1163 articles avec tests

[TEST] DRABON BALL RAGING BLAST / PS3

Publié le par Sp!nz

DRAGON BALL RAGING BLAST
Support : PS3
Existe également sur Xbox 360

Editeur : Namco Bandai
Développeur : Spike


Sortie : 13 novembre 2009

En vente chez RueduCommerce

Je vous propose un test/déballage de ce nouveau Dragon ball en espérant qu'il puisse vous influencer et vous inciter à acheter, ou pas, cet opus en HD, le deuxième Dragon Ball sur next-gen après un premier essai bien décevant. Allez passons tout de suite au déballage du jeu dans sa version Collector !

Rien de bien original pour cette version collector si ce n'est le code permettant de débloquer Broly dès le début ce qui peux valoir le coût pour les casuals gamers, ainsi que des power-up spécifiques à certains personnages. La steelbox, l'art-book et la B.O du jeu étant devenus des évidences lorsque l'on parle maintenant d'édition collector, cette édition sera donc plus destinée aux fans.

L'art-book quand à lui propose de découvrir au court de ses pages :

- La modélisation des personnages,
- L'animation des personnages,
- Les esquisses de conception des niveaux,
- La création des cartes des niveaux,
- La création des techniques spéciales,
- Et la version finale du soft (si si !)




Passons au test

Dragon Ball Raging Blast est le jeu que l'on attendait tous (en particulier les Tenkaichi Addicts), certains faisant preuve d'un fanatisme très personnel interpréteront les power-up respectifs de Vegata et Broly comme un blasphème, d'autres les accueilleront à bras ouverts... Bien que le nombre de personnages soit réduits de moitié depuis le dernier Tenkaichi, les possibilités offertes dans cet opus combleront largement ce manque, le mode customisation bien que peu banal rend les possibilités infinis, les costumes se comptent parfois par 9 (!) pour certains persos, et les terrains vraiment très grand se suffisent à eux même bien qu'on serait pas contre des terrains supplémentaires autant vous dire que celui-ci n'a rien (ou peu) a envier à son prédécesseur...

Les musiques
issues des studios américains, à ma grande surprise sonnent plutôt bien mais cela ne remplacera pas celles issues de la saga originale. Nous apprécierons malgré tout la possibilité de jouer avec notre playlist, à savoir que le online rend impossible l'utilisation de la playlist.



Le gameplay est jouissif bien que la prise en main ne soit pas immédiate en particuliers pour les beginners. Seul défaut à noter concernant le gameplay : Appuyer sur L2 et L1 en même temps n'est pas toujours évident, la touche L2 étant plus sensible que L1 il va falloir s'adapter afin de rendre la pression des deux touches synchros (ou alors customiser sa manette Sixaxis afin de remplacer celles-ci par des touches de manette Ps2). Le mode online quant à lui est très bien optimisé et ne souffre pas de ralentissements à moins d'avoir une connexion 56 k installée à la Mc Gyver. Au niveau des nouveautés, le dynamisme du team battle se trouve renforcé par un système escarmouche pouvant empêcher l'adversaire de changer de combattant ainsi que la présence du Super Rising très beau mais à retravailler. Les attaques personnelles quant à elles donnent un côté stratégique au jeu, seulement la variété de celles-ci sont très limitées...

Les graphismes sont dignes d'un jeu de console next-gen, bien que l'aliasing soit perceptible et que certains terrains sont moins travaillés que d'autres. Les 60 fps promis sont au rendez-vous malgré quelques chutes radicales lorsqu'on est amené dans un coin ou près de certains éléments spécifiques... Le gros point faible viendra sûrement de la caméra (en particulier lors des Super Risings) qui ne sait malheureusement plus où donner de la tête sous certains angles ou qui est tout simplement très mal gérée, en particulier dans les coins (ce qui est très handicapant dans la map du Tenkaichi Budokai, rendant pour le moment les tournois impraticables). Néanmoins le dynamisme des combats a été grandement amélioré ce qui ne déplaira pas aux fans amateurs des combats de la saga.



Au niveau du scénario bien que certaines traductions soient pour le moins lamentables, le jeu reste très fidèle à l'oeuvre originale signée Akira Toriyama et la transition entre les chapitres est faite de façon à ne pas troubler le fan inconditionnel de l'oeuvre. Car rappelons que certains personnages ayant une certaine influence sur l'histoire principale n'ont pas trouvé leur place dans cet opus... Les personnages se rapprochent de plus en plus de leur charisme original grâce a une modélisation et une fluidité dignes de ce nom, attendez vous même à sourire lors de certaines scènes d'humour renforcées par la présence des fameuses "gouttes de transpiration sur la tête".

Pour ce qui est de la durée de vie, vous en avez pour de bonnes journées de combats car le contenu est bien là. C'est pas moins de 5h qu'il vous faudra pour compléter le scénario disponible dès le début et plus du double pour le finir intégralement (ce qui est très appréciable pour un jeu de combat), 51 trophées que vous devrez débloquer, une centaine étoiles servant à acheter les scénarios cachés et divers autres bonus...

Points positifs :
- Un Tenkaichi en HD !
- Le Mode Customisation,
- Aspect stratégique grâce aux attaques personnels,
- Des terrains bien plus grands,
- Les effets de lumières très bien retravaillés,
- La fidélité du jeu vis à vis de l'oeuvre original ainsi que les chapitres alternatifs cohérents,
- La fluidité malgré quelques rares ralentissements,
- Online très stable,
- Une B.O pas si moche que ça.

Points négatifs :
- LA CAMERA !
- Une inégalité graphiques au niveau de certains éléments (terrains entre autre),
- Nombre de terrains assez pauvre qui n'est pas comblé par l'augmentation de leur surface,
- Variété des attaques personnelles très limitées,
- Quelques impressions de déjà-vu lors de certaines attaques.

SUPPOS : 3,5/6

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] COLIN MCRAE DIRT 2 / PC

Publié le par Dr Floyd

  COLIN MCRAE DIRT 2

Support : PC
Existe également sur Xbox 360, PS3, Wii, DS, et PSP


Editeur : Codemasters



Sortie : 4 décembre 2009


Colin McRae DIRT 2 sur console de salon est une vraie réussite : fun à jouer et techniquement assez impressionnant. Attardons nous maintenant sur la version PC tout fraîchement débarquée. Allez on branche le 486 DX66, la SoundBlaster, et la 3DFX pour un test de feu !

