Des cartes cadeaux à gros pixels chez Gemba-Games

Publié le par Dr Floyd

Vous voulez offrir un cadeau de Noël sous le signe du pixel à votre meilleur ami ? Ou pourquoi pas vous en faire offrir un par Madame ?

Les Cartes Cadeaux de notre partenaire Gemba-Games (10, 20 et 50 €) sont là pour ça ! Elles sont cumulables et valables sur l'ensemble du site !

Des cartes cadeaux à gros pixels chez Gemba-Games

Partager cet article

Mini Dragon's Lair !

Publié le par Dr Floyd

Mini Dragon's Lair !

Pouvais tu imaginer en 1983 qu'un jour tu pourrais avoir sur ton buffet une réplique 12 pouces de la borne d'arcade révolutionnaire LaserDisc Dragon's Lair !? Ton rêve se réalise, il te suffit de Kickstarter !

https://www.kickstarter.com/projects/newwavetoys/replicade-mini-dragons-lair-arcade-machine-replica-12-tall

Mini Dragon's Lair !

Avec en bonus une réplique du lecteur LaserDisc ! Le Mini LaserDisc !

Mini Dragon's Lair !

$90 seulement ! Merci New Wave Toys ! Ou pas... c'est selon... si on trouve ça génial ou naze ;)

Publié dans NEWS

Partager cet article

La Cyber-Générosité c'est sur le eShop !

Publié le par Dr Floyd

La Cyber-Générosité c'est sur le eShop !

Les promos et soldes officielles sur le eShop de Nintendo c'est bien souvent du foutage de gueule tellement elles sont maigres, et aussi parce que les prix d'origine des "Triple A" sont bien trop élevés. Les Cyber-offres 2019 n'échappent pas à la règle, mais on notera quand même que DragonBall FighterZ à 17,99€ cela devient raisonnable, et que Rocket League à 9,99€ c'est également acceptable (ce dernier se jouant souvent par petites sessions, il peut être intéressant de l'avoir en démat'). Fin de ces promos folles (LOL) le 1er décembre.

Publié dans BONNES AFFAIRES !

Partager cet article

La redemption pour 21€

Publié le par Dr Floyd

La redemption pour 21€

Yop ! Une des meilleures affaires de ce début de "Black Friday Week" c'est Red Dead Redemption 2 sur PS4/XOne que l'on peut trouver à 21,33€ sur Amazon. A ce prix il ne faut franchement pas ce priver.

> Lien vers la promo sur Amazon

Publié dans BONNES AFFAIRES !

Partager cet article

Pokémon donne le vertige !

Publié le par Dr Floyd

Pokémon donne le vertige !

Un chiffre qui donne le vertige et qui peut rendre fou de jalousie Microsoft et Sony : 6 millions de jeux Pokemon vendus en une semaine sur Switch ! Dont 2 millions au Japon ! Balo, Unchiotted Fortune, Last of Buzz, ou n'importe quel jeu sur console concurrente peuvent aller se rhabiller !

C'est le jeu le plus rapidement vendu de la courte histoire de la Nintendo Switch, dépassant Super Smash Bros Ultimate qui s'était vendu à "seulement" 5 millions d'exemplaires en une semaine. Et n'oubliez pas que les fêtes arrivent... Un carnage, ça va être un carnage.

J'ai commencé à tester le jeu, c'est du pur Pokémon, du vrai Pokémon, sans réelle surprise... On peut donc considérer que c'est positif, même si on aurait aimer que la licence face sa révolution comme l'a faite Zelda. Par contre, ce qui est certain, c'est que c'est bien meilleur que les opus 3DS, je peux vous l'affirmer après seulement 3 ou 4h de jeu (caché dans les chiottes pour que personne de ma famille ne puisse savoir que je joue à ça).

Pokémon donne le vertige !

Publié dans NEWS

Partager cet article

L'Amstrad CPC a son Super Meat Boy !

