1163 articles avec tests

[TEST FLASH] God of War Collection Vol 2 / PS3

Publié le par Dr Floyd

GOD OF WAR COLLECTION Volume 2

Support : PS3

Éditeur : Sony

Développeur : Ready at Down

Sortie : 14 septembre 2011

god-of-war-vol-2-box.png



Test flash avec le support de Gamoniac

Flop! Une nouvelle compilation God of War, et on peut se demander la pertinence de la chose vu qu'il s'agit ici de l'adaptation des deux opus PSP... Kratos repart donc se venger dans deux beat'em all mythologiques conçus pour une console portable et ici convertis en HD... Overdose ?



Oui on frôle quand même l'overdose : deux opus PS2, ressortis en compil sur PS3, deux opus PSP (qui ressortent donc aujourd'hui sur PS3), et un opus PS3. 7 titres au total ! Certes c'est une série culte qui a fait ses preuves avec l'efficacité redoutable de son gameplay et sa réalisation au top (sauf sur PS3 avec son framerate poussif) mais on a quand même l'impression de toujours jouer à la même chose. Passons rapidement sur les scénarios sans intérêt, même si celui de Chains of Olumpus est plutôt sympa, par contre celui de Ghost of Sparta est ridicule avec l'histoire du frère disparu dont tout le monde se fout ! L'essentiel est bien sûr de retrouver les décors sublimes des cités et palais ainsi que leurs occupants, squelettes, cyclopes, chimères, et autres minotaures, dans des scènes d'action gores de haute voltige.



god-of-war-col-vol2-001.jpg

On ne va pas revenir sur le système de jeu, tout le monde connaît, c'est du beat'em all, ce qui se fait de mieux actuellement en la matière, avec quelques phases de mini-puzzles. Par rapport à la première compil notons l'apparition d'une troisième jauge, le fléau, qui enflamme vos épées, et quelques nouvelles armes et magies. La différence avec les opus PSP est uniquement au niveau du contrôle, ici le deuxième stick sert à esquiver, rendant la jouabilité plus souple. Le petit défaut vient de la durée de vie, les jeux étant assez court, mais quand on cumule les deux titres ça va. Au niveau de la réalisation c'est un simple portage HD des versions PSP sur PS3, donc avec des graphismes anguleux, peu de détails, mais avec par contre une réalisation full-HD et une fluidité totale (encore heureux). Les 60 images/seconde rendent franchement le jeu très beau, je préfère ça à l'horrible God of War 3 sur PS3 et son framerate asthmatique.



Si vous n'en avez pas encore marre des aventures de Kratos pourquoi ne pas redécouvrir ces deux opus PSP transfigurés en HD et proposant des contrôles bien plus agréables. Oubliez l'aspect graphique dépassé, la fluidité totale des deux titres et leur gameplay efficace en font de très bons jeux. Difficile de noter une telle compilation (cela dépend si vous avez déjà beaucoup joué à God of War ou si vous possédez déjà les opus PSP). Dans l'absolu, c'est du très bon beat'em all.



SUPPOS : 4/6

suppo notesuppo notesuppo notesuppo note

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST FLASH] Dead Nation / PSN

Publié le par BigB

DEAD NATION
Support : PSN
Éditeur : Sony
Développeur : Housemarque

Sortie : Décembre 2010 (en france)

dead-nation-PSN-gamopat.jpg

Un jour un keum il te pète le PSN, il te pirate l'institution d'entertainement mondiale tout seul comme un grand, et miracle, conscients de ses erreurs, Sony te file des jeux gratos, dont Dead Nation.

Le scénario est batô, un virus... des zombies... des survivants suréquipés... un bon truc de séries Z culte. On commence le jeu avec une prise en main un peu "touchy" mais on s'y fait et elle devient même une des forces du jeu car le gameplay regorge de possibilités. On peut leurrer les monstres de différentes façons et même le décor y participe. Un flare par là, une alarme de voiture par ici, les zombies, sans cervelle par définition, s'y ruent comme les filles sur les bacs de H&M lors des soldes. On en profite pour imaginer la tactique pour ensuite éliminer quelques traînards, qui à défaut de tête, n'ont pas été attirés par le feu d'artifice. L'éclairage en fonction de la direction rajoute au stress, avec des moments épiques où on recule en canardant du zomb' pour se retrouver dos a dos avec un traînard autiste ! De plus on peut jouer en binôme, et là c'est vraiment une boucherie ! C'est du coup moins flippant mais plus jouissif.

dead-nation-002.jpg
Aujourd'hui c'est grillade !

Graphiquement bah c'est de la PS1 style Loaded, bon ok le nombre des sprites et l'éclairage dynamique ça rajoute, mais pour un jeu "next gen" ça pourrait être plus bô. Les animations sont géniales et ça ne rame pas. Musicalement et bruitageusement c'est du tout bon et très angoissant, cela fait beaucoup pour l'ambiance générale du jeu. Por la durée de vie, bah finissez le et vous verrez ;) Plus sérieusement, rien que pour les upgrades armes/armures ça donne envie d'y revenir ! Et puis c'est vraiment fun.


Dead Nation c'est un mélange de Loaded, Alien Breed et Diablo, mais avec des Zombs et ça donne envie de s'y abandonner totalement. Pour ce prix (zero euro) le jeu est tout à fait correct. Un bon Vaporware que je conseille à tous les fans de Romero.

