scénario se déroule dans l'asile et l'action devient vite un peu répétitive. Les fans de Batman et de son univers sombre n'y verront aucun problème, les autres devront s'adapter à la claustrophobie et à cette ambiance si particulière... Certains reprocheront aussi l'absence de multijoueurs. Tout ceci devrait faire baisser la note finale, mais en temps que fan des jeux programmés avec amour (très rare de nos jours) je pense que l'aspect technique justifie à lui tout seul l'achat.

Batman Arkham Asylum s'inspire certes de tout ce qui s'est déjà fait et n'invente donc rien, mais il le fait mieux que tous les autres avec un gameplay et une réalisation tous deux très soignés : Les programmeurs de ce jeu sont des perfectionnistes ! Un jeu d'action-exploration-baston que vous devez posséder dans votre logithèque, même si vous n'aimez pas la chauve-souris.  On attend la prochaine réalisation de Rocksteady Studios avec grande impatience !

SUPPOS : 5/6

 

Publié dans TESTS

Partager cet article

TEST : WOLFENSTEIN / XBOX 360

Publié le par Dragon Knight

WOLFENSTEIN
Support : Xbox 360



Editeur : Activision

Développeur : Raven Software



Sortie : aout 2009


En 1992 Castle of Wolfenstein 3D révolutionne le jeu vidéo en inventant le genre FPS, le jeu de shoot 3D vu à la première personne (genre démocratisé par son successeur Doom). Bien plus tard une "suite" nommée Return to Castle of Wolfenstein fera son apparition sur PC et consoles 128 bits, un FPS sympa mais qui n'a pas marqué l'histoire. Nous voici en 2009 et la licence est de retour... pour le meilleur ou pour le pire ?


L'histoire prend place une fois de plus lors de la seconde guerre mondiale. Le conflit fait rage et les nazis tentent par tous les moyens d'écraser leurs adversaires quitte à aller voir du
coté... des forces occulte ! Vous êtes l'agent Blazkowicz (qui manque un peu beaucoup de charisme !) et votre mission est de surveiller ce que font les nazis. Si le scénario ne brille pas par son originalité on ne peut pas lui reprocher d'être dans le même trip que les autres Wolfenstein.
Dans la campagne solo votre base de repli se trouve dans le centre-ville de Isenstadt où vous pourrez trouver des alliés prêt à vous aider et de nouvelles missions.

Si les objectifs sont badauds les niveaux à visiter sont par contre variés : ferme, église, entrepôt, maison d'officier... bref de ce coté là on ne sera pas blasé. Seul bémol, le centre ville qui sert de plaque tournante pour les différents lieux est toujours infesté d'ennemis, ce qui est très agaçant quand il faut le traverser.

Dans les différents niveaux du jeu vous trouverez de l'or, des renseignements et des livres de pouvoirs. L'or permettra de customiser vos armes pour les rendre plus puissantes ou plus précises. Les renseignements permettent de débloquer certaines améliorations d'armes et d'apporter des infos sur l'univers du jeu. Quant aux livres de pouvoirs ils permettent de débloquer des améliorations pour balancer... des sorts !



Car effectivement l'une des nouveautés du jeu est de pouvoir user d'un médaillon (que l'on trouve rapidement) pour tout d'abord entrer dans le "voile", une sorte d'univers parallèle, et ensuite utiliser des pouvoirs tels que le ralentissement du temps ou le bouclier magique. Ce voile vous octroiera d'autres pouvoirs utiles comme passer à travers les portes et murs, voir vos ennemis dans la pénombre, etc... Cependant le nombre de pouvoirs est assez limité (tout comme les armes), ce qui est dommage. Au niveau du gameplay cela reste du classique comme dans tout bon FPS sur Xbox 360, les pouvoirs étant gérés avec la croix directionnelle.

Coté réalisation on surfe entre le très bon et le mauvais. Ainsi certains décors sont vraiment superbes (la ferme est très sympa tout comme Isenstadt elle-même), l'effet de l'eau sur l'écran est saisissant. mais parfois certaines textures sont très mal réalisées... Il en est de même pour l'IA, parfois plutôt intelligente (ennemis qui restent planqués en vous bombardant de grenades pour vous faire sortir de votre trou) et parfois plus débile que la coquille d'une huître. Pour l'ambiance là c'est du tout bon : on retrouve l'esprit Wolfenstein avec des moments épiques de combat et d'autres beaucoup plus stressants quand on a affaire avec des créatures béliqueuses.