Publié le par Dr Floyd

L'Amstrad CPC a son Super Meat Boy !

Tiens, j'ai oublié de vous en causer. La convention CPC RetroDev 2019 a eu lieu en ce mois de novembre. Une secte où sont présentés des tas de jeux homebrew pour l'Amstrad CPC, avec compétition pour élire le meilleur de tous. And the winner was... Miss Input, un jeu qui rend hommage à Super Meat Boy de très belle façon ! Sobre et efficace.

Tous les jeux présentés (35 !) sont téléchargeables et gratos.

Lien :
http://vertice.cpd.ua.es/206906

Publié dans RETRO NEWS

Partager cet article

Shenmue 4, t'es sérieux Yu ?

Publié le par Dr Floyd

Shenmue 4, t'es sérieux Yu ?

Les fans ont toujours su qu’il y aura onze chapitres au total, donc, non, Shenmue III n’est pas la fin, mais il nous en rapproche. J’aurais pu essayer de condenser tout en un jeu, mais cela aurait gâché l’expérience. Je ne sais pas si je peux déjà le dire, mais je pense déjà à la suite.

Yu Suzuki (pour '20 minutes')

Tu es sûr Yu ? Le premier fût un flop commercial énorme, le second aussi... et le troisième semble être avant tout un jeu très moyen... un jeu ancré dans le passé... un jeu "alimentaire" oserai-je dire... saupoudré d'un beau foutage de gueule via Kickstarter, et d'un autre foutage de gueule avec la soit-disant édition collector. Shenmue 4, non mais "Allo" Yu, t'es sérieux ?!

Publié dans NEWS

Partager cet article

[TEST] Disco Elysium / PC Steam

Publié le par Cathedrale

Titre : Disco Elysium
Support : Pc (Steam)
Développeur : ZA/UM
Genre : RPG
​​​​​​​Date de sortie : 2019

La solitude du buveur de plomb 

Déjà, la ville prenait les tonalités rose-et-bleu du crépuscule - la nuit l'épiait, prête à lui sauter dessus, de toute sa force lunaire. Son pied heurta une bouteille vide, symbole d'une existence gaspillée, d'un spleen poisseux ancré au plus profond de son être. Son âme suintait l'alcool, il vacillait, suivant une trajectoire brouillonne, cognant régulièrement ses larges épaules aux murs de la ville. Soudain, ses jambes se dérobèrent : il s'affala. Ses articulations le brûlaient, il haletait comme un chien, des voix terrifiantes lui transperçaient le crâne.

Il ferma les yeux et sombra dans un sommeil épais, sans rêve. 

[TEST] Disco Elysium / PC Steam

Disco Elysium s'ouvre sur une chambre en vrac, après quelques lignes d'un monologue intérieur mystique et effrayant, vous propulsant aux commandes d'un type hagard et hirsute en pleine gueule de bois légendaire. Vous ne vous souvenez de rien, c'est le black out total, une sorte de seconde naissance, mais avec les soucis engendrés durant cette nuit de débauche en prime. On met quelques minutes à réaliser que le clodo à la ramasse qui se déplace au gré des cliques de notre souris est le personnage central de l'histoire, flic par-dessus le marché, chargé d'enquêter sur un lynchage morbide, englué dans l'alcoolisme et très probablement cintré. J'ai trouvé assez déconcertante la facilité avec laquelle on se glisse dans la peau du personnage, après seulement quelques minutes de jeu, et l'aisance avec laquelle sa folie devient nôtre rapidement. L'amnésie avec laquelle on doit composer et avancer dans le jeu a plusieurs facettes; parfois flippante (qu'est-ce qu'on a fait pour en arriver là?) elle s'avère être essentielle et fort pratique le plus souvent puisqu'elle permet (si le joueur le souhaite) à son perso de se reconstruire, pas à pas, et de tout faire pour trouver la lumière. 

