1161 articles avec tests

[TEST] Bioshock Infinite / Xbox 360

Publié le par Dr Floyd

BIOSHOCK INFINITE

Support : Xbox 360

Existe également sur PS3 et PC

Éditeur : 2K Games

Développeur : Irrational Games


bioshock-infinite-x360.jpg

Testé avec le support de RueduCommerce



Après la ville irrationnelle de Rapture, définitivement engloutie, Irrational Games nous invite dans un autre monde tout aussi improbable, voire encore plus, Colombia, une ville-flottante dans les nuages... c'est cela même... Et tout commence bien sûr avec un phare... Heu... pour nous faire comprendre qu'on va assister à une repompe intégrale de Bioshock premier du nom ?



Car oui tout commence en pleine mer, et en pleine tempête, dans une petite barque qui vous emmène vers ce fameux et mystérieux phare, avec une mission à accomplir : retrouver une jeune femme, Elizabeth, et la ramener à New-York... Celle ci serait retenue à Columbia, une ville qui a disparue, non plus sous l'eau, mais dans le ciel !

bioshock-000.jpg

Le parallèle de cette intro avec le premier Bioshock est plus qu'évident. 

Après un petit voyage en fusée vous voilà débarqué sur ces îlots flottants. Et franchement j'ai du mal à m'immerger tellement ceci est peu crédible ! Mais bon on retrouve le sens du design exceptionnel de Irrational Games, avec ici une architecture US post-coloniale très réussie, avec une ville vraiment animée, lumineuse, avec des gens qui causent, des enfants qui jouent, des couples qui concluent, des manèges, des oiseaux qui chantent... bref un air de paradis ! Que de boulot produit par les développeurs, chapeau bas.

bioshock-infinite-001.jpg

Mais vous vous doutez bien que ce monde merveilleux cache quelque chose, c'est trop beau pour être honnête ! Déjà dès le départ il y a ce le culte porté à Comstock, le prophète de Columbia, qui fait plus penser à un Gourou de secte totalement dingue qu'à un réel sauveur... puis très rapidement dans le jeu on découvre "la vérité" et on plonge en plein cauchemar d'une communauté raciste et haineuse envers les habitants au sol. N'adhérant pas à leur religion, vous allez vite être démasqué pour devenir l'homme à abattre.



bioshock-infinite-002.jpg

Un peu comme l'aspect faussement paradisiaque de Columbia, l'extase visuelle du début du jeu va vite se volatiliser pour faire place à la triste réalité du jeu. Ah oui là je suis cassant. La structure du jeu est en effet totalement linéaire, on a presque l'impression d'être plus à l'étroit que dans Rapture, ce qui est un comble ! A vous alors de foncer tête baissée, ou d'explorer méticuleusement tous les (petits) recoins de la ville, qui vous aideront à comprendre le pourquoi du comment de cette ville volante. Foncer comme dans un Doom-like dans ce jeu n'a cependant pas trop de sens, il faut s'imprégner en permanence pour pouvoir apprécier.



bioshock-003.jpg

Car soyons clair, le gameplay de type FPS est assez décevant, c'est plutot rigide, repompé sur les opus précédents, avec des armes classiques et molles, même si on peut les améliorer dans les "distributeurs". Comme dans Rapture on retrouve les pouvoirs surnaturels, cette fois ci en buvant des fioles, nommées Toniques (flammes, décharges, contrôle mental, corbeaux...). Arme main droite, pouvoirs main gauche, c'est un peu du copier-coller ! Les nouveautés ? Un petit bouclier et un crochet à double capacité : déchiqueter au corps à corps ou vous agripper, donnant lieu à des scènes d'action assez sympa quand même. Le jeu a aussi son "big Daddy", nommé ici Handyman... et puis il y a la fille.

 

bioshock-004.jpg

 

Vous la retrouverez assez rapidement cette fille, et elle deviendra un élément important du gameplay, car il faudra la protéger. On aurait pu craindre une IA totalement foireuse à ce niveau, mais non, c'est très bien géré. Elle vous aidera même dans votre fuite. Bref son IA est au point, contrairement aux ennemis qui ont le QI d'une huître, car n'ayons pas peur de le dire : ils sont débiles comme dans Rapture ! Niveau réalisation, c'est du niveau de Bioshock 1, rien à redire, c'est beau, détaillé, avec peut-être quand même quelques textures foireuses et un framerate franchement trop bas pour un FPS, rendant la visée un peu délicate.



Quand je joue à Bioshock Infinite j'ai l'impression de jouer à à un Rapture très bien camoufflé sous une couche de peinture. Le gameplay est archi connu (et donc trop rigide), les mécanismes de jeux totalement repompés, l'IA ennemie inexistante et le jeu linéaire. Le fan de FPS va être déçu, le fan de contemplation sûrement satisfait mais quand même frustré de se déplacer dans des couloirs. Je ne suis donc pas du tout enthousiaste comme la plupart des tests que j'ai pu lire ici et là. Reste la dimension artistique post-coloniale américaine assez exceptionnelle, avec un niveau de détails incroyable, mais à laquelle personnellement je n'adhère pas spécialement.



SUPPOS : 4/6
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans TESTS

Partager cet article

[SPEEDTESTING] Gears of War Judgment / Xbox 360

Publié le par Dr Floyd

GEARS OF WAR JUDGMENT
Support : Xbox 360
Genre : Testostérone en fin de vie
Développeur : People Can Fly

Éditeur : Microsoft
Sortie : 22 mars 2013

gears-of-war-judgment.jpg

Speedtesting de 2 heures avec le support de Gamoniac

Tout comme Halo 4, Uncharted 3, Killzone 3, j'en passe et des meilleurs, ce nouvel opus de Gears of War (quatre sur une génération de consoles quand même !) sent à plein nez le cassoulet réchauffé et le jeu de fin de vie de consoles ... Me trompe-je ? Les gens peuvent-ils réellement voler ?