SUPPOS : 4/6
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] Bomb on Pixel City / iPhone

Publié le par Dr Floyd

BOMB ON PIXEL CITY
Support : iPhone/iPad
Éditeur : Gamopat Studio
Sortie : septembre 2011
Prix : 0,79€

icon bomb on pixel city

Psyhodelik, notre patient fou "OneLife Gamer", a voulu tester le premier jeu de Gamopat Studio, Bomb on Pixel City, qui détient le record du monde de l'application iPhone aux plus gros pixels. Va t-il en profiter pour descendre le Doc barbu ou alors lui lécher les bottes afin d'obtenir du rab de suppos ? Une chose est sûre l'Atari 2600 est de retour... sur iPhone !

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] Driver : San Francisco / Xbox 360

Publié le par Dr Floyd

DRIVER : SAN FRANCISCO

Support : Xbox 360

Existe également sur PS3, Wii et PC

Éditeur : Ubisoft

Développeur : Reflexions

Sortie : 1er septembre 2011


driver-san-francisco-box-gamopat.jpg


Test flash avec le support de Gamoniac



On croyait la licence Driver morte et enterrée après les désastres Driv3r et Parallel Lines. Mais non, Ubisoft, qui aime les daubes, a décidé de rescussiter la licence. Retour dans le San Francisco des années 70, ce qui pourrait peut-être tenter les fans de Starsky et Hutch. ?

Reflexions est revenu aux origines avec cet opus en se concentrant uniquement sur les courses. Les passages à pieds menant automatiquement à une comparaison avec GTA, il valait mieux effectivement éviter ! Retour aux sources sympa donc ? Mais en fait non ! Car Reflexions a collé au jeu un élément de gameplay totalement absurde : Sachez que John Tanner, le héros, tombe dans le comas après un grave accident, ce qui va l'amener à posséder des pouvoirs surnaturels : le shift. Kesako ? Le pouvoir de sortir de son corps et de switcher dans le corps de n'importe quel automobiliste ! Non le jeu n'est pas sorti le 1er avril. Vous survolez ainsi la ville tel un esprit, vous pointez un véhicule, et paf vous vous retrouvez à sa place... C'est du grand n'importe quoi ! L'intérêt de cette trouvaille ? Sauter d'une voiture à l'autre pour mieux poursuivre les fuyards, voire pour leur faire barrage. Bref le but du jeu sera sans cesse de se faufiler dans le trafic (dans un gameplay purement arcade façon Crazy Taxi), tout en utilisant le shift de manière stratégique.

driver-san-francisco-001.jpg



Au niveau de la réalisation c'est vraiment du bon boulot : la ville est immense et correctement modélisée avec de nombreux passants (non vous ne pouvez pas les écraser !), différentes vues du véhicule,  mais surtout un framerate aux petits oignons absolument fantastique ! Le jeu  tourne en effet à 60 images/sec ! Chose devenue très rare de nos jours ! Certes cela se traduit par des graphismes et textures assez moyennes, mais la fluidité rend le jeu magnifique. Visuellement il fait tout de suite penser à Crazy Taxi, en plus beau bien sûr. Outre le mode aventure (bouclé assez vite), il y a des tas de missions annexes aux 4 coins de la ville (courses, cascades...) mais vite répétitives. Sans oublier les modes de jeu online, comme par exemple garder un butin le plus longtemps possible sans se faire percuter.


Quel étrange jeu que ce Driver ! Une réalisation magnifique couplée à un concept absolument grotesque. Bref, on ne sait pas trop à quoi on joue. Un jeu qui peut juste être plaisant quelques heures pour une après midi arcade. Mais personnellement je n'adhère pas, mais franchement pas du tout. Et hop ! Encore un bousin signé Ubisoft !



Réalisation technique : 8/10

Aspect artistique : 4/10

Gameplay : 5/10

Replay Value : 4/10
21/40
SUPPOS : 1,5/6
(appréciation personnelle)
suppo notesuppo note

 

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] Aliens: Infestation / Nintendo DS

Publié le par Goomba_Powaa

ALIENS : INFESTATION
Support : Nintendo DS
Éditeur : Sega
Développeur : WayForward
Sortie : 30 Septembre 2011

aliens-infestation-test-gamopat.jpg

Alien est une saga mythique, et comme toute saga mythique celle-ci n'a pas échappé à son adaptation vidéoludique, à travers divers opus plus ou moins réussis. Aliens : Infestation, développé par WayForward (Contra 4, Shantae, etc.) tente de redorer le blason de la licence en reprenant quelque peu le concept d'Alien 3 sur Megadrive et Snes, c'est à dire vue 2D mi-shooter mi-platforming.

