673 articles avec retrogaming

[RETROGAMING] Crossfire / Famicom

Publié le par Kurush

CrossFire
Support : Famicom
Editeur : Kyugo
Sortie : 1990

[RETROGAMING] Crossfire / Famicom

Développé et édité par le tandem Sanritsu Denki / Kyugo Boueki, CrossFire (ou «Cross Fire») débarque en novembre 1990 au Japon. Il restera une exclusivité nippone, la sortie aux US ayant manifestement été annulée. 

Reposant sur le jeu éponyme sorti sur MD, lui-même adapté de la série SuperCopter et sorti sous le nom de Super Airwolf dans certaines contrées, CrossFire sur Famicom est un titre pratiquement inconnu au bataillon. Il s'agit cette fois d'un run and gun en vue de profil, dans lequel vous incarnez Eric, un soldat d'élite/agent secret héliporté en plein milieu hostile, à même le champ de bataille. Le soft est totalement dénué d'un quelconque scénario... 

[RETROGAMING] Crossfire / Famicom

Très proche de Contra dans l'esprit, CrossFire se distingue néanmoins de son illustre prédécesseur par la présence d'une barre de vie, le rendant du coup un peu moins ardu. Malgré tout, l'adage ''Prudence est mère de sûreté'' s'applique ici parfaitement. En effet, si vous voulez survivre, il vaudra mieux progresser pas à pas plutôt que de foncer bêtement dans le tas tête baissée... En résulte un rythme beaucoup plus posé que dans le hit de Konami. CrossFire ne vous incite pas pour autant à revenir sur vos pas : si vous cherchez à faire demi-tour, vous vous prendrez régulièrement des salves de tonneaux et autres objets tombant du haut de l'écran et impactant votre barre de vie... 

Vous démarrez la partie muni de vos seuls poings et de grenades. Ces dernières présentent la particularité d'atteindre des cibles ennemies situées au second plan, via un effet de profondeur pas toujours bien maîtrisé mais suffisamment rare sur le support et pour l'époque pour être signalé. 

 

[RETROGAMING] Crossfire / Famicom

En cassant les nombreuses caisses qui jalonnent les niveaux (toutes ne sont pas destructibles), vous mettrez rapidement la main sur un fusil d'assaut. Vous pouvez également récupérer une mitrailleuse et un lance-roquettes, tous deux avec des tirs multidirectionnels. Pour remonter votre jauge de vie, il suffit de ramasser les armes, l'idéal étant de trouver des médailles (elles redonnent beaucoup plus de vie), même si elles sont peu fréquentes en comparaison...

Les contrôles, simples à assimiler, répondent plutôt bien. Seule la gestion des sauts, assez approximatifs, vous demandera un certain temps d'adaptation. Monter les échelles ne constituera pas non plus une partie de plaisir... C'est long et fastidieux, vous devrez certainement vous y prendre à plusieurs reprises, d'autant plus que certaines d'entre elles sont là uniquement pour faire joli, puisqu'il est tout bonnement impossible de les gravir... Vous pouvez tirer en diagonale mais pas en position accroupie malheureusement... 

[RETROGAMING] Crossfire / Famicom

Esthétiquement parlant, Cross Fire s'avère assez joli et soigné, si l'on aime évoluer dans un environnement militaire plutôt réaliste... Le titre ne souffre pas de clignotements de sprites ou de ralentissements. Détail intéressant, la combinaison d'Eric évolue au fil des missions. Vous serez amené à parcourir les 4 coins du globe pour prendre part à des conflits d'envergure, au cours de 6 missions distinctes : guerre du Vietnam, base sous-marine ennemie, offensive dans le port de Vladivostok, affrontement de la junte militaire colombienne dans un train lancé à pleine vitesse, hostilités en Afghanistan et enfin une base militaire regorgeant d'ogives nucléaires... 

Chaque mission est illustrée par un très joli écran fixe qui transpire la sueur et la testostérone, typique des années 90 ! Les ennemis ne sont pas particulièrement originaux et variés mais ils s'inscrivent bien dans le thème martial : des fantassins, des tanks, des tourelles, des avions de chasse cloués au sol, des DCA, des soldats aériens équipés d'un deltaplane, etc. Seul le bestiaire des 2 derniers niveaux tranche avec le reste, notamment des bonzes dans la position du lotus vous assaillant de tirs inondant l'écran ! D'ailleurs, les projectiles ennemis ne sont pas toujours faciles à bien distinguer dans le feu de l'action... 

[RETROGAMING] Crossfire / Famicom

Les boss sont relativement imposants. Ils se composent essentiellement de gros tanks, de sous-marins et autres hélicoptères en mouvement. Encore une fois, le stage 5 présente un boss totalement atypique : une statue de Bouddha en lévitation... Je cherche encore le rapport avec l'Afghanistan ! Les affrontements ne requièrent pas une forte dimension stratégique : il ''suffit'' en général d'arriver avec sa jauge de vie au maximum et de les bourriner jusqu'à ce que mort s'ensuive... Veillez quand même à détruire leurs armes secondaires au préalable afin de vous simplifier la tâche. Curieusement, les boss ne sont en général pas situés à la fin de chaque stage (ou plutôt ''round''), mais plutôt dans l'avant dernière partie, si bien qu'il vous faudra rester attentif et vigilant jusqu'à atteindre l'hélicoptère d'extraction. 

Chaque stage se ponctue d'ailleurs par une cut-scene dans laquelle vous verrez votre hélico bombarder les bases ennemies afin de terminer le travail...

