1163 articles avec tests

[TEST] Virtua Tennis 4 / PS3

Publié le par Dr Floyd

VIRTUA TENNIS 4
Support : PS3
Existe également sur X360, PC
Editeur : SEGA
Développeur : SEGA
Sortie : 29 avril 2011

virtua-tennis-4-gamopat.jpg

Top Spin 4 vient de s'imposer comme la simulation de tennis ultime, reste t-il une place pour un Virtua Tennis qui a la malchance de sortir juste après ? Peut-être, les jeux ne boxant pas dans la même catégorie... mais à condition de bien se démarquer en proposant un gameplay arcade réussi et innovant un peu par rapport aux précédents opus.

On commence par une bonne nouvelle, Sega a réduit le rythme infernal des échanges, il faut dire que cela commençait à devenir du grand n'importe quoi, style Pong survitaminé. Pas d'inertie dans Virtua Tennis, les deux joueurs se déplacent dans tous les sens très facilement, ce qui n'est certes pas très réaliste visuellement, mais bien dans l'esprit arcade. Il faut juste penser à être bien placé avant de frapper la balle et charger au maximum son coup. Bref, un pur jeu de réflexes sans réelles subtilités...

virtua-tennis-4-001.jpg

Difficile d'appliquer en effet une réelle stratégie ou une façon de jouer, renvoyez la balle (qui ne sort jamais) et attendez la faute adverse. A noter l'intégration d'un coup spécial, qui sera disponible après avoir rempli une jauge, qui donnera la possibilité de frapper un superbe coup au ralenti (du plus bel effet), un petit plus pour l'ambiance arcade du jeu. Un coup spécial à utiliser au bon moment sur les points décisifs car ils sont très difficiles à retourner. Pour résumer Virtua Tennis 4 c'est avant tout un gameplay basé sur des frappes de brute en comptant sur l'usure de l'adversaire. Le problème comme toujours avec cette licence c'est qu'on a l'impression de toujours faire le même match. Ah oui je ne vous causerais pas de l'option PSMove, pas question pour le gamopat de se transformer en kéké gamer du dimanche.


virtua-tennis-003.jpg

On retrouve bien sûr dans les options le fameux mode carrière, présenté cette fois façon jeu de l'oie. Le but sera bien évidemment de grimper au classement mondial pour jouer des tournois de plus en plus huppés. Cela passe aussi par les mini-jeux et les défis contre de gros joueurs. Aussi l'éditeur de joueurs ne sert pas à grand chose, on s'en tape de la longueur du nez ou de la couleur de short. Quant au mode online... hum... le PSN est en panne ! Mais d'après ceux qui l'ont essayé il s'en sort pas trop mal, avec la possibilité de jouer à quatre.

virtua-tennis-4-002.jpg

Côté réalisation, les graphismes sont potables : stades assez bien modélisés, stars bien reconnaissables... on regrettera un framerate loin d'être parfait qui à mon avis ne tourne pas à 60 fps, avec même des cut-scènes qui saccadent un peu. Après dire quel est le plus beau jeu visuellement entre Virtua Tennis 4 et Top Spin 4, je ne me prononcerai pas, c'est assez difficile à dire. Par contre au niveau des animations Top Spin 4 est supérieur, les joueurs de Virtua Tennis 4 font un peu "robots". L'ambiance sonore est plutôt moyenne, rien de bien transcendant de ce côté, avec des doublages quelconques.

Virtua Tennis, révolutionnaire il y a plus de dix ans sur Dreamcast, n'a pas vraiment évolué depuis. Gameplay basique, prise en main instantanée mais réalisme zéro avec une balle qu'on ne contrôle pas vraiment. Les fans de la licence applaudiront quoi que les innovations sont minces, les jeunes découvrant la licence apprécieront sûrement, et les fans de simulation iront voir du côté de Top Spin 4.

NOTE TECHNIQUE : 5/10
NOTE ARTISTIQUE : 5/10
GAMEPLAY : 4/10
REPLAY VALUE : 2/10
16/40
SUPPOS : 2,5/6
(Appréciation personnelle)
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] The Conduit 2 / Wii

Publié le par Dr Floyd

THE CONDUIT 2
Support : Nintendo Wii

Editeur : SEGA

Développeur : High Voltage
Sortie : 19 avril 2011

conduit-2.jpg

The Conduit fût en son temps un bon petit FPS pour la Wii, console pas du tout adaptée pour ce genre. Alors que peut valoir cette suite qui sort sur une console aujourd'hui en fin de vie ? Voici le test d'un FPS à l'ancienne qui s'assume totalement !

Laissez tomber le scénario, à côté Killzone 3 fait office d'oeuvre littéraire ! Michael Ford, c'est à dire vous Toto le héros, est toujours à la poursuite de l'infâme John Adams à travers le "Conduit", un concept SF emprunté à la soporifique série Stargate. Mais peu importe le scénario en fait, nous sommes ici dans un pur jeu de genre qui ne se prend nullement au sérieux, comme un bon film de SF pop-corn de série B.


conduit-2-000.jpg

The Conduit 2 est un FPS à l'ancienne, façon GoldenEye N64, à ceci prêt que la régénération automatique de la vie a été ici aussi instaurée, grrrrrr... Donc un FPS de couloir, avec franchissement de portes, un point B à rejoindre, avec quelques fusillades entre temps. C'est simple mais efficace : combats funs contre humains et aliens, armes vraiment variées (humaines et aliens, 3 types de grenades + "l'oeil" beaucoup moins utilisé), beaucoup de changement de décors, des big boss (avec points faibles). Bref on s'amuse vraiment malgré une IA à la ramasse et quelques bugs pas bien méchants (ces deux derniers défauts donnant presque un charme rétro au jeu !).

conduit-2-002.jpg

Ce qui est sympa c'est que l'on vous propose le choix des contrôles : Wiimote, Wii Motion Plus et manette classique. Le jeu à la wiimote, bah on connaît, c'est pratique pour viser, mais fatiguant et gênant par moment dans les déplacements... On préférera (peut-être) le jeu à la manette classique sauf que la visée n'est pas du tout facile, mais cela va mieux en mode de tir zoomé... Chaque type de contrôle a donc ses avantages. En vrai gamopat j'y joue en mode manette classique, disons que les soucis de visée dus aux sticks trop sensibles rajoutent un peu de difficulté.

conduit-2-003.jpg

Au niveau de la réalisation il ne faut pas oublier que nous sommes sur une technologie qui a 10 ans, celle de la Gamecube... Et tenant compte de ce fait on peut dire que The Conduit 2 est un très beau jeu, et même le plus beau FPS de la console avec le remake de GoldenEye, il surpasse le premier opus sans problème, avec de meilleures textures, des niveaux plus inspirés, et une mise en scène de qualité. Bon certes tout ceci n'est pas bien fluide, mais ça ne gène pas trop le gameplay. La bande son est sympa avec un doublage rigolo de série B... voire Z !

conduit-2-004.jpg

Une fois terminé le mode solo, on testera le mode multi et là c'est une très bonne surprise. On peut y jouer à 4 en écran splitté et avec des tonnes de paramétrages possibles, et jusque 12 en mode online, dans 14 modes de jeux ! Et bien sûr il est possible de faire du "tuning" en améliorant son équipement et son personnage. Je ne dit pas que le online est exceptionnel mais il écrase totalement tout ce qui se fait sur Wii. Rien que pour cette partie le jeu vaut l'investissement.