Ici donc, on a affaire à de la 2D pure et dure, très propre, tout en étant fouillée. Les mauvaises langues diront que le jeu aurait pu être adapté sur GBA, et ils n'ont pas tort. Surtout qu'un Metoid Fusion de 2002 n'a rien à lui envier. Metroid justement : les 2 titres sont assez similaires en plusieurs points, à commencer par le level design labyrinthique, oscillant entre ascenseurs et portes à délocker. Dans Aliens : Infestation, votre personnage devra dé-souder des portes bloquées, télécharger des données afin d'obtenir la map du niveau, ou encore trouver les cartes d'accès aux étages supérieurs. Mais là où cette bonne vieille DS apporte un véritable plus, c'est grâce à son éternel écran tactique qui vous permet de faire slider la map de long en large, et dieu sait si certaines sont étendues. Le reload de votre arme ou la sélection d'une arme secondaire se révèlent là aussi intuitifs.

aliens-infestation-test-001.jpg

Mais là où Aliens : Infestation impose sa marque de fabrique, c'est dans le choix délibéré des développeurs de vous faire évoluer en escouade de 4 Marines. Ne paniquez pas, vous ne dirigez qu'un personnage à la fois, mais il s'agit en fait de "1-up" déguisés. Si votre personnage actuel meurt, un des 3 restants prend le relais au même endroit, dans le feu de l'action. L'autre avantage de ce système est que le scénario s'en trouve modifié selon le Marine que vous incarnez à tel moment. En effet, les dialogues avec votre supérieur changent, et c'est jusqu'à 20 scripts que vous pourrez découvrir. A noter que si un des protagonistes meurt, vous le perdez définitivement et ne pourrez plus le récupérer ultérieurement dans le jeu (il sera remplacé par un autre Marine que vous aurez rencontré et recruté). Un bon point pour la rejouabilité donc, d'autant plus que le soft n'impose pas de limite de temps. Sans parler de quelques petites scènes "clin d'oeil" aux 2 premiers films Alien bien sympas.

aliens-infestation-gamopat-002.jpg

D'un point de vue animation, c'est du tout bon. Via la gâchette L, votre tête brulée pourra tirer dans 8 directions différentes. Bien utile et vite pris en main, heureusement vu la rapidité de certains Xénomorphes (Vous rencontrerez aussi des androïdes, des soldats, des bébés Aliens et même la reine). La maniabilité est donc très bonne, fluide, et tous les boutons de la petite DS sont habilement utilisés (marcher, sauter, sprinter avec barre d'endurance, etc). On regrettera juste le fait de ne pas pouvoir tirer en sautant comme dans Contra, mais cela permet d'ajouter une bonne dose de stress contre certaines bestioles qui alternent sprints vers vous et grimpette au plafond. Ceci dit, le gameplay est en définitive parfaitement réglé, car selon que vous soyez baroudeur ou poule mouillée, vous avancerez dans le jeu à VOTRE rythme. Note à part, le mini-jeu du "couteau entre les doigts" immortalisé par Bishop est disponible dans le menu bonus après avoir bouclé la seconde mission du jeu.

aliens-infestation-sega-003.jpg

La bande son, élément primordial du genre SF et encore plus dans Alien, alterne ici le chaud et le froid. Pour faire simple les musiques sont certes en adéquation avec les phases de jeu, mais assez anecdotiques. A l'inverse, les bruits de fusillades, de cris d'Aliens ou encore d'éclosion d'œufs sont un régal pour les oreilles.

aliens-infestation-test-004.jpg

L'armement n'est pas en reste, et très bien bien calibré. Un conseil, visez bien et économisez vos munitions, car les points de sauvegarde / réarmement de chaque niveaux sont parfois peu nombreux en comparaison du nombre d'ennemis à abattre. Il vous sera aussi possible durant votre aventure d'upgrader chaque arme jusqu'à 3 niveaux de performance. Vous en conviendrez, il est assez jouissif d'éclater un Alien en pleine tête avec une seule balle de fusil à pompe! Vous pourrez aussi vous essayer au traditionnel colt de secours, aux grenades (bien utiles pour éclater de l'Alien ou casser une trappe), ou encore à la mitraillette pour tout canarder lorsque çà devient trop chaud. Vous pourrez même monter le CargoLoader, un Mécha civil.

Voilà, tout est dit ou presque sur les principaux aspects de ce Aliens : Infestation qui se révèle être une très bonne surprise, délicieusement old school et à mi chemin entre Contra et Metroid Fusion, respectivement moins hardcore et plus assisté. Alors pour ce qui est des défauts, c'est un peu selon le type de joueur que vous êtes, mais sachant que pour le genre on n'est pas loin du sans faute! En plus des musiques un peu "cheap", certains lui reprocheront justement son côté "assisté" : vous saurez toujours ce qu'il faut faire, vous ne serez jamais bloqué des heures, ce qui ne l'empêche pas d'être parfois un peu hard, et surtout assez long. Ensuite les graphismes sont volontairement axés 16 bits, avec des sprites un peu petits parfois mais qui ne manquent pas de charme! Pour ma part il vaut mieux voir cela qu'un jeu au design "flash" trop lissé. Bref, un des derniers gros jeux de la DS!


Réalisation technique : 8/10

Aspect artistique : 8/10

Gameplay : 9/10

Replay Value : 8/10
33/40
SUPPOS : 5/6
(Appréciation personnelle)
suppo notesuppo notesuppo notesuppo notesuppo note

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] PES 2012 / PS3

Publié le par Dr Floyd

PRO EVOLUTION SOCCER 2012

Support : PS3

Existe également sur Xbox 360, PC, Wii et divers supports portables

Éditeur/Développeur : Konami

Sortie : 29 septembre

PES-2012-boite-gamopat.jpg

Mise à jour du test le 09/10/2012



Après quelques années au fond du trou PES tente de se refaire une santé petit à petit, avec un opus l'an passé assez convaincant. Face à un FIFA très apprécié (mais qui stagne totalement) est-ce que Seabass, le producteur emblématique (mais pas vraiment charismatique), va enfin réussir à ramener sa licence anciennement culte vers les sommets en proposer de vraies évolutions ? Parce que après tout, dans le titre il y a "evolution" !



