Pengo de mieux en mieux sur Atari 7800 !

Publié le par Dr Floyd

Pengo de mieux en mieux sur Atari 7800 !

Je vous en avait parlé début octobre, le portage du jeu d'arcade Pengo (1982, Coreland pour SEGA) sur la console Atari 7800 se poursuit, et franchement ça se présente très très bien ! Ca respire l'arcade, à l'image de cette console qui a été pensée Arcade dans sa conception, mais qui hélas est sortie à un moment critique pour Atari... Démo téléchargeable ! Atari vaincra.

Publié dans RETRO NEWS

Partager cet article

Le gros flop GTA III Trilogy

Publié le par Dr Floyd

Le gros flop GTA III Trilogy

Vent de révolte chez les acheteurs de GTA III Trilogy sur Switch, le jeu est descendu littéralement par les joueurs sur Metacritic avec une moyenne de 0,5/10 !!! Bien sur il y a toujours un effet de buzz négatif quand une très grosse licence déçoit tout le monde, on a alors envie de tirer dessus et de balancer des 0/10 par énervement, tel un Troll en rut. Mais bon quand même : Framerate instable, bugs visuels, commandes imprécises, visuellement entre deux eaux, musiques qui ont disparues, etc...  Même les notes des sites "pro" sont très négatives, souvent inférieures à 40%. Et dire que la version physique n'est pas encore sortie, elle qui n'intégrera pas Vice City (en téléchargement !).

Le gros flop GTA III Trilogy

Mais "rassurez-vous" ce n'est pas mieux sur les consoles PS et XOne ! Gros flop pour Rockstar qui aurait mieux fait de sortir ces jeux en version 100% émulée.

Publié dans NEWS

Partager cet article

la Xbox fête ses 20 ans !

Publié le par Dr Floyd

la Xbox fête ses 20 ans !

Il y a 20 ans jour pour jour, le 15 novembre de l'an de grâce 2001, sortait la Xbox, la première console de Microsoft, brandit alors par Bill Gates himself auprès du tout premier acheteur (voir la photo). Une console qui a bien eu du mal face à la déferlante médiatique autour de la PS2 qui avait déjà réussie à tuer la Dreamcast. Les Japonais ont totalement boudé cette console. La réputation de Microsoft et son Windows tout pourri (Windows 2000), ses écrans bleus, ont fait aussi qu'il était difficile d'être convaincu par cette console, et surtout d'associer Microsoft à console de jeu. Je rajouterai aussi le fait que le tout premier pad était franchement mal foutu (surtout les 4 boutons de tir). 

la Xbox fête ses 20 ans !

Et pourtant c'était une console puissante, bien plus que la PS2, avec des jeux bien propres et fluides. Je l'ai adoré perso. Et on a vu naitre dessus de sacrés titres "matures" comme Halo, Splinter Cell, Dead or Alive 3, Star Wars Knights of the Old Republic, Panzer Dragoon Orta, Forza... La puissance financière de Microsoft a fait que la console a survécu tant bien que mal, malgré les pertes, avec environ 24 millions de consoles vendues et 825 jeux sortis. Et on connait la suite : Microsoft fait désormais dans la fesse et les boules avec la Xbox Serie Porno X ;)

Publié dans NEWS

Partager cet article

Le Doc de Gamopat est là pour pour soigner

Publié le

Publié dans FORUM

Partager cet article

Le fanatique de l'Amiga

Publié le par Monsieur Atari

L’Amiga 500 était un ordinateur qui eut son heure de gloire de 1989 à 1992, avant que les consoles japonaises comme la Mega Drive, et surtout la Super Nintendo, fassent mieux pour moins cher, puis que le PC ne s’impose vers 1993 comme ordinateur suprême et ne le relègue au rayon des antiquités. Pendant ce court moment de célébrité, une importante communauté de fans se forma, réunie par l’amitié, le piratage des jeux et l’obésité.

Pour la plupart d’entre eux, ce fut leur premier ordinateur, payé par leur cadre de papa, et reçu pour leurs 12 ans ou à Noël. Les premières fois sont toujours émouvantes et ils se rappelleront jusqu’à la fin de leurs jours de ces moments émus où ils jouaient à Shadow Of The Beast ou lançaient la démo du « Juggler » pour épater leurs copains toujours sous 8 bits.