Fini les gros muscles de Marcus Fenix et de ses potes gonflés à la testostérone (ouf !), ce sont de nouveaux personnages qui font ici leur apparition, bien moins gonflés et donc plus crédibles, mais peu charismatiques. Et c'est parti mon kiki pour une campagne 'Judgment" de 6 chapitres où nos héros vont devoir s'expliquer sur leur comportement en mission auprès d'un tribunal improvisé, générant des flash-back qui nous plongent alors dans le jeu lui même.

gears-of-war-judgment-001.jpg

Un gameplay tout à fait ordinaire, avec les mêmes qualités et défauts qu'auparavant, et vos coéquipiers qui ne servent pas à grand chose à part vous montrer que l'IA n'est pas terrible. Une campagne courte, très courte semble t-il (6 heures ?), qui est rejouable en coop à deux offline en écran splitté, ou 4 online. Mais pour celui qui connaît ce jeu depuis le premier opus de 2006 c'est l'ennuie le plus total : on progresse, rapidement, sans réel challenge, avec la régénération kéké auto habituelle de la vie, faisant face à des vagues d'ennemis assez répétitives... Bref, malgré l'action intense, j'ai l'impression de regarder un épisode de Derrick.


gears-of-war-judgment-002.jpg

Techniquement cela reste excellent pour de la Xbox 360 de 2005 : c'est beau, détaillé, avec des effets visuels très réussis, une bonne profondeur de champs, et un framerate on va dire suffisant pour ce style de jeu (mais avec une sale impression de déjà vu). Le mode online est toujours aussi complet, avec 4 classes disponibles (Ingénieur, Médecin, Eclaireur, Soldat) et des tas de modes de jeu : survie, invasion, domination, match à mort, etc... pour une bonne dose de stratégie d'équipe grâce à ces classes.

Dans l'absolu ce Gears of War est un très bon "TPS à régénération auto" (c'est devenu un genre hélas), mais la campagne est franchement très courte et globalement le jeu n'apporte plus rien de neuf. Cependant le p'tit "djeuns" qui découvre  cette licence va sûrement s'éclater, en solo ou online, même si je lui conseillerai plutôt de prendre Gears of War n°2, ne serait que pour son prix 3 fois moins élevé ! Après le fan hardcore de la licence ne sera sûrement pas déçu, sauf si Marcus était son idole ! Un jeu pop-corn, bouche-trou, générique, qui ressemble à un add-on, comme on en voit trop depuis 2 ans... pour attendre la "Xbox 720".

SUPPOS : 3/6
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] DEFIANCE / PS3

Publié le par Walter

DEFIANCE

Support : PS3
Existe également sur X360 et PC

Éditeur/Développeur : Trion Worlds

Sortie : 2 avril 2013

defiance-PS3.jpg

Testé avec le support de Gamoniac



Avec Défiance, Trion Worlds veut-il défier le jeu vidéo en proposant un concept "original" sur console  : un TPS MMO en interaction avec la série TV de science-fiction du même nom que j'ai d'ailleurs hâte de mater. Merci au passage à Doc Floyd qui m'a passé le jeu en test car sorti de son Atari 2600 il est perdu le pauvre gamer solo.



La guerre entre les Terriens et les méchants extraterrestres Votan a fait des ravages sur la planète, avec un environnement totalement dévasté et déstabilisé, y a même plus de réseau 3G ni de MacDo. Bref, ambiance post-acocalyptique comme on aime. Aujourd'hui c'est l'armistice et les survivants s'organisent en fractions pour rebâtir un semblant de civilisation.. sauf que la guerre a transformé de nombreux soldats en mutants très laids et que les ressources disponibles sont très rares. Voici donc les bases du jeu... et de la série TV.


defiance-001.png

Comme dans tout MMO classique on crée bien sûr son personnage, avec des choix ici assez limités, en terme de représentation physique et de classes. Moi ça me suffit mais il est vrai que tous les joueurs se ressemblent plus ou moins dans le jeu, c'est un peu gênant. On espérait sûrement un peu mieux des développeurs du très réputé Rift. Vous disposerez d'un pouvoir actif principal parmi 4 (vitesse, leurres, corps à corps, invisibilité) et puis d'autres pouvoirs passifs à débloquer. Bien évidemment les armes sont de la partie, avec également des grenades, un bouclier, et un véhicule de fonction (sans gentes en alliage), le tout avec une progression par niveaux. Classique.


defiance-002.png

Allez hop on est alors lâché dans la baie de San Francisco dans un décor quelque peu insipide et un poil répétitif, mais c'est assez logique, c'est l'apocalypse, je ne m'attendais pas à voir des palmiers... la star ça sera uniquement les ruines du Golden Gate, dernier témoin de la civilisation. Aussi la map me semble franchement un peu trop réduite, on en fait quand même rapidement le tour. Déception.

La réalisation n'a rien d'exceptionnelle avec quelques bugs visuels, un manque de fluidité (pour le nombre de frames par seconde, là faut demander au Doc il a un oeil bionique pour ça), une conduite de véhicules peu réaliste, et un gunfight pas très reluisant, du fait de certaines armes peu intéressantes, d'une maniabilité qui n'égale pas du tout les meilleurs TPS solo (mais il fallait s'en douter), de l'absence de couverture, et même peut-être des problèmes de "hitbox". Ça sent de nombreuses mises à jour à venir tout ça, du moins je l'espère !

defiance-003.png



Heureusement, malgré tous ces défauts, il y a de quoi faire et s'amuser dans Defiance, beaucoup de missions et d'épreuves diverses et variées, avec des affrontements jusque 64 contre 64 en monde ouvert, ce qui est quand même grisant et pas du tout commun sur console de salon ! Le jeu est prenant en groupe. Et puis je trouve qu'il y a du monde sur les serveurs (grâce au cross-play multi-plateformes). Moi je m'amuse bien, je suis bon public, et puis j'adore la science-fiction, et j'aime bien ma PS3 (merde Doc me dit toujours de privilégier la Xbox 360 vu qu'il est sous contrat avec Microsoft, oups).

Et pour en revenir à la série TV, ça débute le 15 avril aux USA, avec seulement 24h de décalage en France, diffusion sur Skyfy. Je n'en peux plus d'attendre.



Pour ceux qui attendaient un MMO sympa sur console, Defiance n'est peut-être pas la bombe espérée, on est d'accord, mais un MMO dans un environnement assez original avec plein de choses à faire. Dommage que la finition ne soit pas au rendez-vous et les ambitions plus grandes.... et espérons aussi que les nombreux bugs vont être corrigés. La Prince Dr Floyd elle dit qu'elle veut une note en suppos, c'est franchement pas possible pour ce jeu un peu particulier, mais la Prince elle insiste, alors je colle un 3,5 pour ceux qui attendaient un MMO sur PS3 et qui raffolent de SF.