Mais les coups de gueule et les actions impulsives sont nombreuses et tentantes, il m'a parfois été difficile de résister à la violence. 

[TEST] Disco Elysium / PC Steam

Tout le jeu repose sur l'intelligence et la spontanéité des textes; textes qui servent de dialogues entre les différents personnages, textes des monologues intérieurs divers et omniprésents du personnage que l'on contrôle, textes des objets et infrastructures apparaissant en surbrillance lorsque l'on presse la touche Tab, et qui s'avère être salement pratique pour retourner à 100% les zones que l'on traverse. Le gameplay se résume donc à ça : Tab pour la surbrillance d'objets importants, clique gauche de souris pour se déplacer, sélectionner une cible afin d’interagir avec, et surtout sélectionner la ligne de réponse voulue. L'économie de touche convient très bien au jeu, tant l'ambiance est maîtrisée, épaisse, et nourrissante

[TEST] Disco Elysium / PC Steam

La narration du soft est exceptionnelle puisque immédiate et passionnante. La complexité du personnage principal fascine autant qu'elle divertit. Comme dans la plupart des RPG, vous devez dépenser des points pour des attributs physiques et mentaux, mais ici, les attributs sont totalement cramés. En tout il y en a 24, d'attributs, répartis par 6 dans Intellect, Psyché, Physique et Motorics. J'étais un poil perdue, en lançant le jeu, alors j'ai choisi l'un des archétypes proposé, avec un intellect assez bas mais une psyché de malade, ce qui fait que j'ai eu droit à mon lot de déconvenues puisque mon personnage se retrouvait totalement submergé par son inconscient et ses affinités avec le métaphysique, tandis que pour arriver à bout de déductions simples, logiques et évidentes, il peinait bien souvent. Pas grave, en augmentant de niveau, je dépensai un peu plus en intellect afin de rééquilibrer tout ça.

Les 24 skills proposés sont tout bonnement excellents, rien que de par leur nom (le Inland Empire m'a immédiatement tapé dans l'oeil) et permettront à votre personnage d'avoir sans cesse des bouillonnements internes et multiples propositions de dialogues; notamment des propositions d'actions qui se joueront aux dés, mais dont le pourcentage de réussite variera en fonction de vos skills et de la manière dont vous avez dépensé vos points. J'ai parfois trouvé un peu suspecte la manière dont ces pourcentages potentiels de réussite étaient respectés (maintes fois il m'est arrivé de louper un lancer à plus de 70% de réussite potentielle lorsque, 10 minutes plus tard, je tentais et réussissais un lancer à moins de 20% ) mais franchement, c'est pas gênant, au contraire, cela donne un côté encore plus nerveux et spontané au jeu. Plein de fois, quand bien même la situation me paraissait perdue d'avance, j'y suis allée au culot et j'ai eu droit à mon lot de surprises (réjouissantes ou non). Il faudra parfois faire preuve de patience pour ne pas réellement perdre la boule, puisque les voix émanant de vos propres pensées (ainsi que d'objets environnants) s'incrustent et vous bombardent constamment la boîte crânienne, j'ai adoré, on est tout le temps sur la réflexion, tout est matière à discussion, tout est matière au doute. 

[TEST] Disco Elysium / PC Steam

J'avais lu quelque part une joueuse qui se plaignait d'être aux commandes d'un misogyne notoire, et d'être embêtée de ne pas avoir le choix d'agir autrement qu'en manquant de respect aux femmes. Gêne compréhensible or, tout au long du jeu, j'ai toujours eu le choix entre laisser éclater mes pulsions dévastatrices et bestiales ou faire preuve d'empathie et me mettre en retrait et ravaler ma fierté mal placée. Je n'ai donc à aucun moment eu l'impression que le jeu me forçait à suivre une voie à laquelle je n'adhérais pas; bouffée infinie d'oxygène, croyez-moi, ça faisait bien longtemps que je n'avais pas eu à ce point l'impression d'être réellement aux commandes et de vivre ma propre aventure. Je crois que le jeu a des côtés cathartiques, notamment grâce aux sujets que, l'air de rien, il aborde.