PES 2011 étant plutôt réussi (moqueries des fanboys FIFA) il a donc pu servir de base aux développeurs de Konami pour faire progresser le jeu. Si en terme de licences PES ne peut toujours pas rivaliser avec FIFA, la présence de la ligue des champions officielle (et de la très exotique Copa Libertadores) est quand même bien appréciable ! Comme toujours dans PES les équipes ne sont pas à jour et il faudra attendre une MAJ pour retrouver les effectifs réels de cette saison, avec des blaireaux à Marseille et des stars à Paris (je rigole... quoi que).

PES-12-001.png



Au niveau des modes de jeu ça bouge ! On notera un mode entraînement enfin remanié avec des défis donnant droit à des coupes, un passage obligé pour le novice, ou même pour le gamer confirmé qui veut découvrir les nouvelles subtilités du gameplay. Car tout connaître du gameplay de PES donne un avantage certain lors des matchs de haut niveau. Cela dit rassurez vous les bases du jeu sont 100% identiques : il est possible d'y jouer directement sans aucun soucis.

Dans le mode Ligue des Masters vous incarnez désormais un Manager qui doit tout gérer dans le club : transferts, formation, médecin, préparateur, tactique, (magouilles ?), etc.... à vous ensuite de décider si vous jouez vraiment les matchs ou si vous restez simple spectateur. Le tout avec des cinématiques pour renforcer l'immersion.

Il existe aussi un mode Legendes où vous incarnez un seul joueur qui devra prouver au monde entier qu'il est le nouveau Messi ou Pastore, à vous de gérer votre carrière et d'essayer de signer dans un club phare (un club qui appartient au Qatar bien sûr... lol). Dans ce mode vous jouez les matchs en mode immersion, avec une caméra focalisée sur votre avatar.

Quant au classique mode Ligue, il vous permet de vivre une saison entière, mais vraiment complète : avec championnat, coupe, Europa Ligue, Ligue des Champions.... le pieds ! L'ordinateur s'occupe de tout, vous n'avez qu'à jouer ! Bref, au niveau contenu c'est pas mal. Il est temps de se faire un petit match non ?




PES-12-002.png

Et Konami annonce la couleur avec une nouvelle IA et plein de termes techniques pour en mettre plein la vue... bon en fait c'est juste une IA plus travaillée que d'habitude, point barre. Première chose, l'Active AI avec des attaquants censés vous proposer des solutions. Il est vrai qu'on a l'impression que nos coéquipiers sont moins pétrifiés et que des situations de jeu nouvelles se créent, même si ce n'est pas non plus flagrant. Autre terme marketing avec le "off the ball" pour lancer des joueurs et créer des appels avec le stick droit, pas mal. Enfin le "teammate control" qui permet de prendre le contrôle d'un second joueur en pressant le stick droit... franchement trop déroutant pour moi, j'ai décidé de ne pas utiliser cette fonctionnalité, du moins pour l'instant, préférant un gameplay simple "à l'ancienne".

Sinon la physique de la balle est toujours aussi bonne et le gameplay grisant, fun et varié. On agrippe le pad et on s'éclate aussitôt, c'est la grande force de PES face à un FIFA toujours un peu frustrant car semblant trop scripté et répétitif dans ses actions de jeu.

 Là les fans de FIFA quittent le stade en insultant le testeur casual. A noter aussi que les modes de difficultés sont enfin bien gérés, avec un mode normal bien équilibré (il était beaucoup trop facile dans les opus précédents).


PES-12-003.png

Niveau réalisation tout est en progrès ou presque... car le framerate des phases cinématiques est un peu à la ramasse, façon FIFA, mais nous y reviendrons. La modélisation des visages est toujours bonne (meilleure que les tronches d'Elephant Man de FIFA), un mode caméra retransmission fait son apparition avec des changements de plan en plein jeu, déroutant au départ, mais sympa pour les matchs sans pression (car rien ne vaut une caméra traditionnelle pour un match de haute importance). Enfin, grosse révolution (LOL), il y a enfin des animations autour du terrain !!! Incroyable.... 10 ans qu'on attendait çà ! Des joueurs s'échauffent, les photographes ne sont plus figés, tout est en 3D et s'anime, discrètement certes, mais bon Seabass aura mis une décennie pour comprendre que cet aspect est capital ! De plus les textures semblent avoir été retravaillées, et le public mieux modélisé et plus crédible dans son comportement. Alors c'est parfait tout ça ? Pas vraiment...

PES-12-004.png

Pas vraiment car le tout commence à ramer sur les plans rapprochés et les ralentis... Dès que le public est clairement visible dans le fond le framerate n'arrive plus à suivre, dommage. On se souvient de la fluidité absolue de PES 6 sur PS2 par exemple... dommage que sur la génération suivante on n'arrive plus à faire la même chose
(essaye t-on encore ?). L'interface est bon et la présentation soignée, les temps de chargement acceptables (car assez bien dissimulés). Les commentaires sont désormais au niveau de FIFA même si il me semble avoir déjà détecté quelques bugs à ce niveau. Reste une ambiance sonore dans le stade hélas pas au niveau de FIFA mais en net progrès (si si je peux dire du bien de FIFA). Bref, à part l'aspect saccadé des gros plans nous sommes en présence d'un jeu qui exploite à peu près la console.