Pour le multi on a droit à 8 maps et 3 modes de jeux : chronomètre, objectif et team deathmatch. Le joueur a le choix entre 3 classes de personnages : l'ingénieur (qui peut fabriquer certaines choses, donner des munitions...), le médecin (qui peut... soigner et même faire revivre !) et le soldat de base (qui aura des charges de C4 mais qui pourra aussi porter des armes lourdes tel que bazooka ou lance-flammes). Les grades sont aussi de la partie. Le nombre d'armes est peu élevé (2 pour l'ingénieur et le médecin, 5 pour le soldat). Cependant les joueurs gagnent de l'or suivant leurs actions (frags ou autres) ce qui permettra, à l'instar de la campagne solo, d'améliorer les armes, l'équipement, mais aussi d'acheter des pouvoirs du voile (différents suivant la classe).

Hélas en multi le jeu est graphiquement moins soigné qu'en solo (certains effets deviennent moches comme celui du lance-flammes). De plus les coups de crosses semblent assez mal gérés car trop rapides et les corps à corps assez cafouilleux, dommage... Rien qui ne puisse gâcher complètement le jeu mais qui n'en fera certainement pas le multi ultime. A noter qu'il n'y a pas de deathmatch tout court, vous êtes obligé de jouer en équipe !





Wolfenstein est un jeu sympa mais qui ne marquera pas l'histoire des FPS. Le mode solo reste cependant agréable (et toujours meilleur qu'un Bad Company par exemple), c'est une sorte de mélange entre Bioshock et Call of duty 4, divertissant et avec de bonnes idées. Quant au multi il est simple d'accès et assez (trop ?) classique.

Les + :
- L'ambiance !
- La custumisation sorts/armes
- Les lieux variés

Les - :
- Réalisation mitigée
- Corps à corps foireux
- Manque d'armes et de sorts

SUPPOS : 4,5/6
 

L'AVIS DU DOC
Le patient Dragon Knight est assez généreux en suppos. Wolfenstein est un FPS très classique qui n'apporte rien de nouveau au genre et dont la réalisation est plutôt banale. Il ose de plus adopter le fameux système de régénération automatique de la vie complètement absurde mais hélas devenu à la mode. Si vous êtes vraiment en manque de FPS c'est malgré tout un achat envisageable car cela reste un jeu plutôt fun.

Publié dans TESTS

Partager cet article

TEST : SHADOW COMPLEX / XBOX LIVE ARCADE

Publié le par Dr Floyd

  SHADOW COMPLEX
Support : Xbox Live Arcade


Développeur : Chair Entertainment



Sortie : aout 2009


Quel été chaud sur le Xbox Live ! Monkey Island, Marvel Vs Capcom, Les tortues bouffeuses de pizzas, Splosion Man, Triads HD, et ce très attendu Shadow Complex qui s'annonce comme un véritable retour au gameplay ancestral ? Et bien bordel de sprite, autant vous le dire tout de suite, sans suspens, le gamopat ne va pas être déçu !


Vous faisiez une petite randonnée en amoureux avec votre greluche quand soudain vous tombez sur un complexe militaire terroriste, votre copine se fait enlever, vous n'avez plus d'autre choix que l'aller la libérer armé de... votre lampe torche ! Un scénario nanar bien rétro et simple comme on aime ! Et c'est parti pour un jeu exploitant l'excellent combo gameplay 2D et réalisation 3D (avec le moteur Unreal Engine 3). Un bon jeu solo à l'ancienne aux scènes d'action musclées façon Contra.




Le gameplay est simple : vous dirigez le personnage au stick gauche et vous tirez avec le stick droit, avec une visée plus ou moins automatique qui permet de tirer aussi vers l'arrière plan (ce qui pose cependant parfois quelques soucis). Le level design rappelle celui de Metroid avec une progression dans un vaste labyrinthe et une map pour vous y retrouver. Au programme récupération d'armes, nouvelles compétences pour devenir petit à petit un surhomme. A vous de choisir votre façon de jouer : en fonçant dans le tas ou dans le style infiltration. Les situations sont variées, on ne s'ennuie pas une seconde.
 



La campagne peut se terminer assez vite si vous connaissez le jeu par coeur, sinon en prenant votre temps comptez 6 ou 7 heures. A coté de cela il y a une vingtaine de missions indépendantes, avec des défis où il faudra essayer de décrocher la médaille d'or. Un ajout bienvenue pour rallonger la durée de vie du jeu.