[RETROGAMING] Crossfire / Famicom

Le soft pêche par son level design peu inspiré et trop redondant. Certains pans entiers sont repompés d'un stage à l'autre. Quand on sait qu'il faut 20 minutes montre en main pour terminer CrossFire, le level design est d'autant plus injustifiable ! Vous disposez de 3 continues (avec 3 vies par continue) pour venir à bout de CrossFire, ce qui ne devrait pas vous poser de problème outre mesure. Si tel était le cas, voici un code à réaliser à l'écran titre pour choisir son niveau de départ : appuyez sur Select, Select, A, B, B, Select, B, Select, A et enfin Start.

La bande-son se révèle assez fade, même si elle colle plutôt bien avec l'atmosphère militaire et guerrière du titre. Les boucles sont trop courtes et toutes les musiques finissent par se ressembler... Vos esgourdes devront d'ailleurs subir plusieurs fois de suite les mêmes mélodies puisque certaines sont recyclées sur plusieurs stages...
 

En conclusion, vous l'aurez compris, CrossFire est loin de faire de l'ombre à la série des Contra sur Famicom. Cela reste un jeu correct le temps de quelques parties. Il pâtit clairement de l'absence d'un mode 2 joueurs et se révèle bien trop générique. À réserver aux acharnés du genre run and gun et aux collectionneurs compulsifs. Sa cote très élevée aura vite fait de vous refroidir de toute façon, comptez entre 300 et 600€ suivant l'état... Content malgré tout de l'avoir ajouté à ma collection... Un jeu pas commun mais franchement dispensable en toute objectivité ! 

SUPPOS : 4/6

Publié dans RETROGAMING

Partager cet article

[RETROGAMING] 1080° Snowboarding / Nintendo 64

Publié le par kurush

1080° Snowboarding
Support : Nintendo 64
Editeur : Nintendo
Sortie : 1998

[RETROGAMING] 1080° Snowboarding / Nintendo 64

Fini en Normal et en Hard, la dernière course du mode Expert et son surfer cheaté me résistant pour le moment... Ce jeu m'a longtemps fait baver à l'époque, moi qui devais me contenter de Cool Boarders 2 sur Playstation... Ce dernier ne tient clairement pas la comparaison avec 1080°.

Il envoyait du steak sur le plan technique et il reste encore aujourd'hui très agréable à l'œil, avec quelques détails assez saisissants comme les traces laissées par le snowboard dans la neige, les effets de transparence quand on dérape sur une plaque de glace, ou bien encore les effets de lumière (lens flare très réussi). Par contre, quelques gros ralentissements sont à déplorer.... C'est particulièrement vrai lors de la course Golden Forest où les forêts de sapins et ses amas de polygones mettent la console en PLS, le frame rate tombant alors à une vingtaine d'images par seconde... C'est d'ailleurs probablement une des raisons pour lesquelles les courses vous opposeront à un seul adversaire, limitation technique oblige sans doute...

[RETROGAMING] 1080° Snowboarding / Nintendo 64

Les sensations de glisse sont vraiment bluffantes, même si vous pesterez sans doute au début, 1080 étant très exigeant, à la limite de la simulation, là où Cool Boarders jouait à fond le côté arcade (malgré un gameplay beaucoup plus raide). La réception lors des sauts est cruciale : votre planche doit être bien parallèle au sol à la retombée sinon c'est la chute assurée ! Plus facile à dire qu'à faire cela dit... Mais la courbe de progression est bien réelle si vous vous donnez la peine de vous investir suffisamment dans le jeu. Dommage que les tricks soient assez difficiles à sortir. Mais de toute façon on les utilise surtout dans le mode dédié, le Trick Attack, dans lequel vous pourrez notamment avoir accès à 2 environnements exclusifs, un immense tremplin et un half pipe.

[RETROGAMING] 1080° Snowboarding / Nintendo 64

Les compositions musicales sont relativement discrètes mais elles ont le mérite d'être éclectiques (on passe de l'électro à du rock bien gras) et plutôt réussies.

Hormis les ralentissements qui constituent le gros point noir du jeu, l'IA de l'adversaire manque parfois de naturel, ce dernier ayant souvent tendance à vous rentrer dedans et donc à vous faire chuter. Un rider kamikaze en somme... Les collisions sont un peu hasardeuses d'une manière générale...

[RETROGAMING] 1080° Snowboarding / Nintendo 64

En définitive, un très bon jeu de snowboard, probablement un des tous meilleurs de l'histoire avec Amped (même si j'ai aussi beaucoup apprécié la série des SSX, et que je garde un bon souvenir des 2 premiers Cool Boarders également; je me souviens également avoir passé des heures étant ado sur un jeu de snowboard hyper abouti sur PC, il faudrait que je retrouve de quel titre il s'agit !). Si je devais le comparer à Wave Race 64, j'ai malgré tout une légère préférence pour ce dernier, plus facile à prendre en main et au fun immédiat, sans parler de sa technique irréprochable.

SUPPOS : 5/6

Publié dans RETROGAMING

Partager cet article

[RETROGAMING] Disney Jeu d’Action Disney Présente Hercule / PS1

Publié le par Kurush

Disney Jeu d’Action Disney Présente Hercule
Support : PS1
Développeur : Eurocom
Editeur : Disney Interactive
Sortie : 1997

[RETROGAMING] Disney Jeu d’Action Disney Présente Hercule / PS1

Sorti en parallèle du long métrage de Walt Disney, Hercule voit le jour sur Playstation en novembre 1997. Il est l’œuvre de Disney Interactive, Sony CE jouant le rôle d’éditeur. Vous aurez bien sûr le privilège d’incarner le fameux demi-dieu au cours des 10 niveaux qui reprennent plus ou moins la trame scénaristique du film.

Visuellement et techniquement, Hercule s’avère une franche réussite. Très fidèle au film d’animation, il propose des graphismes très soignés, dans un univers mélangeant habilement 2D et effets 3D. Les environnements fourmillent de détails et les couleurs sont particulièrement pétantes. L’animation n’est pas en reste, il suffit de voir Hercule chevaucher le Centaure pour vous en convaincre !