SUPPOS : 3,5/6

suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] Monster Hunter 3 Ultimate / Wii U

Publié le par Dr Floyd

MONSTER HUNTER 3 ULTIMATE

Support : Wii U

Existe également sur 3DS

Développeur/Éditeur : Capcom
Sortie : 22 mars 2013


monster-hunter-3-box.jpg


Série cultissime au Japon depuis le premier opus en 2004 sur PS2, le "RPG-Chasseur" Monster Hunter est en train de conquérir pett à petit l'occident et débarque sur Wii U (et 3DS) pour une refonte du troisième opus sorti en 2010 sur Wii. Vous êtes frustré de ne pas avoir vécu au temps des dinosaures ? Devenez aujourd'hui chasseur de monstres !

Vous allez commencer par créer votre personnage de manière assez poussée pour ensuite débarquer dans votre camps de base, endroit où vous pourrez vous reposer, manger, récupérer des infos et forger de nouveaux équipements avec toutes les matières premières récupérées, d'autant que votre matos s'abîme au fil du temps. Le comptoir des missions vous permettra de sélectionner votre prochain objectif. Mais ce n'est pas obligatoire, vous pouvez tout simplement partir explorer les environs.
 en freelance, il est libre Max, pour un jeu en "open-world de couloir".

monster-hunter-3-001.jpg

Et c'est là que vous rencontrerez les vilains petits, moyens ou gros monstres à charcuter, chaque race ayant ses propres caractéristiques, leur comportement étant influencé par le votre, voire par la présence d'autres créatures dans les parages, rendant les scènes de combat assez diversifiées et intéressantes. A vous de choisir les bonnes armes pour les bons monstres, en privilégiant l'attaque ou la défense, le corps à corps ou le tir à distance... pour des combats qui peuvent aussi avoir lieu sous l'eau., car vous êtes aussi Patrick Duffy l'homme de l'Atlantide.



Le contenu est bien là : nouvelles armes, nouvelles armures, nouveaux monstres, un second village disponible d'entrée de jeu proposant de nouvelles missions dans de nouvelles zones. Bref, "Ultimate" n'est pas juste un "lissage" mais une version vraiment plus complète du jeu,  soyez rassuré sur ce point vous qui avez retourné la version Wii dans tous les sens.


monster-hunter-3-002.jpg

Le gameplay reste quant à lui le même, il est toujours un peu "lourd" et un peu maladroit : votre personnage est assez lent, rigide, assez peu précis et passe au travers des autres (un super-pouvoir assez étonnant...). Après cet aspect est un peu secondaire oserai-je dire, le jeu étant basé avant tout sur l'exploration, la collecte, et le tableau de chasse, disons que c'est plus un RPG qu'un TPS. Timing, endurance, recherche de points faibles, voilà les qualités qu'il faut avoir, fans de jeux 100% action, Monster Hunter n'est pas fait pour vous.

L'apport du gamepad est par contre très appréciable avec la possibilité de personnaliser l'affichage des informations (et de les retirer de l'écran principal). Le second stick est dédié à la caméra, ce qui rend le jeu plus agréable que sur 3DS. A noter qu'une mise à jour devrait bientôt permettre d'y jouer à 100% sur la tablette sans allumer la tv.

monster-hunter-3-003.jpg



Techniquement le jeu souffle un peu le chaud et le froid. Les textures sont parfois un peu moyennes... surtout pour une console de 2012 qui dispose quand même d'une bonne capacité mémoire. Aussi le framerate n'est pas exceptionnel, pourtant il n'y a pas beaucoup de détails à l'écran. Bref, un moteur du jeu qui semble quand même un peu dépassé, une refonte complète de celui-ci sera nécessaire pour l'opus n°4.

Cependant un effort semble avoir été porté sur les nouveaux environnements plus détaillés. Par contre rien à redire sur les monstres, très bien modélisés, et superbement animés. Bonne nouvelle les temps de chargement sont assez rapides. P
oint noir pour les polices de caractères un peu petites (ils n'ont pas pensé à mes vieux yeux), et à noter une traduction assez moyenne avec quelques erreurs
, c'est toujours agaçant
.

monster-hunter-3-004.jpg

Je ne l'ai pas essayé mais n'oublions pas le multi-online qui nécessite de monter des équipes solidaires avec un aspect tactique parait-il passionnant, je veux bien le croire. Celui ci utilise le micro en option, pratique vu qu'il est intégré sur le Gamepad. Attention pas de mode online sur 3DS (pour info).



Malgré des mécaniques de jeux un peu spéciales et une réalisation qui n'a rien d'exceptionnelle, cet "ultimate" Monster Hunter peut s'avérer devenir une véritable drogue vidéoludique, un jeu de persévérance, un peu façon Pokemon ! Et ceux qui ont déjà la version Wii peuvent se laisser tenter car le jeu apporte de nombreuses nouveautés et ne s'arrête pas à un lissage des graphismes.

SUPPOS : 5/6 (si on adhère au concept)
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] Sly Cooper : Voleurs à Travers le Temps / PS3

Publié le par Dr Floyd

SLY COOPER : VOLEURS A TRAVERS LE TEMPS

Support : PS3

Développeur : Sanzaru Games

Editeur : Sony

Sortie : 27 mars 2013

sly-cooper-PS3.jpg



On n'avait plus entendu parlé des cambrioles de Sly Cooper, le Arsène Lupin du jeu vidéo, depuis de nombreuses années, un jeu de plateforme cartoonesque humoristique qui avait quand même bien marqué la ludothèque de la PS2. Alors est-ce que ce nouvel opus tardif en fin de vie de la PS3, et passé de Sucker Games à Sanzaru Games, c'est juste du "remplissage" ou au contraire un vrai nouvel épisode qui vaut le détour ?



Le début du jeu est très classique, avec une première mission de cambriolage à Paris. Mais comme le titre l'indique, Sly va voyager (avec sa troupe) à travers le temps sur les traces de ses ancêtres. Une "trouvaille" qui va permettre de renouveler un peu la licence avec de nouveaux lieux originaux et de nouveaux personnages jouables. Sly et ses cinq ancêtres sont jouables, ainsi que sa bande de rigolos : Murray l'hippopotame musclé, l'espiègle Carmelita Fox et Bantley, la tortue en fauteuil roulant, cerveau de la team. Vous voyagerez par exemple au Japon féodal, au Far West, avec des ancêtres Ninja ou hors-la-loi !

sly-cooper-001.jpg



Le gameplay nous propose de la plateforme/action/infiltration assez diversifiée : différentes panoplies (ayant chacune leurs caractéristiques), des phases de piratage originales, des gadgets improbables, et beaucoup de bonus cachés. Finir le jeu sera assez rapide (10 heures ?) mais le terminer à 100% sera une autre affaire, avec un retour possible dans les missions précédentes pour tout réussir à fond (trésors, masques, trophées...).