DIRT 2 veut vous en jeter plein la vue dès les menus avec une vue subjective, des choix animés et une voix-off de surfeur californien (débile)... Sauf que ce style de menus ne colle pas trop au PC (il a été conçu pour une navigation à la manette), mais bon il a l'avantage de cacher les temps de chargement.



Vous allez participer à un DIRT Tour en voyageant un peu partout autour du monde, de Londres à Tokyo, en passant par le Maroc, la Croatie, le Mexique, etc... Les destinations se débloqueront au fur et à mesure que vous marquerez des points d'expérience. Vous choisissez votre destination, votre course, votre niveau de difficulté (je vous conseille de passer directement en 'sérieux' sauf si vous êtes un sacré bytos) et votre bolide, avec possibilité d'en acheter de nouveaux en fonction de vos crédits. Vous débloquerez aussi des goodies (comme la tête de mort sur le tableau de bord) ou des peintures.

Il y a 5 types de courses : les spéciales (rally), les courses classiques (premier arrivé), la domination (où il faut gagner des tronçons de piste), l'élimination (le dernier dégage à chaque fin de chrono) et le slalom. Plutôt classique non ? Du coté des véhicules il y en a 7 types : rally, trophy truck, raid, buggy,... Mais bon les différences se ressentent assez peu. Allez trêve de blabla, en piste !



Tout comme sur la version console de salon nous sommes tout de suite rassuré sur le gameplay : le jeu est beaucoup moins casual que son prédécesseur. Même si ce n'est pas de la pure simulation, le gameplay est très subtil et agréable, Codemasters a enfin réussi à se placer dans le juste milieu. On s'amuse comme un fou surtout sur les pistes abîmées du Mexique ou du Maroc ! A noter bien sûr la déformation des véhicules, mais hélas les crashs n'ont pas de réelle incidence sur le comportement de votre véhicule ensuite. Mais bon, le jeu est fun tout en demandant pas mal de dextérité, les sensations sont bel et bien de retour ! Plusieurs vues sont disponibles : deux vues externes (peu immersif mais utile pour bien gérer les chocs entre voitures), une vue au sol (trop rapide et stressant), une vue cockpit (sympa mais visibilité réduite) et le meilleur choix selon moi : la classique et efficace vue capot.

l'IA adverse est de qualité, avec des pilotes qui ont leur propre façon de conduire, qui commettent des fautes ou qui vous en veulent. A noter la présence d'un stupide mode flashback qui permet de remonter dans le temps en cas de crash ! N'importe quoi (mais il faut penser aux casuals !). Heureusement il est limité et très discret. A ne jamais utiliser donc, cela n'a aucun sens dans un jeu de course ou la notion de performance est primordiale pour pouvoir prendre du plaisir. La durée de vie est énorme, et il restera toujours les épreuves multi-joueurs et le scoring-temps pour y revenir très longtemps.



Coté réalisation, c'est en Direct X11 que le jeu est vraiment le plus beau. Sur un Core 2 Duo 2Ghz et une carte graphique milieu de gamme le jeu tourne assez bien en modérant le niveau de détails. Si vous voulez pousser les détails et la définition il faudra par contre un gros PC sous peine de voir le jeu descendre largement sous les 30 frames/sec. Le but est avant tout de garder une fluidité à toute épreuve, élément indispensable pour un jeu de caisse.

DIRT 2 est visuellement sublime sur un bon PC, on ne fait pas mieux dans le genre. Graphismes de haut vol, pas de clipping, de vrais reflets sur la carrosserie, des vues intérieures très détaillées, des effets de lumière vraiment au top, de la poussière, de la boue, pas d'alliasing, fluide (selon votre bécane bien sûr), c'est vraiment du très bon boulot ! Sur certains replay on a presque la sensation de photo-réalisme ! De plus le jeu a été fignolé dans ses moindres détails avec des replays à couper le souffle. C'est MA-GNI-FI-QUE !

Le Gameplay de DIRT 2 ? Un très bon compromis entre l'arcade et la simulation, pour une fois c'est une réussite. La réalisation de DIRT 2 ? Tout simplement le plus beau jeu de caisse actuellement ! Un jeu indispensable pour tout fan de courses "dirt", on lui reprochera juste un petit manque de contenu et de variété. 

SUPPOS : 5,5/6

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] LEFT 4 DEAD 2 / PC -XBOX 360

Publié le par Dr Floyd

  LEFT 4 DEAD 2
Suport : PC
Existe également sur X360

Editeur : Valve
Développeur : Valve

Sortie : 19 novembre 2009


Left 4 Dead 2 sur
RueduCommerce

Fin 2008 Left 4 Dead surprend tout le monde : ce petit FPS orienté multi-joueurs crée la surprise, c'est simple à prendre en main, fun et addictif. C'est le coup de coeur de Gamopat en 2008 ! Mais cette suite pondue très rapidement ne sent-elle pas le réchauffé ? Allons butter quelques milliers d'infectés pour avoir la réponse... et sur PC une fois n'est pas coutume.

Vous faites toujours et encore parti d'un groupe de 4 survivants qui allez devoir lutter contre une population transformée en zombies déchaînés. Bref, pas besoin de scénario, place à l'action ! Les 4 personnages ont chacun leur propre personnalité et sont franchement réussis, ils sont drôles et charismatiques. Le jeu est toujours basé sur la coopération entre ces personnages, du moins si vous jouez à plusieurs, même si en solo on peut y prendre grand plaisir. Il ne faudra pas trop compter sur l'IA de vos camarades en y jouant seul mais cela reste un grand jeu de survie à l'ancienne avec le niveau de vie qui baisse. On retrouve les vraies sensations des FPS, loin des dérives constatées depuis Halo et Gears of War avec la régénération automatique de la vie.




Vous devez comme toujours combattre des infectés sur plusieurs niveaux pour terminer le mode campagne. Sur chaque map il y aura un gros évènement qui obligera l'équipe à se regrouper pour affronter une horde de zombies (50 zombies qui vous foncent dessus ça ne vous fait pas trop flipper ?). A noter que l'IA gère les apparitions de zombies, les objets, les armes, voire les chemins en fonction de la façon dont vous jouez, ceci donne un rythme diabolique au jeu, et différent à chaque partie. Il y a toujours des infectés un peu spéciaux, avec de petits nouveaux comme le Spitter cracheur d'acide, le Charger, ou le Jockey que vous laisse découvrir. Votre arsenal est plus varié que dans le premier jeu, avec une excellente tronçonneuse (avec une gestion des démembrements si vou plé) et des armes évolutives (balles explosives, visée laser...).