C’était l’heureux temps des « party », avec d'autres déchets rubiconds suintants, à copier des tonnes de jeux auxquels ils ne joueraient jamais, à mater des photos en 4096 couleurs scintillantes, à écouter un bout de chanson à la mode samplée en 10Kbp/s, à taper 892453 lignes de code en assembleur pour faire tourner une bite en 3D fil de fer, le tout entre deux sandwiches rillettes-mayonnaise et trois branlettes sur Tabatha Cash. 90's style !

Trente ans après, alors que les ¾ d’entre eux sont passés à autre chose, le tout petit quart restant, lui, est toujours bloqué sur l’Amiga. Les forums spécialisés leur servent de comptoir où ils peuvent occuper leur chômage en en parlant à longueur de journée dans des termes alternant le ridicule avec l’inquiétant. Pour eux, le temps s’est arrêté quand ils ont reçu leur Amiga. Ce fut une révélation ! Ils n’en sont jamais revenus et n’en reviendront jamais.

Bien sûr, pour la vie de tous les jours, ils ont un PC (ou un Mac), mais ils l’utilisent presque par dépit. Ils n’aiment pas ça. Leur rêve serait d’avoir un Amiga à la place. Un Amiga pour tout. Le Net, les jeux online, la rédaction de CV pour retrouver un boulot, les films de cul en HD etc.

Voyant depuis plus de 20 ans les droits de l’Amiga cédés à une succession de tocards incapables de produire, malgré toutes les promesses, le moindre OS pouvant remplacer Windows, ils restent sur les acquis d’il y a 30 ans. De toute façon, pour ces fanatiques, il n’y a que l’Amiga de bien ! Et surtout, et c’est eux qui le disent : on n’a pas fait mieux depuis !

Un ordinateur de 1987, avec un CPU de 7Mhz et 512ko de ram, on n’a pas fait mieux depuis ? Pour eux non ! Et ils appuieront leurs arguments sur le hardware de l’Amiga qui, à les écouter, fut conçu par des sortes d’extra-terrestres d’un futur lointain, mais en réalité, juste par un petit ingénieur dans la panade… Il n’est pas rare de les entendre déclarer, et le plus sérieusement du monde, que rien ne peut rivaliser avec l’Amiga. Que ce soit une Mega Drive, une Super Nintendo, une PlayStation, un Mac, même un PC de gamer actuel : l’Amiga fait la même chose, voire mieux ! Certains de ces illuminés parlent de « magie » dans cet ordinateur…

Mais l’exemple revenant le plus souvent est celui des coprocesseurs Denise et Paula. Il faut les voir écrire, ou prononcer, religieusement ces prénoms, et les parer de toutes les vertus, comme si c’était leurs nanas ! Et d’ailleurs, ce n’est que ça. Ces circuits se seraient appelés « Denis » et « Paulo », ils n’en parleraient pas ainsi. Il y a clairement une sorte de transfert. Denise et Paula sont les deux seuls ersatz féminins que ces braves simps n’ont jamais pu ramener dans leur chambre puante…

Le fanatique de l'Amiga

Leur Amiga tourne tous les jours. Mais que peut-on bien faire avec un ordinateur d’il y a 30 ans ? Déjà, on peut jouer. S’étant taillé une belle réputation là-dessus au début des années 90 à l’aide de jeux dont on parle encore aujourd’hui, l’Amiga assure dans le domaine ludique. Et cela n’est guère étonnant puisqu’il fut à la base conçu pour être une console à cartouche. Rappeler cette triste réalité peut agacer les fans. Pour contrer cela, ils ont appris à le déguiser sous l’appellation fourre-tout et pompeuse « d’ordinateur multimédia »…

Bon, ok pour les jeux, mais sinon, on peut bosser un peu avec un Amiga ? Oui, mais il faudra salement le vouloir ! La plupart des logiciels pros pour cette machine sont mal foutus, toujours moins bons que sur d’autres plateformes et arrivés trop tard. Pour lutter contre ce cruel handicap, les fans de l’Amiga répliquent à qui veut les entendre que leur ordinateur est multitâche, ce qui, d’après leurs dires, est unique et, finalement, compense tout ! Ils vous expliqueront, avec une voix de commercial foireux, qu’il peut formater une disquette tout en compressant des fichiers pendant qu’il lit un mod (un instrumental synthé moche). Et ça, pour eux, c’est un signe de supériorité et de débauche technologique absolues. Et il peut faire tourner Turrican et Deluxe Paint en même temps ? Ah ben non hein… Avec un CPU faiblard et aussi peu de ram, faut pas trop en demander. Leur fameux multitâche, c’est juste pour des opérations basiques effectuées sous Workbench, leur risible système d’exploitation ; risible car tenant sur disquette et trois pattes tant il est buggé… Avec de tels défauts, pas étonnant que les pros ont toujours préféré son éternel rival : l’Atari ST.