La difficulté est assez bien dosée, avec beaucoup de check points, trop cependant pour le joueur hardcore qui veut du challenge. Bon à vrai dire je ne suis pas hyper fan du gameplay, je trouve qu'il y a un manque de précision un peu agaçant et un système d'escalade un peu tordu. Mais bon, je chipote un peu. Attention malgré son aspect cartoon ce jeu ne s'adresse pas aux tous petits qui auront un peu de mal à maitriser certaines situations. Mon fils de 6 ans n'a pas du tout aimé.

sly-cooper-002.jpg



La réalisation est franchement bonne : le rendu cartoon est très réussi et le framerate tourne à 60 images/seconde (encore heureux avec ce style graphique dépouillé !). La bande son et les voix françaises sont vraiment de qualité. On regrettera quand même les temps de chargement trop long (BluRay powa) et un léger manque de finition sur certains détails (exemple : vous vous faites repérer par un hélico, un texte brutal s'affiche, et hop on repart en arrière aussitôt...).


sly-cooper-003.jpg

A savoir que l'achat du jeu vous donne la possibilité de télécharger gratuitement la version PS Vita, et qu'il est possible de jouer à la même partie sur les deux consoles via la fonction cross-save.

Ce Sly Cooper est un bon petit jeu de plateforme/infiltration façon cartoon, très fun, très diversifié, avec une atmosphère unique et une réalisation sympa. Cependant je pense quand même qu'il s'adresse aux ados ou à ceux qui veulent découvrir la licence. Quant aux fans inconditionnels, ils ne seront pas franchement pas déçus : les codes sont respectés, et le jeu est bonifié.

SUPPOS : 4/6

(+ pour les fans !)

suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST FLASH] Dead Space 3 / Xbox 360

Publié le par Dr Floyd

DEAD SPACE 3
Support : Xbox 360
Existe également sur PS3 et PC
Éditeur : EA
Développeur : Visceral Games
Sortie : 8 février 2013

dead-space-3-boite.jpg

Test Flash avec le support de Gamoniac

En 2008 Dead Space est l'un des jeux de l'année, un survival horror de très grande classe qui ravira les fans science-fiction :  un bel hommage à Isaac Asimov et Arthur Clarke enrobé d'une ambiance façon Alien ! Le top. Mais voilà, comme souvent, un très bon jeu "d'auteur" ne touche pas le très grand public et EA poussera (je pense) Visceral à produire un second opus plus orienté kéké-action. Bref, on espère du coup peu de choses du troisième...

Petite intro plutôt sympa qui remonte quelques centaines d'années en arrière (mais qui ne sert en fait à rien), avant de retrouver notre Isaak Clarke contraint de ré-enfiler sa combinaison pour éliminer des méchants pas gentils qui cherchent les origines du fameux Monolithe, mais aussi pour retrouver son ex-greluche, Ellie. Et dès le départ on comprend que le jeu s'est à nouveau pris un coup de kéké dans la tronche, avec une orientation 100% TPS qui le transforme en Gears of War-like... On a alors peur, très peur !

dead-space-3.png

Heureusement par la suite le jeu revient un peu à ses origines avec des environnements spatiaux, puis une planète gelée, pour un retour timide au survival... mais le tout est ultra répétitif et ennuyeux du fait d'un scénario plat. On ne ressent plus aucune sensation comme en 2008, mais alors plus aucune. Techniquement on ne peut rien reprocher, c'est très beau, plutôt fluide, avec plein d'effets de lumières et d'ombre, et une ambiance sonore réussie, la console est bien maîtrisée. C'est une belle suite générique produite à la chaîne, comme tant d'autres chez EA, Activision, Sony ou Microsoft....

Comme toutes les suites de jeux cultes produits par les gros éditeurs Dead Space 3 est orienté kéké, tout pour l'action, sans imagination, pour un survival qui fait maintenant plus penser à un TPS générique. Certes un bytos qui découvre la licence y verra un très bon jeu pop-corn avec une réalisation très soignée. Mais dans l'esprit du gamopat barbu, Dead Space c'est un seul et unique jeu : le premier sorti en 2008.

SUPPOS : 3/6
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] God of War Ascension / PS3

Publié le par Dr Floyd

GOD OF WAR ASCENSION
Support : PS3
Genre : Bastonnade mythologique
Éditeur / Développeur : Sony
Sortie : 13 mars 2013

god-of-war-ascension-boite-copie-1.jpg

Allez hop revoici ce vieux briscard de Kratos, le roi de la bastonnade mythologique ! Enfin ce n'est pas vraiment un retour car direction le passé pour revenir aux origines de ses aventures sanglantes, pour une préquelle, astuce scénaristique bien à la mode en ce moment dans le jeu vidéo et au cinéma. Pas facile cependant de repartir en arrière quand on sait qu'il y a déjà eu cinq jeux et quand on voit la démesure de ses aventures censées se terminer en apothéose en 2010...

Dans Ascension Kratos est encore un Spartiate et non une divinité... mais il est bien sûr déjà hanté par ses "démons intérieurs". Capturé et torturé par les trois Erinyes qui veulent déjouer ses plans, il va réussir à se libérer pour le début d'une aventure/beat'em all tout à fait classique, peu inspirée, et qui ne varie pas d'un poil par rapport aux 5 opus précédents : de la baston, de petites énigmes, de la récupération d'orbes, des cinématiques, des QTE, de l'escalade guidée, mais aussi des flashback (un peu chiant)...