A noter la présence d'un mode "réaliste" pour les vrais barbus où les zombies sont résistants et les aides absentes. Le mode "survival" est terrible : vous devez vous préparer à l'attaque des zombies en plaçant des bidons et des explosifs sur la carte, et il faudra ensuite tenir le plus longtemps possible. Absolument génial ! J'oublie le mode versus où les joueurs "survivants" luttent contre les joueurs "infectés", le sens tactique est alors très important. Enfin un autre mode : "Scavenge" avec un compte à rebours. Rhaaaaa c'est trop bon ! En multi le jeu se joue donc de 2 à 4 en équipe, ou jusque 8 en Versus (2 équipes de 4).



La réalisation est un poil meilleure que dans le premier épisode, ce n'est pas du top niveau mais cela reste très correct, je trouve le jeu agréable avec des couleurs sympa et des décors variés. Le tout reste assez fluide sur un PC Core 2 Duo 2Ghz avec une carte graphique milieu de gamme (une 9600GT pour ce test). Il faut par contre un très bon PC pour ne pas constater de petits ralentissements lors des phases "horde" où des dizaines de zombies vous foncent dessus.

Il est clair qu'on pourrait avoir plus de finesse dans les textures et les détails, mais qu'importe, l'important est que le jeu soit fun et parfaitement jouable avec des nouveautés croustillantes comme le démembrement. Je préfère largement une telle option à des textures plus fines ! Quant à la partie sonore elle est parfaite.



Left 4 Dead 2 est totalement jouissif ! Amusant en solo, totalement démentiel en multi, avec des tas de modes de jeux, c'est un titre fabuleux qu'il faut absolument posséder. Si vous avez adoré le premier jeu l'an passé, replongez : nouveaux zombies, nouvelles armes, nouveaux modes, démembrements, encore plus de fun et d'humour ! Valve, les développeurs, ont tout compris au gameplay ancestral et tiennent avec Half Life et Left 4 Dead deux des licences les plus marquantes de l'histoire du FPS ! CULTE.

SUPPOS : 6/6



COMPARATIF VERSION XBOX 360
La version Xbox 360 s'en sort très bien face au PC. La manette est tout à fait adaptée aux FPS, et le jeu est tout aussi nerveux. Graphiquement c'est un poil moins beau, mais une fois de plus sur console vous gagnez le confort du grand écran et de la manette unique face au couple souris-clavier. Si vous hésitez entre les deux versions tout dépendra alors de la puissance de votre PC. Seul réel inconvénient sur PC : il faut un compte Steam, une vraie cochonnerie.

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST FLASH] TORNADO OUTBREAK / PS3

Publié le par Dr Floyd

TORNADO OUTBREAK
Support : PS3
Existe également sur X360 et Wii

Editeur : Konami
Développeur : Loose Cannon Studios

Sortie : 12 novembre 2009

En vente chez RueduCommerce

Voici un petit jeu de Konami sans la moindre publicité et qui passe assez inaperçu... Est-ce que cette absence d'ambition cache une bouse intersidérale ? Le concept sympa de la tornade mérite en tout cas qu'on s'y attarde.

Vous voici aux commandes d'une tornade, Zephyr le guerrier du vent, qui va lutter contre de méchant Omegaton... Un scénario complètement absurde et sans intérêt sur lequel on passe rapidement, même si il faut se payer durant le jeu des dialogues imbuvables.

Le principe du jeu se rapproche de celui de la série Katamari : vous déplacez une tornade qui lorsqu'elle détruit des objets ou décors grossit de plus en plus, ce qui lui permet de détruire de plus en plus de choses énormes, le but étant de "nettoyer" chaque niveau. Le temps est limité, il faut se dépêcher de grandir, attraper des feux follets (qui d'ailleurs gâchent un peu le gameplay, on aurait pu s'en passer de ces ennemis), et enchaîner les niveaux, avec des courses intermédiaires et des boss. A noter que notre tornade n'aime pas le soleil et il faudra jouer avec les nuages.



Le jeu semble assez court, mais propose des décors assez variés et un mode coopératif plutôt fun, mais pas de jeu en ligne. Du côté de la réalisation, on a un peu l'impression d'être sur PS2 et non sur PS3. La taille des niveaux et le design cartoon rendent cependant le tout très acceptable, c'est coloré et assez fluide. On sent quand même le jeu au budget très limité, proche de ce que l'on trouve en téléchargement sur PSN et XBLA.

Tornado Outbreak est un petit jeu original, même si un poil repompé sur Beautiful Katamari. Le concept de la tornade qui grossit pour détruire de plus en plus de choses est très sympa mais aurait mérité d'être plus travaillé. C'est un jeu "budget" (on peut le trouver à 26€) sans grandes prétentions mais assez sympa.

SUPPOS : 3/6

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] CALL OF DUTY : MODERN WARFARE 2 / PS3

Publié le par Dr Floyd

  CALL OF DUTY : MODERN WARFARE 2
Support : PS3
Existe également sur Xbox 360

Editeur : Activision
Développeur : Infinity Ward


Sortie : 10 novembre 2009

Une campagne solo très spectaculaire, un mode multi très réussi et qui cartonne toujours et encore aujourd'hui, que ce soit sur console, PC et même Mac : Call of Duty 4 Modern Warfare a marqué l'histoire du jeu vidéo. Après une parenthèse Treyarch, Infinity Ward (le meilleur Studo il faut bien le dire) nous balance un 6eme opus deux ans plus tard.

L'histoire se déroule cinq ans après les évènements de COD4, et le nouveau méchant Russe c'est aujourd'hui Makarov. Après quelques scènes d'introductions avec un peu d'escalade et de motoneige, vous allez assister à la fameuse scène de l'aéroport qui fait polémique : le massacre de civils dans un aéroport russe à laquelle vous participez (même si vous n'êtes pas obligé de tirer). Une scène vraiment choquante qui aurait du être censurée. Ok c'est un jeu vidéo mais il y a des limites à ne pas dépasser, les civils ne sont pas des soldats ni des aliens, et cette scène fait dans le réalisme absolu (contrairement à GTA où tout se joue au 12e degré). Bref... En fait ce carnage est un coup monté pour faire croire à un raid américain, et du coup les Russes déclarent la guerre aux USA. Et c'est parti pour de l'action non stop où vous allez devoir sauver le monde.



