Le Top 20 "indé" 2020 sur Switch

Publié le par Dr Floyd

Avez-vous loupé un jeu indé essentiel sur Switch en 2020 ? Nintendo fait le point en vous résumant les 20 jeux indé les plus vendus de 2020 dans le monde ! Pas forcément les meilleurs, mais surement pas loin... Pour Hades aucun doute possible ;)

Publié dans NEWS

Partager cet article

[MICRO 16BIT] L'ATARI ST, LE JACKINTOSH

Publié le par Dr Floyd

Si la France à connu une belle histoire d'amour avec l'Amstrad CPC, elle en a connu ensuite une autre avec encore plus de bits.. avec l'Atari ST. Retour sur l'histoire du Jackintosh !


LE JACKINTOSH


jack-tramiel.jpg
 

En Janvier 1984 Jack Tramiel, fondateur de Commodore, qui distribue la star de la micro 8bit (le Commodore 64), est remercié par son conseil d'administration. Il est notamment jugé un peu trop envahissant en nommant son fiston à un poste clef.

En Juillet de la même année, l'invraisemblable se passe : Jack passe chez l'ennemi en rachetant Atari, alors en difficulté, pour 240 millions de $. Il veut relancer la firme mythique et arrive avec son nouveau projet d'ordinateur 16/32 bits "ST". ST signifie en fait Sixteen/Thirty-Two (16/32 bits) mais c'est également les initiales d'un des fils de Jack Tramiel : Sam Tramiel ! Ils ont le melon les Tramiel !

Le but de Atari devient alors de copier le Macintosh pour beaucoup moins cher, les ordinateurs 16/32 bits et les systèmes d'exploitation graphique semblant représenter l'avenir. « The Power without the Price » sera le slogan de Atari face à Apple ! Nous ne sommes pas alors dans un esprit vidéoludique. D'ailleurs à son annonce on se demande même si ce n'est pas purement une machine "professionnelle". Ca fait un peu bizarre, car Atari reste lié aux jeux d'arcade, aux consoles et aux cartouches de jeu.

LE TRAMIEL OPERATING SYSTEM

Fini le simple affichage du basic à l'allumage de votre ordinateur, c'est la révolution de l'OS graphique comme sur le Mac. Le système d'exploitation de Atari se nommera TOS, pour Tramiel Operating System (des modestes les Tramiel je vous le confirme !). Le TOS est en fait un dérivé du GEM, système d'exploitation avec fenêtres et souris créé par Digital Research pour PC. Un OS que Apple réussit à faire interdire pour des histoires bidon de copie d'icône poubelle... A cette époque Apple et Microsoft travaillaient encore main dans la main pour éliminer la concurrence.


TOS.png
Le fameux fond vert du GEM !

A noter que les frères Tramiel rencontreront à plusieurs reprises Microsoft dans le but d'implanter éventuellement Windows dans le ST ! Je n'ose imaginer Windows à l'allumage du ST ! Just be afraid.


LES PREMIERES MACHINES

Le ST a été conçu par Shiraz Shivji et produit à partir de 1985. Il est équipé du processeur 16/32 bits MC68000 Motorola 8Mhz. Au départ la gamme se décompose en 4 modèles : le 130 ST (je crois jamais mis en vente), le 260ST, le 520 ST et le 520 ST+, en fonction de la RAM embarquée (128, 256, 512Ko ou 1 Méga). Des capacités de RAM qui font rêver à l'époque (encore dominée par les 8 bits limités à 64Ko !). Le système d'exploitation TOS n'était pas en mémoire ROM mais sur disquette (aie!). L'alimentation et le lecteur de disquette étaient en externe.


L'Atari 260ST

La machine coûte cher, environ 10 000 francs à l'époque... plusieurs SMICs ! Même si c'est beaucoup moins cher que le Mac du fou furieux Steve Jobs. Aussi l'alimentation externe + lecteur externe + OS sur disquette ne font pas très sérieux. Atari va devoir revoir sa copie si il veut s'imposer.