The Conduit 2 est un vrai jeu de genre. Les fans de GoldenEye devraient apprécier. Basic mais efficace, c'est un vrai FPS (hormis la gestion du niveau de vie) très fun à jouer, supérieur au premier, et avec un mode online au top pour cette console. La plupart des journalistes pro, élevés à Call of Duty, oublient le support en notant le jeu sans tenir compte des capacités réduites de la console en terme de graphismes mais aussi en terme de commandes. On s'y amuse beaucoup plus que dans la plupart des FPS modernes, tout comme on s'amuse en regardant un bon nanar de SF.

NOTE TECHNIQUE : 8/10
NOTE ARTISTIQUE : 6/10
GAMEPLAY : 5/10
REPLAY VALUE : 5/10
24/40
SUPPOS : 4,5/6
(Appréciation personnelle)
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg


 

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] Killzone 3 / PS3

Publié le par Dr Floyd

KILLZONE 3
Support : PS3
Éditeur : Sony
Développeur : Guerrilla
Sortie : 23 février 2011

killzone-3-box-gamopat.jpg

Après de nombreuses années de buzz médiadique, Killzone 2 est finalement sorti pour s'imposer comme le meilleur FPS de la PS3 (ce n'était pas difficile), et ce malgré quelques défauts : framerate assez faible, manque de précision du pad. Avec Killzone 3 Guerrilla va tenter de faire mieux... mais ce n'est pas avec la 3D Relief ou le PS Move qu'il va convaincre le Gamopat ! Comment ? Oui je sais le jeu est sorti il y a 2 mois mais j'ai pris un peu de recul pour échapper au buzz ;)

Killzone 3 débute tout simplement là où Killzone 2 s'arrête. Vous retrouverez donc les Starsky et Hutch du futur, Rico et Sev, juste après la mort du méchant vilain Visari, sauf que le conflit n'est pas terminé, et qu'il faut à nouveau lutter pour survivre... On peut dire que les scénaristes ne se sont pas foulés ! C'est de l'action pure avec des cinématiques qui mettent en avant les problèmes relationnels entre les personnages, et c'est à peine digne de Loft Story. Mais bon perso je m'en tape un peu, c'est un FPS, on est là pour s'en foutre plein le tronche ! Beeeeaaaah !!

killzone-3-001.jpg

Vous tirez, vous avancez, vous tirez, vous avancez. Le gameplay est toujours le même, on peut même dire qu'il s'est affiné, avec une meilleure précision dans les tirs (ce n'est pas un détail c'est très important dans le plaisir de jeu) et avec de nouveaux joujoux bien sympa. L'IA semble assez identique, c'est à dire dans la bonne moyenne. Les défauts sont donc aussi toujours les mêmes : un jeu de couloir linéaire, très linéaire (Crysis 2 c'est GTA San Andreas à côté !) et toujours cette gestion de la vie ridicule : la fameuse régénération automatique de la vie (bâillements). Mais pour la défense du jeu : 1. très linéaire, c'est aussi un genre que l'on peut apprécier, l'action avant tout comme sur un bon vieux jeu d'arcade. 2. La régénération automatique, 99% des jeux adoptent cette technique casual, donc ce n'est pas pire qu'ailleurs !

killzone-3-002.jpg

Pour se démarquer d'un FPS moyen, Killzone 3 joue des séquences spectaculaires à gogo : blindés qui défoncent tout, exo-Squelettes, jetpack, vaisseaux spatiaux... Tout est fait pour vous faire oublier l'absence de profondeur ! Par contre tout ça risque de passer très vite car un bon joueur peut le terminer en moins de 10 heures. Bien sûr le multi va prolonger "l'aventure" (lorsque le PSN sera réparé huhu) : après un coop en local vous pouvez vous essayer en ligne au Deathmatch, au mode Warpzone (avec des objectifs variés), au mode Operation (défense de zones), le tout avec un système de classes et d'expérience. Bref, classique, rien de révolutionnaire, mais bien fait.

killzone-3-003.jpg

Alors comme Killzone 3 est avant tout un jeu d'action, la réalisation se doit d'être au top. Si le jeu est toujours très impressionnant avec beaucoup de détails et d'effets à l'écran, il propose toujours un framerate très bas (à vue de nez entre 25 et 30 Fps) qui personnellement me gène un peu : effets de flou lorsqu'on pivote, manque de précision (mais la précision du pad a été retravaillée comme je le disais plus haut)... Cependant on espérait pas mieux, on sait très bien que la PS3 dispose d'une carte graphique asthmatique et que les fameux jeux à 120 img/sec en 1080p annoncés en 2006 étaient dignes d'un gros bobard de Pinocchio ! Mais soyez rassuré : c'est beau, c'est le plus beau FPS de la console avec Crysis 2. Rassurés ? La 3D Relief je ne vous en parle pas... je n'ai pas le matos qui va pour ça (et je m'en tape), et l'option PSMove, franchement je ne préfère même pas essayer, au risque de me fâcher.

J'ai peut-être donné l'impression tout au long du test du "dire du mal" (?) mais Killzone 3 est un très bon jeu de genre qui tente d'exploiter au mieux la PS3. C'est tout simplement la suite de Killzone 2 : un jeu d'action classique et efficace aux graphismes et effets superbes, le gameplay étant même un poil plus affiné. Cependant il est court (mais il y a le multi) et peu travaillé au niveau du scénario. A acheter sans soucis si vous avez adoré Killzone 2, où si vous cherchez un bon jeu d'action SF.

NOTE TECHNIQUE : 7/10
NOTE ARTISTIQUE : 7/10
GAMEPLAY : 7/10
REPLAY VALUE : 4/10
25/40
SUPPOS : 4,5/6
(appréciation personnelle)
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] SOCOM : Special Forces / PS3

Publié le par Dr Floyd

SOCOM : SPECIAL FORCES
Support : PS3
Éditeur : Sony
Développeur : Zipper Interactive
Sortie : 20 avril 2011

SOCOM-PS3.jpg

Le site officiel du jeu

Faute à une médiocrité de plus en plus marquée la licence SOCOM est un peu tombée dans l'oubli. Sony et le Studio Zipper (M.A.G.) tentent aujourd'hui une sorte de reboot avec ce nouvel opus censé relancer la série. On y croit.

Ce SOCOM nous propose un mélange de scènes scriptées et d'action tactique en temps réel dans des niveaux en couloir. Un mélange de Ghost Recon pour le côté tactique simplifié et de... Uncharted pour la réalisation. L'action se déroule en Asie, et vous dirigez une unité de soldats de l'OTAN face à de très méchants terroristes. Et Cullen Gray, le leader de votre équipe, ressemble furieusement a Nathan Drake !