A ce propos, le simple nom « Atari ST » suffit à rendre folle furieuse l’amicale des amis de l’Amiga. C’est le grand ennemi à éradiquer. Très productifs dans les vidéos sur YouTube de comparaison d’un même jeu sur les deux plateformes 16 bits, nos sympathiques ringards les présentent toujours de façon triomphales et agressives ; presque hystériques :

- Nous, on a le plein écran ! Nous, c’est plus rapide ! Nous, on a la stéréo ! Le ST, c’est de la merde et un ordinateur de merde ! Que de la meeeeeeeeeerde ! ON-LY AMI-GAAA HOU-HOUUUU…

Si le ST était si minable à leurs yeux, ils n’en parleraient pas autant. Le fait est que cet ordinateur, plus faible, plus vieux, et qui n’a jamais été conçu pour jouer, contrairement à l’Amiga, faisait presque la même chose que lui sur le plan des jeux, parfois même mieux, en particulier dans la 3D formes pleines où son CPU plus rapide faisait toujours la différence. Par charité chrétienne, nous éviterons de dire que le ST, de par sa stabilité et la qualité de ses écrans en haute résolution, a toujours eu la préférence des professionnels en terme de PAO, de MAO, de CAO, de programmation, de bureautique, bref ! TOUT le côté pro. Et en plus, il était moins cher ! C’est sans doute ça qui dérange encore tant nos Amiga maniacs : ne pas avoir eu l’hégémonie. Ils auraient tant voulu que le bébé de Commodore soit le seul ordinateur 16 bits du marché et ainsi régner. Complexés eux ? Si peu…

Que font-ils sur Amiga de nos jours ? Ils codent, ou se prennent pour des codeurs, avec des langages que plus personne n’utilise. Mais surtout, ils formatent en boucle leurs vieilles disquettes, compressent leurs données pour les décompresser afin de pouvoir les recompresser ensuite et écoutent des mods, le tout en multitâche évidemment. C’est une névrose chez eux, comme certains passent l’aspirateur en permanence. Ça les émerveille toujours autant, les calme et les maintient artificiellement en 1990.

Quand ils retournent sur un ordinateur moderne, ils s’offrent grâce à eBay les autres Amiga, pour étoffer la collection. Un 600, un 1200, un 2000 et un 3000 (ils cherchent encore le 4000). De bien belles bêtes. Tellement qu’elles ne se vendaient pas à l’époque, ce qui conduisit Commodore à la faillite en 1994. Qui allait acheter des machines célèbres pour leurs plantages à répétition et plus douées pour animer des sprites en 2D que pour calculer la paye des employés ? Les pros avaient déjà tous des PC ou des Mac pour cela à cette période. Ou encore des Atari ST…

Pour le reste, ils cherchent du matos qui pourra augmenter les capacités d’origine de leurs bécanes. Constamment en train de se mesurer le bit, ils font subir de véritables gang bangs à leurs pauvres Amiga en dilatant le moindre de leurs ports à l’aide de cartes d’extension de RAM et autres accélérateurs en tout genre, bien que ne servant à rien du tout car utilisés par aucun programme. Mais cela leur permet de dire sur les forums consacrés, à l’aide de captures d’écran de sysinfo en guise de preuves :

- Avec ma carte XB-28, + 256 ko de go de ram soudée par mon cousin + un peu de reblochon thermique sur Denise et Paula (elles étaient trop hot les coquines !), eh ben mon Amiga est plus rapide qu’un PC dans le calcul des statistiques sur l’espérance de vie des mouches au Pôle Nord ! Eh ouais ! ON-LY AMI-GAAA HOU-HOUUUU…

Et c’est vrai ! Sauf qu’ils évitent de dire que le dit PC de comparaison date de 1984… Et oui, en terme de puissance, un simple 386 écrasait déjà tout sur son passage. Mais la frime est vitale pour eux. Il faut qu’ils continuent de croire que l’Amiga, c’est le dieu des ordinateurs !