L'ATARI 520 STF, LA STAR

Fin 1986 Atari revoit toute sa gamme et sort le 520 STF, avec un "F" pour "Floppy". C'est toujours un 520 ST mais avec les périphériques rassemblées dans le même boîtier (lecteur de disquette et alimentation) + un système d'exploitation en ROM. Le même modelé avec 1Mo de RAM se nommera le 1040STF. Aussi les lecteurs de disquettes simple face (360 ko) seront progressivement remplacés par des doubles face (720 ko) en 1987.


atari 1040st
L'atari STF avec son moniteur


st-lecteur.png
Le lecteur 3.5 pouces intégré

A noter deux ports manettes très mal placés sous le clavier, d'autant que la souris utilise un de ces ports. Par contre gros avantage : les prises MIDI ! On se demande alors si il était indispensable de disposer de ces ports en standard, car ça n'intéressait que les musiciens ! Ca serait au final un bel avantage.


ST-MIDI.png
Les prises MIDI, une bénédiction pour les musiciens !


Malgré toutes ces améliorations, les prix chutent de manière hyper spectaculaires en une année ! Fin 1987 l'Atari 520STF ne coûte plus que 2990 F en France ! Surement le meilleur rapport qualité/prix de l'histoire de la micro-informatique ! Cet ordinateur encore considéré comme totalement inaccessible à peine 2 ans avant devient une machine grand public.

Un prix canon qui va lui assurer un très gros succès.... en France. Chez les fromages qui puent l'Atari ST rivalise alors avec la star de l'époque : l'Amstrad CPC 6128 (curieusement Amstrad ne se décidera pas à sortir de 16/32 bits). L'Atari deviendra à la fin des années 80 et début 90 l'ordinateur le plus vendu en France, même devant le gros concurrent Amiga.


UN FLOP AUX USA

Malgré un bon succès en Europe, Atari n'arrive pas à s'imposer aux USA. Atari reste là bas lié au jeu vidéo dans les esprits, et au crash de fin 1983. Et le Commodore 64 a connu un tel succès là bas qu'il concurrence encore sans problème les 16bit. Aussi ils se tourneront plutôt vers l'Amiga de Commodore. Mais les ventes d'Amiga ne sont malgré tout pas exceptionnelles, l'Américain a déjà compris à la fin des années 80 que le PC c'est l'avenir.



LA REVOLUTION 16/32 BITS

Il faut bien se replacer à l'époque. Passer d'un micro 8 bit avec 48 ou 64ko et un écran basic à l'allumage vers un puissant 16/32 bits à 8Mhz avec 8 ou 16 fois plus de mémoire, avec un OS graphique, un lecteur de disquette 720Ko, était une révolution, un choc technologique. De plus les 8 bits étaient quasiment réduits à une utilisation ludique. Avec le ST la bureautique rentre réellement dans les foyers, avec des applications sérieuses et efficaces, et aussi grâce au fameux écran monochrome de 640x400 pixels. La PAO devient accessible à tous !

A noter qu'il n'y a plus de langage basic intégré en ROM, celui fourni avec l'ordinateur sur disquette était très moyen, voire nul. Par contre sortira très rapidement le fameux GFA Basic, un basic structuré fabuleux, mélange de basic, C et assembleur, qui fera le bonheur des programmeurs !

GFA
Le GFA Basic


AMIGA C'EST GAGA

La fameuse guerre ST-Amiga ! Elle fait encore rage 35 ans après sur les forums de Gamopat, c'est dire ! Elle fut aussi bien alimentée par le magazine Micro News. L'arrivée en 1987 de l'Amiga 500 déclenche une guerre sans précédant auprès des utilisateurs. D'un côté l'Atari ST, bon marché, doué en bureautique, en musique, et finalement assez doué pour le jeu face à l'Amiga, plus cher, mais très doué pour le jeu vidéo grace à ses coprocesseurs de qualité. En France ce n'est qu'à partir de 91 que l'Amiga 500 prendra le dessus... mais l'ère 16-32bit touche de toute façon à sa fin.

Qui a gagné ? Personne. Chaque machine avait ses avantages. Perso, je préférais l'Atari ST de très loin. Pourquoi ? C'était un vrai ordinateur, simple d'utilisation, avec l'OS en ROM, capable de tout faire... face à un Amiga 500 qui certes proposait de beaux jeux, mais qui était avant tout une console à disquettes, sauf à le suréquiper en RAM et 2eme lecteur/ou disque dur. A la base l'Amiga 500 était une coquille vide, et les jeux d'arcade, certes bien plus beaux que sur ST, n'égalaient de toute façon pas ceux de la Megadrive ou de la PC Engine...voire n'égalaient pas en terme de gameplay ceux de la Nes ou de la Master System. Je me suis emmerdé sévère sur Amiga. Ceci n'engage que mon expérience personnelle.