Les séquences de jeu sont toujours et encore très spectaculaires, Infinity Ward n'a vraiment aucun concurrent dans ce domaine. C'est la folie, un rêve de jeu d'action, les scènes cultes s'enchaînent à un rythme très soutenu, on a toujours envie de découvrir ce qu'il va se passer ensuite... Tellement que l'on peut finir le jeu très vite ! Un conseil : choisissez d'entrée un bon niveau de difficulté car voici le gros défaut du jeu : son mode solo très court.



Le gameplay est toujours le même, avec ses qualités (nerveux, intense, fluide) et ses gros défauts : les scènes sont très scriptées, les ennemis peuvent revenir à l'infini tant que vous n'avez pas rejoint un checkpoint, les passages alternatifs peu nombreux, et la gestion de la vie totalement irréaliste : comme toujours se planquer deux secondes vous ressuscite. Ceci fait qu'on ne joue pas de manière réaliste, ce qui ne favorise pas l'immersion, point essentiel dans un FPS.  Mais comme pour COD4 tous ces défauts sont masqués par la mise en scène exceptionnelle. A noter la présence d'un mode coopératif en écran splitté, sympa, mais c'est toujours le même problème : jouer sur un demi écran c'est franchement gonflant. Le mode multi est quant à lui aussi complet et efficace que dans COD4, il va faire à nouveau un carton sur le Live !



La réalisation est exceptionnelle. On tient là peut-être le plus beau jeu next-gen devant Gears of War 2 et Uncharted 2. Le niveau des détails est élevé, les animations incroyables, les textures fines, et désormais il est possible de détruire la plupart des objets présents sur votre parcours. Seul problème : la végétation sur laquelle Infinity Ward fait encore l'impasse, c'est figé, mais si cela peut aider à rendre le jeu totalement fluide... Car la fluidité, marque de fabrique de cette licence, est toujours au rendez-vous : le jeu tourne en permanence en 60 frame/sec, le bonheur pour un FPS ! Le tout est accompagné d'une bande son de grande qualité. Sublime.

Si vous avez adoré COD4, vous adorerez cette suite ! Le FPS Spectacle est de retour : mise en scène fabuleuse et réalisation de haut vol, accompagné d'un mode online parfait. Malgré ses défauts (mode solo trop court, gestion de la vie, jeu linéaire) c'est ce que l'on peut faire de mieux en jeu "pop-corn" sur PS3 et Xbox 360. Indispensable.

SUPPOS : 5,5/6


Comparatif version Xbox 360 :
Les deux jeux sont quasiment identiques, avec peut-être des textures un poil plus fines sur Xbox 360. La seule vrai différence : le pad Xbox 360 bien meilleur pour les FPS que le DualShock 3.

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST FLASH] F1 2009 / Wii

Publié le par Dr Floyd

F1 2009
Support : Nintendo Wii

Existe également sur PSP

Éditeur : Codemasters
Développeur : Sumo Digital

Sortie : 20 novembre 2009


Après F1 2009 sur PSP (voir notre test) intéressons nous à la version Nintendo Wii. Personnellement j'ai du mal à comprendre qu'on sorte un jeu de F1 sur Wii. Le jeu va t-il trouver son public ? Il faudrait déjà savoir si il est bon car le Studio Sumo ne s'est pas tellement foulé sur la version PSP...

Tout comme sur PSP on retrouve toute la saison 2009, les dix écuries, tous les pilotes et tous les circuits (17 au total). Il y a pas mal de modes de jeu : rapide, carrière, contre la montre, course de checkpoints), écran splitté à 2 joueurs, bref rien à redire.



Sauf que la réalisation est d'un autre temps : les tracés sont pauvres, on reconnaît à peine les circuits, les monoplaces vaguement modélisées, le framerate moyen, les ralentissements nombreux... si sur PSP ça passe ce n'est pas vraiment acceptable sur une console de salon, même si la Wii n'est pas très puissante. Pour défendre un peu le jeu signalons la présence d'une vue cockpit, la gestion de la météo et des dégâts.



Le pilotage est clairement orienté Arcade, alors désactivez d'entrée toutes les aides au pilotage sinon c'est du grand n'importe quoi. L'IA ne va pas remonter le niveau avec des pilotes assez déconcertants. Vous jouez avec la wiimote en position horizontale ou insérée dans le bout de plast... dans le volant fourni avec le jeu. Il vaut mieux jouer avec le volant pour avoir un peu plus de sensations et de précision, mais difficile de doser les mouvements. Et comme sur PSP il n'y a pas de rétroviseur : impardonnable.

F1 2009 n'est pas à son aise sur Wii : même si le jeu est complet la réalisation d'un autre temps à peine digne de la PS2 et un gameplay à la wiimote imprécis destinent ce jeu aux casuals. Sauf que les casuals ne sont pas spécialement fans de ce type de jeux...

SUPPOS : 2/6

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST FLASH] F1 2009 / PSP

Publié le par Dr Floyd

F1 2009
Support : PSP

Existe également sur Wii
Editeur : Codemasters
Développeur : SUMO Digital
Sortie :
19 novembre 2009




C'est le grand retour de la Formule 1 sur console, et c'est Codemasters qui en prend la responsabilité, mais étrangement sur PSP et Wii dans un premier temps. Car on pourrait penser que ce type de jeu est avant tout destiné aux gamers sur grosses consoles de salon. Mais bon, intéressons nous aujourd'hui à la version portable PSP.

Toute la saison 2009 est intégrée dans le jeu : les pilotes, les écuries et les circuits. Vous pourrez y jouer en mode "jeu rapide" paramétrable ou en mode carrière pour revivre toute la saison 2009. Il y a aussi un mode local pour y jouer à 4 en même temps. Pas de online, et temps mieux vu les résultats désastreux que cela donne souvent sur PSP. Bref, c'est assez complet.



Le gameplay est plutôt agréable si du moins vous réglez les paramètres à votre goût. Je vous conseille de supprimer quelques aides et de jouer au pad et non au stick. A noter l'absence de rétroviseur qui est quand même un grand problème car passer en vue arrière en pleine course est peu pratique et très risqué. l'IA n'est pas exceptionnelle mais vous donnera du fil à retordre malgré tout. Enfin la gestion des dégâts et de la météo sont pris en compte.



La réalisation est assez moyenne, le framerate est passable mais est victime de grosses baisses de framerate et vu la vitesse du jeu c'est assez pénalisant par moments. Plusieurs vues sont disponibles, ne comptez pas trop en changer en pleine course car il faut passer par la touche Select. On attendait quand même un peu mieux de la part du studio Sumo Digital, assez talentueux, et qui n'en est pas à son coup d'essai en matière de jeu de caisse.

