619 articles avec retrogaming

[RETROGAMING] EIEN NO FILENA / SUPER FAMICOM

Publié le par Corben

EIEN NO FILENA
ETERNAL FILENA en anglais
Support : Super Famicom
Editeur : Nintendo
Développeur : Tokuma Shoten
Date de sortie : 1995

Le jeu n’est jamais sorti en Europe. Mais il a été traduit en français en 2019 par des fans

[RETROGAMING] EIEN NO FILENA / SUPER FAMICOM

Depuis sa plus tendre enfance Filena a été élevée par son papy Zenna pour devenir un gladiateur et combattre dans l’arène de l’empire de Bor, empire dans lequel les peuples conquis sont considérés comme des citoyens de seconde zone, méprisés par les sang-purs. C’est le grand jour. Pour ses 16 ans, Filena a été choisie pour combattre dans l’arène !

Mais avant cette épreuve et la mort pour la plupart d’entre eux, les gladiateurs ont droit à une dernière « gâterie », ils peuvent passer la nuit avec la femme de leur choix. Filena est ennuyée. Dormir avec une femme révèlerait immédiatement le secret qu’elle cache. Alors que tout le monde croit qu’il s’agit d’un garçon, Filena est en réalité une fille, exhortée à taire son genre par papy Zenna. Mais refuser de dormir avec la femme choisie par l’empire conduirait cette dernière à la mort. Filena se résout donc à accepter de dormir dans le même lit que Lila. Et cela ne manque pas. Lila découvre le secret et s’exprime ainsi :

« Mais c’est pas possible, tu es une fille. tes lolos sont plus gros que les miens »

[RETROGAMING] EIEN NO FILENA / SUPER FAMICOM

Ce quiproquo sur le sexe de Filena est un axe de narration du jeu. Comme dans ses passages où un des personnages masculin du jeu tombe amoureux de Filena et il en est très troublé parce qu’il croit qu’il s’agit d’un garçon. Ou ce passage où Filena et son groupe se déguisent en troupes de danseuses pour fuir l’empire, un garde les soupçonne d’être déguisés et décide de vérifier si ce sont bien des femmes et il fouille Filena. D’une façon générale cette dichotomie hommes-femmes est omniprésente. Les femmes sont plutôt le sexe fort. Et je dois dire que cela marche excellemment bien. La narration est clairement le point fort du jeu. Il faut dire que le jeu est tiré d’un animé sorti en 1992-1993. Cela aide et cela montre surtout la différence de qualité de narration à l’époque entre un jeu vidéo et un anime.

Le jeu bénéficie de cette origine et explique les motivations des personnages, leur fournissant un surplus de profondeur et générant de l’empathie de la part du joueur. De ce fait les personnages sont beaucoup moins caricaturaux que dans les jeux de l’époque. Les thèmes traités sont étonnamment matures dans un jeu de 1995.

[RETROGAMING] EIEN NO FILENA / SUPER FAMICOM

Dans l’empire de Bor, les combats de gladiateur sont l’opium du peuple. Ils sont écrits par un scénariste qui cherche à entretenir le suspense et satisfaire le peuple. Mais tout ne se passe pas comme prévu. Filena, prévue pour mourir rapidement, élimine un à un les gladiateurs. Le scénariste est aux anges, le peuple en transe. Pour l’apothéose, le combat final oppose Filena à ….. Papy Zenna. Filena refuse de se battre mais elle y est contrainte. Avant de mourir, Papy Zenna exhorte Filena à se rendre dans les archives de l’empire pour découvrir qui elle est vraiment.

[RETROGAMING] EIEN NO FILENA / SUPER FAMICOM

Le jeu est donc une longue fuite pour échapper aux services secrets de l’Empire qui traquent Filena et sa troupe tout en voulant éliminer une bonne fois pour toute la rébellion cléchienne. Cette fuite confère un rythme haletant au jeu. Le joueur ne s’attarde jamais dans les lieux visités. Il n’y reste pas plus de quelques minutes avant qu’un rebondissement ne survienne, qu’un piège ne lui soit tendu.