FICHE TECHNIQUE DE l'ATARI STF

Processeur : Motorola 68000 à 8Mhz,
256ko de ROM,
512 ou 1024Ko de RAM,
320x200 16 couleurs parmi 512, 640x200 4 couleurs, 640x400 2 couleurs,
Chipset sonore Yamaha YM2149 (3 voies)
Interface graphique GEM,
Lecteur 3,5 pouces simple ou double face 

Les avantages de l'Atari STF : le GEM intégré en ROM (interface disponible dès l'allumage, énorme avantage face à l'Amiga), les applications sérieuses, les ports MIDI, les jeux révolutionnaires entre 86 et 87, le prix révolutionnaire de l'Atari 520STF en 1987, l'arrivée du GFA Basic. Un ordinateur cohérent et complet.

Les défauts : des capacités graphiques et sonores moyennes pour le jeu vidéo (mais compensées par la puissance du 68000). Les ports joystick mal placés. La souris de conception assez moyenne. Et pour moi un réel défaut : pas de basic en ROM.


L'ATARI STE

Je suis allé jusque 1991-1992 sans vous préciser que fin 1989 Atari a upgradé son STF afin de faire face au méchant Amiga 500. En effet Atari sortira le 520 STE (et 1040 STE), version améliorée du STF : son DMA amélioré, 4096 couleurs au lieu de 512 (toujours que 16 couleurs à la fois hélas), un BLITTER graphique (qui accélère l'affichage) et une mémoire vive extensible facilement (SIMM ou SIP) jusqu'à 4 Mo. C'est sympa mais hélas c'est un poil timide... et surtout : le prix ! La machine sort à plus de 3000F, soit plus cher qu'en 1987 ! Là on ne comprend pas.

On aurait aimé voir cette machine en 1988, ou alors la voir équipée d'un processeur 68000 8-16Mhz comme sur le Mega STE, ou alors d'un 68020. Mais les points noirs sont les suivants : Très peu de jeux exploiteront les nouvelles capacités de la machine (comme toujours les dév' privilégient la machine de base), et surtout elle pose des problèmes de compatibilité STF ! Franchement perso, ça m'a refroidit.

Mais Commodore ne fera pas mieux avec sa gamme bidon 500+ & 600, et son 1200 bien trop tardif.
Les PC 386 et 486 pointent le bout de leur nez au début des années 90 et ni Atari, ni Commodore, ne pourront lutter contre la standardisation du marché. L'Atari ST et l'Amiga 500 resteront comme une belle parenthèse, entre la micro 8bit folle des années 80-86 et le PC.

atari_1040_ste_with_box.jpg


LES JEUX CULTES SUR ATARI ST

Le catalogue de jeux de l'Atari ST est vaste et variée. Cet ordinateur verra naitre de nouvelles générations de jeux comme Dungeon Master, un jeu de rôle révolutionnaire tout à la souris, ou Carrier Command, le premier jeu d'envergure en 3D pleine (hyper impressionnant à sa sortie). La période 1987-1989 sera vraiment fabuleuse et je vais me focaliser dessus pour pour lister quelques jeux :

Beaucoup de jeux d'aventure point'n click qui révolutionnent le genre : King Quest, Space Quest, Leisure Suit Larry, etc... sans oublier le premier jeu parlant : Le fameux Manoir de Mortevielle !

On est obligé de parler de Kick Off qui est né sur Atari ST et deviendra un jeu de football cultissime ! Et pourtant il ne paye pas de mine avec ses sprites ridicules et de simples lignes pour décors ! Cependant son gameplay est exceptionnel et tous les coups du football sont possibles avec un seul bouton de tir !

De gros titres seront portés sur Atari ST, comme le Sundog de l'Apple 2, fabuleux jeu d'aventure SF, ou Flight Simulator 2 le célèbre simulateur de vol. Silent Service ou Leader Board sont également de beaux portages 8>16bit.