On s'éveille à Revachol, une ville plantée sur l'une des îles qui composent le monde de Disco Elysium. La ville est criblée de cratères, d'immeubles éventrés dont les contours, pinceau pastel, m'ont frappée par leur mélancolie. De l'autre côté, des docks. Au milieu, une zone commerciale qui vous servira de point de départ. Une grève d'ouvriers bat son plein et très vite, on se retrouve impliqué dans ce joyeux bordel : la première heure de jeu nous amènera à interroger un gamin des rues sniffeur de colle, à nous immiscer (ou pas !)  dans une histoire familiale tendue entre une mère et sa fille, à nous embrouiller avec une femme que l'on a probablement ennuyée la veille, à nous endetter, à composer avec notre nouveau partenaire. Qu'est-ce qu'il va en bouffer, le pauvre ! Dans tous les cas, l'éventail des possibilités est gigantesque, la diversité des lieux et personnages qui composent cet univers réjouissante. C'est un plaisir de traîner sa carcasse de rue en rue, sachet plastique à la main, à la recherche d'une teille d'alcool ou d'informations précieuses, d'aller vers les Autres. 

Il est souvent compliqué d'expliquer avec des mots et de coucher sur papier ce que l'on ressent, ce qui fait vibrer notre être. C'est un peu ce qui est en train de se passer avec Disco Elysium, et pourtant j'essaye. Mais je n'ai pas le talent nécessaire pour vous saisir à la gorge, à la manière dont le jeu m'a saisie. Malgré sa mélancolie et sa folie latentes, je m'y suis sentie bien, je m'y suis sentie moi. Dès les premières notes de musique (époustouflante, d'ailleurs) j'ai été saisie et passionnée. L'anglais ne fut en rien un frein à l'immersion puisque à l'instar d'un bon film, le jeu déroule un univers irradiant de complexité et de mystère qu'il serait impensable d'ignorer.

SUPPOS : 6/6
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg
seal of quality

Publié dans TESTS

Partager cet article

Rick se risque sur MSX ! Joyeux Noël !

Publié le par Dr Floyd

Rick se risque sur MSX ! Joyeux Noël !

Risky Rick, le homebrew culte de la Colecovision signé ArcadeVision, va sortir en "Digital Edition" sur MSX le 25 décembre 2019 ! Joyeux Noël ! En gros il sera possible de télécharger un pack contenant entre autre la ROM contre une contribution de 9€ (+ frais PayPal optionnels). La préco est nécessaire pour espérer avoir une version cartouche/boite en avril 2020 (avec déduction sur le prix).

Cerise sur le MacDo, la version Coleco sera aussi dispo contre 4€ (+ frais...) pour ceux qui ont déjà acheté l'édition standard, et 0€ pour ceux qui ont pris l'édition limitée.

Le standard MSX vaincra !

Rick se risque sur MSX ! Joyeux Noël !Rick se risque sur MSX ! Joyeux Noël !

Publié dans RETRO NEWS

Partager cet article

[DOSSIER] Eric Chahi, le rêve d'un autre monde...

Publié le par Brawac

[DOSSIER] Eric Chahi, le rêve d'un autre monde...

Faites le test, demandez à un amateur de vieux pixels, de polygones acérés, de vous citer au pif comme ça quelques uns des maitres du jeu vidéo français. Fort probable d’apercevoir un Paul Cuisset, un Michel Ancel, certain affirmeront même avoir vu un Fred Raynal sortir des ténèbres. Mais Eric lui, aussi fort que ses pairs, va se permettre un rêve supplémentaire : le rêve... d'un autre monde...