Ce rythme haletant est à la fois une qualité dans la mesure où le joueur ne se lasse pas mais il porte également en lui le germe d’une frustration. Le risque est finalement que le joueur ne se sente jamais libre de faire ce qu’il veut et qu’il n’ait pas de vastes territoires à explorer. Les développeurs en ont bien eu conscience pour proposer à la moitié du jeu à peu près une plus grande ouverture. Malgré cela il est clair que ce n’est pas Final Fantasy. Ici point de monde ouvert, pas de multitude de mini jeux, pas de nombreux secrets cachés. Le jeu se fait quand même en ligne droite il faut le dire.

[RETROGAMING] EIEN NO FILENA / SUPER FAMICOM

Le groupe de héros se compose de quatre personnages au maximum. Il est possible de changer leur équipement. Les sorts et les coups dont ils disposent sont liés aux armes qu’ils utilisent. Il est possible d’équiper 3 armes au maximum. Ainsi chaque arme a un effet : perçant ou assommant ou soignant et au fur et à mesure que vous utilisez un type d’armes vous boostez les sorts ou les coups qu’elle peut générer. Mais si vous déséquipez l’arme, vous perdez tout ce qui lui était rattaché. Les combats se déroulent vue de derrière.

[RETROGAMING] EIEN NO FILENA / SUPER FAMICOM

D’un point de vue graphismes le jeu ressemble à un jeu Super Famicom du tout début de l’exploitation de la machine un peu comme Final Fantasy 4. Les personnages sont petits, pas très détaillés mais ils sont colorés, reconnaissables et expressifs. J’ai beaucoup aimé ce jeu. C'est un bon jeu très frais. Mais il ne peut pas accéder au titre de hit absolu. Il se finit assez vite : une 20aine d'heures à peu près et peine à prendre de l'ampleur. il y a également une vraie déception sur les boss même si dans l'histoire le choix effectué par les développeurs se comprend.

Il y a quelque chose d’exaltant à jouer à un jeu des années 90 inconnu pour nous alors que sans vantardise j’ai joué à énormément de jeux à l’époque, même des jeux import. Il y a quelque chose d’« originel ». Les jeux actuels néo-rétro malgré toutes leurs qualités adaptent les systèmes de jeux aux standards actuels alors que Eien No Filena est un jeu d’époque avec tout ce que cela a de bon et de mauvais, de naïveté et de lourdeurs.

Publié dans RETROGAMING

Partager cet article

Sur la route de Wing Commander, part II

Publié le par Dr Floyd

Sur la route de Wing Commander, part II

Jedibald vient de terminer le taf sur Wing Commander, 2ième et dernière partie (1ere partie ici). Il va pouvoir aller se reposer et rentrer à la base ;) C'est hallucinant comme à l'époque Chris Roberts ne savait déjà pas terminer ses projets !

Publié dans RETROGAMING

Partager cet article

Sur la route de Wing Commander

Publié le par Dr Floyd

Sur la route de Wing Commander

Wing Commander est une série qui a toujours fascinée notre Gamopat fou Jedibald. Du coup il s'est intéressé à la genèse du titre, et c'est juste passionnant. La création d'Origin et l'importance d'Ultima dans leur catalogue, comment Chris Roberts a rejoint les rangs de l'équipe de Richard Garriott, son amour pour Elite, l'arrivée de Warren Spector dans le game... Je me prépare un petit café et je matte sa vidéo !

Publié dans RETROGAMING

Partager cet article

[RETROGAMING] Donkey Kong / Amstrad CPC

Publié le par Dr Floyd

DONKEY KONG
Support : Amstrad CPC
Adapté de l'arcade, existe sur de très nombreux supports
Editeur : Ocean
Développeur : Arcana Software Design

Sortie : 1986

dk-boite-cpc.png

Si en 1986 on est encore bien heureux de posséder un Amstrad CPC de tonton Sugar (comment ça le Commodore 64 ?) on est quand même un peu (beaucoup) frustré de ne pas pouvoir ressentir de réelles sensations arcade du fait des limitations de la machine. A part le fameux Arkanoid en overscan on a pas grand chose à se mettre sous la dent qui respire vraiment l'arcade. Du coup je n'attendait RIEN de cette adaptation de Donkey Kong... Jeu qui n'avait fait halluciner en 1981 dans le hall d'un hyper-marché, puis en 1983 chez moi sur la Rolls Colecovision. 