En jeux d'action citons Buggy Boy, adaptation génial du jeu d'arcade, Speedball 1 et 2, Xenon 1 et 2, les fameux Bubble Bobble & Rainbow Islands tous deux proches de la perfection.

Du côté des simulations 3D il faut citer Starglider 2, Falcon, Stunt Car Racer le fabuleux jeu de cascade/arcade... et je citerai également Elite Frontier (même il ne rentre pas dans mes critères de période, le jeu étant sorti très très tard) car c'est une référence absolue, le jeu servant souvent de benchmark sur ST ou Amiga. En matière de 3D le ST n'avait en fait rien à envier à l'Amiga, il était même un poil plus rapide.

Le problème de l'Atari ST venait des adaptations arcade de jeux à scrollings et aux animations complexes. Celui ci n'était pas trop doué dans ce domaine. Ceci rendra certaines adaptations très moyennes face à un Amiga bien plus à son aise avec ses copro. Si on était un pur fan d'arcade, il était préférable d'avoir un Amiga.


Carrier Command, il révolutionne les jeux 3D de stratégie en temps réel sur ordinateur !


Dungeon Master, le choc à sa sortie, il redéfini le jeu de rôle ! Avec une fabubeuse gestion du jeu entièrement à la souris.


Kick Off, des graphismes basic, mais un jeu de foot révolutionnaire au gameplay étonnant !


buggy-boy.gif
Buggy Boy, fabuleux jeu d'arcade !

manoir-mortevieille.png
Le manoir de Mortevieille, jeu avec synthèse vocale !

ST_Stunt_Car_Racer.png
Stunt Car Racer, la 3D semble ridicule aujourd'hui, mais à l'époque l'immersion est totale !


Space-Quest-2---Vohauls-Revenge_6.png
Space Quest II, l'un des fameux point'n click de Sierra !


LES AUTRES ORDINATEURS DE ATARI... ET LA FIN

Cet article est dédié au ST, mais parlons rapidement des autres ordinateurs de la gamme. Atari tentera de produire quelques dérivés de l'Atari ST : des ordinateurs orientés semi-pro, pro, avec le MEGA ST, le MEGA STE et le TT, mais aussi des ST portables : le Stacy et le ST book (des objets collector aujourd'hui !). Trop de modèles ? Un Atari perdu entre les ordinateurs familiaux et modèles semi-pro ? Sans trop de vision d'avenir ? Avec une famille Tramiel un peu dépassée ?

J'adore perso le Mega STE, c'est en quelque sorte l'Atari ST ultime : les capacité du STE, le boost à 16Mhz, le cache, jusque 4Mo de RAM, le disque dur, le clavier classe... Une belle pièce de collection, mais aujourd'hui difficile à trouver.

Avec la fin de la gamme ST, Atari tentera de se relancer en 1993 avec le Falcon 030, très prometteur, qui arrivera tardivement, pas vraiment terminé, et très partiellement compatible avec la gamme ST. Tout ceci est vraiment trop brouillon... il est de toute façon déjà trop tard, le PC a gagné.


Le megaST, le TT, Le Stacy


Le Falcon 030



Atari devra alors lâcher la "micro". La micro est de toute façon morte. Atari reviendra alors à ses premiers amours : les consoles de jeux (qui connaissent un gros succès avec la Megadrive et la Super Nes). En 1996, après l'échec complet de sa console Jaguar, Atari jette l'éponge. La société JTS (fabricant de disques durs) rachète la firme. En 1998 Hasbro Interactive rachète Atari à JTS. Puis Infogrames rachètera le nom Atari pour vendre ses jeux aux USA sous ce label... Ensuite j'ai lâché le suivi ! Aujourd'hui Atari ne ressemble plus à rien, si ce n'est à une petite société US qui tente de produire quelques jeux et consoles néo-rétro.


Atari aura marqué l'histoire avec Pong et ses bornes d'arcade, avec sa console de salon VCS/2600, puis avec ses ordinateurs : les fabuleux Atari 8bit en avance sur leur temps, puis enfin l'incroyable ST, le Jackintosh de 1985, qui deviendra un ordinateur "familial" très rapidement. Que de souvenirs incroyables sur cette machine, la découverte de l'OS graphique, de la souris, de jeux jamais vus (comme Dungeon Master, ou les jeux en 3D pleine), du GFA basic, des applications sérieuses qui ne sont alors plus des gadgets comme sur 8bit : traitement de texte, tableur, PAO... Un vrai ordinateur complet, le premier vrai micro-ordinateur multi-usages.