SOCOM-001.jpg

Rien à voir avec Operation Flashpoint : le côté tactique est quand même ici très limité. Vous avez sous vos ordres 4 coéquipiers, dont vous avez personnalisé l'arsenal, et vous leurs donnez des ordres très simples : se rendre à tel endroit, abattre une cible, se regrouper... L'IA s'en sort pas trop mal même si comme toujours dans ce genre de jeux ils font parfois un peu n'importe quoi. Pas mieux du côté des ennemis, voire pire, mais ils ont l'avantage du nombre !

Bref, vous l'aurez compris, ce SOCOM est avant tout un jeu d'action avec un poil de tactique. Les phases de shoot ressemblent vraiment à celles de Uncharted, et avec toujours cette fichue régénération automatique de la vie (va t-on en sortir un jour !!!). A côté de cela on note l'apparition de séquences d'infiltration en solo façon Richard Gear Solid ou Sam le Pêcheur, qui permettent de varier le gameplay.

SOCOM-002.jpg

J'avoue qu'on est un peu perdu au début entre action et tactique... Mais les maps deviendrons au fil des missions de plus en plus intéressantes et vastes, de quoi vous tenir en haleine. On finit par y prendre goût. Un bémol dans tout ça : la gestion de la manette... outre le manque de précision chronique de la Dualshock il faudra un temps d'adaptation pour maîtriser toutes les commandes tordues, entre pressions légères ou longues sur les détentes. Je ne vous parlerez pas de l'option PSMove car pas question de tester ce jeu avec cet accessoire casual !


Quand vous aurez terminé le mode solo tentez le multi. Vous pourrez y jouer avec 4 amis en coop, dans des missions paramétrables, ou alors en solo jusque 32 joueurs : Deathmatch, Capture the Flag, Bomb Squad... avec gestion de l'amélioration de vos armes. Il y a de quoi faire. Les fans de online trouveront à coup sûr leur bonheur.

SOCOM-003.jpg

Techniquement ça souffle le chaud et le froid... Il y a beaucoup de détails, une belle mise en scène, mais les graphismes ne sont franchement pas terribles avec une modélisation plutôt moyenne des décors et des personnages, couplé à un framerate moyen comme souvent sur PS3, et des problèmes de collision. La bande son n'a rien d'exceptionnelle non plus avec des doublages passables. Bref, pour une console censée afficher du 120 images/sec en 1080p (LOL) c'est un peu décevant. Disons que la profusion de détails et les cut-scènes masquent un peu ces faiblesses.

Malgré une réalisation moyenne et une orientation action SOCOM réussit à peu près son retour sur la scène vidéoludique : un mode solo qui tient la route malgré quelques approximations et un mode online assez satisfaisant. Un bon p'tit jeu on va dire, surtout si vous comptez y jouer online.

NOTE TECHNIQUE : 5/10
NOTE ARTISTIQUE : 4/10
GAMEPLAY : 5/10
REPLAY VALUE : 5/10
19/40
SUPPOS : 3/6
(Appréciation personnelle)
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

 

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] Operation Flashpoint : Red River / Xbox 360

Publié le par Dr Floyd

OPERATION FLASHPOINT : RED RIVER
Support : Xbox 360
Existe également sur PS3 et PC
Editeur : Codemasters
Développeur : Codemasters

Sortie : 21 avril 2011

red-river-box.jpg

Testé avec le support de Okajeux

Operation Flashpoint fût à sa sortie sur PC en 2001 la référence absolue du FPS tactique, on pouvait même parler de réelle simulation de guerre : style tu te prends une balle t'es mort. Après un essai console sur Xbox première génération Codemasters fait revivre la série en 2009 avec Operation Flashpoint : Dragon Rising, un peu moins pointu mais toujours excellent. Alors que vaut aujourd'hui ce nouvel opus Red River, une chose est sûre : les casuals fan de Call of Duty vous pouvez toujours passer votre chemin !

Avec Red River Codemaster abandonne l'île imaginaire de Skira pour un conflit beaucoup plus proche de l'actualité, au Tadjikistan, où vous vous retrouverez face aux insurgés locaux avant de retrouver les forces chinoises. Une ambiance Afghane, réaliste, mais on aurait pu éviter de placer le portrait de Ben Laden dans l'intro... Un scénario finalement secondaire, car vous allez être quant à vous confronter à la réalité du terrain. Et la mise en scène est très élaborée, avec beaucoup de cut-scènes et de "blabla". Alors ça peut énerver, d'autant que, en bon marine, vous passez votre temps à vous faire insulter par la hiérarchie, mais perso je trouve que ces moments renforcent l'immersion et le réalisme. D'autant plus qu'elles sont réalisées avec le moteur du jeu et qu'elles interviennent notamment lors de vos déplacements.

Vous jouez ici le rôle de Kirby (pas très crédible pour un pur et dur marine non ?) et à l'aide des 3 coéquipiers que vous commandez, et des escouades Alpha et Charlie, vous allez vous retrouver au centre de ce conflit, pour faire le "sale boulot" lors de 10 missions en plusieurs étapes. Rien à voir avec la petite boule rose donc ! 10 missions... trop court ? Pas vraiment car des missions peuvent être très difficiles à terminer et il faudrait prendre tout votre temps. Il est possible d'avoir besoin d'une vingtaine d'heures pour aller au bout du jeu, cela dépend aussi du niveau de difficulté choisi, nous y reviendrons.


red-river-map.jpg redriver-classes.jpg 


La nouveauté c'est qu'il est possible de choisir la classe de votre soldat et de vos 3 compagnons : fantassin, grenadier, éclaireur ou mitrailleur. Vous choisissez ensuite vos armes, votre équipement et vos capacités. La "customisation" s'étoffera au fil des missions. Comme dans un RPG vous pourrez améliorer votre vitesse, votre précision, votre réactivité... Bof, je ne suis fan de ce concept d'évolution. Bon allez il est temps d'aller se fritter !

Pour ceux qui découvrent la série, même si le jeu se joue façon FPS, vue à la première personne, oubliez tous vos repères ! Opération Flashpoint se joue sur des cartes ouvertes, vos actions doivent être réfléchies et planifiées, et les combats auront lieu entre de longs déplacements à pied ou en véhicule. Et ici pas question de foncer dans le tas, ou de rester trois secondes à découvert, c'est la mort assurée. La lunette de sniper et les jumelles seront donc très utiles pour examiner le terrain, plutôt que de faire n'importe quoi. Les bytos élevés à Call of Duty ou Medal of Honor peuvent retourner au club Mickey jouer à la gueguerre ;)

red-river-001.jpg

Cependant, et afin de satisfaire les bytos, il y a des aides disponibles : une map/radar qui indique la position de vos camarades, une boussole qui indique celle des ennemis, une aide à la visée, des checkpoints. Ridicule ? Honteux diront les fans ? Pas du tout, ces aides sont désactivables en fonction du niveau de difficulté. Donc n'y jouez surtout pas en mode normal, passez au minimum en mode expert si vous voulez connaître les vraies sensations de la série : genre vous avancez pas à pas, voire en rampant, pendant 30 minutes, et vous vous prenez une balle perdue sans avoir compris d'où elle venait ! Génial non ?