Pas besoin de vous représenter le jeu, c'est l'un des plus connus au monde, ça serait une provocation de ma part ! Donkey Kong marque la naissance du mythe Mario et du jeu de plateforme, point barre, tout est dit. Parlons directement de l'adaptation sur le micro 8bit de Monsieur Sucre. Franchement je n'y croyais pas du tout à l'époque, j'avais déjà vu plein d'adaptations pourries, je me demandais même si il ne serait pas largement inferior Vs la version Coleco sortie 4 ans plus tôt... Et puis en 1986 il faut savoir que Donkey Kong c'est du rétrogaming... Si si ! Et c'est totalement has-been, ça respirait donc l'adaptation vite fait et bâclée...

Je lance le jeu et là première surprise : c'est en overscan vertical bordel de sprites ! Comme Arkanoid ! Deuxième surprise, la présentation, qui respecte le jeu d'arcade original, avec même le singe qui capture votre gonzesse (scène absente de la version Coleco par exemple).

"Nintendo 1981", c'est magique !
"Nintendo 1981", c'est magique !

"Nintendo 1981", c'est magique !

Je commence à jouer, et le miracle se confirme : ce Donkey Kong est une fabuleuse adaptation du jeu d'arcade original, avec non seulement les mêmes écrans de présentation, mais aussi les mêmes niveaux (4 !), les mêmes sensations arcade, sous le même format visuel (grâce à l'overscan). Mêmes musiques et sons, même gameplay, c'est le bonheur total. C'est coloré, c'est bien dessiné, c'est bien animé, on ne ressent pas la faible définition graphique du CPC (mode 0). Détail qui tue : le score en haut est affiché en mode 1 pour plus de finesse, une belle bidouille technique.

Putain le graphisme !
Putain le graphisme !

Putain le graphisme !

De toute façon les screenshots que je vous propose se passent de commentaires ! J'ai franchement adoré cette version CPC. Seul bémol : les fameuses couleurs qui se mélangent quand Mario passe devant un décor (un défaut récurrent sur cet ordinateur, souvenez-vous de Sorcery !), mais c'est très discret. Pourquoi ce bug ? (qui n'en est pas un), pour tout simplement gagner du temps machine sur l'affichage et rendre le jeu plus fluide. Mais sinon franchement rien à redire, on sent que le jeu a été converti avec amour. Ocean n'avait pas trop le choix que de réussir cette adaptation en étant sous licence officielle Nintendo ?

L'arcade, la vraie, celle du café de 1981, là ou ça on respirait la fumée de cigarette et les odeurs de Ricard, sur votre Amstrad CPC ! Donkey Kong se place très facilement dans le top 10 des meilleurs jeux du micro 8 bit (avis personnel que je partage) et aussi comme la conversion Arcade la plus réussie sur ce support. Cultissime. Dommage que d'autres conversions arcade en overscan n'aient pas suivies... j'aurai très bien imaginé Pooyan ou Galaga en overscan sur mon CPC664, avis aux dév' homebrew actuels !

SUPPOS : 6/6
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans RETROGAMING

Partager cet article

[DECOUVERTE] Attack Of The PETSCII Robots / Atari 8bit

Publié le par Monsieur Atari

[DECOUVERTE] Attack Of The PETSCII Robots / Atari 8bit

Comme tout le monde, je pense, je suis quelques chaînes YT de retrogramers et autres restaurateurs de vieilles bécanes, dont le fameux 8-Bit Guy. Ça commence à faire un bail qu'il est là lui, même s'il aurait tendance à se faire bouffer depuis deux ans par Adrian's Digital Basement qui est plus rapide pour faire des vidéos et plus branché machines.

Le problème de ces chaînes, c'est qu'elles parlent toutes des mêmes trucs, et deux marques reviennent constamment : Commodore et Apple ! Bon, les 3/4 de ces chaînes sont américaines et tenues par des mecs qui ont entre 35 et 45 ans, on peut comprendre aussi. Ils ont connu ces marques à l'époque et on sait que l'Apple II et le C64 étaient quasiment des institutions aux USA pour tous les boutonneux. Mais pour un européen comme moi, ça devient lassant. Il y a d'autres marques, comme Atari ! Mais ils s'en foutent, préférant toujours se palucher sur les mêmes sacs à puces...