Article mis à jour le 29/12/2020

Partager cet article

Atic Atac sublimé sur CPC

Publié le par Dr Floyd

Atic Atac sublimé sur CPC

Tous les vieux gamers à barbe blanche de la période micro 8bit connaissent le classique "Atic Atac", hit de Ultimate Play the Game, sorti en 1983 sur le ZX Spectrum de Chaud Lapin Lord Sinclair et sur le très sérieux BBC Micro. Certains jeunes gamers Xbox auront peut-être reconnu ce jeu disponible dans la compilation Rare Replay. Car vous le savez, Ultimate Play the Game est l'ancien nom de Rare.

Et voici une nouvelle version Amstrad CPC (128k) qui déchire le slip ! C'est vif, coloré, avec un gameplay qui semble très au point. Dispo dès à présent en téléchargement.

Publié dans RETRO NEWS

Partager cet article

Bioshock compilé et pas cher sur Switch

Publié le par Dr Floyd

Bioshock compilé et pas cher sur Switch

La collection Bioshock (1 remastered, 2 remastered, et Infinite) à 18 boules sur Switch, ça se passe sur Amazon en ce moment. Un prix plutôt sympa pour un jeu qui a fait beaucoup de bruit en 2007 sur Xbox 360 ! A une époque où on nous vendait encore des jeux terminés...

> Amazon / Bioshock Collection / Switch

Publié dans BONNES AFFAIRES !

Partager cet article

[MICRO 8BIT] LA GAMME MICRO THOMSON, LE "TELE-ORDINATEUR"

Publié le par Dr Floyd

Thomson, société française spécialisée dans l'électronique (civile et militaire), décide au début des années 80 de se lancer dans la micro-informatique ! Les français passent à l'attaque ! Cocoricoooo !!! Be afraid ! L'Amérique tremble ! Apple, Atari et Commodore font dans leur slip ! Mon Dieu, faites qu'il n'arrive rien !
 

1982 : LE TELE-ORDINATEUR 7


TO7.jpg

Ainsi Thomson présente en 1982 le fameux TO7 (TO pour Télé Ordinateur, ça pète comme nom !). Il était quand même assez sympa pour l'époque à part l'affreux clavier caoutchouc et un prix de vente ridicule frôlant les 7000 francs ! Le succès sera très limité (sauf chez les bourgeois).

Le TO7 offre alors la particularité de posséder un crayon optique à pointer sur l'écran, l'intérêt était limité et cela faisait plutôt office de gadget. Sinon ses caractéristiques techniques sont assez moyennes : processeur 6809 à 1Mhz, 8Ko de RAM et pas de capacités pour le jeu vidéo.  A noter que le langage basic (Microsoft) est livré sur cartouche.

Caractéristiques principales :

Processeur : Motorola 6809 à 1Mhz
RAM : 8Ko (extensible à 32)
Graphismes : 320x200 en 8 couleurs
Texte : 40x25

Basic Microsoft en cartouche

Fin 1983, le prix du TO7 a fortement baissé : l'unité centrale ne coûte plus que 3 250 F, + 500 F pour la cartouche basic, ça commence à devenir intéressant même si il reste plus cher que les concurrents directs : l'Oric 1 et le ZX Spectrum de Chaud Lapin Sinclair.
 

L'écran d'accueil du Télé Ordinateur assez sophistiqué par rapport aux autres machines !


1984 : LE MO5, LE TO7/70

En Janvier 1984, le TO7 baisse encore de prix pour arriver à 2900 f, un prix psychologique. 
Thomson brade et prépare en fait l'arrivée de deux nouvelles machines de conception moins coûteuses : le MO5, très compact, et le TO7/70. Plus de couleurs (16), plus de RAM (32ko pour le MO5, 48ko pour le TO7/70) et un meilleur clavier. RIP le TO7.