F1 2009 est une simulation de F1 assez réussie sur PSP, mais extrêmement classique. Pas de surprise concernant le gameplay et la réalisation, on a toujours l'impression de jouer et rejouer au Formula One 2001 de la PS2 ! Sumo nous déçoit un peu sur le coup. A conseiller aux fans du genre en manque...

SUPPOS : (3/6 pour les fans)

 

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] EXCITEBIKE WORLD RALLY / WiiWARE

Publié le par Goomba-Powaa

EXCITEBIKE WORLD RALLY
SUPPORT :
Wiiware (1000 Points)
ÉDITEUR : Nintendo
DÉVELOPPEUR : Nintendo
Sortie : 9 Novembre 2009 (USA)


Nintendo se décide enfin à dépoussiérer une vieille licence, qui aura connu son heure de gloire sur NES. Devenu un classique de l’arcade à l’époque (et encore aujourd’hui), Excitebike revient près de 25 ans plus tard à nouveau en 2D sur la Wii via la plate-forme de téléchargement Wiiware. Alors, ce remake est-il toujours aussi addictif, ou bien au contraire totalement dépassé ?


le premier Excitebike sorti en 1984 sur NES

Le concept d’Excitebike parait très simple lors de la première prise en main, alors qu’il se révèle vite subtil. Votre but : enfourcher une moto-cross sur des tracés bien sûr escarpés mais aussi semés d’embûches (boue, adversaires, barrières…) afin de réaliser le chrono ultime. Cette nouvelle version Wiiware reprend les ingrédients qui ont fait le succès du titre tout en y rajoutant quelques subtilités afin de remettre le gameplay totalement au goût du jour.

Commençons par les contrôles : le jeu se joue wiimote tenue horizontalement, pour une prise en main optimale. Car ce dont vous aurez besoin ici, ce sont de bon réflexes, et une analyse de l’environnement très rapide. 4 commandes à connaître par cœur : l’accélérateur (bouton 2), le turbo (bouton 1), la direction (haut / bas) et l’inclinaison (gauche / droite). On peut rajouter aussi l’agitation de la wiimote afin de refroidir plus vite votre moteur après une utilisation trop excessive du turbo. Savoir coordonner toutes ces commandes sera donc la clé du succès si vous voulez réaliser les meilleurs chronos face à vos adversaires.



Par exemple, si vous réussissez un atterrissage parfait après un saut de bosse, vous ne perdrez pas de vitesse et donc n’aurez pas nécessairement besoin d’utiliser du boost afin de vous relancer. Autre exemple, basculer votre moto en arrière vous permettra de faire un wheeling et par là-même grimper sur un adversaire pour le doubler. Autre chose importante: vous pouvez vous déplacer sur toute la piste, via 4 couloirs différents. Il faudra alterner entre ces derniers afin d’espérer prendre les flèches d’accélération, mais aussi d’éviter adversaires , obstacles, ou encore ralentisseurs (herbe, boue). Il est donc primordial de connaître sur le bout des doigts chaque tracé, pour faire le chrono ultime et ainsi espérer remporter une médaille de rang-S, le rang ultime. Bref, comme vous pouvez le voir, la marge de progression du joueur est très importante et demandera de l’investissement.



L’action défile si vite qu’au début on se fait surprendre plus d’une fois par un adversaire qui se rabat, ou par un manque de boost de votre moto qui vous enverra entre le creux de 2 bosses. Mais on s’y habitue vite, car les circuits sont parfaitement « réglés ». Il faudra forcément un très bon timing afin d’aller vite, mais de façon régulière. De plus, par rapport à l’épisode d’origine sur NES, Nintendo a ici inclut 2 autres vues caméra, qui permettent de voir l’action de ¾ arrière en plus de la vue « profil ». Cela pourra en aider certains (car on perçoit plus au loin les obstacles), ou en rebuter d’autres, les repères n’étant plus les mêmes.

Pour ce qui est de la bande son, les bruitages sont en parfaite adéquation avec ce qui se passe à l’écran, par forcément très nombreux mais toujours bien placés. Ajoutez à cela des musiques discrètes, à peine perceptibles. Tant mieux, au moins ce n’est pas çà qui stressera le joueur …



De nombreux environnements sont disponibles (Mexico, Fiji, Paris, Chine, Madrid, Canada, Londres entre autres) avec leurs propres spécificités. On compte donc 25 circuits en mode solo « World Rally », regroupés en 4 coupes (Bronze - Silver - Gold - Platinum). C’est déjà pas mal diront certains. Oui, mais ce n’est pas tout. Voici l’argument n°1 qui devrait finir de vous convaincre : l’éditeur de niveau ! Très simple à utiliser, vous pourrez ici contrairement à la version NES l’enregistrer, mais aussi l’échanger avec vos amis. En un mot : Génial.



Second argument de poids, le mode WFC Nintendo autrement dit le jeu en ligne. Permettant de vous confronter à 3 autres joueurs, on y trouve des adversaires de tous niveaux, et la tension est à son maximum jusque dans les derniers mètres de course ! Les courses s’enchaînent et on est vite scotché par cet éternel esprit de revanche suite à une queue de poisson malvenue. Et en plus d’être un bon entraînement pour apprendre les tracés sans contrainte, votre score de joueur évolue, et plus il grimpe, plus vous pourrez débloquer de couleurs pour votre moto.

Alors ce jeu n’a aucun défaut ? Si bien sûr : des graphismes pas assez fouillés, des sprites un peu petits qui finissent par fatiguer l’oeil, et l’absence d’un mode 2 joueurs (certainement pour une question de rythme et de visibilité lors des sauts). Bref, rien de bien méchant pour le gamer qui joue tout seul dans son coin et qui en a vu d’autres.


Que dire d’autre au sujet de cet Excitebike World Rally à part le fait que c’est addictif, arcade sans concession, et pas cher ? Pour l’instant disponible uniquement sur le Wiiware US, vous pouvez rejouer à l’opus NES en attendant, et mettre ce jeu en priorité sur votre wishlist 2010 ! Allez moi j’y retourne , Roinnnnnnnnn!!!!!