"5 ans pour apprendre"

Bien avant de nous confronter à ses passions from outer space, Eric Chahi s'usa sur de bien belles machines. Comme l'Oric ou l'Amstrad qui ont servi de piste de lancement pour tout un tas artistes en herbe du début des années 80.

Mais bon, les débuts furent difficiles en 1983 avec FROG ou CARNAVAL, ses premières daub..., heu non jeux ;) Il a quand même sorti un jeu très sympa sur Oric en 1984, LE SCEPTE D'ANUBIS, un petit jeu d'aventure en Égypte bien connu des barbus. Il passera rapidement sur Amstrad CPC qui est, en toute objectivité, le meilleur micro des années 80 ! Je tiens à être clair sur ce point.

De l’aveu d'Eric lui-même, de ses premiers jeux produits, seul LE PACTE en 1986 sur CPC était une réelle production ambitieuse, pour les autres... bah il fallait bien manger ma bonne dame ! A noter quand même l'illustration mhhh...  disons spéciale de Profanation. 

Le Pacte, très bon jeu sur CPC

Le Pacte, très bon jeu sur CPC

Famille de France adore !

Famille de France adore !

 "programmeur, créateur graphiste.. et son risoto est pas mal"

Au départ Eric Chahi c'est pas pas forcément le jeu vidéo qui lui tendait les bras. Lui son truc c'était le dessin, et comme 100% des futurs grands noms du jeu vidéo qui ont cru pouvoir détourner les micros de l'époque pour en faire ce qu'ils voulaient, il se rendra vite compte qu'un Oric, pour reproduire "Les Noces de Cana" ça reste limité.

Nota : Philippe Ulrich, le boss de Cryo, lui voulait se lancer dans la musique électronique avec un ZX80... qui je le rappelle ne sort aucun son ;)

Crayon en main le Eric, il est bon, assez bon pour être à la tête de tout l'environnement graphique de VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE (1988, Atari ST, Amiga, PC, C64), développé chez Chips avec qui il sera sous contrat. Les machines sont de plus en plus puissantes et il commence à sentir de bonnes vibrations notre Eric préféré !

[DOSSIER] Eric Chahi, le rêve d'un autre monde...
[DOSSIER] Eric Chahi, le rêve d'un autre monde...

Les Voyageurs du Temps

On sent qu'il aime ça le Eric, ça lui démange de se lancer dans un gros projet ambitieux, un projet qu'il ne devrait à personne d'autre que lui... D'autant qu'il manque pas d'idées ! Ce qui lui manque par contre c'est un budget, et justement, Paul Cuisset de Delphine Software lui proposera un coquette somme pour s'occuper de l'intégralité des visuels de LES VOYAGEURS DU TEMPS, une merveille du jeu d'aventure de la fin des années 80 !

[DOSSIER] Eric Chahi, le rêve d'un autre monde...

Chahi est absolument ravi du résultat, tant au niveau artistique que bancaire. Un élément quand même, viendra jouer le rôle du Lego en pleine nuit, l'illustration sur la jaquette, c'est son travail... mais pas son propre dessin. On lui refusera de produire lui même la cover qu'il avait pourtant imaginé. Ça reste aujourd'hui encore une de ses plus grandes frustrations.

[DOSSIER] Eric Chahi, le rêve d'un autre monde...

DRAGON'S LAIR tu connais ?

Non calme toi, c'est pas lui qui a développé Dragon's Lair ! Mais il s'en ait bien inspiré pour ANOTHER WORLD. Hu ? Bon je suis d'accord ça ne saute pas non plus au yeux là comme ça, mais laisse moi t'expliquer tu veux ? Déjà on parle pas de la version originale de DRAGON'S LAIR, tu sais la version Laserdic... Oui Laserdisc, un peu comme si FIFA sortait sur VHS (C'est quoi une VHS ?!). Non, c'est sur la version sortie 6 ans plus tard sur l'Amiga et le ST... Chahi aura alors sa révélation graphique !