Le MO5 : plus compact, avec un clavier gomme (qui sera remplacé par la suite par un clavier mécanique)


Le TO7/70 ici dans sa version clavier mécanique


Le MO5 à 2390 francs est prometteur, il semble fait pour concurrencer les micros UK sur le marché français, mais les capacités pour le jeu sont assez très réduites. Autre problème, il n'est pas compatible à 100% avec le TO7, les programmes devront être modifiés.

> le test du MO5 par PacMan, patient de Gamopat


 

1985 : LE PLAN INFORMATIQUE POUR TOUS

La France est à bourre en manière d'informatique et le gouvernement veut lancer l'informatique dans les écoles, ils contactèrent Steve Jobs himself. Mais cette idée est finalement repoussée : un Mac, même adapté, serait trop cher, et le dossier est trop peu avancé, ça urge, nous sommes très en retard !

L'Etat magouilleur veut surtout donner un coup de pousse à l'industrie Française... le choix du fournisseur devient alors évident ! Les PCs compatibles auraient surement été le meilleur choix, mais il coûtaient une fortune à l'époque, donc Thomson et sa gamme micro fût choisi. Une énorme erreur (avis personnel).


25 janvier 1985, Laurent Fabius annonce fièrement le plan "Informatique Pour Tous"Objectif : mettre 120 000 ordinateurs dans les écoles françaises. La maintenance et l'entretien coûtèrent vite très cher, Thomson profitant de la situation. De plus le lecteur K7 n'était pas fiable, et le lecteur de disquette coûtait très cher.

fabius.jpg
Laurent Fabius, le jeune 1er ministre aux dents longues


La surprise du Père Sugar

Du côté de l'informatique de loisir Thomson a beaucoup de mal : la percée surprise d'Amstrad en France avec le CPC de Alan Sugar au prix cassé éclipse la gamme Thomson ! L'Amstrad CPC, un ordinateur sexy, tout en un, et surtout non lié à l'éducation nationale, les ados adhèrent aussitôt ! Coup dur pour Thomson !


L'ARME ULTIME : LE TO9


Les objectifs de vente des MO5 et TO7/70 ne sont pas remplis en 1985. Tiens donc... Surprenant. Thomson tente de percer en Allemagne, plantage complet, puis dans d'autres pays... en vain. Thomson lance alors son ultime joker, l'arme ultime, le TO9 au look volontairement très pro ! Il est cependant toujours équipé du même processeur 6809 complètement dépassé. Ses avantages : son lecteur de disquettes et ses logiciels sérieux (traitement de texte, base de données....) intégrés en ROM. Le prix est à nouveau trop élevé : 8990F sans écran (c'est quasi 2500€ aujourd'hui !) et la retro-compatibilité à nouveau non parfaite. De plus coup dur : il y a des bugs en ROM sur les premiers modèles ! On ne comprend pas trop à quoi peut servir ce modèle en fait, ni professionnel, ni ludique... et trop cher pour le français moyen.


Très sérieux le TO9 ! En apparence...


1986 : RIEN NE VA PLUS !


Thomson ne sait plus quoi faire pour réussir à vendre ses ordinateurs, c'est Amstrad le nouveau boss en France avec sa gamme CPC. Ils font alors appel au Zidane du moment, Michel Platini, en sortant un MO5 édition spéciale Platini ! Une édition aujourd'hui collector pour tous les Gamopats !


Livré dans un magnifique sac de sport s'il vous plait !


Platini, qui fait semblant de comprendre...


Puis Thomson baisse le prix du TO9 : pour le même tarif l'écran est désormais intégré. 36.15 Kinenveut ? Personne.

En désespoir de cause ils lancent (enfin) deux nouveaux micro-ordinateurs "grand publics" et plus modernes : le MO6 et le TO8/TO8D. Toujours des machines semblables mais avec de meilleurs modes graphiques et plus de RAM. C'est la mode du moment, rajouter de la RAM aux micro 8bit, mais de la RAM qui n'est jamais exploitée ! 8 modes graphiques, dont un 160x200 en 16 couleurs semblable à celui de l'Amstrad. Peu de jeux exploiteront les nouvelles capacités de ces machines.