On retrouve également les thèmes musicaux du dessin animé. Dommage qu’ils soient un poil trop sages et discrets… Les voix françaises ont été conservées, un excellent point ! Patrick Timsit pour Philoctète, ou bien encore Dominique Collignon-Maurin (la voix française de Nicolas Cage) pour Hadès. Elles contribuent fortement à l’ambiance humoristique du soft, qui ne se prend pas une seule seconde au sérieux. Des cinématiques tirées directement du film viennent s’intercaler entre chaque niveau. Pas de doute, Disney Interactive a respecté le matériau d’origine et a vu les choses en grand !

[RETROGAMING] Disney Jeu d’Action Disney Présente Hercule / PS1

Parmi les autres points positifs, l’action se renouvelle sans cesse : action-plateforme classique, passages à la Crash Bandicoot dans lesquels vous devez foncez vers l’avant de l’écran tout en évitant les obstacles, affrontements en 3D contre des boss tirés de la mythologie grecque (Hydre dont il faut trancher les têtes qui repoussent sans cesse ; Méduse à laquelle il faut renvoyer son regard laser à l’aide d’un bouclier afin de la transformer en pierre, etc) voire-même une phase de shmup à dos de Pégase !

Pour vous défendre, vous disposez de votre fidèle glaive, que vous pourrez upgrader à l’aide de divers items : boules de feu, éclair, masque de spartiate vous rendant invincible et invisible, etc. Hercule peut également porter et lancer de blocs de pierre grâce à sa force surhumaine, ou bien encore détruire d’énormes colonnes ou rochers en maintenant le bouton de frappe appuyé suffisamment longtemps. La boisson Herculade remplira la jauge de santé de notre héros, comme dans le dessin animé ! Si vous parvenez à récolter les 4 jarres d’un niveau, vous pourrez reconstituer le password de ce stage. Enfin les nombreuses pièces de monnaie qui jalonnent chaque niveau détermineront votre ranking à la fin de ce denier.

[RETROGAMING] Disney Jeu d’Action Disney Présente Hercule / PS1

Comme dans le dessin animé, vous commencerez par un parcours du combattant en 2D puis en 3D, avant d’aller arpenter la forêt des Centaures, puis de dédaler dans la frénétique et labyrinthique Thèbes, avant d’affronter l’Hydre puis Méduse. Ensuite, un nouveau niveau de course poursuite s’offrira à vous, en évitant les projectiles lancés par un gigantesque Cyclope, tout en évitant la foule dense qui vous fait face. Ensuite, c’est le fameux stage façon shmup que j’évoquais plus haut, la Fureur des Titans, où vous finirez par libérer Zeus. S’ensuit une course en 3D dans des ténèbres parcourus par des âmes en peine, avant l’affrontement final contre Hadès himself.

[RETROGAMING] Disney Jeu d’Action Disney Présente Hercule / PS1

Niveau difficulté, Hercule était avant tout destiné à une audience très jeune. Il y a fort à parier que vous le finirez du premier coup, sans utiliser aucun continue ! En fouillant un minimum dans les niveaux (constitués bien souvent de plusieurs plans), vous mettrez facilement la main sur de nombreux items qui vous simplifieront la tâche. Comptez quand même une grosse heure pour le terminer. Outre sa trop grande simplicité, on pourra reprocher à Hercule quelques collisions hasardeuses et un gameplay un peu lourd… Les sauts manquent de précision et l’inertie du héros est assez spéciale…

En conclusion, assurément un bon jeu qui brille sur le plan technique et qui est d’une fidélité sans faille au dessin animé. Dommage qu’il soit aussi facile et que le gameplay manque parfois de finesse. On pourra également pester contre quelques baisses de rythme, certains niveaux ayant une fâcheuse tendance à s'étirer en longueur inutilement... Mais difficile de faire la fine bouche malgré tout… Peu d’adaptations vidéoludiques de films ou dessins animés peuvent se targuer de proposer un tel niveau de finition !

SUPPOS : 4,5/6

Publié dans RETROGAMING

Partager cet article

[RETROGAMING] Megaman 4 / Gameboy

Publié le par Killvan

Megaman 4
Support : Gameboy
Editeur : Capcom
Sortie : 1993

[RETROGAMING] Megaman 4 / Gameboy

Pour la première fois sur un épisode Game Boy, Capcom innove et nous sert une introduction animée. En voici le résumé :

« Alors que la journée était paisible, une soucoupe volante fit son apparition dans le ciel… De là parti un signal radio terrifiant, ranimant des centaines de robots, qui commencèrent à tout détruire dans le centre de la Ville. Le Docteur Wily avait réussi son coup : tout les robots étaient désormais à ses ordres. Ricanant comme jamais il fut soudain pris de terreur en s’apercevant qu’un robot échappait à son contrôle : en effet Megaman avait échappé à son emprise !

Docteur Light, ayant un grand sens de l’anticipation, avait modifié les fréquences de contrôle de Megaman... Notre héros peut donc partir une nouvelle fois au combat contre les desseins diaboliques de son ennemi de toujours, le perfide Docteur Wily. »

[RETROGAMING] Megaman 4 / Gameboy

Histoire 

Huit robots master revenus des limbes vous font de nouveaux face. Bien entendu comme dans chaque épisode sur Game Boy seulement 4 boss sont accessibles au début du jeu, puis vient une séquence intermédiaire ou vous serez amenés à infiltrer le QG de Wily (avec une petite séquence dans laquelle Megaman lutte contre les fortifications de la forteresse !) pour enfin arriver à l’écran de sélection des 4 derniers boss…
Ces 8 boss nous viennent tout droit, pour moitié, de Megaman 4 sur NES ( à savoir Toad Man, Bright Man, Pharaoh Man et Ring Man) et de Megaman 5, toujours sur NES ( Napalm Man, Stone Man, Charge Man et Crystal Man).
Wily est secondé par un redoutable chasseur, j’ai nommé Balade ! L’affronter ne sera guère une partie de plaisir, mais pourtant il faudra d’abord en découdre avec ce dernier avant d’affronter le savant fou