La petite scène de codeurs encore active sur le divin sac à puces fait de son mieux pour porter dessus les jeux phare d’il y a 25 ans, les Doom et autres Tomb Raider. C’est une question d’honneur pour cet ordinateur qui n’a jamais su/pu afficher de la 3D texturée… Après de longs mois de travail, et malgré l’aide de nombreuses béquilles électroniques plus ou moins modernes, le résultat final pue salement de la gueule. Nous avons rarement plus d’un niveau, grossièrement pixélisé et tournant en 2fps. Mais pour les fanatiques, c’est une nouvelle victoire écrasante de l’Amiga qui démontre encore une fois sa domination totale… Les plus tarés trouveront que c’est même mieux que le jeu original sur PC datant de 1994, composé de 25 levels, lissés, super fluides avec son qualité CD… Irrécupérables.

Ces fanatiques de l’Amiga ne sont pas méchants. Ce sont nos hippies à nous, des neuneus bloqués dans une époque révolue avec un matériel obsolète et dépassé mais continuant de croire qu’ils sont le futur. Un futur d’il y a 30 ans ! Par contre, s’ils commencent à vous gonfler avec leurs conneries d’un autre âge et à devenir agressifs, n’hésitez pas à vous moquer d’eux et à les humilier. Eux qui adorent vivre dans le passé, ça leur rappellera l’école, quand ils étaient le souffre-douleur de la classe…

Publié dans FOCUS

Partager cet article

Sur la route de Wing Commander

Publié le par Dr Floyd

Sur la route de Wing Commander

Wing Commander est une série qui a toujours fascinée notre Gamopat fou Jedibald. Du coup il s'est intéressé à la genèse du titre, et c'est juste passionnant. La création d'Origin et l'importance d'Ultima dans leur catalogue, comment Chris Roberts a rejoint les rangs de l'équipe de Richard Garriott, son amour pour Elite, l'arrivée de Warren Spector dans le game... Je me prépare un petit café et je matte sa vidéo !

Publié dans RETROGAMING

Partager cet article

Le cadeau de Noël de Sarah Jane Avory !

Publié le par Dr Floyd

Le cadeau de Noël de Sarah Jane Avory !

Sarah Jane Avory is back (oui déjà !). Après ses shoot'm up de légende sur C64, les meilleurs du micro, après son tout récent jeu de rôle (ici) qui est devenu aussitôt le plus grand jeu du genre sur C64, elle nous revient avec Snow Force ! Admirez sa première vidéo teaser via cui-cui :

Ca troue l'slip non ?! J'imagine que c'est une version "Parodius" de son hit Soul Force ? Personne au monde ne semble maitriser comme elle le C64, d'un point de vue technique et esthétique. Elle compte sortir ce jeu festif pour Noël, et grande nouvelle : il sera GRATOS en téléchargement. Sarah, on t'aime.

Publié dans RETRO NEWS

Partager cet article

Moi mon fils !

Publié le par Dr Floyd

Publié dans RETROPUB!

Partager cet article

GTA III Trilogy, encore des images qui bougent... sur PS5

Publié le par Dr Floyd

Encore des images qui bougent de GTA III Trilogy, mais cette fois ci du gameplay sur les 3 jeux en version MesFesses 5 qui envoie l'homme dans les anneaux de Saturne. Rien de surprenant c'est sorti aujourd'hui ! On se rend bien compte que c'est du vrai remaster de qualité, qu'il y a eu du gros boulot de fait (attention ce ne sont pas des remakes !), sauf que la 3D rétro ça passe toujours moins bien que la 2D rétro.

Reste à savoir si vous avez envie d'y rejouer ? 50 boules en démat quand même... A noter que San Andreas est dispo "gratos" pour les abonnés au Xbox Porno Pass, et GTA III (le premier) "gratos" pour les abonnés au Playstéchionne Naooo.

Publié dans NEWS

Partager cet article

[RANDOM] Viewpoint / Neo Geo

Publié le

[RANDOM] Viewpoint / Neo Geo

Il est venu le temps de remettre de la lumière sur ce monument dont la statue est ici depuis si longtemps sur le parvis des forums de jeux vidéo, que certains d’entre nous ont oublié qu’elle était là, juste sous nos yeux, et passent devant tous les jours en en oubliant la valeur et l’importance de ce jeu. Chassons les pigeons, dépoussiérons cette statue, rendons lui sont brillant et sa gloire.

[Lire la suite...]

Partager cet article