SUPPOS : 5/6

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST FLASH] RATCHET & CLANK : A CRACK IN TIME / PS3

Publié le par Dr Floyd

  RATCHET & CLANK: A CRACK IN TIME
Support : PS3

Développeur : Insomniac
Editeur : Sony



Sortie : 4 Novembre 2009


Les Ratchet & Clank s'enchaînent à vitesse grand V : un épisode tous les ans sur PS2 à l'époque, et on semble parti pour suivre le même rythme sur PS3. Allez, on retourne lutter contre l'infame Dr Nefarious !?

Ratchet et Clank sont à nouveau séparés dans cet opus, mais leur but sera le même : sauver l'univers tout simplement. Nos héros vont donc combattre le Dr Nefarious chacun de leur côté, l'occasion d'offrir deux types de gameplay dans le même jeu.



Les bases de la série sont les mêmes : un jeu de plateforme avec du combat et de l'exploration, assez basic, où vous allez récupérer des tas d'armes et gadgets originaux (comme les hoverboots pour aller vite et haut). Les phases de jeu avec Ratchet proposent des bonus sympa comme des voyages et des combats dans l'espace, ainsi que la collecte de bonus sur des mini-planètes (bonjour au passage le repompage de Mario Galaxy !). Cependant c'est assez facile, voire trop facile et lassant pour des hardcore gamers.

De son côté Clank lui pourra ralentir le temps (tiens tiens quelle originalité !), voire remonter le temps, ou encore avoir des doubles virtuels... dans le but bien sûr de résoudre des énigmes afin de progresser. Bref c'est beaucoup plus cérébral qu'avec Ratchet, on est proche du puzzle game par moment. Ainsi nous avons un contenu assez varié, même si on a toujours l'impression de jouer et rejouer au même jeu depuis des années.



La réalisation est correcte, mais stagne complètement, les graphismes ne surprennent pas, même si ils sont colorés et fluides. Mais soyons honnête, il y a quand même une grande richesse visuelle, beaucoup de détails et des cinématiques très réussies. N'oublions pas une bande son correcte pour au final un jeu avec une bonne ambiance générale.

A moins d'être ultra fan de la série difficile de se passionner pour ce Ratchet & Clank tant on a une impression de déjà-vu. Cependant les jeunes joueurs pourront certainement apprécier ce titre qui propose un gameplay assez varié (phases d'action/phases de reflexion) et une réalisation plutôt soignée. Un titre clairement destiné aux plus jeunes, les hardcore gamers barbus passeront leur chemin.

SUPPOS : 3,5/6

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] TEKKEN 6 / PS3

Publié le par Dr Floyd

TEKKEN 6
Support : PS3
Existe également sur Xbox 360 et PSP

Editeur : Namco Bandai
Développeur : Namco Bandai



Sortie : 30 octobre 2009


Voici le sixième volet de Tekken, célèbre série lancée sur Playstation en 1995, le premier jeu était sorti en Europe quelques semaines après le lancement officiel de la console révolutionnaire de Sony. Les jeux de combats n'évoluent pas et tournent tous en rond. Coup d'oeil rapide sur ce jeu qui a sa communauté de fans mais qui ne risque pas de changer la donne.

Allez hop 40 combattants à l'affiche ! Et toujours quelques uns de bien farfelus comme des animaux, des robots ou des démons. Pour certains testeurs ces personnages sont charismatiques... heu oui certes. Je ne vous parle pas du scénario, toujours aussi débile, c'est du grand n'importe quoi. Ce jeu n'est pas du tout immersif, il n'a vraiment aucune âme. Reste les combats et l'action... Allez on se fait un petit Cyborg contre un Kangourou ? Trop délire...



Le gameplay est essentiellement 2D, même si il est possible d'esquiver dans la 3e dimension. Les boutons sont toujours les mêmes : poing gauche et droit, pieds gauche et droit. Une grande simplicité qui rend le jeu accessible à tous, nerveux et sauvage. Si à priori Tekken 6 semble très bourrin il y a bien sûr beaucoup de subtilités que les plus acharnés découvriront. A vous de découvrir les innombrables combos disponibles. Rassurez vous en faisant n'importe quoi il est facile d'en découvrir plein ! A savoir que même avec de l'expérience il est possible de se faire battre par un bytos qui presse comme un malade sur toutes les touches...



Le principe est toujours le même : aligner des combats, sans réelle passion, sans réel but, sans scoring, dans des modes de jeux qui se ressemblent tous.... 2 barres de vie, un chrono, et on enchaîne les combats sans arrêt, de manière mécanique, façon Soul Calibur IV l'autre jeu de baston de Namco tout aussi ennuyeux. A noter la présence d'un boss final (non jouable) et particulièrement... risible. Ce n'est pas le mode scénario qui changera quelque chose à l'intérêt du jeu, il propose des niveaux linéaires où il faut éliminer plusieurs séries d'adversaires dans un scénario complètement à la ramasse, un mode qui s'apparente à un beat'em all très bas de gamme. A noter qu'il est possible de jouer à ce mode à deux en même temps, mais on ne s'amuse pas. Enfin le mode jeu en ligne est peut être le plus motivant mais le lag semble bien trop présent.



Techniquement le jeu est assez beau et fluide. Mais bon on peut mieux faire : les visages sont moyens et les animations sont un peu raides. La partie sonore est quant à elle convaincante et variée. Un effort a été fait sur l'environnement car il est possible de s'y ballader un peu comme dans la série Dead or Alive, et de passer à travers les planchers. Fini les petites arènes fermées, ouf, c'est peut-être le seul point positif du jeu. A noter des temps de chargement trop longs, et d'ailleurs de plus en plus longs au fil des Tekken, merci le progrès, merci le bluray...

Tekken 6 n'évolue pas du tout. D'ailleurs il y a bien longtemps que cette série stagne complètement. Les fans retrouveront malgré tout leur jeu favori sûrement dans sa meilleure version, les autres n'y verront qu'un vague défouloir qui prendra la poussière sur l'étagère au bout de 2 ou 3 parties. Le genre 'jeux de combat' stagne depuis 17 ans et Street fighter II, rien de nouveau depuis à l'horizon. Totatement désespérant. A acheter d'occasion pour se défouler quelques minutes.

SUPPOS : 2,5/6

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] NEW SUPER MARIO BROS Wii / NINTENDO Wii

Publié le par Dr Floyd

  NEW SUPER MARIO BROS Wii
Support :
Wii


Editeur : Nintendo
Développeur : Nintendo


Sortie : 20 novembre 2009


New Super Mario Bros Wii chez RueduCommerce

Est-ce que Nintendo s'est décidé à réagir enfin avec ce remake de l'un des plus grands jeu de l'histoire : Super Mario Bros. Ce classique de la Nintendo Nes nous revient  en copiant le principe de la version DS : animations 3D avec décors et gameplay en 2D. Pour quel résultat sur console de Salon ? Nous sommes en tout cas tout excité à l'idée de tester un jeu de plateforme 2D vendu en version galette, c'est devenu si rare !