[RETROGAMING] Megaman 4 / Gameboy
[RETROGAMING] Megaman 4 / Gameboy

Jouabilité/ combat

Ce titre se démarque des autres jeux de plateformes (mais pas de la série) par sa maniabilité savamment étudiée. En effet quel plaisir que de voir le héros que l’on dirige répondre aux commandes au doigt et à l’œil ! La panoplie de mouvement de Megaman se résume a marcher, glisser, sauter et tirer, ce qui est suffisant sur une console sur laquelle les possibilités de mouvements sont restreint par les capacités de la machine, comme l’est la Game Boy.
La petite nouveauté est que le concentré de Buster est tellement puissant que Megaman recule d’un pas lors d’un de ces shoot méga-puissants, alors attention à vos réceptions quand vous sautez d’une plateforme à une autre et que vous balancez en même temps, en plein vol, un tir de mega-buster !

Les combats contre les boss sont toujours aussi ardus et demande une certaine tactique pour en venir à bout. Quelques ennemis coriaces parsèment les niveaux mais avec un peu d’expérience, aucun n’est assez consistant pour vous barrer la route jusqu’à ce que le Game Over s’ensuive….

[RETROGAMING] Megaman 4 / Gameboy

Graphismes

La série des Megaman sur Game Boy ne se démarque pas par leurs graphismes fouillés et léchés. Bien au contraire, les développeurs se sont adaptés aux spécificités techniques de la Game Boy et nous ont donc conçu un soft peu travaillé graphiquement mais ont fortement mis l’accent (et c’est bien là l’essentiel) sur la clarté. La visibilité est donc très bonne et sur Game Boy cet aspect est primordial. Cet opus ne difère donc pas tellement de ces prédécesseurs sur ce point, quoique il semble légèrement plus soigné. Aucun détail graphique particulier n’est à signaler. Ce jeu prouve une fois de plus qu'il n'y a pas besoin d'une belle technique pour prendre du plaisir à jouer et c'est bien là l'essentiel.

[RETROGAMING] Megaman 4 / Gameboy

Sons

Les mélodies, bien que sympathiques, datent maintenant d’un certain âge…la faute à la Game Boy, qui supporte désormais bien mal la comparaison avec les nouvelles portables… Les thèmes ont été directement repris des stages de la NES, bien entendu ils subissent le contrecoup des faibles capacités sonores de la Game Boy. Pour ceux que les bruitages énerveraient, je vous conseille de couper le son, surtout pour les néophytes, non habitués des fameux bruitages de la console !

[RETROGAMING] Megaman 4 / Gameboy

Durée de vie/ Difficulté

La durée du vie est très bonne. Le jeu nous propose 11 niveaux, et croyez-le, il y a de quoi faire ! La difficulté est très bien dosée, certains passages, notamment contre les boss, demanderont un temps de réflexion (Mais quelle arme choisir pour battre untel ?) et l’action dans ce jeu est omniprésente, on ne s’ennuie pas un instant !

La collecte des E-Tanks aura son importance dans cet opus car battre certains boss sans ces barils d'énergie, pour un néophyte comme pour un jouer confirmé, reviendra à du challenge de haut niveau ! Heureusement on peut en trouver dans certains niveaux mais aussi les acheter contre quelques boulons récupérés sur des carcasses ennemis.

Bien entendu le système de codes répond toujours présent, idéal pour décompresser quelques temps quand vous n’arrivez pas à abattre ce diable de Ring Man… Attention, il n’y a plus de codes sitôt les 8 premiers boss vaincus ! Les continues sont infinie, on n'est pas dans Battletoads… On peut tabler sur quelques heures de jeu (une dizaine) pour un néophyte, quand aux expérimentés (à ceux qui ont déjà fini les 3 premiers de la série) on pourra compter sur 2 ou 3 heures pour le finir…Mais Megaman est le genre de soft sur lequel on aime revenir même après l’avoir fini, à l'instar d'un bon vieux Mario Land par exemple !

[RETROGAMING] Megaman 4 / Gameboy

Evolution

Au chapitre des évolutions on peut inclure l’introduction. En effet c’est le premier opus qui comporte une séquence cinématique, à savoir une brève présentation de l’histoire de cet opus (on voit la ville se faire bombarder par les robots de Wily…). Le méga buster nous revient avec un petit +…En effet maintenant quand vous armez votre buster et que vous balancez la sauce, un léger recul de notre héros se fera ressentir…Attention à ne pas abuser de mega buster lors d’un saut dangereux, par exemple !

Le jeu en lui-même se situe dans la continuité des opus précédents, sinon, l’évolution graphique par exemple entre megaman 3 et 4 est peu visible. La boutique fait également son apparition dans cet opus, en échange de boulons prélevés sur les ennemis où cachés dans les niveaux, vous pourrez obtenir des E-tanks, des vies supplémentaires... A noter que le jeu est parsemé de petites salles (ou recoins) bonus, et que Protoman fait quelques apparitions bénéfiques !

[RETROGAMING] Megaman 4 / Gameboy

Les +
- Jouabilité impeccable,
- Dans la continuité des épisodes précédents, avec son petit lot de nouveautés bienvenues comme la boutique,
- Difficulté vraiment bien dosée,

Les –
- Quelques rares ralentissements quand trop d’ennemis sont présents à l’écran,
- Les sons et musiques ne plairont pas aux jeunes...