PES-12-005.png

Il n'y a rien à dire, PES 2012 est un excellent jeu de footbal. Mais voilà, du fait que cette licence est légendaire sur PS2, du fait que la concurrence est sévère avec FIFA, et du fait que ça trolle à fond sur internet autour de la gueguerre PES-FIFA, on en demande chaque année plus ! Et justement cette année Konami a bien bossé : évolution des modes de jeu, du gameplay, de l'IA, de l'équilibre de jeu, et de la réalisation. Nous avons désormais affaire à un PES digne de la PS3, tel qu'il aurait dû être en 2007 ou 2008... Cela reste un bonheur total que de se payer une partie de PES avec son gameplay fun, varié et accessible.



Réalisation technique : 7/10

Aspect artistique : 7/10

Gameplay : 9/10

Replay Value : 10/10
33/40
SUPPOS : 5/6
(Appréciation personnelle)
suppo notesuppo notesuppo notesuppo notesuppo note


VS VERSION XBOX 360
La version Xbox 360 est un cran au dessus : le framerate est plus vif, les gros plans moins saccadés, et les accès disque rapides (une fois le jeu installé c'est alors ultra rapide). Si vous possédez les deux consoles optez sans hésiter pour cette version.

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] Warhammer 40.000 Space Marine / Xbox 360

Publié le par Dr Floyd

WARHAMMER 40.000 SPACE MARINE

Support : Xbox 360

Existe également sur PS3 et PC

Éditeur : THQ

Développeur : Relic

SPACE-MARINE-GAMOPAT.jpg



Testé avec le support de Gamoniac



Sûrement décidés à toucher un plus large public, Relic Entertainement, habitué aux RTS, se risque aujourd'hui dans le jeu d'action façon TPS. Certes la licence est costaud mais en face il y a Gears of War 3 qui débarque ! Oups...



Les Orks attaquent la planète Graïa et réussissent à envahir sa surface. Pas le temps d'envoyer la flotte, une petite unité de Space Marines suffira largement ! Des ultra costauds commandés par Titus (vous) vont donc tenter de reprendre le contrôle de la planète. Et dès le départ on est séduit par une mise en scène assez solide, même si elle va avoir tendance à s'essouffler par la suite. Et il ne faut pas bien longtemps pour se rendre compte que nous avons affaire à un clone de Gears of War ! Enfin presque, ici on mise plutôt sur l'aspect beat'em all, avec de très nombreux ennemis à l'écran, et sur le combat au corps à corps, assez jouissif, par rapport aux tirs à distance. De même ici pas de possibilité de se cacher derrière un muret, ce qui n'est pas forcement un défaut, car favorisant l'action.

warhammer-40-000-001.png



Le système de gestion de la vie est un poil différent de ce qui se fait habituellement, votre niveau de vie baisse, mais pour regagner de l'énergie il faudra exécuter un ennemi au corps à corps.... étrange concept ! Décidément les développeurs ont un réel soucis avec cet aspect depuis quelques années ! Bref... Attendez vous sinon à du classique : un level design qui n'a rien d'exceptionnel, de longs couloirs et des Orks ne respirent pas l'intelligence (ils misent sur le nombre). Enfin vos deux coéquipiers ne servent quasiment à rien, comme souvent dans ce style de jeu. Une fois la campagne terminée (assez courte, 7h?) il restera le mode online, avec un mode conquête et un mode annihilation, avec customisation des soldats et des armes, mais seulement 5 arènes.




WARHAMMER-40000-002.png

Techniquement le jeu est dans la moyenne, avec des graphismes et animations corrects (à condition d'aimer la couleur ocre !), un framerate sympa, l'aspect dynamique de la caméra sublimant l'ensemble (même si tout peut devenir bien confus lors des corps à corps). La profondeur de champs, les animations annexes rendent finalement le jeu assez agréable à regarder, même si on ne peut rivaliser avec le dernier Gears of War. Mais il y a vraiment un petit côté épique et disons qu'avec des moyens sûrement très limités Relic s'en sort plutôt pas mal.



Space Marine est un bon petit TPS plaisant, dynamique, assez beau et sans prise de tête, sanglant et jouissif par son coté beat'em all. Même si il souffre de la comparaison avec la concurrence (GOW3). A part une étrange gestion de la vie, ce jeu est agréable à parcourir. Les amateurs du genre peuvent se laisser tenter d'occas ou en location. Quant aux fans de Warhammer 40000 ils peuvent se jeter dessus !



Réalisation technique : 7/10

Aspect artistique : 7/10

Gameplay : 7/10

Replay value : 5/10
26/40


SUPPOS : 4,5/6
(appréciation personnelle)
suppo notesuppo notesuppo notesuppo notesuppo note

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] F1 2011 / XBOX 360

Publié le par Dr Floyd

F1 2011

Support : Xbox 360

Existe également sur PS3

Éditeur/Développeur : Codemasters
Sortie : 23 septembre 2011

F1-2011-boite-gamopat.jpg



Testé avec le support de KamehaShop

Presque un an après jour pour jour les Maîtres du Code nous livrent une nouvelle version de leur Formula One. Une licence un peu oubliée qui avait fait un bon retour en 2010. Alors simple mise à jour de données ou réel nouvel opus qui vaut l'investissement ? La réponse si dessous.