Bon là on passe aux choses qui fâchent. Car Codemasters a quand même fait des concessions assez difficiles à comprendre : l'impossibilité de conduire les véhicules (supprimé !), des missions plus dirigistes sans possibilité de s'éloigner trop loin du champs de bataille, et des med kits toujours à disposition... Cela dénature quand même un peu le jeu ! Certes on peut mourir très rapidement sous le feu de l'ennemi
, rien à voir avec un Call of Duty, mais ces med kits font presque office de régénération automatique de la vie, et niveau réalisme ce n'est franchement pas top.

red-river-002.jpg

L'IA, décriée dans la plupart des tests que j'ai pu lire, n'est certes pas exceptionnelle, mais nous sommes dans un jeu "ouvert" où rien n'est scripté ! Lire des comparaisons clownesques avec Call of Duty, et ses ennemis scriptés, est pour le moins hilarant... Certes nos camarades font de temps en temps des choses peu crédibles, mais il en est de même dans tous les jeux de gestion d'escouade. Et du coté des ennemis je trouve que l'IA a fortement progressé : ils sont devenus très mobiles.

Passons à la réalisation. Les graphismes sont vraiment sympa même si les décors du Tadjikistan ne font pas du tout rêver ! De beaux effets de lumière, un framerate très correct, des soldats bien modélisés, rien à redire. J'adore les testeurs "pro" de certains sites qui annoncent des graphismes en deçà de Call of Duty, ou "d'un autre temps"... Il faut changer de métier Messieurs ! Ridicule de comparer un jeu de couloir scripté à un jeu où les décors sont générés de manière semi-automatique afin de proposer un environnement ouvert. Petit bémol sur les menus et la présentation, pas très sexy, et sur les temps de chargement affreux (installez le jeu ça ira mieux). C'est assez pénible de devoir attendre de très longues secondes avant de pouvoir rejouer une scène sur laquelle vous bloquez. A noter qu'ayant vu tourner la version PS3 je ne vous la conseille pas du tout si vous possédez les deux consoles, comme pour l'opus précédent, c'est un sacré "inferior" que nous offre Codemasters sur la suffocante console de Sony.

red-river-003.jpg

A noter qu'en multijoueurs il n'y a pas de mode Deathmatch, ce n'est pas un FPS, pas un jeu de frag, donc on peut s'en passer... En coop le jeu est jouable à 4 dans différents modes de jeu et là c'est franchement très efficace, ici plus de soucis d'IA avec vos compagnons en tout cas et le jeu devient réellement jouissif pour une interaction maximale avec vos camarades de jeu ! Vous allez devenir de vrais "borthers in arm".


Operation Flashpoint Red River, malgré quelques facilités, reste un fabuleux FPS tactique sur console, presque aussi bon que Dragon Rising, avec une réalisation soignée et une immersion assez fantastique. Les fans ne seront pas (trop) déçus du tournant "grand public" en réglant bien les paramètres, et les nouveaux venu apprécieront un jeu désormais accessible (en mode normal). Operation Flashpoint reste une licence à part sur console, une licence qui prend des risque, on ne peut qu'applaudir, plutôt que de soutenir des FPS scriptés de couloir ennuyeux.

NOTE TECHNIQUE : 7/10
NOTE ARTISTIQUE : 4/10
GAMEPLAY : 7/10
REPLAY VALUE : 8/10
26/40
SUPPOS : 5/6
(Appréciation personnelle)
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST FLASH] Rayman 3D / Nintendo 3DS

Publié le par Dr Floyd

RAYMAN 3D
Support : Nintendo 3DS
Editeur : Ubisoft
Sortie : 25 mars 2011

rayman-3D-box.jpg

Test flash réalisé avec le support de Okajeux

Rayman 2 The Great Escape restera à tout jamais comme d'un des plus grands hits des premiers jeux de plateforme 3D, à une époque où Ubisoft n'était pas encore rongé par l'argent. Afin de sortir très rapidement des jeux sur 3DS ils nous proposent ici un revival de la version Dreamcast.

Et il n'y a aucune surprise à attendre de ce jeu : c'est la version Dreamcast sur votre 3DS, point barre. L'écran du bas ne sert à rien, et la 3D est une option plus que gadget qui vous fera mal aux yeux et qui n'apporte rien en terme de précision pour le gameplay. Autant économiser vos batteries !

rayman-3D-001.jpg

On ne va donc pas vous refaire le test de ce jeu vieux de 11 ans, mais très rapidement pour les bytos sachez que c'est un très bon jeu de plateforme pour l'époque, dans un esprit enfantin, avec des mondes assez variés. Le level design est assez sympa, avec beaucoup de couleurs, et une excellente bande-son qui accompagne votre périple (et on se rend compte que le son de la 3DS est vraiment excellent). Comptez une dizaine d'heures pour en venir à bout.

Le jeu est très agréable à prendre en main, ceci grâce au très bon stick analogique de la portable. Bon ok le jeu accuse quand même son age, on est en droit d'attendre un peu mieux sur 3DS : la 3D est angulaire et les textures moyennes. Mais on oublie vite tout cela en jouant car nous sommes vraiment transporté par l'aventure. A noter quand même de petits temps de chargement (oui oui même sur "cartouche") agaçants.


Rayman 3D est une parfaite adaptation de Rayman 2 The Great Escape. Sauf que ce portage sur 3DS n'apporte absolument aucune nouveauté, si ce n'est une 3D qui gène plus qu'autre chose. Un jeu à réserver aux fans qui veulent se refaire l'aventure sur une portable dans une adaptation absolument parfaite, ou l'occasion pour un bytos de découvrir ce titre culte.

SUPPOS : 4/6
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] The Darkness / Xbox 360 - PS3

Publié le par Ryo Hazuki

THE DARKNESS
Support : Xbox 360/PS3

Editeur : 2K Games
Développeur : Starbreeze
Année : 2007

darkness-titre.jpg

Après l'audacieux mais trop cours The Chronicles of Riddick, le développeur Starbreeze comptait bien revenir avec discrétion mais efficacité. Leur titre The Darkness, sorti en 2007 (déjà) et inspiré par le Comics éponyme, est présenté, non pas comme un FPS mais plutôt comme un jeu d'aventure à la première personne. Qu'en est-il réellement, le jeu a-t-il une identité, n'est-il qu'un pseudo FPS comme tant d'autres ?

Ayant grandit dans un orphelinat où la "faiblesse n'est pas une option", Jackie Estecado a très tôt sombré dans la violence et la délinquance pour survivre. Cela ne l'empêche pas d'avoir des principes et une grande notion d'honneur. Lorsque Paulie Franchetti, le parrain ayant la main mise sur la ville, le sort de cet enfer pour le plonger dans celui de la mafia, il le sépara alors de la seule personne qui comptait pour lui : Jenny, une autre enfant sans parents.

darkness-illustration.jpg

Très vite, Jackie est envoyé pour récupérer du matos, descendre des personnes gênantes pour la Famille en ayant bien sûr conscience de n'être que le pantin de Paulie. Mais le jour de ses 21 ans, tout bascula pour lui ; après une opération ratée, le parrain fut persuadé que Jackie avait en fait tenté de le baiser. Dès lors, il envoya a ses trousses plusieurs de ses tueurs auquel il parvint à échapper en se réfugiant dans un abris mais cela n'était qu'un piège : une bombe se trouvait dans le placard de celui-ci et explosa sur Jackie.