The 8-Bit Guy produit des jeux dans son coin qu'il vend ensuite. Son dernier en date est Attack Of The PETSCII Robots. Tout d’abord conçu pour le PET 2001 de Commodore, il l’a adapté sur C64, Vic-20 puis Apple II. C’est ce que je disais plus haut : Commodore et Apple only. Mais un mec suivant sa chaîne a chopé le code-source et l’a transposé sur Atari 8 bits. Le boulot étant quasi fini, The 8-Bit Guy a dit « banco » à cette version, ne se contenant que d'ajouter des trucs dessus. C’était inespéré pour les fans d’Atari. Je vous encourage à regarder sa vidéo sur le sujet pour mieux apprécier ce test :

https://youtu.be/r9J64LgG5p0

Son jeu mis en vente, je me suis laissé tenter.

J'ai pris le coffret signé, plus cher

J'ai pris le coffret signé, plus cher

Se disant que cette version ne se vendrait pas énormément, The 8-Bit Guy avait prévenu dans sa vidéo qu'il réutiliserait une boîte d'une version précédente pour celle de l'Atari, on voit le sticker collé par dessus. No problémo.

Se disant que cette version ne se vendrait pas énormément, The 8-Bit Guy avait prévenu dans sa vidéo qu'il réutiliserait une boîte d'une version précédente pour celle de l'Atari, on voit le sticker collé par dessus. No problémo.

Notice, disquette et une note pour les possesseurs d'Atari

Notice, disquette et une note pour les possesseurs d'Atari

Ça charge très vite et on se retrouve devant l'écran-titre désormais bien connu avec la petite musique. Un nouveau jeu pour 800XL, quel pied ! Le jeu fonctionne très bien en 800XL secam, je m'attendais à des bizarreries avec ce format, ce qui aurait été intéressant. Mais non. Oui, le jeu est noir et blanc, c'est normal, voyez la vidéo pour les explications. Je pense que des gens vont tenter de faire un truc couleur dans les mois qui viennent.

[DECOUVERTE] Attack Of The PETSCII Robots / Atari 8bit
[DECOUVERTE] Attack Of The PETSCII Robots / Atari 8bit

Le jeu fonctionne très bien en 800XL secam, je m'attendais à des bizarreries avec ce format, ce qui aurait été intéressant. Mais non. Oui, le jeu est noir et blanc, c'est normal, voyez la vidéo pour les explications. Je pense que des gens vont tenter de faire un truc couleur dans les mois qui viennent.

Je n'ai pas encore pu jouer à fond au jeu, je me suis juste promené dans le niveau, c'est rapide et agréable. Je vais le tester aussi sur mon Atari 800 NTSC, ça devrait être plus rapide.

Lien vers le sujet sur le forum :
https://www.gamopat-forum.com/t114028-test-attack-of-the-petscii-robots-atari-800-xl-xe-xegs

Publié dans RETROGAMING

Partager cet article

Tu aimes les fêves au lard ?

Publié le par Dr Floyd

Tu aimes les fêves au lard ?

Saviez-vous que Peter Molyneux avait eu l'idée de la représentation 3D isométrique pour Populous en jouant au jeu Virus (ou Zarch) de David Braben ? Notre Gamopat fou Jedibald revient sur ce jeu culte en vidéo... et sur les fêves au lard... Hu ?

Publié dans RETROGAMING

Partager cet article

[RETROGAMING] Interphase, le jeu que les fans d'Amiga ignorent

Publié le par Monsieur Atari

Interphase. Jamais entendu parler à l'époque ! Pourtant, j'étais à fond dans le trip ST, c'était fin 89 début 90. Curieux. Ce jeu est (encore!) de la 3D pleine. On a tous nos vices... Je suis tombé dessus par hasard en lisant un vieux Tilt, alors que je cherchais des infos sur un autre truc. Basculant sur YT, je voulais voir à quoi ça ressemblait. La vidéo vue, le jeu fut trouvé et commandé dans les 5mn qui suivirent.

[RETROGAMING] Interphase, le jeu que les fans d'Amiga ignorent

Plusieurs choses me l'ont fait acheter. Outre la 3D, son prix! Moins de 10€. Ensuite, c'était de la vente française, donc, pas de frais de cochon dingues. Les photos montraient aussi une boîte nickel et elle l'est, encore un de ces jeux qui n'a jamais été utilisé ou presque.