La réalisation est somptueuse, on dirait un vrai titre retail et un non un "simple" jeu xbox live : beau, fluide, avec des effets de lumières saisissants, des bruitages corrects et de très bonnes musiques. Il n'y a rien d'autre à rajouter : c'est du travail soigné de vrais programmeurs passionnés, loin des jeux commerciaux de Ubisoft où les programmeurs travaillent à la chaîne sans la moindre passion.

Shadow Complex s'impose comme l'un des meilleurs jeux d'action du Xbox Live, et même comme l'un des meilleurs jeux de la Xbox 360 ! Dommage qu'il  soit vendu uniquement en téléchargement, il mériterait sa petite galette pour pouvoir le collectionner. Avec Splosion Man, Trials HD, et maintenant Shadow Complex, trois jeux 100% originaux, c'est le grand retour du gameplay ancestral ! On retrouve les sensations perdues de l'époque 8-16 bits avec en cerise sur le gâteau une réalisation technique réellement next-gen. A posséder absolument

SUPPOS : 6/6

Publié dans TESTS

Partager cet article

TEST : Wii SPORTS RESORT / NINTENDO Wii

Publié le par Dr Floyd

  Wii SPORTS RESORT
Support : Wii


Editeur : Nintendo

Développeur : Nintendo


Sortie : 24 juillet 2009


Wii Sports Resort chez Rueducommerce


Wii Sports est en théorie le jeu vidéo le plus vendu de tous les temps...  oui en théorie car il est "offert" en bundle avec la console et c'est donc un peu de la triche ! Ce Wii Sports était surtout une petite démo technique de la Wii qui se faisait passer pour un jeu vidéo. La désillusion fut totale : un contenu ridicule et pas de réelle reconnaissance des gestes, juste une vague détection de mouvements... Wii Sports Resort accompagné du WiiMotionPlus va t-il sauver la mise ? Mode casual ON.

 

 



Le jeu est donc vendu en bundle avec le fameux WiiMotion Plus à insérer au bout de votre Wiimote. L'ensemble est un peu long et lourd mais globalement ça ne change pas grand chose au niveau de la prise en main. Au diable la coque de protection offerte dans le bundle pour consolider les deux accessoires, lançons vite quelques épreuves afin de juger de l'utilité de ce petit gadget !

 

 



Dès le lancement du jeu on comprend que Nintendo a gonflé le contenu, avec une introduction très sympa et un menu qui affiche 12 disciplines (plus des variantes à débloquer, faisant passer le total à 20). Les épreuves sont variées : sabre, frisbee, aviron, basket, tir à l'arc, ping pong, cyclisme... et notons le retour du golf et du bowling. Une offre qu'on aurait pu espérer plus complète, mais c'est assez homogène malgré tout.



On s'aperçoit tout de suite que la wiimote devient bien plus efficace et précise avec ce petit appendice, le sabre et le frisbee m'ont rassuré au bout de quelques secondes. La Wiimote détecte désormais correctement vos mouvements, vous la maitriserez rapidement alors qu'auparavant on se demandait vraiment que ce que ça détectait ! Même constat en rejouant au bowling et au golf qui sont désormais plus crédibles. C'est flagrant aussi avec le ping-pong, il ne suffit plus de faire un geste bidon avec le poignet : vous pouvez désormais doser, viser et donner des effets... Bon ok ce n'est pas de la simulation, mais c'est assez fun. Du coté des épreuves bidon on citera surtout le vélo où il faut imiter le pédalier, c'est fatigant, ridicule et pas du tout immersif. Personnellement j'adore le tir à l'arc. Au final le gameplay de chaque jeu est plus profond et précis que ceux du premier opus, et donc la marge de progression et la durée de vie sont plus conséquentes.




La réalisation globale est en hausse, mais reste dans le ton casual et la Mii-attitude : modélisations et textures basiques, mais jeu très coloré et fluide. Le cadre est également agréable : le jeu est basé autour du thème de l'île de loisirs avec de petites musiques qui accompagnent bien les parties. Enfin les menus et didacticiels sont clairs. Bref, rien à dire, c'est propre. A noter par contre l'absence de on-line (pas grave car ce jeu est fait pour jouer contre des amis "réels") mais gênant quand même du fait qu'il n'y a pas de tableau de scores en ligne (c'est le fan de scoring qui se réveille !).