Mais bon les fans seront ravis : C'est toujours sanglant, très sanglant, assez spectaculaire, sans oublier l'habituelle scène sponsorisée par DSK, la petite scène de cul !


god-of-war-ascension-001.jpg

Révolutionnaire sur PS2, God of War est aujourd'hui bien banal et n'a pas réussi à évoluer. Les murs invisibles et les caméras fixes font un peu tâche en 2013. Plus rien ne nous surprend après tant d'épisodes et on a la fâcheuse impression de rejouer toujours et encore au même jeu, de retrouver les mêmes ennemis à peine modifiés, dont certains avec un character design plus que douteux (les mouches vertes de l'intro, ridicules), et avec des boss moins impressionnants que par le passé. Sony n'a pris absolument aucun risque. Bref, on bastonne sans passion, sans rage, les yeux presque fermés... On en vient même à mélanger tous les épisodes PS2, PSP et PS3 dans sa tête !

Mais heureusement Kratos est toujours aussi "sexy".


god-of-war-ascension-002.jpg

D'un point de vue purement visuel c'est comme dans le III, donc très beau et très détaillé, du moins sur une image fixe car il y a toujours et encore un problème de framerate, quoi que un peu différent : dans le premier opus PS3 le framerate n'était pas du tout stable (entre 30 et 55 FPS seconde), ce qui rendait le jeu très très moche esthétiquement. Ici le framerate semble vraiment stabilisé, mais cela génère un autre soucis : une impression désagréable de jeu saccadé en permanence... Mais bon, on a compris que le Studio Santa Monica a bien du mal à gérer la PS3, même après bientôt 7 ans d'exploitation de la console... Je vais peut être choquer mais pour moi le plus beau God of War reste la compilation du I et II en HD sur PS3 !

Je sais je suis un maniaque du framerate, mais je me soigne.

god-of-war-ascension-003.jpg

Je critique, je critique, mais il faut savoir aussi se mettre à la place d'un bytos qui découvre la série. Que va t-il découvrir ? Un beat'em all très beau, très bien rythmé, avec des passages grandioses, avec un gameplay très efficace et nerveux, avec une tonne de combos, pour un jeu  qui nécessitera une bonne maîtrise dans les niveaux de difficultés supérieurs. Souvenez-vous comment ce jeu nous a enchanté en 2005 ! Il a même révolutionné le beat'em all, n'ayons pas peur des mots.

Mais mon beat'em all préféré sur PS2 restera à tout jamais Maximo Vs Army of Zin.

god-of-war-ascension-004.jpg

Donc voilà, c'est quand même un bon jeu. Mais le vieux barbu aigri sature un peu et la seule vraie nouveauté qu'il va découvrir c'est le mode multi. Un mode peu original, avec création de votre personnage, choix du Dieu, customisation via les armes et la magie. Seulement 4 maps et 2 arènes, et des modes classiques : capture the flag, horde, domination.... pour un résultat pour le moins brouillon. Sans intérêt.

Difficile de noter ce God of War. Soit vous êtes un jeune bytos qui débarque, ou un fanatique de Katros, et vous adorerez ce jeu car c'est un très bon beat'em all dans l'absolu. Soit vous êtes un vieux barbu grincheux jouant depuis 2005 à cette licence et vous ne ressentirez plus aucun frisson, sinon d'avoir passé un bon moment, comme devant un film pop-corn. Un beat'em all au dessus du lot mais les épisodes cultes de la série restent les épisodes 1 et 2 sur PS2.

SUPPOS : 4,5/6 (pour les fanatiques de Kratos ou les nouveaux venus)
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg
(3/6 pour les autres)

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] Tomb Raider / Xbox 360

Publié le par Dr Floyd

TOMB RAIDER

Support : Xbox 360

Existe également sur PS3 et PC
Genre : gros nichons fondus


Développeur : Crystal Dynamics

Éditeur : Square Enix

Sortie : 5 mars 2013

tomb raider boite


Testé avec le support de RueduCommerce



Tomb Raider, série purement commerciale destinée aux kékés et fanatiques de bimbo à forte poitrine est tombée au fin fond du gouffre vidéoludique.... Cependant le rachat de Eidos, et donc de la licence, en 2010 par Square Enix, laissait imaginer une tentative (désespérée ?) pour relancer Lara Croft. Voilà, c'est fait, avec un titre sobre : Tomb Raider, pour un "reboot", terme très à la mode au cinéma et désormais dans le jeu vidéo. On est à priori très peu confiant, c'est toujours Crystal Dynamics aux commandes, mais sous l'influence du très pointu éditeur Square Enix, sait-on jamais... surtout après l'incroyable Deux Ex Human Revolution.



Et ce qui frappe vraiment d'entrée, et qui ouvre la porte à tous les espoirs, c'est le fignolage de l'écran d'introduction... on arrive très vite dessus et c'est superbe, avec des accès disque d'une rapidité  déconcertante (signe d'un grand soin apporté à la finition). Bref, ça commence plutôt bien. Je ressens des vibrations au niveau des poils de barbe.

tomb-raider-cargo.png
Un cargo pour débuter, ça respire la grande aventure !

L'histoire débute, Lara Croft et ses amis aventuriers sont embarqués sur un cargo à la recherche d'un peuple disparu sur une île paumée mais s'échouent lamentablement sur les côtes escarpées, elle est aussitôt kidnappée par un autochtone et séparée de ses compagnons. Le jeu commence réellement quand vous vous retrouvez prisonnière suspendue la tête en bas dans un endroit très inquiétant qu'aurait sûrement affectionné Hannibal Lecter ! Vous vous échappez et commence alors une folle aventure à la Indiana Jones pleine de cascades et de souffrances ! Car Lara en prend vraiment plein la tronche !

tomb-raider-lara.png
La seule fois où vous verrez Lara sans tache de sang sur tout le visage...

On souffre pour elle, on est pas habitué en fait à ce genre de sensation, car l'ensemble est quand même assez "réaliste".
Ah oui, j'ai oublié de vous parler des attributs de Lara... et de sa fameuse poitrine. Et bien elle a fondue ! Signe que Square Enix a bel et bien décidé de tourner la page du jeu de kéké pour passer à un vrai jeu d'aventure.

 Marre des super héros gonflés à la testostérone, marre des gros seins, de l'arrogance, marre du héros qui se recoiffe entre chaque cascade, Lara est une fille "normale" qui en chie comme pas possible ! Elle se prend des flèches, se coince la jambe dans un piège, avec un vrai soucis du détail, ça saigne, les blessures restent, on y croit... on est loin des acrobaties de singe de Drake (on va y revenir) ou des gros muscles habituels... Ici on est vraiment paumé et abandonné dans la jungle hostile d'une île mystérieuse, il faut survivre, et on se prend au jeu !



tomb-raider-001-copie-1.jpg
Le maniement de l'arc est un vrai régal !