[RETROGAMING] Interphase, le jeu que les fans d'Amiga ignorent

Le jeu chargé, un loop de sample de très bonne qualité démarre. Et je reconnais de suite que c'est l'intro de She Drives Me Crazy des FYC. Autre bonne surprise, les crédits montrent que Interphase est l'oeuvre de The Assembly Line, un groupe de programmeurs plus que doués sur ST et Amiga. C'était eux qui avaient programmé Xenon 2 d'ailleurs, et les Bitmap Brothers (BB) s'étaient accaparés toute la gloire. On y reviendra sur les frangins... Pour finir là-dessus, on constate aussi que Mark Coleman, a participé à Interphase et c'était un des BB justement. Tout cela était un peu de la même famille. D'ailleurs, le jeu est d'Image Works, une filiale de Mirrorsoft, qui éditèrent les premiers jeux des BB.

[RETROGAMING] Interphase, le jeu que les fans d'Amiga ignorent

Bref! Vous cliquez et, après une curieuse animation d'un motard, le jeu démarre.

[RETROGAMING] Interphase, le jeu que les fans d'Amiga ignorent

La fluidité de l'animation est incroyable, ça glisse tout seul et rapidement. Les contrôles sont ultra précis et il faut s'entraîner dur pour manoeuvrer son vaisseau. Pour le reste, c'est du shoot avec une touche de FPS. C'est clairement du travail de pro sur le plan de la technique mais j'imagine que le jeu n'a pas dû se vendre lourd, c'est trop bizarre et surtout, il faut un gros temps d'apprentissage pour les commandes. Les joueurs de l'époque étaient majoritairement des bourrins qui voulaient charger la disquette et jouer de suite. C'est sans doute pour ça que les Turrican et compagnie ont si bien marché... Dommage pour Interphase qui est une "hidden gem" comme on dit.

Les fans d'Amiga n'ont pas dû aimer le commentaire de TILT sur la version ST à la fin... LOL..

Les fans d'Amiga n'ont pas dû aimer le commentaire de TILT sur la version ST à la fin... LOL..

Publié dans RETROGAMING

Partager cet article

[RETROGAMING] L'arche du Captain Blood est-il vraiment un jeu ?

Publié le par Monsieur Atari

L'Arche du Captain Blood. S'il y a un jeu qui a fait vendre des Atari ST en 1988, c'est bien celui-là ! Mais cela en valait-il le coup/coût ? J'ai eu ce jeu entre les mains en 1989, version pirate évidemment. J'en avais tellement entendu parler. La déception fut grande.


Une fois dans mon 520 ST, point de musique de Jean-Michel Jarre ! Ça partait déjà très mal car ce jeu s'était taillé une réputation pour sa musique d'intro samplée d'Ethnicolor. Là, rien. On m'expliqua alors qu'elle n'était réservée qu'aux heureux possesseurs d'un 1040 ST. En gros, il fallait un méga de ram pour entendre la divine musique, que j'avais en K7, copiée elle aussi... J'avais à peine 6 mois d'Atari ST dans les jambes et j'étais encore assez inculte sur la chose, je gobais ce que des soi-disant plus intelligents que moi pouvaient me dire. Erreur. On y reviendra.

[RETROGAMING] L'arche du Captain Blood est-il vraiment un jeu ?

Cette contrariété mise à part, le jeu fonctionnait tout de même. Je pus entendre les voix digitalisées EN FRANCAIS ! N'oublions pas que Blood était un jeu made in France et que l'on commençait à parler de cette fameuse "french touch" dans les jeux vidéo. Les années suivantes, notre beau pays se tailla une solide réputation de faiseurs de jeux "différents" et presque toujours beaux. C'était pas faux. Les Voyageurs du Temps, Maupiti Island ou Another World en furent les ambassadeurs. Tous n'étaient pas exempts de défauts mais je digresse...
 
Mes oreilles (presque) satisfaites par les voix robotiques, je pus également contenter mes yeux avec de superbes cycles de couleurs lors du passage en hyper-espace ou de la destruction des planètes. Nous étions dans une époque simple où le moindre mot digitalisé sortant du haut-parleur ou une image en 16/32 couleurs à l'écran suffisaient à nous faire avoir un orgasme. Avec Blood, pas de soucis, on a bien juté !