Avec Wii Sports Resort et le WiiMotion Plus Nintendo rattrape le coup. Ce jeu est parfaitement adapté pour des soirées casual entre amis, bonne ambiance assurée, et plus personne ne se moquera de votre wiimote en disant "pfff ça marche aussi en faisant n'importe quoi !". Si vous possédez une Wii et que vous souhaitez sortir de temps en temps de votre rôle de gamopat fou pour avoir une vie sociale ce jeu est idéal. Le WiiMotion Plus est en tout cas un achat logique si vous comptez garder votre Wii encore longtemps. Mode casual OFF.

SUPPOS : 5/6


Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] BLAZBLUE : CALAMITY TRIGGER / PS3

Publié le par Dr Floyd

  BLAZBLUE CALAMITY TRIGGER
Support : PS3
Existe également sur Xbox 360

Développeur : Arc System Works
Editeur : Aksys Games

Sortie : juin 2009 (Japon)
Prévu pour 2010 en Europe

Disponible en import chez Neoamusement

Se procurer un shoot ou un jeu de baston japonais non encore disponible chez les paysans européens c'est toujours un petit plaisir bien agréable... d'autant plus pour Blazblue, un jeu de baston 2D très attendu de Arc System Works, studio à l'origine de la série Guilty Gear.

Pas de soucis avec cette version Japonaise du jeu : les menus et textes sont entièrement en anglais par défaut, le japonais est en option. La PS3 n'étant pas zonée attendre la version européennes en 2010 pour quelques bonus bidons et un prix plus élevé ne sert à rien.

Douze personnages, oui c'est très peu pour un jeu de baston, mais sachez qu'ils sont graphiquement tous réussis et sans doublon. Le ténébreux Ragna et sa puissante lame semblant être le héros charismatique du jeu. Plusieurs modes de jeu, mais rien de neuf à signaler : mode arcade, score attack, mode story très gonflant (beaucoup de texte à lire avec des images fixes !), versus et jeu en ligne. C'est (hélas) très classique.



Question gameplay les fans de Guilty Gear ne seront pas surpris : les combos sont à peu près les mêmes. Les coups sortent facilement, avec des furies basées comme toujours sur les quarts/demi cercles. Même si tout le monde peut y jouer sans problème le gameplay est quand même réservé à un public de connaisseurs, nous sommes très loin de la facilité d'un Street Fighter 4. Ici 1 bouton pour les coups faibles, 1 pour les coups forts, 1 pour les coups avec arme, et 1 pour les capacités spéciales. Une barre se remplie pour les coups spéciaux (avec quelques variantes selon les personnages), si elle atteint 50% vous pouvez lancer votre attaque démoniaque (mention spéciale pour le mode "super ninja" de Bang !). Autre jauge, celle de défense : elle se remplit si vous vous protégez et vous prenez le risque de vous retrouver paralysé quelques instants.

On pourra reprocher au jeu un certain déséquilibre entre les personnages, certains ayant un avantage net, du moins en apparence (il faut voir avec l'expérience), un gameplay trop fouillis pour les débutants qui seront vraiment perdus sans un bon entraînement... heu sauf à utiliser le stick droit où les coups spéciaux sont pré-programmés (??!!), ce qui est totalement absurde !



La réalisation est somptueuse : un character design délirant (mais il faut aimer !), des décors fabuleux utilisant la 3D (jamais vu mieux en matière de baston !), des sprites détaillés et fluides, et des effets très réussis. Il n'y a rien à dire, nous avons affaire au plus beau jeu de baston de tous les temps, le premier qui réussi à bien utiliser la 2D en haute définition. Enfin la bande son est très réussie et vous plonge dans l'ambiance. Si on devait faire quelques reproches : manque de vivacité entre chaque écran de sélection et petits temps de chargement qui cassent l'ambiance "arcade".

Beaucoup moins accessible qu'un Street Fighter 4, Blazblue est un jeu de baston qui s'adresse avant tout aux fans (à ceux de Guilty Gear Accent Core) : aucun risque d'être déçu pour eux ! Pour les autres il faut déjà apprécier les délires créatifs de Arc, et s'adapter au gameplay assez pointu, donc s'entraîner beaucoup. Mais la beauté des graphismes pourra faire craquer plus d'un "casual-baston-gamer" car Blazblue s'impose facilement comme le plus beau jeu de baston existant.