Malgré tout il arrive à Lara des choses totalement dingues... et un peu exagérées, car cela reste quand même un jeu ! Elle dégringole, escalade, s'accroche in extremis, se fracasse, combat des loups, des autochtones, des militaires, échappe aux flammes, se debat dans la tempête, C'est assez hallucinant ! Et là on pense tout de suite à Uncharted, l'exclu PS3 dont ce jeu s'inspire clairement, sauf que Tomb Raider enterre littéralement les aventures du beau gosse Drake.

tomb-raider-002-copie-1.jpg
Une scène classique du jeu d'aventure...

Uncharted c'est des cascades improbables de guenons super répétitives ainsi que du gunfight Playmobil ridicule, pour un gameplay totalement surréaliste et risible. Uncharted c'est aussi un moteur graphique poussif (contrairement à ce que disent toujours les fanboys pour défendre leur PS3). Je savais qu'il y avait beaucoup mieux à faire en terme de gameplay et de réalisation dans le genre action-aventure. Et c'est fait ! Tomb Raider offre une meilleure mise en scène, est plus crédible dans les scènes de cascade et de gunfight (à l'arc ou à l'arme balistique), est plus varié, et est nettement plus réussi techniquement et artistiquement. Et comme je l'ai déjà dit, le héros ne se la pète pas. Bref, Uncharted se transforme en caricature de jeu d'aventure et prend un coup de vieux monumental
 face à Tomb Raider.

tomb-raider-004.png
On reste parfois à ne rien faire pour admirer le panorama et les effets visuels...

Le level design est vraiment fantastique. Il est varié, imaginatif, très "vertical" et parfois vertigineux, même si cela passe quelques fois par des scènes assez scriptées ou dirigistes. Mais l'ensemble est franchement très bien équilibré entre liberté, scripts, QTE, flashbacks et cinématiques. Les scènes de cascade sont variées et superbes, et les combats très intéressants, mix entre furtivité, précision, diversion, ou bourinage, selon votre style ! A l'action s'ajoute une partie survie, il faut tuer des animaux à l'arc, les dépecer, récupérer des matières premières, améliorer son équipement, tout ce fait assez automatiquement rassurez vous, pas de menus rébarbatifs et de gestion complexe...

 cela reste un jeu d'action-aventure à 100%.

tomb-raider-003-copie-1.jpg
Le feu, un des points techniques les plus impressionnants du jeu !

Comme je vous l'ai déjà fait comprendre un peu plus haut, la cerise sur le gâteau c'est la direction artistique et la réalisation technique. C'est du jamais vu ! Les limites de nos consoles actuelles sont repoussées. Un PC, pour quoi faire ? Pour se faire chier derrière un clavier sur une chaise avec 3 ventilos qui tentent de refroidir votr carte graphique à 600 brousoufs ? Tout ça pour gagner 2 textures et 3 frames ?  Franchement la Xbox 360 m'épate encore au bout de plus de 7 ans. Les paysages sont grandioses (perso je m'arrête de jouer pour admirer le "travail" !), les effets spéciaux fabuleux (pluie, vent, flammes, jeux d'ombres...), le framerate très satisfaisant, les accès disques hyper rapides et même inexistants une fois le jeu lancé ! Ca charge pendant que vous jouez, les doigts dans le nez. Le jeu est fignolé aux petits oignons. On a du mal à croire que nous sommes sur du matos de 2005.... Imaginez ce jeu sur un PC de 2005, huhu...

tomb-raider-sang.png
On oublie vite le côté sexy de Lara Croft pour parer à l'essentiel : survivre !

La version PS3 semble tout aussi réussie, mais j'émets quelques réserves sur le framerate, le gros point faible en général de la PS3. A vérifier.

 je ne vous ai pas causé du mode multi-joueurs, je ne l'ai pas encore testé, mais je vous assure que de toute façon le mode solo suffit à en faire un jeu culte.

Tomb Raider écrase Uncharted, Tomb Raider devient le meilleur et plus beau jeu d'action-aventure de tous les temps, tout simplement. Avec l'incroyable FPS Deus EX puis ce fantastique TPS, Square Enix va rapidement devenir un éditeur culte, non plus seulement pour ses fantasy japonaises, mais désormais pour ses licences occidentales hyper soignées. Game of the Year (pour l'instant).



SUPPOS : 6/6
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

seal of quality

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST FLASH] Ni No Kuni : La vengeance de la Sorcière Céleste

Publié le par Dr Floyd

NI NO KUNI : La Vengeance de la Sorcière Céleste
Support : PS3
Éditeur : Namco Bandai
Développeur : Level 5
Sortie : 1er février 2013

ninonuki-boite.jpg

Test flash avec le support de Gamoniac

Une collaboration entre Level 5, spécialiste du RPG, et le célèbre studio d'animation Ghibli, voilà qui pourrait nous donner une sacrée bombe vidéoludique. Même moi qui ne suit pas fan de RPG à la japonaise, ni de manga de ce type, je suis quand même très curieux de voir ce que ça donne au final !

Et on reconnaît tout de suite la patte graphique de Ghibli, avec des dessins qui rappellent le style de Voyage de Chihiro ou Princesse Mononoké. Level 5 a donc forcement opté pour la technique du Cel-Shading pour combiner dessins et jeu vidéo, et franchement c'est très réussi ! C'est même sublime visuellement. Sans parler de la musique du compositeur Joe Hisaishi qui sublime encore plus le tout. C'est un voyage enchanté !

ninonuki-001.jpg

Ce J-RPG en lui même est très classique : c'est l'histoire d'un gamin qui vient de perdre sa mère et qui part dans un monde parallèle magique pour tenter de la ramener à la vie. C'est du vrai RPG japonais : des héros de 12 ans, des scènes totalement naïves,  un grand délire scénaristique... Le gameplay est lui aussi très ordinaire : une aventure linéaire au départ, plus libre ensuite, beaucoup de level-up, un rythme très très lent, des combats en semi temps-réel (assez réussis) et des quêtes facultatives. Bref, c'est du Dragon Quest 8 version dessin-animé. L'aventure sera donc longue, très longue (trop ?) mais les découvertes visuelles permettent de rester motivé tout le temps !

ninonuki002.jpg

Attention, la bande sonore est en anglais ou japonais, et c'est donc sous-titré en français... ce qui est quand même un peu rebutant pour les gamins à qui est destiné avant tout cette aventure. Alors bien sûr l'adulte peut quand même apprécier ce jeu, car c'est aussi de l'art que ces merveilleux tableaux animés... on en arriverait presque à s'émouvoir. Sauf que ce rythme est problématique pour l'adulte qui souvent n'a pas 100 heures devant lui pour faire du level-up... Le geek-neds solitaire fan de manga lui sera aux anges !