Mais le jeu en lui-même ? Et bien c'est là que ça a coincé. Evidemment, j'ai essayé de retrouver les 5 clones de l'ami Blood. Peine perdue. C'était trop dur et pour tout dire, trop chiant. C'était très répétitif. Une planète, atterrir dessus, trouver l'alien, discuter avec lui pour faire cracher des coordonnées... Sur ce dernier point, l'Upcom, le langage utilisé pour se comprendre, était assez bien fichu, mais l'ennui s'installait assez vite. Au bout d'une heure de recherches vaines, la main de Blood se mit à trembler, signe de faiblesse et surtout game-over. Impossible de pointer avec un malade d'Alzheimer... J'ai vite remisé le jeu pour l'oublier. Puis la disquette fut effacée pour faire place à un autre jeu. On a tous connu ça.
 

[RETROGAMING] L'arche du Captain Blood est-il vraiment un jeu ?

Plus de 30 ans après, Blood reste parmi les légendes du ST, et je me suis laissé tenter par la version originale. C'est loin d'être donné, ce qui est curieux car le jeu s'est vendu comme des petits pains à l'époque. Il devrait être simple à trouver. Et bien non, rare et donc, cher. J'ai dégoté dernièrement une version "USA" mais française... "Programme et notice en français" comme il est indiqué sur la pochette. Boh... On verra bien. Je prends un de mes 1040 et je lance le jeu. Et là, la musique d'Ethnicolor ! Enfin! Et oui, il fallait bien un méga. Enfin, je crois ?

Attends... Mais si ça se trouve...

J'arrête tout. Je vire le 1040 et je le remplace par un 520 et je boote sauvagement Blood dedans! Et là, LA MUSIQUE DE JARRE DEMARRE !!! Pas besoin d'un 1040 ! Mais alors? Pourquoi pas de zik en 1989 dans ma version ? Tout simplement parce qu'elle fut mal craquée ou les pirateurs ont viré ce sample car ça prenait trop de place pour tout caser sur une seule disquette ! Il ne faut pas oublier que ce qui comptait à l'époque chez les pirateurs n'était pas de fournir une version parfaite, mais d'être LE PREMIER à fournir une version, quitte à ce qu'elle soit incomplète ! On a exactement la même chose de nos jours avec des teams produisant les derniers épisodes des séries à la mode. Peu leur importe que le fichier soit pourri, mal traduit, que le son ne soit pas synchronisé ou tout simplement corrompu. Il faut être le premier ! Voir son nom! Virer le sample de Jarre de ce jeu, c'est comme un crime. Notons que j'eus plus tard une version un peu dans le même genre pour Xenon 2. Les pirateux avaient coupé l'intro, samplée aussi, et absolument géniale du jeu...

Une fois ce mystère de 30 ans résolu, je lance le jeu. Et là, la version USA se découvre. Tout est effectivement en français, la notice, les mots à l'écran, l'Upcom mais... PAS LES VOIX DIGITALISÉES ! Non, elles sont en anglais... Qu'est-ce que c'est que ce truc? Une version française, mais anglaise finalement... C'est la première fois que je vois ça. Qu'importe. Je trouverai bien un jour des disquettes en VF à vil prix. Je joue un peu, et là, exactement le même feeling qu'en 89. Je m'ennuie ! C'est beau, ça exploite parfaitement le ST, mais c'est emmerdant. Et puis cette notice débile... Il faut la lire ! On sent des espèces de babous derrière ce jeu, des soixante-huitards peace & love crasseux... Et Blood, finalement, c'est de la repompe de pleins de trucs existant déjà! A l'époque, je ne le savais pas mais 30 ans après, comment ne pas le voir ? Rien que l'atterrissage pour trouver l'alien, c'est repiqué à Rescue On Fractalus. Fractalus avait plus de mérite d'ailleurs car tournant sur 8 bits. Passons sur les autres repiquages, y'en a tellement...

[RETROGAMING] L'arche du Captain Blood est-il vraiment un jeu ?