La présentation est très sobre, comme toujours chez Codemasters, avec un menu classique qui nous propose un mode carrière, un mode Grand Prix paramétrables et un mode Challenge (contre la montre et divers défis). Aussi nous avons la possibilité d'y jouer en ligne jusque 16, et des nouveautés : un mode écran partagé et un mode coop pour courir à deux dans la même écurie. A noter cependant qu'il faut un pass pour le online (grrrrr!!!). Bon allez, trop pressé de découvrir le gameplay et le rendu visuel je me décide à lancer aussitôt une première course ! Vroum !



F1-2011-001.jpg

Je choisis modestement une petite écurie pour dire de me faire la main, puis un circuit pas trop tortueux parmi les 29, et enfin je règle quelques options de difficulté (dans des menus pas tellement conviviaux) : sans dégâts, boite automatique, tiens une safety-car optionnelle (nouveau). Je zappe les différents réglages précis (pneus, équilibre, aéro-dynamisme...), je zappe les essais, je suis un gros bourrin, allez c'est parti !

Enfin en étant gros bourrin je ne vais faire long feu... Car comme toujours dans un jeu de F1, il faut faire preuve d'une concentration à toute épreuve pour s'en sortir honorablement. Ça va vite, très vite, et il faut gérer de manière très précise les accélérations, les freinages, et votre position vis à vis des adversaires, sinon vous serez très rapidement bon dernier après une sortie de piste ou un accrochage. Les casuals fans de jeux de caisse arcade découvrant la F1 seront très surpris.

 Bref, en F1 il ne faut surtout pas être casse cou ! SInon jouez à DIRT 3, fabuleux jeu de caisse arcade des Maîtres du Code.

F1-2011-002.jpg

Car ce jeu est bel et bien une simulation. Chaque modification sur votre véhicule influe sur son comportement. La gomme choisie est très importante (météo dynamique), la quantité d'essence embarquée, etc... il faut tenir compte de tout pour espérer faire un podium. Il sera d'ailleurs préférable d'y jouer au volant pour de meilleures sensations de course. A savoir aussi que cet opus 2011 intègre deux nouveautés de gameplay, poussant la simulation encore plus loin : le KERS, un système de récupération d'énergie au freinage, énergie stockée puis réutilisée en ligne droite pour plus de puissance. Et le DRS qui permet d'ajuster votre aileron arrière. Bref, c'est plus évolué que Pole Position sur Atari 2600 ;)

F1-2011-003.jpg



Passons à l'aspect visuel du jeu. Les graphismes sont assez détaillés, les tracés fidèles, les séquences intermédiaires (garage, interview...) renforçant l'immersion. Le tout avec une bande son convaincante. Le seul soucis vient hélas du framerate, vraiment insuffisant pour un jeu aussi rapide. Le tout doit "ramer" à un peu moins de 30fps, avec quelques ralentissements, ce qui est insuffisant pour un jeu qui nécessite autant de précision. De plus cela gâche un peu l'aspect graphique du jeu en hachant le défilement de la piste. Dommage, vraiment dommage, même si certains s'en tapent complètement de cet aspect "framerate". A noter aussi des temps de chargement interminables (pensez à installer le jeu sur le disque), un rendu forcement moins réussi techniquement en écran partagé (détails supprimés), et l'absence de podium comme l'an passé. A noter pour info (pour le trollage dirons certains) que la version PS3 est encore un poil moins fluide... si vous avez le choix prenez la version bobox.

Totalement mis à jour, un peu plus beau et plus complet que l'an passé, ce nouvel opus de F1 vaut l'investissement pour les fans hardcore de ce sport mécanique. Il aurait été presque parfait si le moteur graphique avait pu proposer un meilleur framarate.. Il y a ici un certain manque de fluidité qui gâche un peu le spectacle. Cependant si vous êtes fan de F1 et si vous vous en tapez du nombre d'images par seconde, ce jeu est tout bonnement indispensable dans votre logithèque.



Réalisation technique : 6/10
Aspect artistique : 6/10
Gameplay : 8/10
Replay Value : 8/10
28/40
SUPPOS : 4,5/6
(Appréciation personnelle)
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST FLASH] Renegade Ops / XBLA

Publié le par Dr Floyd

RENEGADE OPS

Support : XBLA

Existe également sur PSN

Éditeur : SEGA

Développeur : Avalanche Studios

Sortie : 14 septembre 2011

renegade-ops-copie-1.jpg



Voici un jeu XBLA/PSN quand même plutôt attendu, car fruit d'une collaboration entre Maître Sega plus fort que toi et Avalanche Studios, les créateurs du techniquement assez étourdissant Just Cause 2. Un gros jeu d'action de 2Go pour quel résultat ?



Avec son scénario de série Z (sauver le monde des griffes du méchant de service, Inferno), il est clair ce jeu va droit à l'essentiel : l'action ! Une présentation simple, un peu comme sur console 16 bits, vous choisissez votre renégat parmi 4 personnages et c'est parti ! Nous avons ici affaire à un shoot'em up terrestre où vous pilotez un véhicule sur-armé dans un monde assez ouvert avec des objectifs à atteindre, certains obligatoires, d'autres secondaires.  Vous vous déplacez avec le stick gauche, et vous tirez avec le stick droit dans toutes les directions, avec en option une arme secondaire à la gâchette et un turbo avec X. Un gameplay qui demande quand même un petit temps d'adaptation pour bien maîtriser le véhicule. Le jeu offre en tout cas un vrai challenge que les fans de scoring apprécieront. A noter aussi la présence d'un mode coop bien sympa (en écran splitté) qui rend le jeu encore plus fun, et d'un mode online jusque 4 joueurs.

renegade-ops-image.jpg

Le jeu est assez impressionnant techniquement, surtout pour du support virtuel : graphismes de qualité et très détaillés (de la 3D vue de dessus façon 2D), un peu comme si on était dans Just Cause 2 vu d'avion, avec une végétation très bien animée. Effets visuels pyrotechniques réussis, bon niveau de détail et belle fluidité de l'ensemble, Avalanche Studios prouve une fois de plus ses compétences techniques. On ne peut rien reprocher à part un manque de variété. Quant à la partie sonore, de bonnes musiques, de bons bruitages et des dialogues sur-joués, mais bien dans l'esprit arcade du jeu.