[DOSSIER] Eric Chahi, le rêve d'un autre monde...
[DOSSIER] Eric Chahi, le rêve d'un autre monde...

" Non mais attends, moi ça je suis capable de le faire.. et je vais te dire, je peux même faire mieux...  là si je prend le bitmap que je le converti en vectoriel 2d que je rajoute quelques polygones, je retire 8 je divise par zéro et... " 


Et Bam... ça fait ANOTHER WORLD !

[DOSSIER] Eric Chahi, le rêve d'un autre monde...

Et si aujourd'hui tu veux te lancer dans l'aventure, la vraie aventure hein, sans carte, sans journal de quêtes, sans HUD... ce que je te propose c'est de trouver la version HD Anniversaire des 15 ans ou des 20 ans du jeu. C'est le jeu tel que Chahi l'a imaginé et réalisé mais sans les contraintes techniques et matérielles dont il se serait bien passé à l'époque. En plus tu auras droit au bonus level uniquement créé pour les consoles à l'époque.


L'aventure c'était aussi pour moi !

On utilise souvent à tord des superlatifs improbables pour n'importe quel jeu qu'on a vaguement aimé, mais là en 1992 ton avis dithyrambique que tu as envoyé au courrier des lecteurs de GEN4 , rédigé consciencieusement sur une feuille à carreaux, pendant des heures (parce que bon, laisse moi te dire que ton écriture d'enfant de 10 ans elle est bien dégueulasse hein), c'était toute une aventure !

Déjà élaborer le plan parfait pour réussir à faire comprendre à ta mère pourquoi ta vie dépendait des quelque francs qu'il te fallait pour acheter une enveloppe et un timbre. Ensuite réussir à poster le courrier au bout de la rue en prenant ton courage à deux mains pour affronter le monstre à 3 têtes qui servait de chien au voisin, qui à chacun de tes passages (et seulement de Tes passages) s'amusait à tester la fiabilité du portail ! Et dieu merci... il était fiable ! Enfin il fallait de nouveau que tu soudoies ta douce maman pour te payer le dernier numéro à 30 francs, lui promettant que OUI, cette fois tu auras une moyenne de 16/20 sur ton prochain bulletin, pendant qu'elle te préparait ses merveilleux poissons pannés à la purée Mousseline.

Et le pire, c'es qu'à aucun moment tu n'avais la certitude que TOUS ces efforts seraient récompensés d'une parution... et tu te disais que finalement... elle était bonne la purée...

[DOSSIER] Eric Chahi, le rêve d'un autre monde...

En 2012, consécration ultime, et là ça va te donner un idée de la dimension du machin, ANOTHER WORLD sera sur la liste des 14 seuls jeux vidéos à entrer au musée d'art moderne de New York, le MoMa... pas Mario... pas Zelda... Même pas PONG... Non, ANOTHER WORLD ! Pondu à 100% par les p'tites mimine d'Eric Chahi (sauf a musique).

Le MoMa

Le MoMa

Putain... 6 ans !!

Bon, Eric, sa philosophie de vie c'est pas compliqué : "te prend pas la tête, prend ton temps mais... code". Mais dès le lendemain de la sortie d'Another World et après moult semaines de merveilleuses journées de 28h de travail pour le finir à temps, sa nouvelle philosophie à Eric devient : Pina-Colada vahiné et cocotier ! Mais c'est à ce moment là qu'on lui propose un projet qui mettra en péril ses projets de cocotier. Les plus grands chercheurs s'y sont cassés les dent, mais aujourd’hui encore on ne comprend pourquoi il va dire : "OK... on va le faire."