L'Arche du Captain Blood n'est pas un jeu, il ne l'a jamais été. D'ailleurs, je n'ai jamais rencontré personne qui soit allé plus loin que ce que j'ai fait, à savoir pas grand-chose. Quant à quelqu'un qui l'a terminé, c'est du domaine du rêve. Trop difficile, trop chiant. Non, Blood, c'était juste un bon moyen de voir les possibilités de son ST question son et vidéo et de frimer les copains encore sous 8 bits. On détruisait les planètes, on écoutait l'intro, on voyageait dans l'espace à la vitesse de la lumière, et c'est tout! L'Arche du Captain Blood, c'était juste une démo vendue comme un jeu. Comme Shadow Of The Beast sur Amiga !

Publié dans RETROGAMING

Partager cet article

Il vaut mieux sauver des humains ou des lemmings ?

Publié le par Dr Floyd

Il vaut mieux sauver des humains ou des lemmings ?

On a vite fait le lien avec Lemmings en découvrant The Humans sur ZX Spectrum. Mais les humains méritent-ils d'être sauvés ? 25 niveaux, plutôt bien foutu, disponible en téléchargement. Hop !

Lien :
https://spectrumcomputing.co.uk/forums/viewtopic.php?p=72338#p72338

Publié dans RETROGAMING

Partager cet article

[RETROGAMING] Fire Emblem : Seisen no Keifu

Publié le par Mizuno94

Fire Emblem : Seisen no Keifu
Support : Super Famicom
Editeur :  Nintendo
Developpeur : Gunpei Yokoi
Compositeur : Yuka Tsujiyoko
Date de sortie : 14 mai 1996

[RETROGAMING] Fire Emblem : Seisen no Keifu

Fire Emblem: Genealogy of the Holy War est un tactical-RPG au tour par tour, édité seulement au Japon en 1996, l’action se passe sur le continent de Jungby sur fond de conflits territoriaux, trahisons, assassinats et enlèvements de jeunes demoiselles, le tout dans une ambiance moyenâgeuse/fantastique. Les fans de Game Of Thrones ne seront pas dépaysés puisqu’on peut monter sur des dragons (mais pas de cracheurs de feu !).  Et croyez-moi le jeu est aussi long que les 8 saisons de G.O.T.

Ces personnes ne m'inspire pas confiance...

Ces personnes ne m'inspire pas confiance...

Notre aventure débute au royaume de Granbell, avec le charismatique chevalier Sigurd et sa chevelure bleue, il est accompagné de quelques preux chevaliers pour rétablir l’ordre dans le royaume, ce prologue n’est pas très difficile et permettra de se familiariser au système de jeu, tel un jeu d’échec placer vos pions astucieusement pour ne pas mourir et prévoyez vos coups à l’avance. C’est aussi l’occasion d’augmenter de quelques points les capacités de nos personnages (HP, vitesse, force ou magie), pour cela il faudra se débarrasser de quelques barbares et soldats ennemis. La fin de ce chaque chapitre se conclut par la prise du château (il en sera de même pour tous les chapitres).

[RETROGAMING] Fire Emblem : Seisen no Keifu

Au fil des chapitres de nouveaux personnages viendront se joindre à vous et il y pas moins de 24 personnages de la 1ere génération à contrôler et autant concernant les personnages de la seconde génération ( on y reviendra plutard),votre communauté ( pas de l’anneau) est composé de mages, prêtresse, chevaliers, paladins, archers, épéiste et voleurs, chaque classe à ses propres caractéristiques avec des attaques plus ou moins longues, une résistance aux coups, la vitesse d’esquive, le nombre de case de déplacement, la force etc… toutes ces caractéristiques ont leur importance sur le choix du personnage à placer face à un adversaire plus ou moins fort. Ne vous attachez pas à un personnage vous risquez de ne plus le revoir.

[RETROGAMING] Fire Emblem : Seisen no Keifu

Pour augmenter les skills d’un perso et gagner de l’or rapidement, il faudra passer par l’arène d’entrainement au début d’un chapitre et battre les sparring partners, à partir du level 20 votre perso peut changer de classe et rouler sur quasiment tous les ennemis hormis certains boss. N’oubliez pas de repasser dans l’arène avant de conquérir le dernier château, on peut passer facilement 30 minutes dans une arène avant de débuter un chapitre, ce temps est nécessaire pour réparer vos armes ou d’acheter divers objets magiques où armes supérieures, il faudra répartir au mieux vos armes, les lances/javelot pour les chevaliers, les épées puissantes mais légères pour les épéistes qui leur permettra d’esquiver facilement les attaques ennemies.