Ni No Kuni est un excellent et magnifique J-RPG japonais destiné avant tout aux enfants... mais aussi aux gamers (fans du genre) qui ont beaucoup de temps libre, vu le rythme très lent de cette aventure, le Derrick du RPG ! Le mariage entre Level 5 et Ghibli est en tout cas une franche réussite ! C'est un véritable dessin-animé jouable ! Dommage pour les enfants que le jeu soit sous-titré.

SUPPOS : 5/6
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] INFINOS / Homebrew PC

Publié le par Révo

INFINOS
Support : PC (Homebrew)
Sortie : 2013
A télécharger ici


infinos-titre.png

Infinos est un shoot’em up aux airs de Gradius, créé par un japonais nommé Picorinne. On commence sur un écran titre typé 8/16bits, avec 5 crédits, un meilleur score (ça sent le scoring) et des infos sur les bonus ! Allez hop, on appuie sur Z !

Un vaisseau classique "16bit" bien reluisant, des étoiles jaunes sur un fond noir, le décor n'est pas vraiment terrible pour l'instant. Un seul bouton, Z, pour tirer, les premiers ennemis arrivent, de petits dragons robot verts, c’est mignon. Pendant ce temps le décor commence sérieusement à s’améliorer, c’est beau finalement, et ça tourne en 60 fps !


infinos-001.png

Tu chopes ton premier bonus, génial tu tires sur 3 lignes maintenant ! Des ennemis commencent à lancer de la boulette rouge mais tu récupères un bonus bouclier ! Bref, vous l'avez compris, on est complètement dans le style Gradius. Les décors sont vraiment très beau, peut-être un peu trop dans l'imitation rétro 16 bit ? La musique est quand à elle beaucoup plus récente.

infinos-002.png

Les décors, les ennemis, les boss, les musiques sont très variés, c'est vraiment du bon et grand boulot pour un simple homebrew produit par une personne. La difficulté monte progressivement, à vous de trouver le bon bonus au bon moment pour progresser plus facilement, à vous de trouver la faille de chaque boss ! C'est un vrai shoot’em up classique rafraîchissant... et sans trop de boulettes ! Par les temps qui courent...

Infinos est un shoot'em up d’une qualité rare comme on en voit plus, et c'est un homebrew gratos par dessus le marché ! Il est à essayer d’urgence pour tous les fans de shoots classiques qui se respectent.

SUPPOS : 6/6
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] Crysis 3 / Xbox 360

Publié le par Dr Floyd

CRYSIS 3

Support : Xbox 360

Existe également sur PS3 et PC
Éditeur : Electronic Arts
Développeur : Crytek


Sortie : 21 février 2013


crysis-3-boite.jpg


Testé avec le support de StarGames


Jeu PC cultissime de 2007 et en avance sur son temps, Crysis s'est assagit avec sa suite multiplateforme qui reste malgré tout un des meilleurs FPS console de cette génération. Que nous réserve ce troisième opus qui semble quand même arriver un peu rapidement... 



L'action se passe 24 ans après les évènements de Crysis 2, le CELL (rien à voir avec la PS3) a pris le contrôle du monde en utilisant la technologie extraterrestre, New-York s'est transformé en jungle, et Prophet (c'est à dire vous) a été cryogénisé. Mais heureusement vous allez êtes sorti de votre léthargie par Psycho pour débuter votre combat contre le CELL sur une plateforme maritime, et tenter de mettre fin à la crise. Un scénario bidon, totalement bidon, mais on est là avant tout pour l'action non ?!



crysis-3-001.jpg

Et le premier niveau sur la plateforme en met plein la vue, avec vent et pluie (faisant penser au début de Metal Gear Solid 2), beaucoup de détails, d'effets spéciaux, de jeux d'ombres et de lumière, c'est ma-gni-fi-que... oui même sur console, pas besoin d'avoir un PC de geek, même si c'est encore plus beau sur ces monstre ventilés à cartes hors de prix. Ok le framerate n'est pas optimal sur console, autour de 30 fps, voire un peu plus, mais il est très stable, et ne gène pas le gameplay. On ne ressent pas du tout la gène d'un KillZone sur PS3 (par exemple) où là c'est totalement injouable. Bref, c'est Crysis 2 en encore plus magnifique, pour le plus beau FPS console de cette génération. C'est dit.
 Mais y a pas que les pixels HD dans la vie, y a aussi le bâton de joie, avec lequel il faut prendre son pied.

crysis-3-002.jpg

Et justement niveau gameplay on déchante un peu... paradoxalement car celui ci a été amélioré ! Syntax Error ? Je m'explique. On retrouve sans surprise la super combinaison qui vous protège comme Iron Man ou vous transforme en l'homme invisible, rendant le jeu assez facile si vous utilisez trop ces options (et si vous y jouez de plus en mode facile). La nouveauté c'est l'arc, très puissant, et personnalisable, peut être trop puissant même avec ses options électriques, explosives et à tête chercheuse.... On peut même marquer ses cibles. Et on en vient en fait au problème réel de ce jeu : trop de possibilités tuent le gameplay ! On ne sait plus trop dans quel mode de difficulté il faut y jouer, si il faut utiliser sa super combinaison, si il faut utiliser l'invisibilité, si il faut utiliser l'arc, si il faut utiliser la vision thermique, si il faut marquer ses ennemis... Certes il suffit de faire des choix et s'y tenir, mais c'est difficile, on est toujours tenté d'utiliser un peu toutes les options, d'aller au plus facile... ce qui tue l'aspect FPS. FPS = survie, FPS = peur d'y passer à chaque instant... et là on a plutôt l'impression de jouer à l'inspecteur gadget.

crysis-3-003.jpg

Aussi le jeu est très linéaire, avec pas mal de cinématiques (cependant ingame !) mais avec surtout des scripts assez ridicules comme l'impossibilité d'ouvrir une porte avant d'avoir tuer tous les ennemis...  Avec un gameplay plus classique, des ères de jeux plus ouvertes, ce FPS aurait été franchement très bon. A ce titre je préfère le second opus. L'IA moyenne des ennemis et la durée de vie assez courte (à jouer en mode difficile d'entrée) étant des problèmes secondaires que l'on rencontre dans tous les jeux. Crysis 3 est clairement sauvé par sa réalisation qui fait qu'on a quand même envie d'aller au bout. Et puis il y a le mode multijoueur plutôt sympa où les défauts sont gommés.