Conclusion :

Megaman 4 est, encore à ce jour, une référence pour moi parmi tout les hits plateformes qui existent sur consoles 8 bits. Cette quatrième itération apporte son lot de nouveautés et cela est loin d’être négligeable. Il fait honneur à la première génération de Game Boy et s’impose comme une valeur sûre au coté des Mario et autre stars des jeux de plateformes.
Et pour aller plus loin, Megaman 4 est LE meilleur plateformer, pour moi, de la Game Boy ! Y rejouer me procure une double sensation : la nostalgie de la grande époque du jv des années 90 ainsi que le plaisir intense de retrouver Megaman pour une nouvelle aventure qui atteint des sommets pour l'époque ! En tant que joueur je vous recommande chaudement cet opus de grande valeur.

Graphismes : 16/20
Animations : 16/20
Maniabilité : 19/20
Son : 13/20
Intérêt : 17/20

SUPPOS : 6/6

suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans RETROGAMING

Partager cet article

[RETROGAMING] Barbarian The Ultimate Warrior / Micro 8-16 bits

Publié le par Dr Floyd

BARBARIAN THE ULTIMATE WARRIOR
Support : Amstrad CPC, C64, Spectrum, Apple 2, BBC Micro, Atari ST, Amiga, PC Dos
Editeur : Palace Software
Développeur : Palace Software

Année : 1987

Mise à jour du 01/03/2023


maria_whittaker-box.jpg

En 1987, Palace Software, après s'être fait une bonne réputation sur micro avec notamment L'Armure sacrée d'Antiriad et surtout le méga-hit Cauldron (dont la version Commodore 64 était très sympa), publie un jeu qui va faire rentrer le studio dans la légende, le fameux jeu de baston BARBARIAN, THE ULTIMATE WARRIOR. Et à l'époque un jeu de baston c'est très rare, nous sommes bien avant la révolution Street Fighter. Mais un autre élément du jeu va aussi le rendre cul...te.

En effet, outre le jeu en lui-même, c'est l'habillage qui va rendre culte Barbarian. Un jeu qui fera fantasmer toute une génération de gamers (autour de 13 à 17 ans) en raison de la jaquette qui dévoilait la charismatique Maria Whittaker à moitié nue aux cotés du très ridicule Michael van Wijk. Plus besoin de feuilleter le catalogue de la Redoute de maman ou le magazine Lui de papa pour voir du cul Une fille à (très) forte poitrine qui pose à moitié à poil pour un jeu vidéo ! Succès garanti à 100% !

Barbarian est un jeu clairement inspiré du grand succès cinématographique Conan le Barbare (de Dino de Lorentis) qui révéla cette grosse tapette de Arnold Schwarzenegger. Le scénario du jeu est très profond : Drax le méchant a enlevé la princesse Mariana. A vous de vaincre tous ses gardes pour pouvoir la libérer. Whaou.

Le principe du jeu est tout aussi basique : combattre au glaive un par un les gardes ennemis jusqu'au terrible sorcier Drax. Bref, c'est un jeu de baston, genre rare à l'époque car il était complexe d'afficher de gros sprites sur des machines limitées, et le genre se cherchait encore. Un gameplay simple mais efficace, le tout se jouant à la manette avec un seul bouton, le coup suprême étant de décapiter l'adversaire en faisant tournoyer votre épée ! La tête de la victime roule alors par terre... et un petit gnome vert vient shooter dedans ! Stupéfiant ! (à l'époque).


la très jolie version CPC

Simple et efficace mais très répétitif : les coups sont limités (1 bouton...) et vous avez l'impression de toujours combattre le même personnage ennemi... L'intérêt vient plutôt de l'action non-stop et du suspens engendré par les combats, à tout moment vous pouvez être tué ou tuer l'adversaire. Et puis surtout, on peut y jouer à deux !


Décapité !

Quant à la réalisation du jeu, elle est correcte : Bon ok, l'écran est fixe, il y a peu de décors (4 environnements seulement), mais les animations sont réussies (même si pas forcement très fluides). Ce qui fait vraiment la différence ce sont les 2 gros sprites à l'écran (ca change du mini-sprite de Jet Set Willy !) et les couleurs chatoyantes qui donnent un aspect sympa au jeu, surtout sur Amstrad CPC. La bande sonore est réussie : certains bruitages sont tirés du nanar, heu pardon... film : Kalidor, la légende du talisman et la musique, bien que répétitive, est relativement épique.

maria-barbarian-hot.jpg
Rhaaaa Mariaaaaa !

Outre la célèbre version Amstrad CPC en France, le jeu sortira également sur Commodore 64, Spectrum et PC (en CGA beurk !). Les versions 16 bits, Atari ST et AMIGA sont réussies, mais on aurait pu espérer mieux, ce sont de simples adaptations. Outre-Atlantique le jeu sera distribué par Epyx sous le nom de Death Sword.  Le jeu connaîtra une suite en 1989 sous le nom de Barbarian II: The Dungeon of Drax. Mais ca sera quasiment le dernier fait d'arme de Palace Software qui disparaitra rapidement en 1991.


Plutôt bien réalisé, original pour l'époque (Combat Vs), et porté par Maria Whittaker (à peine 18 ans à la sortie du jeu), Barbarian était un succès obligatoire (nous sommes quatre ans avant la révolution Street Fighter 2). En France, pays de l'Amstrad CPC, ce jeu devient le plus célèbre titre de la machine de Sugar, et Maria Whittaker devient aussitôt l'idôle de tous les ados geeks de 13 à 17 ans ! A tel point qu'en 2023 sur le forum de Gamopat on parle d'elle encore régulièrement. Taille du soutien-Gorge ? 105D... Bordel ! 105D !!!!!!