HEART OF DARKNESS, parce qu'il s'agit bien de ce projet, va lui prendra 6 ans de sa vie. 6 ans sans Pina-Colada, je ne sais pas si vous voyez ce que ça représente ? Bon en 92, tranquille, le jeu est annoncé pour l'été 94... Été 94: " heu... plutôt mai 95 alors". D'accord mais en mai 95: "ok promit.. novembre 95 là c'est sur...SUR!!". Novembre 95... bah ils se sont enfin décidés... de supprimer violemment le gars de la com !

Preview du jeu... en 1995

Preview du jeu... en 1995

Rhaaaa il aura été attendu ce jeu, trop... au point qu'en 1998, quand le jeu sortira enfin, la hype monumentale dont il faisait l'objet depuis de sa grosse présentation mondial en 95 n'agitera plus que quelques journalistes chez Joystick ou GEN4... Les promesses de release pendant les 3 premières années de développement auront refroidis tout le monde, plus personne ne l'attendait...

Le problème c'est que Heart of Darkness devait révolutionner le jeu vidéo de plateforme, l'animation, le graphisme... mais en 1995. La promesse du jeu lors de sa présentation à l'ECTS de 95 c'était ça, donner un coup de pied dans la fourmilière en apportant un jeu très en avance sur son temps, finalement bah ce sera juste un jeu de son temps, un très bon jeu mais en aucun cas une révolution.

[DOSSIER] Eric Chahi, le rêve d'un autre monde...[DOSSIER] Eric Chahi, le rêve d'un autre monde...

Je pourrais revenir très longuement sur les raisons des différents reports du jeu, mais une fois de plus cette pige ferait 70 pages... alors on va garder ça au chaud pour plus tard ;) Et puis, pour citer Eric lors d'une conférence : "HOD à prit 6 ans à développer , je vais donc prendre 6 sec à vous le raconter".

Et 12 minutes après la sortie du jeu : " j'assume l'entière responsabilité de cet échec en me retirant de la vie du jeu vidéo". Son premier geste sera de s'offrir une Pina-Colada de 8 litres ;)

[DOSSIER] Eric Chahi, le rêve d'un autre monde...

Souviens toi que tu es poussière...

Bon il se la coule douce le Eric...  Il prend son temps, maintenant que l’arlésienne n'est plus, il pense à lui.. rien qu'a lui. Faire des voyages, s'éloigner enfin de tout ce bruit, de ces bip et de ces flash... "c'est quoi ce prospectus ? Un tour operator qui propose... aventure et... mais ça existe ça?! Mais oui... C'est ça qu'il me faut !"

[DOSSIER] Eric Chahi, le rêve d'un autre monde...

Eric chahi va faire le tour du monde... des volcans ! Voilà notre développeur préféré parti prendre des nouvelles du Vésuve, tailler la bavette à l'Etna et faire une belote avec le Piton de la Fournaise. Il est heureux le Eric... mon dieu qu'il est soulagé de ne plus devoir supporter un éditeur enragé qui lui hurle dessus pour travailler encore plus... Et, pendant 8 ans, 8 ans !!, il va tomber fou d'amour pour ses volcans, pour lui la manière la plus directe pour notre planète de prendre la parole. Cette passion supplantera tout le reste, et le jeu vidéo y compris.

et alors quoi ? c'est fini ?!

Non, et c'est même très loin d'être terminé, parce que bon, un moment donné, il faut bien manger, et pour gagner de l'argent, y a pas de secrets, il faut coder. Et quelle meilleure idée que de faire cohabiter ses deux plus grandes passions ? Oui, FROM DUST, dont le projet débutera en 2006, sera le jeu de la cohabitation.

From Dust est un "god game" qui aura pour principe la terra-formation telle qu'une coulée de lave pourrait le faire après une éruption. Un jeu ou finalement le héros c'est la nature elle même et qui, de l'aveux même d'Eric, aura pour forte inspiration le fameux POPULOUS du père Molyneux.

Le jeu est passé relativement inaperçu, en 2011 l'année de sa sortie, les god game c'était plus vraiment ce que cherchaient les joueurs qui étaient passés sur du bon gros triple A de kéké, et la scène indé n'avait pas encore explosé.