Beaucoup trop de gadgets à disposition, un scénario et des dialogues sans intérêt, un level design et une difficulté mal dosés font de Crysis 3 un FPS un peu agaçant. On a du mal à s'immerger dans le jeu, pourtant splendide visuellement, de loin le plus beau FPS console jamais pondu. Du coup Crysis 3 est un jeu pop-corn qu'on est content de parcourir, mais qu'on abandonnera comme une vielle chaussette une fois arrivé au bout. En fait on a vraiment l'impression de jouer à un add-on de Crysis 2... Dommage, il est tellement beau ! Pourquoi Crytek s'éloigne de plus en plus de son chef d'oeuvre de 2007 pour faire des jeux "comme tout le monde", on a du mal à saisir. Enfin si... on saisi qu'il faut séduire le casual pour vendre des brouettes de jeux...


SUPPOS : 4/6

suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] Metal Gear Rising: Revengeance / Xbox 360

Publié le par Dr Floyd

METAL GEAR RISING : REVENGEANCE
Support : Xbox 360
Existe également sur PS3
Éditeur : Konami
Développeur : PlatinumGames
Sortie : 21 février 2013

metal-gear-rising-box.jpg

Les malades qui suivent Gamopat depuis longtemps le savent, je déteste la licence Metal Gear, et je ne vais pas refaire mes blagues douteuses à deux balles sur Richard Gear et son balai dans le postérieur.... bref, je trouve que c'est un jeu d'infiltration totalement bidon produit par le "Alain Delon" du jeu vidéo, Monsieur Blabla cinématiques, Monsieur "je me touche le téton". Mais si on me propose un spin-off dans un genre 100% beat'em all et réalisé par les frapadingues de PlatinumGames, alors là je dis pourquoi pas !

Dès l'écran titre déjà le style Platinum s'impose, avec un Raiden en 3D sobre et beau à la fois. On lance le jeu et paf le doute s'installe... cinématiques (très réussies certes), bla-blas, peu de temps de jeu, beaucoup de gameplay hyper assisté, QTE à gogo... on se demande alors si Platinum n'a pas fait du Kojima ! OUPS ! Mais rassurez vous ce n'est que l'intro pour présenter le gameplay et l'histoire. On passe vite sur le scénario, vous, Raiden, embauché comme garde du corps d'un Président africain, assistez impuissant à sa mort et à la prise de pouvoir du pays par un groupuscule armé de cyborgs hyper-sophistiqués. Amoché, vous revenez quelques semaines plus tard, en super cybord équipé d'un iKanata pour la revaaaaanche. Ok, le scénario on oublie, et on s'en tape de toute façon, car on est là pour trancher.

metal-gear-rising-001.jpg

Oui trancher, si au départ cela parait étrange de manier un katana dans Metal Gear, on s'y fait très vite, le jeu n'ayant rien à voir avec celui de Kojima. Vos capacités vont régulièrement augmentées, et vous disposerez aussi d'armes secondaires, pour un beat'em all complet, efficace et bien maîtrisé. On s'éclate vraiment, c'est rapide, facile à jouer, même si au départ on a peur d'un jeu beaucoup trop technique, mais ce n'est qu'apparences....Il y a cependant 3 niveaux de difficultés, un niveau débutant pour ceux qui veulent juste en prendre plein les yeux sans réelle difficulté, puis 2 modes bien plus ardus. A noter quelques petites phases d'infiltration, plus un clin d'oeil à la série qu'une vraie option de jeu. On retrouve aussi le Codec, mais rassurez vous, ça ne hache pas le jeu, les écrans de communication s'ouvrant de manière classe dans le jeu façon Dead Space.

metal-gear-rising-002.jpg

J'en viens à la réalisation technique, une véritable claque, non pas pour les détails et les textures, mais surtout pour le framerate, aspect autrement plus important que de savoir si telle on telle texture est réussie ou pas.... Le jeu est fluide comme un Dead of Alive ou un Ninja Gaiden : c'est du 60 images/sec en permanence, sans ralentissement, un bonheur visuel ! C'est tellement rare aujourd'hui.... Même la version PS3, dont je n'ai testé que la démo, semble totalement fluide ! Ce qui est un miracle.

Sans compter sur un sens aigu de la mise en scène, avec certes des QTE, mais magnifiques, mais aussi et surtout des phases totalement délirantes (du Made in Platinum) et beaucoup de "style". Comme dans tout bon beat'em all 3D qui se respecte, vous allez être un peu emmerdé par les caméras, mais franchement on a vu pire. Globalement c'est beaucoup moins bordélique à l'écran que Bayonetta, mais franchement je préfère.


metal-gear-rising-003.jpg

Les regrets viennent plutôt du temps de jeu, estimé à 7 ou 8 heures en prenant son temps.... avec une fin parait-il vite expédiée... Je n'en suis qu'au chapitre 3, et perso en tant que vieux papy qui avance tout doucement, je préfère un jeu court et beau qu'un jeu long et bâclé. Et puis refaire les niveaux pour améliorer son temps et sa note reste un vrai bonheur. Ok, le jeu est moins travaillé, moins fou, moins technique que Bayonetta, mais j'avais vraiment du mal à adhérer à cette histoire de sorcière et d'anges... Mais entre Bayonetta, Vanquish et ce Metal Gear Rising, Platinum confirme qu'ils sont les meilleurs au monde en terme de beat'em all hardcore.

Metal Gear Rising respire le PlatinumGames. Action de folie, grand n'importe quoi (combats de cyborgs au katana LOL), mise en scène stylisée, maîtrise totale de la console (60 img/sec), pour un vrai défouloir, on en demandait pas plus ! Sûrement trop court, mais quel pied ! Ce sont des grands malades chez Platinum, on sent qu'ils prennent leur panard en développant, et j'espère qu'ils ne sont pas prêt de guérir.

SUPPOS : 5/6
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans TESTS

Partager cet article