Alors qu'il aurait du mourir, cela le transforma en une créature de l'ombre, habité par le Darkness. A l'aide de sa formidable puissance, Jackie extermina ses poursuivants. Cela n'est pas sans conséquence : le Darkness lui explique très clairement qu'il ne lui prête sa force que pour mieux le contrôler. Se nourrissant des cœurs humains et de la force des ombres, la lumière devint le cauchemar de Jackie tandis que la nuit devint sa maîtresse. Maintenant, il est temps de régler ses comptes avec son Oncle qui va tenter de le briser par tous les moyens...

darkness-001.jpg

The Darkness, avant d'être quoique ce soit, c'est surtout une ambiance glauque, une identité propre (euh... sale plutôt, non ?!) et un parti pris très spécial ! Alors qu'en regardant les trailers on s'attend à un FPS pur et dur, on s'aperçoit bien vite qu'il n'est pas seulement ça... Il contient des phases vraiment très spéciales et inhabituelles : vous allez comme ça par exemple vous retrouver dans le métro avec des citoyens lambda a qui vous pourrez adresser la parole, donner de l'argent et vous engueuler avec. Vous pourrez aussi passer un coup de fil à Jenny ou alors appeler des numéros que vous allez trouver un peu partout... 

En fait, si on enlève les pouvoir du Darkness, les phases de FPS flirtent plus avec le moyen-mauvais que le moyen-bon, si vous voyez ce que je veux dire... La maniabilité est extrêmement rigide et même si le système à la Condemned 2 est intéressant (c'est à dire que lorsque vous appuyez sur la gâchette gauche vous tirez avec votre arme à la main gauche alors que si vous appuyez sur la gâchette droite, vous tirez avec votre arme à la main droite), vous avez trop peu d'armes différentes et surtout l'IA des ennemis rend les combats trop redondants... Mais la présence du Darkness sauve la face....

darkness-002.jpg

Sorte de parasite, le Darkness est "activable/désactivable" à peu près n'importe quand dans le jeu par simple pression du bouton LB. Se nourrissant des ombres et faiblissant à la lumière jusqu'à disparaître pour récupérer son énergie, vous vous doutez bien qu'un des premiers réflexes qu'il vous faudra prendre sera de détruire les sources de lumière. Symbolisé par deux tentacules à tête de semi-alien et grosses dents, le Darkness peut dévorer le cœur de ses victimes pour apprendre de nouvelles compétences !

Votre première compétence se nomme "l'Ombre rampante". En appuyant sur la touche de pouvoir du Darkness, RB, vous prendrez alors le contrôle d'une des têtes du parasite pour tuer des ennemis tout en laissant "votre corps" à couvert. Vous pourrez aussi escalader des murs et atteindre des endroits inaccessible (passer par une petite fenêtre par exemple) mais cela ne sera pas sans peine... Pour celles et ceux qui connaissent, l'Ombre rampante se dirige un peu à la manière de l'alien dans Alien vs Predator (je parle des jeux) c'est-à-dire qu'il vous faudra apprendre à jouer la tête en bas ! Mais le contrôle est bien moins exemplaire que celui de l'alien ; la encore, beaucoup trop mou, beaucoup trop rigide et surtout assez bugué ! Au final, vous utiliserez l'Ombre vraiment quand vous serez en danger ou pour débloquer un passage inaccessible autrement.

darkness-003.jpg

Dès l'obtention du Darkness, vous pourrez aussi invoquer un Darkling ; un démon serviteur. Il en existe plusieurs types et au départ vous disposerez uniquement du "Massacreur" qui, en plus d'être rigolo et blagueur, est vicieux et qui vous aidera à trancher vos adversaires en huit. Pour l'invoquer, il vous faut trouver un Portail de Darklings qui ne sont accessibles uniquement dans certaines zones d'ombres et uniquement si vous avez votre Darkness actif. Mais une fois encore, il faut signaler que l'IA de vos Darklings est pas toujours en grande forme... L'idéal pendant les premières heures restes donc la patience et la prudence... Sans en dire plus, sachez que vous nourrir du cœur de vos victimes débloquera de nouveaux pouvoir à votre Darkness (qui a 5 niveaux en tout) et qui eux seront vraiment bien plus jouissif que l'Ombre rampante et son gameplay trop médiocre malgré des idées vraiment excellentes.

Le côté Aventure du jeu lui fournis une identité véritablement unique ! Bien que le tout manque un peu de monde dans les rues, vous n'êtes pas dans un jeu de couloirs. Les zones sont vastes mais il faut signaler que la carte du jeu est vraiment mal foutue, ce qui fait que quand vous ne savez pas où vous rendre, ce qui arrive souvent, vous tournez en rond et cela peut vraiment prendre du temps compte tenu de l'ampleur des environnements qui en plus sont vraiment très soignés. Bien sûr, ce sentiment de liberté est illusoire car le tout reste linéaire mais c'est suffisamment bien foutu que pour vous preniez votre pied.

darkness-004.jpg

A de nombreuses reprises, lors d'un dialogue, vous pourrez choisir de dire/faire telle ou telle chose et sans que ça ait une incidence dans le gameplay, c'est toujours intéressant dans l'histoire et l'ambiance du jeu pour être crédible et vous attachez encore plus à votre personnage. Il faut signaler la présence de temps de chargement déguisés et là encore, c'est vraiment une bonne idée car en plus d'être bien fait, cela permet d'en apprendre plus : les loadings se déroulent en cut-scene dans lesquelles Jackie va vous raconter son histoire. Avec ce petit subterfuge là encore déstabilisant à prime abord, les développeurs vous font vous attacher à ce personnage qui se livre à vous.

D'autant qu'il faut le dire, le jeu est extrêmement mature dans sa narration ! Par exemple, la relation entre Jenny et Jackie est vraiment bien travaillée et même si on sent la chose venir gros comme une maison, lorsqu'au début du jeu on se retrouve seul avec elle, dans son nouvel appart', qu'elle nous parle d'une façon tellement bien faite qu'on y croit réellement, qu'on s'installe dans ce canapé pour regarder la télé avec elle et qu'elle s'endort dans nos bras, sincèrement... C'est le genre de chose qui manque à énormément de jeu qui mise sur leur ambiance. La psychologie de Jackie est bien sûr au centre de l'ambiance du jeu et est extrêmement bien faites mais je pense qu'il serait dommage d'en parler car il est quasiment impossible de ne pas spoiler... Orientons-nous plutôt vers la technique.

Le jeu sans être transcendant graphiquement n'en demeure pas moins très correct (pour ne pas dire beau) et, artistiquement parlant, extrêmement réaliste. Évidemment, on aime ou on aime pas ce New York avec ses tags, ses vitres brisées et ses sombres ruelles, ses détritus... Le métro, qu'on pourrait presque considérer comme le hub du jeu, est vaste, vraiment somptueux et la vie est bien plus présente dans celui-ci que dans les rues de la ville qui, avouons-le, son assez désertique. De très bonnes animations, pas mal de possibilités (ce n'est pas là qu'on attend le jeu alors c'est toujours sympa) et des voix pour tout le monde ! Même si moi je n'ai pas été conquis par la voix de Jackie, elle colle bien au personnage et c'est le cas pour tous les protagonistes: des voix identifiées. Bref, on s'y croit vraiment !!