Le MO6


Le TO8, très classe

Des machines intéressantes, surtout le TO8D avec son lecteur de disquette intégré, mais qui arrivent un peu trop tard, et toujours à un prix supérieur à la concurrence. Rien à faire, Amstrad a déjà gagné la guerre vidéoludique. L'autre problème est que les 16/32 bits commencent à pointer le bout de leur nez, et que les compatibles PC "pas chers" arrivent eux aussi (surtout Amstrad, encore lui, qui présente le PC1512 à prix plancher). Les objectifs de 1986 ne sont pas remplis à nouveau. Thomson, encore impliqué dans le Plan Informatique pour Tous, ne peut pas lâcher. 
Fin 1986 la fabrication des MO6 et TO8 part en Corée. L'usine française ferme.


1987 : FIN DU REVE

En 1987 le rêve d'une "micro Thomson" est terminé. Amstrad à tout bouffé et Atari est très agressif en proposant fin 87 son 520STF à 2990 francs, un prix incroyable. Thomson se rallie alors au monde pro du PC avec les TO16 PC, PCM et XP qui sortent en septembre. Les ventes globales continuent de chuter. Thomson semble être une marque has-been.


Le TO16


1988-1989 : THOMSON LACHE TOUT


En 1988 un pseudo ordinateur portable PC2 est présenté discrètement, les ventes du TO16 sont mauvaises... Le 27 janvier 1989 Thomson abandonne l'informatique ! Un énorme gâchis surtout pour l'Education Nationale qui s'est équipé déjà à la base d'ordinateurs peu puissants et qui finalement sera trahie, se retrouvant avec un stocks d'ordinateurs dépassés et sans le moindre intérêt. Le Plan Informatique pour Tous est un énorme fiasco. Et les français sont à la bourre : ils connaissent mal le futur standard informatique : le PC.


LA LUDOTHEQUE

La gamme Thomson ce sont avant tout des logiciels éducatifs très chiants ;) La ludothèque ne laissera pas de souvenirs mémorables aux gamers, elle ne fût composée quasiment que de jeux français (avec des éditeurs préférant développer sur Amstrad) et quelques adaptations hasardeuses et difficiles de hits en provenance du C64 et autres 8 bits.

La gamme Thomson n'était pas du tout adaptée pour le jeu vidéo, le processeur graphique n'était pas assez puissant pour obtenir un bon rendu visuel : pas de sprites, personnages d'une seule couleur, scrolling quasi impossible... avec une lenteur d'affichage pénalisante. Vraiment dommage. Il n'est de ce fait pas étonnant que les machines ne soient pas parvenues à l'imposer en France face aux centaines de jeux de qualité disponibles chez la concurrence. Les gamers étaient tous sur C64, Atari XL, MSX ou Amstrad CPC.

Citons tout de même les célèbres Sapiens, Le 5e Axe et L'Aigle d'Or, tous les trois édités par Loriciels, peut-être les 3 jeux les plus connus (mais plus célèbres sur Amstrad CPC !). Il existe sinon quelques jeux exploitant les capacités des MO6/TO8, mais ils sont peu nombreux, je pense par exemple à Les Passagers du Vent, superbe jeu d'aventure.


L'Aigle d'Or


Le 5e Axe


Sapiens, un jeu de "gestion" d'homme préhistorique très original !


Asterix sur un ordinateur français, rien de plus logique !


Super Tennis


Beach Head, adapté d'un célèbre hit ! Call of Duty 20 ans avant !


Dakar 4x4, Le Dakar très à la mode à cette époque !


Enduro Racer


Le célèbre Sorcery du CPC a été adapté sur Thomson... Moins coloré certes !


Vol Solo, Adapté de Solo Flight, un bon simulateur de vol à l'époque


Yie Are Kung Fu, adapté du hit de Konami, un des rares jeux de combat à l'époque



La gamme Thomson aura malgré tout permis à beaucoup de jeunes (et de profs) de s'initier à l'informatique à l'école... par forcement dans de bonnes conditions. Et puis aussi de s'initier aux loisirs vidéoludiques à la maison, même si beaucoup ont regretté leur achat après coup en voyant Amstrad dominer le secteur.

Si vous êtes collectionneur de micro-ordinateurs, je vous conseille vivement le TO8D, très classe, et équipé d'un lecteur de disquettes. On croirait un ordinateur 16/32 bit... sans les perf' :) C'est le modèle à avoir selon moi ! Que ce serait-il passé si Amstrad n'avait pas cassé la baraque en France à partir de 1985 ? Il faudrait écrire une uchronie pour tenter d'y répondre !