SUPPOS : 5/6


CADEAU BONUX !
Le cadeau de Gamopat : la photo que tous les boutonneux de l'époque ont pu admirer dans le magazine Micro News, très porté sur "la fesse" ! Car oui à la fin des années 80 on pouvait trouver des femmes à poil dans les magazines presse de jeux vidéo ! Bah oui c'était une époque de liberté les années 80... où Marlène Schiappa n'existait pas. Benjamin G. en aurait utilisé des rouleaux de Sopalin à cette époque !



Maria Whittaker, dans Micro-News ! Le choc !


L'AVIS D'UN PATIENT DE GAMOPAT... DE 8 ANS
"Décembre 1990, petit papa Noël vient de passer. Un jeune garçon de 8 ans vient de recevoir son premier ordinateur : Un cpc 6128 +. Sa marraine lui offre des disquettes qui contiennent un certain jeu : BARBARIAN !!! Toute son innocence s'envole. Il devient le roi de l'arène. Son but ultime: tuer son adversaire pour sauver la princesse (fort peu couverte). Les graphismes avec 4 décors sont superbes pour du cpc et l'animation est incroyable. Clone de Conan, armé de son épée, l'unique héros du jeu se contrôle au joystick avec un seul bouton. Toutefois, Les 8 directions offrent une gamme de coups variés, saut, roulade, coup-de-pied et ultime sentence : Le salto de la mort avec décapitation dans la règle de l'art. Ce gameplay simple et génial révèle ainsi un jeu très technique et au combien difficile pour un petit Barbare de 8 ans. Mais quelle joie à 2 joueurs de tuer le frangin et de voir le petit gnome vert shooter dans sa tête détachée tel un ballon de football et traîner son corps décrépi pendant que l'on crie victoire. Sa suite sera tout aussi bonne et ces deux jeux sont encore aujourd'hui dans mon top 10 intemporel au côté de Zelda OOT ou Goldeneye."
JujuaQuebec (membre du forum Gamopat)

Publié dans RETROGAMING

Partager cet article

[RETROGAMING] The Legendary Axe 2 / PC Engine

Publié le par Cormano

The Legendary Axe 2 (US) / Dark Legend (JP)
Support : PC Engine
Editeur : Victor Musical Industries
Sortie : 1990
Action / Plateformes 1 joueur

Comme souvent avec les jaquettes PC Engine, le niveau artistique des graphistes de la version US laisse pantois

Comme souvent avec les jaquettes PC Engine, le niveau artistique des graphistes de la version US laisse pantois

Une suite par procuration

Malgré son nom, la parenté avec le premier opus de la série n’est pas flagrante. On est certes toujours dans dans un jeu d’action en scrolling 2D, avec un guerrier qui passe son temps à taper du monstre, mais l’univers et le héros sont totalement différents, de même que le style graphique, l’ambiance, les mécaniques de gameplay. Ça donne fort l’impression d’un jeu qui a été renommé pour coller à une licence dont le premier titre s’était plutôt bien vendu.

D’ailleurs, bien qu’au Japon aussi, l’éditeur Victor Musical Industries l’ait présenté comme une suite, son titre original japonais, "Ankoku Densetsu", qui se traduit par "Dark Legend", est plus adapté au thème, et surtout plus cohérent, puisque la hache, dans ce «The Legendary Hache 2», n’a rien de légendaire et n’est qu’une arme disponible parmi d’autres.

Conan contre les porcs volants

Le jeu nous accueille par une brève cinématique, réalisée avec le moteur du jeu (!), dans laquelle s’affrontent ce qu’on imagine être deux frères prétendants au royaume. L’un est en armure, et l’autre, celui qui a le dessous et chute dans les catacombes, en slip de bête. On incarne bien entendu ce dernier, pas content et bien décidé à retourner dire deux mots au frérot.

[RETROGAMING] The Legendary Axe 2 / PC Engine

Il va falloir taper du monstre pour se frayer notre chemin, on a pour ça trois armes typiques : Epée (moyenne portée / dégâts moyens), Chaîne (longue portée / dégâts faibles) et Hache (faible portée / gros dégâts). On pourra alterner entre elles en chopant leurs items relatifs sur notre route. On possède aussi des bombes qu’on pourra lancer pour éliminer tous les ennemis et projectiles à l’écran, accessibles elles aussi par des items, et stockables jusqu’à dix. Enfin, grâce à des power-up, on pourra gagner jusqu’à quatre niveaux de puissance, des vies supplémentaires qui augmentent notre jauge globale, et des points de vie pour se refaire une santé.

On part donc arme à la main, dans des dédales sombres et glauques, on met parfois les pieds dans des trucs gluants dont il est bien casse-pied de s’extirper en sautillant comme un débile, il y a aussi des passages aux sols inondés, d’autres dans lesquels il faudra sauter de rocher en rocher pour remonter une cascade, ou bien des plateformes constituées de cranes qui s’effritent sous nos pieds…

Et on rencontre bien sûr des ennemis en tout genre : du zombie qu’on coupe en deux et dont les morceaux continuent d’avancer, des insectes volants, des squelettes, des hommes en pagne portant des masques, qui lancent les mêmes bombes meurtrières que les nôtres, des vers géants, des fées qui donnent des coups de pied, des porcs volants, des robots...

[RETROGAMING] The Legendary Axe 2 / PC Engine

Les lieux et les monstres qu’ils contiennent n’ont aucune cohérence logique, mais forment un tout assez harmonieux dans un style kitsch tendance dark assumé et inspiré dans son genre, qui se marie bien aux belles sonorités musicales qui renforcent le côté sombre. On est dans de la dark fantasy façon Conan, avec un personnage qui s’en inspire fortement, dans une version (peut-être?) égyptienne d’après sa coiffure. Mais on est surtout dans un jeu qui sent à plein nez le nanard avec son côté fourre-tout rempli de clichés. En tout cas ces éléments sont au service du gameplay, avec un bestiaire bien exploité pour taquiner le joueur de façon variée et lui demander des approches différentes.