The Darkness fait parti ce ces jeux qui intriguent car quelque soit les vidéos ou les tests que vous pourrez voir, au bout du compte vous ne pourrez pas savoir ce qu'est réellement ce jeu. Si on devait le définir, on en parlerait comme d'une expérience à vivre plutôt bien construite même si des erreurs grossières et évitables empêchent le titre de s'élever comme un incontournable. Mais l'ambiance torturée donne l'impression d'avoir pris le pas sur un gameplay mollasson qui n'en reste pas moins globalement intéressant grâce au Darkness. Presque un jeu de niche, il laissera à quiconque y jouera, un souvenir inoubliable... bon, ou mauvais.

SUPPOS : 3,5/6
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans TESTS

Partager cet article

[PREVIEW] Gears of War III Multi / Xbox 360

Publié le par Dr Floyd

GEARS OF WAR 3 - BETA MULTI

Support : Xbox 360

Développeur : Epic Games
Editeur : Microsoft
Sortie du jeu : 20 septembre 2011

gears-of-war-3-titre.jpg



Bon voilà, j'ai pu jouer en avant-première ce week-end à la bêta Multi de Gears of War 3. Je vais p'être faire quelques jaloux non ? Je ne suis pas un grand fan de jeu multi, je suis un vieux gamopat, et donc forcement un joueur solo élevé à l'Atari 2600 ! Mais je vais quand même vous donner mes impressions de "casual-frageur".



Cette démo nous propose 3 modes de jeux : un classique Team Deathmatch, un Capture the leader (avec un soldat leader à la place du drapeau que vous devez mettre au sol 30 secondes) et King of the Hill où il faut défendre une zone. Le système de jeu reste assez identique avec quelques subtilités de gameplay à réapprendre : la pression rapide ou longue sur une touche a souvent deux fonctions différentes (coup de crosse ou tronçonneuse, à vous de choisir LOL). Aussi la touche LB permet d'afficher en transparence la position de vos coéquipiers et la position des armes, très pratique pour un casual-frageur comme moi qui ne voit pas grand chose !

gears-of-war-3-multi-001.jpg

Il y a 4 niveaux de disponibles dans cette démo, assez classiques entre centre commercial et ville à l'abandon. Par contre Trenches est une map très réussie où une tempête de sable recouvre au hasard les lieux, chaque map ayant ses armes bonus. De nouvelles armes font d'ailleurs leur apparition, le canon scié pour dégommer plusieurs adversaires à la fois, la baïonnette pour embrocher l'adversaire (!!!), la grenade incendiaire.... Un système de niveau est instauré en fonction de votre expérience, avec de nouveaux personnages à débloquer, aussi vous remporterez des "finish", des médailles, de la customisation pour les armes... Le tout semble bien plus complet et plus stratégique qu'auparavant. Il faut avouer qu'en bêta j'ai joué contre de jeunes cadors du frag et que j'ai plutôt galèré... trop vieux pour ces conneries bordel de sprite !



La réalisation est de très bon niveau, avec une caméra qui bouge bien et un système de visée efficace. Le moteur graphique semble avoir été légèrement amélioré, et le jeu ne rame jamais, c'est fluide (en 30 img/sec bien sûr). Rien à redire, c'est dans la lignée du 2, l'Unreal Engine fait son boulot. On verra ce que cela donne en mode solo.



Le multi de Gears of War 3 s'annonce tout simplement efficace : le gameplay est bon, c'est assez fun, c'est bien réalisé, on ne peut qu'être très satisfait. Mais vous le savez : un mode de jeu online prouve son efficacité sur la durée et donc difficile de vraiment juger à l'avance. On peut cependant être très optimiste pour gears of War 3.

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] Top Spin 4 / Xbox 360

Publié le par Dr Floyd

TOP SPIN 4
Support : Xbox 360
Existe également sur PS3 (et Wii dans une version totalement différente)
Editeur : 2K Sports
Développeur : 2K Czech
Sortie : 18 mars 2011


topspin4-box-gamopat.jpg

Testé avec le support de KamehaShop

La simulation de tennis et le jeu vidéo n'ont jamais fait bon ménage. Si en gameplay de type arcade on trouve de temps en temps de bons titres, comme Everybody's Tennis sur PS2 et PSP (malgré leur aspect totalement niais), dès qu'il faut créer un jeu de tennis sérieux là les développeurs ont beaucoup de mal à calibrer le gameplay, et la série Top Spin s'enfonçait dans le néant. Ils sont bien sympa les français de PAM mais franchement pas trop doués pour innover et faire évoluer leur licence dans le bon sens. Alors le jeu passant entre les mains de 2K Czech j'avais franchement espoir d'un réel renouveau, car chez 2K on connaît bien les jeux de sport, NBA 2K et NHL 2K étant ce qui se fait de mieux en terme de gameplay.

Pour faire un bon jeu de sport, il faut un gameplay très simple mais très subtil à la fois, pour ressentir toute l'adrénaline de la compétition en oubliant totalement les commandes de jeu, et sur ce point Top Spin s'est totalement planté jusqu'à présent. 2K Czetch a tout remis à plat pour nous offrir un vrai gameplay. Déjà le jeu est plus percutant au niveau des frappes (sans pour autant se transformer en Virtua Tennis). On retrouve les slices, lifts et lobs qui se distinguent bien les uns des autres, avec des frappes que vous n'êtes pas obligé de charger. Un coup simple frappé au bon moment peut être décisif (un indicateur de timing vous aidera à progresser). Aussi votre placement, la fatigue accumulée, et vos compétences entrent tous en jeu dans la qualité de vos coups. Enfin je tiens à vous rassurer, le ridicule de la balle qui ne sort quasi jamais en faute présent sur la plupart des autres jeux de tennis n'existe pas ici  : les balles sortent du terrain ! Un mauvais placement, une trop grosse fatigue, et vous verrez la balle filer en faute.