Si il y a longtemps que vous n'avez rien acheté sur XBLA (ou PSN), si vous aimez les shoots à bord de véhicules proposant un gameplay assez rétro et un challenge de scoring, jetez vous sur Renagades Ops, un jeu moderne mais à l'ancienne, bref du tout bon.



SUPPOS : 5/6

suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST FLASH] NHL 12 / PS3

Publié le par Dr Floyd

NHL 12

Support : PS3

Existe également sur Xbox 360

Editeur : EA


Sortie : 8 septembre 2011

NHL-12-box.jpg

Test Flash avec le support de Gamoniac




Si EA est largué en matière de basketball ("NBA 2K m'a tuer") ils ont tenu le choc concernant le hockey, tuant cette fois ci la licence de 2K Sports NHL 2K, pourtant supérieure selon moi. Sans concurrent EA va t-il nous proposer de ce fait du réchauffé chaque année ou réussir à nous convaincre d'investir à nouveau ?



Une chose est claire des efforts ont été faits avec un moteur physique plus convaincant : palet plus indépendant, impacts très réussis, actions plus crédibles. Il faut savoir aussi qu'il est possible de paramétrer le gameplay à votre guise, le niveau de difficulté, mais également les commandes, du mode de jeu NHL94 avec très peu de boutons, au mode classique en passant par le mode stick droit/gâchettes (Perso je trouve que le mode classique reste le meilleur). Le petit bonus de 2012 : la Classique Hivernale, un match se déroulant en plein air. On trouve aussi un mode Légende pour retrouver les anciennes gloires. Soyez rassuré, c'est la licence officielle, donc aucun soucis au niveau du contenu.

 Paradoxalement toutes ces possibilités de paramétrages me gênent un peu car elles font perdre l'âme au jeu.

NHL-12-game.png

Techniquement il y a du progrès aussi : c'est bien animé et fluide, avec un bon moteur physique comme je le disais plus haut. Le jeu a rattrapé son retard face au dernier NHL 2K de 2K Sports sorti fin 2009. C'est surtout la fluidité qui rend désormais le jeu beau à regarder. L'ambiance sonore et visuelle dans le stade est assez géniale, on s'y croirait. Seuls les menus sont un peu austères et les temps de chargement un peu énervant sur PS3. Mais voilà, je continue à préférer NHL 2K10 qui pour moi est plus fun, même si peut être un peu moins réaliste. Sinon petite parenthèse : en jeu de hockey 100% arcade je ne peut que vous conseiller NHL Hitz 2003 sur 128 bits, un chef d'oeuvre absolu.



NHL 12 est la meilleure simu de hockey du moment... et pour cause LOL. Cependant EA ne s'endort pas sur ses lauriers et propose un jeu complet et techniquement en progrès. Fans de ce sport, faites vous plaisir si vous n'en disposez pas encore sur cette génération du console. Si vous possédez NHL 2K10 de 2K Sports et que vous adorez passez votre chemin, NHL 12 n'apporte rien.


SUPPOS : 4,5/6
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] Starfox 64 3D / Nintendo 3DS

Publié le par Dr Floyd

STARFOX 64 3D
Support : Nintendo 3DS
Éditeur/Développeur : Nintendo
Sortie : 9 septembre 2011

starfox-64-001.png

Le catalogue 3DS tarde à s'étoffer, tendant à se transformer en hommage aux jeux vidéo cultes du passé, et quelque part cela ne me déplaît pas. Après Street Fighter IV (l'héritier du Street Fighter 2 de la Snes), Ocarina of Time 3D (N64), voici Starfox 64, un nouvel apéritif issu de la Nintendo 64 avant Super Mario 3D Land et Mario Kart 7 !  Alors que vaut cette adaptation de StarFox 64 (Lylat Wars chez nous) ?

Il y a eu d'abord Starwing sur Snes, jeu surprenant sur console 2D du fait de l'utilisation d'une puce 3D (mais bon on faisait largement mieux sur PC), puis Lylat Wars en 1997 qui fut très bien accueilli et considéré par beaucoup comme un très grand jeu de la Nintendo 64. Dans cette semi-parodie de Star Wars (dans un monde animalier enfantin) on retrouve nos fameux héros, Peppy Hare le vétéran, Falco Lombardi le rebelle, Slippy Toad le bytos et bien sûr le chef de l'escadron, le trop cool et génial Fox McCloud. A quatre ils vont lutter contre Andross, le Dark Vador de service, qui a capturé le père de Fox. Vous allez donc parcourir la galaxie de planète en planète et lutter contre les sbires du dictateur fou. Un scénario qui semble tout droit inspiré des meilleures oeuvres de Arthur Clarke et Isaac Asimov... LOL.