Le scénario est d'une profondeur abyssale : Peach s'est fait enlever le jour de son anniversaire par Bowser ! Oh bah zut alors, Super Mario va devoir aller la libérer ! Fin du scénario. Bref, du vrai Super Mario sans blabla inutile : nous sommes dans un jeu de plateformes, un vrai de vrai ! Alors justement j'avais très peur que le mode solo soit totalement casualisé pour répondre à une certaine partie du public (vous savez les fans de yoga, de step, de recettes de cuisine...), mais rassurez vous : ce mode solo est un vrai Super Mario Bros à l'ancienne, un vrai remake du Super Mario de la Nes, et en même temps un vrai clone du New Super Mario bros de la DS. Mais qui dit remake ou clone, dit peu de nouveautés et peu de surprises...



Mario devra parcourir huit mondes pour retrouver Peach, chacun étant divisé en plusieurs niveaux avec des boss et des mini-jeux bonus. Un système de carte vous permet de progresser entre les niveaux, et même de revenir en arrière pour recuperer des bonus oubliés. Sur ces maps vous avez la possibilité de customiser mario afin de ne pas débarquer "nu" dans un niveau un peu trop difficile. Tout est repompé sur le fabuleux Super Mario Bros 3. Et les fans de la version DS ne seront pas surpris : c'est tout à fait le même principe.



Ainsi le déroulement est tout à fait classique : c'est un pur jeu de plateformes à scrolling (souvent horizontal), avec des commandes simples et un poil d'inertie sur vos déplacements. Il y aura toujours les bonus à récupérer dont quelques nouveautés comme l'hélice pour prendre de la hauteur ou le costume de pingouin pour glisser sur le ventre. Autre possibilité : Yoshi sur lequel vous pourrez grimper et aspirer vos ennemis avec sa grande langue. Bref, un gameplay à la Nintendo : simple mais complet et précis.

Seule la wiimote vient un peu gâcher la fête, car oui ce jeu se joue à la wiimote en version allongée (croix pour se déplacer, boutons 1 et 2 pour tirer et sauter), plus quelques mouvements casuals mais bien pensés. Alors comme le jeu n'utilise que 2 boutons et la croix ça passe malgré tout assez bien, on est près de la configuration Nes. Mais dommage que le pad classic ne soit pas pris en compte, ça reste ridicule de jouer avec une télécommande à un jeu de plateforme 2D !



Si le jeu est très facile au départ, la difficulté monte très vite, et seuls les habitués arriveront à franchir les niveaux les plus difficiles sans s'y reprendre à plusieurs fois. Pour faire plaisir à tout le monde Nintendo a intégré un mode super guide : si vous mourrez huit fois de suite dans un niveau vous pourrez le déclencher, ou pas. Je reprocherai juste au jeu d'oublier un peu le scoring, même si celui ci est présent il ne sert pas à grand chose. Le vrai challenge sera de tenter de terminer le jeu sans utiliser les continues. On aurait aimé des modes solo annexes à l'aventure avec de vrais challenges de scoring, dommage.



Mais la grosse nouveauté c'est bien sûr la possibilité d'y jouer jusque 4 en même temps, avec un Luigi ou un Toad (le choix est limité !), des joueurs peuvent même vous rejoindre en pleine partie, et là le jeu prend une autre dimension avec la possibilité de coordonner vos déplacements pour plus d'efficacité. Et là le gamopat sort de son rôle de hardcore gamer solitaire pour des parties délirantes entres amis !

Il existe aussi un mode compétitif où il faut ramasser plus de pièces que vos camarades de jeu, et c'est totalement jouissif, un classement final venant vous départager. Un grand écran est recommandé car lorsque les personnages s'éloignent la caméra fait de même et la lisibilité diminue. On s'amuse comme des fous ! Pas de jeu online par contre, pas grave, franchement ce jeu est fait pour être joué avec ses amis. Je ne vous est pas parlé du mode vidéo où vous pourrez visionner les exploits des meilleurs joueurs, et découvrir quelques astuces, pour vous rendre compte que vous êtes finalement une vraie tâche sur ce jeu !



La réalisation technique du jeu, même si assez simple, est absolument parfaite : écrans clairs et colorés, chargements rapides, scrollings sur plusieurs plans, zoom en fonction de l'action, graphismes très bien adaptés à cette licence, musiques géniales, animations 3D parfaites et fluidité totale. La 2D des décors et la 3D des personnages se mélangent idéalement, c'est un régal pour les yeux. Le bonheur. Pas besoin de proposer des graphismes à la Gears of War ou Uncharted 2 pour faire un très beau jeu.

Avec ce jeu Nintendo rend un vrai hommage à Super Mario Bros, avec des tas de clins d'oeil à sa série fétiche. De plus l'introduction d'un mode 4 joueurs donne une seconde dimension au jeu pour des parties très fun entre amis. Saupoudrez tout ça d'une réalisation absolument parfaite et vous obtenez un petit chef d'oeuvre aussi bien destiné aux gamers qu'aux joueurs du dimanche. Nintendo nous démontre ici que les jeux 2D ont encore un grand avenir et qu'il est possible de réconcilier les gamers et les casuals. Bien joué ! Nintendo, le réveil, enfin ? Peut-être, il faudra par contre nous sortir des jeux originaux à l'avenir et pas se contenter de remakes.

SUPPOS : 5.5/6

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] CASTLEVANIA THE ADVENTURE REBIRTH / WiiWARE

Publié le par Goomba-Powaa

CASTLEVANIA THE ADVENTURE REBIRTH

SUPPORT :
WiiWare (dispo uniquement au japon)

Développeur : Konami
Editeur : Konami



Sortie :
27 octobre 2009 (Japon)

Les mises à jour de jeux rétro sont à la mode depuis l'année dernière, c'est une certitude. Ce fût d'abord Capcom qui lança cette mode avec son fameux Megaman 9, suivi désormais par Konami et sa série des "Rebirth". Les développeurs ont-il enfin compris que les vrais joueurs ne veulent plus de ces jeux à la technique monstrueusement efficace mais désespérément creux offerts par la génération actuelle de consoles? Oui, ils préfèreraient encore sacrifier la 3D pour enfin retrouver de véritables sensations de challenge perdues depuis l'époque 16 bits. Konami serait-il un de ces messies dévoués aux gamers? ou bien est-ce là le créneau idéal pour se faire des ronds sur le dos des vieux barbus? Et ce Nikos Aliagas, est-il vraiment grec? Plus sérieusement, après les célèbres licences Contra et Gradius elles aussi remaniées, que vaut ce "Castlevania The Adventure Rebirth"?