topspin4gameplay.jpg

Vous allez me dire que c'est compliqué à gérer tout ça ? Pas du tout, c'est totalement transparent, et vous y jouez un peu comme vous voulez, en chargeant ou pas vos coups, en utilisant les slices et lifs ou pas. L'essentiel est avant tout d'avoir un bon placement, de bien prendre possession du cours, et un bon timing dans la frappe. Et globalement cela nous donne un jeu très agréable, moins ennuyeux que d'habitude, et plus instinctif. Je me suis surpris à jouer des matchs totalement différents contre un même adversaire, des matchs plats suivi de matchs spectaculaires, la recette secrète du bon jeu de sport semble avoir été trouvée par les développeurs ! C'est un miracle. Bon ça ne voudra jamais Realsports Tennis sur Atari 2600 mais on s'en approche ;)


topspin4federrer.jpg

Niveau contenu on regrettera le manque de stars comme toujours, même il est très sympa de retrouver des joueurs comme Chang, Lendl, Sampras ou Agassi. Je me suis fait plaisir en rejouant un Chang-Lendl à Rolland Garros ! Les plus grosses stars modernes sont présentes avec Federrer et Nadal bien sûr, mais aussi Djokovic et Roddick. Le principal regret vient du manque de joueurs en mode carrière, on a souvent l'impression de rejouer toujours contre les mêmes.  Le nombre de cours est par contre impressionnant, même si il y a beaucoup de recyclage en provenance de Top Spin 3. Le mode carrière est plus efficace également avec un calendrier annuel simple et réussi, avec entraînement, événements spéciaux et tournois (tournois disponible en fonction de votre niveau). Bon il y a l'évolution des stats à suivre et les entraîneurs à choisir, mais ça me saoule un peu, je passe ces tableaux très rapidement. En fonction des tournois les matchs pourront se jouer en mode rapide (super tie-break ou en vrais set complets). Je vous conseille de monter le niveau de difficulté d'un cran pour des matchs très équilibrés. J'ai rapidement essayé le mode online et son circuit mondial, sympa, malgré un peu de lag (à vérifier sur d'autres parties).


topspin4herbe.jpg

Niveau réalisation les progrès sont également présents (PAM n'était franchement pas doué en design il faut dire) et tout a été affiné : les animations sont meilleures et beaucoup plus naturelles, chaque star disposant de ses coups bien reconnaissables. On regrettera quand même une modélisation des joueurs et visages un peu en deçà ce qu'il est possible de produire sur Xbox 360. Les stades, nombreux, sont plutôt bien modélisés, avec un public en net progrès niveau crédibilité. Une bonne bande son et des menus clairs finiront par nous convaincre que globalement le jeu est très bien réalisé.

 

Top Spin 4 s'impose comme la meilleure simulation de tennis jamais produite ! Les matchs sont crédibles, intenses, variés, et il vous faudra toute votre concentration pour gagner, sans oublier de réfléchir à une tactique de jeu en fonction de l'adversaire. Vous ne serez pas frustré par des commandes trop complexes, ni par des problèmes de gameplay liés au placement, ça se joue à l'instinct et on en oublie les commandes. Un poil de fantaisie supplémentaire dans les menus et présentations de match, plus de joueurs mieux modélisés, et on tenait le jeu parfait, mais il l'est quasiment déjà en terme de gameplay. Indispensable pour tout amateur de tennis.


NOTE TECHNIQUE : 8/10
NOTE ARTISTIQUE : 4/10
GAMEPLAY : 9/10
REPLAY VALUE : 8/10
29/10
SUPPOS : 5,5/6
(Appréciation personnelle)
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg


seal of quality

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST FLASH] Stoked : Big Air Edition / Xbox 360

Publié le par Dr Floyd

STOKED : BIG AIR EDITION
Support : Xbox 360

Existe également sur PC

Editeur : Namco Bandai
Développeur : Bongfish
Sortie : 11 mars 2011


stockedbigair-box.jpg

Test flash avec le support de Okajeux


C'est étrange, les jeux de snow ont connu une période faste sur PS1 puis sur 128 bits, et depuis on en entend plus parler ! A croire que le Amped 3 (plutôt raté) des débuts de la Xbox 360 ait calmé tout le monde. Je ne vous parlerai même pas du Shaun White de Ubisoft, une bouse immonde. Alors peut-être qu'un petit développeur peut nous proposer quelque chose de sympa avec cette suite de Stoked (jeu quasi inconnu) que Namco Bandai a eu la volonté d'éditer chez nous près d'un an et demi après sa sortie US !

Pour ceux qui ne connaissent pas, et ils doivent être nombreux, Stoked est un jeu de snow orienté simulation, ici pas de délire à la SSX, le jeu se veut réaliste, un peu à la manière de Skate. Vous contrôlez donc le perso à l'aide des 2 sticks, le stick droit servant à vous placer sur la planche et les gâchettes contrôlant les mains. Attention, ce n'est pas vraiment une "suite", c'est plutôt une version "gold", censée corrigée les nombreux défauts du titre original.

stoked-big-air-001.jpg

Le jeu est bien sûr toujours axé sur la liberté, vous demandez à l'hélicoptere de vous déposer où vous le souhaitez, et à vous de rejoindre les défis proposés un peu partout lors de la descente. Si le premier jeu était répétitif ici différents nouveaux challenges sont proposés pour rendre le titre plus consistant, notamment des contre-la-montre absents du premier jeu, et des pistes balisées (pour les mauviettes ?). Sept massifs au total, dont 2 nouveaux (et le terrible K2 !), et une meilleure gestion de la météo. On a ici vraiment l'impression d'avoir affaire à un jeu complet. De plus l'horrible tuto du premier opus n'est plus obligatoire (il était franchement décourageant !).

La réalisation est correcte, c'est même très bien pour ce petit studio, ils ont amélioré quelque peu le moteur graphique depuis le premier opus. Bon ce n'est pas encore digne des plus beaux jeux Xbox 360, loin de là, avec une végétation peu convaincante, des décors un peu trop répétitifs (mais bon étant axé simulation c'est aussi un peu normal) et quelques bugs de collision. La bande son a progressé avec des musiques variées. Globalement c'est quand même franchement pas mal, même si un peu terne.

stoked-big-air-002.jpg

Alors où placer ce Stoked sur "l'échelle" des jeux de Snow ? Perso je déteste SSX, trop délirant et sans réel challenge, et j'ai un peu de mal avec ce Stoked qui lui manque à mon goût un peu de fun... Mais je pense que les vrais fans de glisse vont l'apprécier. Moi je retourne à 1080° Avalanche, mon jeu de snow préféré, voire mon jeu préféré sur Gamecube.

Stoked Big Air Edition corrige les gros défauts du premier opus et devient le meilleur jeu de snow sur "next-gen"... non pas que le jeu soit exceptionnel, mais tout simplement parce que la concurrence est absente ! Attention les gros fans de SSX, ce jeu n'est pas fait pour vous : il est axé simulation et n'est en aucun cas "fun".

SUPPOS : 4/6
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] Red Dead Redemption : Undead Nightmare / Xbox 360

Publié le par Azerty0210

RED DEAD REDEMPTION : UNDEAD NIGHTMARE
Support : Xbox 360
Existe également sur PS3
Développeur : Rockstar
Editeur : Take Two Interactive


undead-box.png

Undead Nightmare est un DLC pour Red Dead Redemption sorti il y a quelques mois et ayant le bon goût d’exister en support physique (quelques temps après la version téléchargeable), qui plus est sans nécessité de posséder le jeu original. Nous revoilà donc en plein Far West, incarnant John Marston, mais cette fois oublié les codes d’honneurs et les desperados et dites bonjour aux morts vivants à grands coups d’explosion de caboches !

Si techniquement rien n’a changer, l’ambiance elle, est complètement différente. Et cela dès le début. Un retour de l’oncle pour le moins étrange, l’infection de votre famille, et vous voila plongé dans l’univers apocalyptique de Undead Nightmare. Blackwater, votre première ville visitée ne fera que confirmer cette impression ! Elle, si dynamique dans RDR, se retrouve plongée dans le chaos et la désolation. A vrai dire cette impression perdure tout au long du jeu, plus vide, plus calme, plus lent... Pas d’ennui mais tout de même moins haletant que RDR.