SUPPOS : 4.5/6

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] TRIALS HD / XBOX LIVE ARCADE

Publié le par Dr Floyd

TRIALS HD

Support : Xbox Live Arcade


Développeur : RedLynx

Editeur : Microsoft



Sortie : août 2009



On nous avait promis un été chaud sur les plate-formes de téléchargement, et franchement les prévisions sont bonnes : Splosion Man, Les Tortues Ninja, Monkey Island, Shatter, Trials HD, Shadow Complex, que d'excellents titres ! Allez penchons nous aujourd'hui sur ce jeu de Motocross qui semble franchement inspiré de Motocross Maniacs sur Gameboy !

Le principe est simple : c'est un jeu de parcours moto 3D au gameplay 2D où il faut boucler les nombreuses pistes le plus vite possibles en gérant de la meilleure manière possible les obstacles. Le gameplay est très simple : les gâchettes pour accélérer ou freiner, et le stick pour l'inclinaison de la moto. Simple, mais pointu et addictif !





Le coté addictif vient aussi et surtout du fait que le jeu est basé sur le scoring : à vous de faire le meilleur temps possible pour vous classer dans le top mondial ! Le scoring, la base du jeu vidéo, trop souvent oublié sur les grosses productions sans âme. Dès lors le jeu devient une vraie drogue : vous chercherez toujours à améliorer votre technique pour gagner les quelques millièmes de secondes qui vous feront gagner quelques places au classement ! La réflexion n'est donc pas absente de ce jeu avec un level design très bien pensé. Sont disponibles également des challenges bonus et un éditeur de circuits complet !

La réalisation est excellente pour un jeu XBLA : level design travaillé, réalisation sympa, moteur physique convaincant, pour un jeu très bien fini. De plus avec des commandes très simples et un gameplay 2D dans un environnement 3D, c'est la cerise sur le gateau pour le gamopat ! Bref du bon boulot, on regrettera peut-être les graphismes un peu sombres.


Fans de jeux de motocross et/ou de scoring, ne passez pas à côté de ce jeu génial. Bien réalisé, fun, addictif, ce jeu mériterait une galette ! On s'aperçoit petit à petit que le jeu vidéo est en train de renaitre via les petits studios indépendants sur XBLA, dommage que tout ceci soit virtuel en téléchargement ! Le gameplay ancestral est de retour !

SUPPOS : 5,5/6

Publié dans TESTS

Partager cet article

TEST : THE DEEP PINBALL / iPHONE-iPOD TOUCH

Publié le par Dr Floyd

THE DEEP PINBALL
Support : iPhone, iPod Touch
Editeur : Gameprom

Sortie : août 2009
Prix de lancement : 0,79€


Je n'en pouvais plus d'attendre The Deep Pinball car le premier jeu de flipper de Gameprom, Wild West Pinball, m'avait totalement séduit ! Et chose surprenante ce nouveau flipper est vendu au prix imbattable de 79 centimes !



Fini les cowboys et le Far West, place aux fonds marins, avec une réalisation toujours aussi exceptionnelle, voire en hausse : physique de la balle excellente, graphismes fins, animations totalement fluides, caméra dynamique et sons excellents. l'écran de l'iPhone et du iPod Touch étant parfaitement adaptés à ce jeu. Attention ne vous attendez pas à des effets de folie ou à plein d'animations, c'est un "vrai" flipper, et non un Devil Crush ou un Kirby Pinball. L'absence de boutons n'est pas gênante sur ce jeu, un pouce de chaque côté de l'écran tactile et le tour est joué.

La table est légèrement plus complexe que celle de Wild West, et le jeu plus facile. On retrouve toujours le tableau des scores mondiaux, mais également un top de vos scores perso qui est bienvenue, les fans de scoring sont aux anges. Le soucis de Deep Pinball est sûrement son manque de créativité : on fait très vite le tour des missions et ça manque un peu de "bling bling". La durée de vie du jeu dépend alors du fait si vous êtes fan de scoring ou pas.

The Deep Pinball, c'est le type de jeu idéal sur iPhone. Fan de flipper, ou fan de scoring, même si la table de ce flipper manque de créativité, foncez ! Car à 79 centimes c'est un véritable cadeau ! Gameprom nous fait totalement oublier le fameux Pinball Dreams de l'Amiga (d'ailleurs aussi disponible sur iPhone mais qui semble bien fade à coté de ces deux chef d'oeuvres de Gameprom).

SUPPOS : 5/6
6/6 en tenant compte du prix

Publié dans TESTS

Partager cet article