starfox-64-002.jpg

Starfox 64 c'est un rail-shooter spatial 3D où vous pilotez le Arwing au raz de la surface des planètes, dans l'espace et dans les ceintures d'astéroïdes, + quelques niveaux originaux (que je laisserai découvrir aux nouveaux venus). Shoot sur rails mais aussi des phases libres où vous pourrez vous déplacer autour des boss. Tir principal, bombes, looping, freinage, accélération, vous aurez vite fait de maîtriser le vaisseau spatial, le gameplay étant orienté arcade. Un gameplay agréable, plus précis que sur N64 et son stick imbuvable). A noter aussi qu'en mode aventure le scénario est influencé en fonction de votre réussite, avec plusieurs routes, sous-missions, et fins.

starfox-64-003.jpg

Ce qui est intéressant sur 3DS c'est qu'un système de scoring est prévu : dès qu'une mission est réussie dans le mode de jeu principal, celle ci se débloque dans un tout nouveau mode scoring, avec des points pour chaque ennemi abattu, des points bonus pour les combos, le tout permettant d'obtenir des médailles qui débloqueront des bonus. Ce "détail" donne vraiment une grande rejouabilité au jeu. Seul réel défaut : c'est un peu facile et on arrivera très vite au bout, mais l'aspect scoring sauve bien sur la mise. Je regretterai d'ailleurs aussi que cet aspect scoring soit plus basé sur l'apprentissage par coeur des niveaux que sur de purs réflexes. Dommage. Outre le mode scoring, on trouve comme sur N64 un mode multijoueur, jouable à 4 en local, avec des règles customisables. Si vous etes un gamer solitaire devant l'éternel vous pourrez jouer contre des bots. Pas de mode online par contre, étonnant.

starfox-64-004.jpg

Alors bien sûr cette version "next-gen" a été largement reliftée, avec des graphismes améliorés, des couleurs sympa, un framerate satisfaisant, et quelques effets visuels réussis... même si l'ensemble garde un côté assez cubique (surtout les structures ennemies). Bon attention le rendu visuel final n'est pas exceptionnel, mais c'est propre et agréable à l'oeil, on regrettera juste des apparitions soudaines d'astéroïdes un peu désagréables. Aussi Nintendo s'est cru obligé de proposer en option le déplacement de la visée en mode gyroscopique, concurrence iPhone oblige, mais rassurez vous il est possible d'y jouer comme sur N64 au stick directionnel.

starfox-64-005.jpg

Ce remake de Starfox64 sur 3DS est très réussi, on revit avec plaisir les aventures épiques de Starfox, profitant qu'un gameplay plus précis que sur N64 et d'une réalisation convaincante. De plus l'ajout d'un mode scoring rend le jeu passionnant pour les fans de performances. Je regrette un peu que cela passe plus par l'apprentissage par coeur des niveaux plutôt que par les réflexes... Toujours est-il que le gamopat ne peut, et ne doit en aucun cas, passer à côté de ce petit bijou vidéoludique.

Réalisation technique : 7/10
Aspect artistique : 7/10
Gameplay : 8/10
Replay Value : 8/10
30/40
SUPPOS : 5,5/6
(Appréciation personnelle)
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

 

seal of quality

Publié dans TESTS

Partager cet article

[SPEEDTESTING] Arcana Heart 3 / PS3

Publié le par Dr Floyd

ARCANA HEART 3

Support : PS3

Existe également sur Xbox 360

Éditeur : Arc System Works

Développeur: Examu

Sortie : 28 juillet 2011


arnaca-heart-3-PS3-boite.png


Speedtesting avec le support de Gamoniac



Et voici que déboule en France pour la première fois Arcana Heart, un jeu de baston japonais qui à l'originalité (?) de ne faire combattre que des filles... Un jeu de baston parmi tant d'autres ou pas ?



Oui, que des greluches stéréotypées façon lolita japonaise, au nombre de 23. De la soubrette à la sorcière, en passant par l'écolière, seul l'ado émotif trouvera ça sympa... Et si vous êtes imperméable à la culture japonaise, c'est mal barré ! Autre soit disant originalité, chaque combattante doit choisir un "Arcana", une sorte de divinité qui améliore ses performances lors des combats, apportant bonus en attaque et en défense. Il faudra donc apprendre les coups classiques, mais également ceux de l'Arcana, en essayant de choisir la combinaison idéale.

arcana-heart-3-PS3.jpg



RAS côté gameplay, 5 boutons : coup faible, moyen, fort, l'Arcana, et la Homing Attack qui permet de réaliser un dash. C'est finalement très classique, sans inspiration, avec les modes de jeux habituels de ce genre de jeu, dont l'inutile mode story. Si au moins ce jeu était soutenu par une réalisation moderne, et bien même pas, on se croirait sur un mauvais jeu PS2 en HD : Animations rigides et ringardes, décors totalement vides, bande son banale, il faut vraiment être motivé !



Arcana Heart 3 est un jeu de baston 2D on ne peut plus banal avec une réalisation totalement désuète. Mais bon les ados fans de petites culottes japonaises vont sûrement adorer, et les ultra fans hardcore de baston classique pourront apprécier les 23 combattantes et 23 Arcana qui vont leur donner du boulot pour apprendre tous les combos et trouver la combinaison parfaite. Ce jeu s'adresse vraiment à une niche de joueurs, personnellement je passe mon chemin.


SUPPOS : 1,5/6

suppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans TESTS

Partager cet article