 

undead001.jpg

 

Le but principal est de nettoyer les villes une à une... Les zombies sont étonnements rapides et voraces et la fuite, bien que peu glorieuse, peut s’avérer parfois salutaire. D’autant plus, que vos munitions sont comptées. Vous avez la possibilité de récupérer les munitions sur la dépouille de vos ennemis. Vite laborieux et ennuyant. Heureusement à la fin de chaque épuration, des coffres se dévoilent afin de refaire votre stock pour éclater les cranes. Car oui, la seule manière de tuer « définitivement » les zombies, est de leur placer une bonne bastos dans le lobe frontale, vous congratulant par une explosion de la boite crânienne accompagnée par une débauche d’hémoglobine... Jouissif ! Vous salir vous déplaît ? Très bien ! Une torche vous est accordée pour les combats aux corps à corps, enflammant ainsi directement ces saloperies. Arme tout de même vite limitée au vue du surnombre et de la rapidité croissante des zombies au fur et à mesure de votre avancée dans la quête.

Pas besoin de préciser que le mode « sang froid » (période restreinte où le temps se ralentit et vous permet ainsi de « locker » vos ennemis.) est toujours aussi bien pensé et surtout utile. L’ amélioration de votre armement est possible et fortement conseillé. Les personnages sont toujours aussi truculents et les dialogues enlevés. Vous retrouverez avec plaisir certains protagonistes, la plupart vous faisant progresser dans votre mission (divine?).

 

red-dead002.jpg

 

Il faut bien avouer une chose, les libérations de villes deviennent vite répétitives et surtout longues... En effet les zombies ont la fâcheuse manie de se retrouver de plus en plus nombreux... A ce propos, vous serez amené à affronter différents types de zombies : Les « classiques », ceux qui se déplacent à 4 pattes et donc plus rapides, les gros et lents mais résistants, sans oublier ceux qui vous crachent une bile au visage. Heureusement les missions annexes sont parfois très inspirées..... De plus le bestiaire a été agrémenté de quelques nouveautés, comme le Sasquatch ou les 4 Chevaux de l’Apocalypse, vous prendrez un vrai pied pour les capturer. A ce propos, il vous est donné de chevaucher des chevaux-zombies aux capacités accrues mais pas toujours très respectueuses de vos ordres! (Combien de fois je suis mort noyé dans la rivière à cause de ces bestioles.... Arghh). A noter aussi que les campements ont disparus, pas très pratique pour se déplacer rapidement...

Techniquement rien de nouveau face à son grand frère, plutôt joli, doté d’une ambiance bien particulière et bien retranscrite, bref du tout bon d’autant plus que la bande son a été soigneusement orchestrée. Cela n’empêche malheureusement pas des gros bugs de collision.
Comptez une bonne dizaine d’heures pour en venir à bout. Plutôt très satisfaisant pour du DLC.

Undead Nightmare est une bon DLC. Moins varié et dynamique que son grand-frère, il a néanmoins pour lui une ambiance absolument fantastique. De plus retrouver les principaux protagonistes face à une nouvelle menace est absolument jouissif. Amateurs de western à la testostérone, d’hémoglobine et d’ambiance gore, réjouissez vous ! De plus une durée de vie de plus de 10 heures pour un DLC c'est a noter. Je vous conseille l’achat en support physique dont le prix a chuté.


SUPPOS : 4,5/6
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] Tactics Ogre: Let Us Cling Together / PSP

Publié le par Dr Floyd

TACTICS OGRE: LET US CLING TOGETHER
Support : PSP
Editeur : Square Enix
Développeur : Square Enix
Sortie : 25 février 2011

tactics-ogre-jaquette.jpg

Il n'y a pas que Final Fantasy Tactics dans la vie, il y a le méconnu mais cultissime Tactics Ogre développé par Yasumi Matsuno en 1995 sur Super Famicom (il produira par la suite le sublime Vagrant Story, puis FF XII). Jamais sorti en Europe, il débarque aujourd'hui dans un remake PSP, et devient enfin accessible !


Ce jeu de combat tactique propose un scénario complexe avec plein d'embranchements, des dialogues matures, des intrigues politiques, des stratégies complexes... pour un jeu totalement en anglais. Si vous aviez 2 de moyenne à l'école en anglais laissez tomber. Il faudra donc vraiment être motivé et s'investir pour bien apprécier le jeu, mais ça en vaut vraiment la peine. Vous jouez le rôle du jeune Denam Pavel dont les parents ont été assassinés par les Chevaliers Noirs. A l'aide de votre soeur et de vos amis vous allez alors tenter de venger votre famille. Ça peut paraître simple comme ça, mais entre meurtres, trahisons, personnages avec zones d'ombre, le jeu est d'une grande profondeur.

tactics-ogre-gamopat-001-copie-1.jpg

Un jeu de rôle tactique ce n'est pas pour les gros bourrins, ça consiste en gros à traverser des maps avec des batailles à mener au tour par tour sur un champs de jeu en 3D isométrique. Vous vous déplacez en fonction du score de vitesse, et à chaque tour vous aurez le choix entre des tas d'options : attaquer à distance, au corps à corps, lancer un sort, utiliser des capacités spéciales, des objets, des potions, etc... La profondeur du gameplay impressionne quand on sait que c'est un jeu Snes à la base. Des tas de métiers, de capacités, de sorts, il faut tenir compte de tout : de la hauteur, de la position, du sol, de la météo... Vous allez pouvoir monter une véritable armée pour des combats qui passionneront à mon avis les fans du genre. Vous passerez de missions dites de levelling à des missions plus tordues. Trop dur pour les novices ? Et bien sachez qu'une option permettant de revenir jusque 50 tours en arrière est disponible ! Bon ok ça fait vraiment casual. Ceux qui craquent s'en serviront, les vieux barbus eux ne l'utiliseront en aucun cas.


tactics-ogre-002-gamopat-copie-1.jpg

La réalisation date un peu, avec des sprites à l'ancienne et un design rétro. De ce fait la map n'est pas toujours bien lisible. Mais c'est le parti pris du jeu, garder cette ancienne map en 3D isométrique. Seules améliorations : la possibilité de faire pivoter ou de zoomer. Les animations ont été également un peu retravaillées. Aussi les cinématiques sont très banales (on s'en tape) mais la musique est par contre exceptionnelle, avec de très bon thèmes symphoniques et de bons bruitages. Sinon n'ayez pas trop peur, malgré la complexité du jeu, l'interface, même si il accuse son âge, reste appréciable, sauf peut-être le menu des boutiques.


tactics-ogre-gamopat-003.jpg

Malgré son age avancé, le papy des RPG tactiques impressionne. Un gameplay riche, des possibilités immenses, de quoi passionner les fans du genre pendant des dizaines d'heures. Seul contrainte : maîtriser quelque peu l'anglais pour bien profiter du scénario. Mais une occasion unique de découvrir ce jeu !

SUPPOS : 5/6
(pour les fan de RPG Tactic et maîtrisant l'anglais)
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans TESTS

Partager cet article