[RETROGAMING] The Legendary Axe 2 / PC Engine

La prise en main est bonne, nos coups partent vite, on fait des sauts démesurés et bizarres mais totalement efficaces, on peut même tuer des ennemis en leur sautant sur la tête façon Mario pour plus de fun. Le jeu est d’ailleurs beaucoup plus réussi que le premier Legendary Axe de ce point de vue.

Les niveaux, horizontaux et verticaux, sans être labyrinthiques, demandent parfois un peu de recherche pour trouver un passage, et permettent de les explorer pour trouver des power-up supplémentaires. Les stages ne sont pas trop longs et se renouvellent bien en proposant des approches et un gameplay différent, rien qu’on n’ait déjà vu dans d’autres jeux de plateformes, mais la variété de l’ensemble fonctionne bien pour ne pas lasser.

Enfin, un mot sur les boss, assez faciles à tuer une fois qu’on a compris le truc, mais qui demandent un peu d’essais avant de le comprendre. Dans l’ensemble le jeu possède une difficulté dans la moyenne d’un titre de l’époque : pas «facile» mais tout à fait faisable avec un peu de patience. Il n’est d’ailleurs pas très long (dans les 30 minutes quand on le connaît) et assez généreux en items et en continue qui permettent de recommencer sur le dernier niveau.

[RETROGAMING] The Legendary Axe 2 / PC Engine

The Legendary Axe 2 vs Dark Legend

On peut voir «The Legendary Axe 2» comme un titre de série B qui traîne au milieu de cartouches plus ou moins anonymes, une simple semi-suite au nom emprunté pour de basses raisons de marketing. Pour ma part j’ai plutôt vu un très honorable «Dark Legend», dans sa noirceur kitsch un peu ridicule mais attachante. Un jeu qui a pour lui un univers personnel et de superbes exploitations de la sonorité de la PC Engine, qui lui confèrent une ambiance bizarre et envoûtante. Avec un gameplay plus que correct pour le genre, un bon rythme et une difficulté bien dosée, et sans défauts majeurs.

Fan de jeux de barbare à la Conan, c’est peut-être mon titre préféré du genre, j’ai passé un excellent moment dessus jusqu’à son final bien nanardesque comme il se doit, et j’y reviendrai certainement.

SUPPOS : 4/6
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

BONUS :
Pour tout savoir sur le mystère de la femme à poil, allez consulter le "spoiler" sur le forum :
https://www.gamopat-forum.com/t118842-test-the-legendary-axe-2-us-dark-legend-jp-pc-engine

Publié dans RETROGAMING

Partager cet article

[TEST RETRO] Megaman 3 / Gameboy

Publié le par Killvan

MEGAMAN 3
Support : Gameboy
Editeur : Capcom
Sortie : 1992 (Japon)

[TEST RETRO] Megaman 3 / Gameboy

Tout commence par un appel à l’aide à Megaman.

"Appel à Megaman ! Appel à Megaman! Répondez Megaman!"
"Notre code rouge nous signale un état d'urgence sur la cote Nord. Le Dr Wily s'est emparé d'une plate-forme pétrolière et perfore la croûte terrestre.
Il a l'intention de détourner l'énergie générée par le magma terrestre pour alimenter sa dernière monstruosité robotique.
Vous devez vous atteler à cette nouvelle mission et réduire ce robot à néant"

"Mes sources d'informations disent que le Dr Wily a remis en état huit de vos anciens adversaire. C'est pourquoi je vous envoie Rush et Flip-top.
Allez, en route et bonne chance"

"Message terminé".

[TEST RETRO] Megaman 3 / Gameboy

Histoire :

Huit robots master revenus des limbes vous font de nouveau face. Bien entendu comme dans chaque épisode sur Game Boy seulement 4 boss sont accessibles au début du jeu, puis vient une séquence intermédiaire ou vous serez amenés à infiltrer le QG de Wily pour enfin arriver à l’écran de sélection des 4 derniers boss…
Ces 8 boss nous viennent tout droit, pour moitié, de Megaman 3 sur NES (à savoir Spark Man, Gemini Man, Snake Man et Shadow Man) et de Megaman 4, toujours sur NES ( Drill Man, Skull Man, Dive Man et Dust Man).
Wily est secondé par un redoutable chasseur, j’ai nommé Punk ! Il vous faudra d’abord en triompher avant d’aller bastonner du Doc.

[TEST RETRO] Megaman 3 / Gameboy

Jouabilité/ combat :

La série des Megaman est avant tout réputée pour nous offrir une jouabilité très travaillée, et cet opus fait honneur aux précédents. Megaman demeure facile à prendre en main et notre héros répond au doigt et à l’œil à vos actions.
Le système de combat demeure identique, vous devez faire tout un niveau parsemé de petits ennemis et d’embûches afin d’arriver à la salle du boss, ce dernier étant évidemment bien plus fort que les ennemis rencontrés préalablement. Battre un boss vous demandera souvent un peu de ruse, par expérience je recommanderai donc aux néophytes, quitte à perdre une vie, à bien observer les gestes et les déplacements des boss afin de trouver la meilleure stratégie pour les dégommer.

[TEST RETRO] Megaman 3 / Gameboy

Graphismes :

Les graphismes ont été revu quelque peu à la hausse par rapport au précédent opus, les décors sont moins vides et cela n’empêche nullement une bonne visualisation du jeu. Le jeu a été conçu par des développeurs qui ont mis l’accent sur la clarté du soft et le travail demeure très réussi.
A noter quelques animations sympathiques, tels que l’attaque de la forteresse de Wily ainsi que celle de la plateforme pétrolière.
Les graphismes et les animations des ennemis et les boss ont été aussi bien travaillés que leurs équivalents sur NES.