[DOSSIER] Eric Chahi, le rêve d'un autre monde...

Mais surtout, objectivement, cela reste un jeu contemplatif avec finalement un gameplay assez pauvre, amusant quelques heures avant de passer à autre chose... Mais ce n'est pas un problème, Eric lui, il a fait un jeu centré sur ce qui le passionne depuis plus de 10 ans maintenant, il est content il a la patate ! Non mais attendez, il a quand même réussit à convaincre Ubisoft de financer le projet, le projet d'un créateur externe à la boite, ce qui ne se faisait jamais, enfin ce qui se faisait plus pour être exact. Et convaincre un des frères Guillemot, ça je peut vous assurer que c'est un tour de force.

Et maintenant alors... ?

Bah maintenant, fidèle à lui même, il va prendre son temps, jusqu’à ce jour de 2016 où la Chambre des Commerces de Montpellier enregistrera une toute nouvelle entreprise qui restera longtemps dans l'ombre des médias, une entreprise secrète et mystérieuse... Dans la case "secteur d'activité" on pourra y lire "développeur de jeux vidéo" avec à sa tête un certain Eric Chahi. Cette entreprise, c'est PIXEL REEF.

[DOSSIER] Eric Chahi, le rêve d'un autre monde...

Alors c'est vrai qu'on aura beaucoup de mal à avoir des infos sur les activité de cette boite, tout au plus on saura qu'une aide du CNC leur sera octroyée, une aide de 200 000€, l'aide maximale que le CNC puisse offrir ! Mais Pixel Reef mettra plusieurs années avant de communiquer sur ce que la petite équipe de 10 personne bosse, 3 ans finalement... et en date du 26 mars 2019 la petite boite indé se fendra d'un tweet énigmatique  :

"Les rumeurs sont vraies ! Fondé par le célèbre game designer Éric Chahi, Pixel Reef a pour but de créer des jeux indépendants immersifs avec une touche poétique. Notre équipe est à l’heure actuelle en train de travailler sur un nouveau projet"

Eric aura été prudent cette fois, attendant que le développement soit très avancé avant de nous en parler, l'aventure Heart of Darkness l'ayant définitivement vacciné.

[DOSSIER] Eric Chahi, le rêve d'un autre monde...

PAPER BEAST les amis !

Comme From Dust, Paper Beast sera un "god mod", à ceci prêt qu'il sera un jeu exclusivement en VR, décision suffisamment surprenante pour qu'on s'y penche un peu plus que les autres productions le jour ou il sortira... Bah oui parce que encore aujourd'hui, Pixel Reef n'a jamais annoncé de date de release, mais très probablement pas avant mi ou fin 2020.

Assurément un projet indé à suivre, et pour ne rien rater je ne peux que vous inviter à les suivre sur tweeter, déjà deux trailers à vous mettre sous la dent pour vous rendre compte à quel point la direction artistique est aux p'tits oignons.

Lien youtube :
https://www.youtube.com/watch?v=s0-yAROPC2Y&feature=emb_title

[DOSSIER] Eric Chahi, le rêve d'un autre monde...

Alors oui, Eric sait se faire silencieux quand il le faut, nous forçant à être patient, et confiant aussi, parce finalement combien de développeurs des années 80 sont encore là à nous proposer du gameplay, à nous "hyper" avec de nouveau concept, à nous rendre notre rôle de joueurs au détriment de ce carcan de simple consommateur dans lequel cette industrie voudrait nous forcer à entrer.

Non... Cet homme là, il aime le jeu vidéo et il nous aime NOUS, les joueurs. Et je ne serais pas étonné d'apprendre que dans ses veines, entre hémoglobine et globules blancs, coulent aussi, finalement, quelques pixels...

Publié dans LES IDOLES

Partager cet article