Partager cet article

Wonder Amstrad CPC !

Publié le par Dr Floyd

Wonder Amstrad CPC !

Un autre nouveau jeu étonnant en développement pour l'Amstrad CPC (128ko)  : Wonderboy Remake ! Un remaster de la version Amstrad du célèbre jeu d'arcade Wonderboy. Avec un premier niveau jouable qui nous montre quelque chose de rare sur CPC : un scrolling plein écran et rapide (même si bien sur pas totalement fluide, ne rêvons pas). Nous n'étions pas habitué à ça dans les années 80 sur cette machine, à savoir que quasi tous les jeux étaient conçus pour tourner sur CPC464... ici les 128ko aident beaucoup. Je m'imagine même pas une version CPC+ !!!

A comparer avec l'original qui était quasi injouable :

Publié dans RETRO NEWS

Partager cet article

10 minutes en vidéo de l'homme au caleçon à pois !

Publié le par Dr Floyd

10 minutes en vidéo de l'homme au caleçon à pois !

Ghosts'n Goblins Ressurection n'a esthétiquement pas forcement convaincu tout le monde sur le forum de Gamopat. Mais on en avait vu peu dans le teaser. Une vidéo de gameplay de 10 minutes pour se faire une meilleure idée ? Allez !

Sortie le 25 février sur Switch (en démat hélas) après le 3ème confinement ! Moi je suis partant (selon le prix quand même), en tout cas les japonais semblent super excités !

Partager cet article

Raiden IV se refait une beauté sur Switch

Publié le par Dr Floyd

Raiden IV se refait une beauté sur Switch

On pourra dire ce qu'on veut, mais Raiden V est une sacrée daube intersidérale, qui a terni l'image de la série Raiden. De ce fait on aurait préféré voir une compil du I au IV sur nos consoles, Raiden (le 1er) restant selon moi un des meilleurs jeux d'arcade de l'histoire de l'univers, banlieue comprise. Ca ne sera pas le cas mais malgré tout c'est Raiden IV qui va faire son retour sur Switch au Japon avec Raiden IV x Mikado Remix. Le nom fait peur... il fait référence à un groupe d'artistes qui a remixé la musique...

> Mon test de Raiden version Arcade

Raiden IV se refait une beauté sur SwitchRaiden IV se refait une beauté sur Switch

Un jeu d'arcade remixé, ça fait flipper. Mais heureusement le jeu 100% original sera aussi de la partie. Et il y aura des cadeaux Bonux : boss rush, score attack, et peut-etre d'autres suppléments. Mode vertical de la partie ! Il est déjà en préco sur Play-Asia au prix raisonnable de 34 boules, sortie en avril prochain (une version collector avec CD existe également).

> Lien vers la préco sur Play-Asia

Publié dans NEWS

Partager cet article

Le vrai Super Nintendo World, présenté par... le vrai patron !

Publié le par Dr Floyd

Le vrai Super Nintendo World, présenté par... le vrai patron !

Le vrai "Boss" de Nintendo nous présente Super Nintendo World, le 1er parc d'attraction dédié à la firme mythique... Ca fait plus envie de nos parc bidons de souris et d'irreductibles gaulois ! Ouverte le 4 février prochain à Universal Studios (Osaka). Un parc qui aurait couté environ 500 millions d'Euros... et qui expliquerait peut-être pourquoi il y a si peu de jeux depuis 2 ans "Made in Nintendo" ?

Publié dans NEWS

Partager cet article

Alcon 2020 disponible !!!

Publié le par Dr Floyd

Alcon 2020 disponible !!!

Alcon 2020, le nouveau shoot'em up Amstrad CPC qui défonce tout, auquel a participé notre gamopat fou TotOOntheMoon, est désormais disponible ! Le jeu est compatible avec les machines Amstrad CPC, Amstrad Plus et GX4000.  Il fonctionne sur tous les modèles car il nécessite uniquement 64k de RAM !

X-MEM, M4 Board, C4CPC ou émulateur compatible requis pour stocker la ROM. En attendant la version physique "cartouche" en 2021... Alcon 2021 ?

GOOD LUCK !

Publié dans RETRO NEWS

Partager cet article