Un sou est un sou le marchand ne vous fera pas de cadeaux.

Un sou est un sou le marchand ne vous fera pas de cadeaux.

Certains boss sont quasiment invincibles et vous donneront du fil à retordre, surtout si nous ne possédez pas la magie ou l’armes adéquate qui pourra terrasser ces boss. Si vous ne possédez pas l’arme fatale, il ne vous reste plus qu’à appuyer sur la touche reset et recommencer votre partie au dernier point de sauvegarde. Les armes légendaires ne sont disponibles qu’une seule fois dans le jeu et elles sont dévastatrices, d’autres armes secondaires sont tout aussi limités mais il y en aura assez pour tout le monde. D’autres bénéficient de boost comme l’épée d’argent de Sigurd, sa puissance sera multiplié par 2 si vous parvenez à battre 100 ennemis.

C'est raté on recommence...

C'est raté on recommence...

Un système de conversation vient agrémenter l’intérêt du jeu, ces discussions auront pour effet de débloquer des armes, augmenter les statistiques d’un personnage et le plus important : créer des couples qui aura toute son importance pour la 2eme partie du jeu. En effet à partir du 6eme chapitres les enfants des couples de la 1ere génération prendront la relève après un événement tragique, ils bénéficieront des capacités et armes de leur parents, mais il va falloir tout de même repasser par toutes les étapes d’entrainement dans l’arène  et cravacher dur pour atteindre ce fameux  level 20 afin de changer de classe. Pour info la limite de level s’arrête au 30eme.

Le changement de classe c'est la classe !

Le changement de classe c'est la classe !

On ne va pas se mentir le jeu est difficile à chaque début de chapitre une horde d’ennemis se jettent à vos trousses où l’assaut des villages, même pas le temps de visiter tranquillement ces immenses maps.  Sans oublier ces chapitres avec ces nombreux aller-retours d’un château à l’autre et quand vous avez 18 personnages à déplacer cela peut-être très long surtout pour les combattants à pied. Heureusement Les mages peuvent acheter des bâtons magiques de téléportation pour gagner du temps mais limité à 10 déplacements.

C'est qu'on serait pas un peu serré là ?

C'est qu'on serait pas un peu serré là ?

Certaines armes ou dialogues sont déblocables seulement si vous placez votre personnage dans une case bien précise de la map, autre casse-tête qui peut vous couter cher : tuer un ennemi qui peut être un allié par la suite, alors qu’il suffit simplement de lui parler avec le bon personnage ! Heureusement des guides du jeu avec traduction sont disponibles, jouer sur la version japonaise et le terminer est un véritable exploit.

On dispose d'une musique par chapitre, celle du chapitre 5 est grandiose. Il y a également des thémes musicaux lors des combats et régénérations d’énergie. Les graphismes sont très simples avec une vue du dessus de la map et de la 2D pour les phases de combats, les environnements sont variés désertique, verdoyante, ou des montagnes infranchissables sauf pour les utilisateurs de dragons et pégases.

Les combats en 2D sont de belles factures avec des combos spectaculaires à la lance, épée et sorts magiques avec des effets de distorsions. Pour gagner du temps et éviter ces animations, il suffit de les désactiver à tout moment dans la partie mais l’intérêt du jeu réside dans ces phases de combats 2D.

Rien ne résiste à Messire Sigurd.

Rien ne résiste à Messire Sigurd.

Il vous faudra plusieurs heures pour terminer ce Fire Emblem et je ne parle pas de 10 ou 15 heures, surtout si vous souhaitez terminer le jeu sans aucunes pertes dans vos rangs ou avec tous vos persos au max de leur capacité (niveau 30). Pensez à effectuer une sauvegarde de secours pour éviter de recommencer tout ce qui a été entrepris dans votre progression. La stratégie et les guides du jeu seront vos seuls alliés, ce Fire Emblem est surement l’un des meilleurs si ce n’est le meilleur de la série.

SUPPOS : 6/6

suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans RETROGAMING

Partager cet article

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>