Plus communément appelé Akumajo Dracula au Japon, la saga Castlevania aura certainement atteint son apogée durant l'ère 16 bits, avec des perles tels que Akumajo Dracula X: Rondo No Blood sur PC engine, Castlevania IV sur Snes, ou encore Castlevania The Bloodlines sur Megadrive. On peut alors s'attendre à ce que ce Castlevania Rebirth soit un remake d'un de ces épisodes phares de la saga. Que nenni, il s'agit d'après son nom d'un remake du premier Castlevania sorti sur Game Boy en 1989, à savoir Castlevania The Adventure. Étonnant, surtout lorsque l'on sait que cet opus sur la première portable de Nintendo était loin de remporter tous les suffrages auprès des fans de l'époque. Des escaliers remplacés par des cordes, un héros glissant et très rigide, des armes secondaires quasi-inexistantes, bref des mécanismes qui dépareillaient par rapport aux autres épisodes de la série.



Alors oui, çà fait peur, car même avec des graphismes à la sauce 16 Bits, on ne veut pas de ce gameplay hybride! Konami l'a bien compris, et finalement, après quelques minutes de jeu on est plutôt rassuré, ce "Rebirth" n'a l'air d'emprunter finalement que l'histoire, certains ennemis et le titre à son ancêtre sur Gameboy.



Concernant les graphismes, ceux-ci sont un poil meilleurs que sur les consoles 16-bits de l'époque. Un léger filtre "anti-pixelisation" lifte un peu le tout et du coup, l'action est toujours très lisible, malgré de temps en temps des (très très légers) ralentissements. Le personnage prend un peu le design de John Morris, le chasseur de vampires dans l'opus Megadrive Castlevania The Bloodlines. Les décors eux, font plus penser à l'opus PC Engine CD avec des arrières plans très jolis et qui mettent bien dans l'ambiance. Malgré cela, 2 bémols : certains tons et designs de monstres un peu étranges (comme ces "autruches à pattes" dans le niveau 2 :-D) et des thèmes de niveaux pas assez distincts, mélangeant intérieur, extérieur, souterrains, ... Enfin, notons tout de même que les Boss et sous-Boss de niveaux sont bien souvent très réussis, dans la veine des autres épisodes (un sosie de Frankenstein, une chauve souris géante, un vampire armé jusqu'aux dents, un oeil globuleux, ...) . De plus la technique pour les battre est bien précise à chaque fois, c'est appréciable.



Castlevania The Adventure Rebirth pioche dans chaque épisode 16 bits des éléments à succès tels que les différents embranchements, les armes de second choix évidemment (crucifix boomerang, hache, dagues, boules de feu lancées à l'aide du fouet...), les clés d'ouverture de porte, ou encore les changements de direction à mi-saut. A noter que le personnage répond très bien (on peut jouer au pad classique, gamecube, ou wiimote : bien vu). Le jeu propose 6 stages, au niveau de difficulté malheureusement un peu inégal. On arrive encore sans trop mal au boss du 3ème niveau, et même si ça se complique beaucoup plus par la suite, les ennemis sont plutôt prévisibles dans leurs attaques. La réelle difficulté provient de leur nombre parfois élevé à l'écran, et on sent là que c'est une solution de facilité adoptée par Konami pour accroître la difficulté du soft. On sent que le gameplay s'est du coup un peu aseptisé et banalisé (pour ne pas dire "casualisé").

Et le paradoxe ici, c'est que le jeu n'offre pas de mot de passe ou de sauvegarde. Il vous faudra compter sur les continue pour voir la fin de l'histoire. Pas de problème me direz-vous, il suffit de s'y mettre une après-midi et ça ira... Oui... sauf que dans cet épisode Rebirth, on a parfois tendance à s'ennuyer lorsque l'on fait et refait un niveau depuis le début après avoir perdu une vie. La cause à un développement de stage un peu long des fois, et à un certain manque d'originalité. Comme indiqué plus haut, certains éléments bien connus sont un peu trop réutilisés, répétés. Sans bouleverser le gameplay de la série, on aurait bien aimé une pointe d'originalité ou d'évolution dans certains mécanismes. Attention, cela n'en fait pas un jeu ennuyant, la plupart des fans s'y retrouveront, mais simplement une certaine linéarité s'installe, et on ne prend pas autant goût à refaire un niveau que dans un Castlevania IV par exemple.



La bande-son, elle, est une petite merveille. Elle reprend les thèmes connus et réinstrumentalisés au synthé des différents opus de la série. Souls Reincarnated de C. Bloodlines, Aquarius de C. III Dracula's Curse ou encore New Messiah de C. II Belmont's Revenge sont trois des morceaux de choix (parfois un peu "darks") que les développeurs ont choisi d'inclure dans ce "Rebirth" pour vous accompagner cette aventure, ce qui réjouira certainement de nombreux fans.



Dernier point, la longévité du soft. Et bien ici, une bonne demi-journée devrait vous être nécessaire pour arriver à la confrontation finale contre le comte Dracula en personne. Le système de sauvegarde ou de cheat code étant inexistant, le jeu vous forcera donc à connaître quasiment par cœur les niveaux afin de ne pas refaire les mêmes erreurs 2 fois de suite. Bref, une progression à l'ancienne à base de continues illimités, qui aura à coup sûr ses défenseurs et ses détracteurs!

En définitive, ce Castlevania The Adventure Rebirth peut être considéré comme un vrai Castlevania. Toujours plus charismatique que les derniers opus sur NDS, tous les ingrédients y sont (voir même un peu trop diront certains). Même s'il n'arrive pas à la hauteur d'un Rondo No Blood par exemple, il en suit les traces. Une bande-son très réussie et une jouabilité sans faille contrebalancent avec une difficulté et un level design quelquefois douteux, mais le challenge est là et l'ambiance "Castlevaniesque" aussi, et c'est bien là le principal !

SUPPOS : 4/6

Publié dans TESTS

Partager cet article