[TEST RETRO] Megaman 3 / Gameboy

Sons :

Comme d’habitude sur Game Boy le son n’est à recommander qu’aux amoureux des musiques de l'époque… Sinon les thèmes, repris directement des opus de la NES sont très bons et peuvent vous plonger dans l’action si bien sûr en fan que vous êtes vous aimez les thèmes mégamaniesques.
Les bruitages valent ce qu’ils valent : il est impossible d’exploiter davantage les capacités sonores de la Game Boy en terme de bruitages.

[TEST RETRO] Megaman 3 / Gameboy

Durée de vie/ Difficulté :

La durée du vie est très bonne. Le jeu nous propose 10 niveaux, et croyez moi, il y a de quoi faire !
Un grand merci à Capcom pour avoir rehausser la difficulté ! En effet celle-ci faisait grandement défaut dans l’opus précédent. Là on a quelques passages qui demanderont une grande dextérité de votre part. Notamment quand il s’agit d’éviter les mines qui parsèment le niveau de Dive Man…
Bien entendu on peut toujours collecter les e-tanks, ce qui est même recommandé pour progresser sereinement dans le jeu.
Le système de codes répond toujours présent, ce qui vous sera grandement utile quand il s’agira de vous relaxer entre 2 passages bien prise de tête. Attention, il n’y a plus de codes sitôt les 8 premiers boss vaincus ! Les continues sont infinis, je vous rassure…
On peut tabler sur quelques heures de jeu (une dizaine) pour un néophyte, quand aux joueurs plus expérimentés on pourra tabler sur 1 ou 2 heures pour le finir…Mais bien sûr comme tout grand fan de Megaman que vous êtes vous le referez plusieurs fois pour votre plus grand plaisir !

[TEST RETRO] Megaman 3 / Gameboy

Evolution :

Les graphismes quelque peu enrichis sur cet opus ne sont pas la seule évolution notable dans ce Megaman, l’apparition du mega buster pour la première fois dans un opus Game Boy apporte un plus non négligeable (quel plaisir de lâcher enfin autre chose que des tout petits missiles pour venir à bout de ses adversaires !)
Sinon Capcom nous ressert pour la 3ème fois la même formule que pour les deux précédents opus, bien sûr certains joueurs pourront être gagnés par la lassitude, quand aux autres ils en demanderont toujours plus !

[TEST RETRO] Megaman 3 / Gameboy

Les +
Jouabilité faisant honneur à la série.
L’ajout du Mega Buster, très jouissif.
Le retour de la difficulté.

Les –
quelques rares ralentissements quand trop d’ennemis sont présents à l’écran
les sons et musiques dans leur ensemble (bien que les capacités de la Game Boy ne peuvent permettre bien mieux)

Megaman 3 est, encore à ce jour, une référence pour moi parmi tout les hits plateformes qui existent, sur consoles portables. Ce 3ème opus apporte son (petit) lot de nouveautés (telles que l’apparition de Punk, ou encore celle du Mega Buster) et cela est loin d’être négligeable. Il fait honneur à la première génération de Game Boy et s’impose comme une valeur sûre aux cotés des Mario et autres stars de la plateforme.
Megaman 3 redore le blason de la série, qui s’était vu amputer de sa difficulté légendaire dans le précédent opus. Certains niveaux sont bien difficiles, tels que les niveaux de Dust Man et autre Dive Man, l’auteur de ce test ayant perdu un paquet de vie dans ces niveaux ! Un Megaman qui séduira autant les néophytes que les passionnés de la première heure.

Graphismes : 8/10
Animations : 7/10
Maniabilité : 9/10
Son : 6/10
Intérêt : 8/10

SUPPOS : 5/6

suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans RETROGAMING

Partager cet article

[RETROGAMING] Mega Man 2 / GameBoy

Publié le par Killvan

MEGA MAN 2
Support : Gameboy
Editeur : Capcom
Sortie : 1991 (Japon)

[RETROGAMING] Mega Man 2 / GameBoy

'Appel à Mega Man !! Appel à Mega Man ! Mettez vous en liaison, Mega Man !!!’

‘Le docteur Wily s’est introduit dans l’Institut Chronos et s’est emparé de la machine expérimentale : l’Ecumeur de Temps. Nous avons essayé de le suivre au radar, mais il a tout simplement disparu. D’après mes calculs, il aurait fait un bond d’environ 37 426 années dans le futur. Je n’ai aucune idée de ses intentions, mais vous pouvez être sûr qu’il reviendra !’

‘Entre temps, Rush a reniflé quelques-uns des robots de Wily gardant un passage souterrain. Allez-y et vérifiez. Mais surtout n’oubliez pas d’être prudent là-bas !’

‘Message terminé !’


C’est sur ce bien étrange message que notre héros repart à l’aventure…

[RETROGAMING] Mega Man 2 / GameBoy

HISTOIRE :

Quatre robots revenus des enfers vous attendent de pieds fermes. Ils ont pour nom Clash Man, Metal Man, Wood Man et Air Man. Vous devrez d’abord traverser leurs contrées parsemées de pièges en tout genre (pics, ennemis parfois féroces) qui feront tout pour ralentir votre progression. Ensuite il vous faudra les vaincre avant de pouvoir atteindre la forteresse du doc. Et là, de nouveaux boss et de nombreux pièges, tout aussi redoutables, vous attendent…

[RETROGAMING] Mega Man 2 / GameBoy

JOUABILITÉ / COMBAT :

La jouabilité a été améliorée par rapport au premier opus : la prise en main de Megaman est agréable et très instinctive. La nouveauté réside dans l’ajout de la glissade, mouvement à première vue inutile, mais qui vous facilitera la tâche dans bien des moments…
La difficulté des combats contre les boss n’est pas très élevée, le néophyte perdra une, voir deux vies lors de sa première partie tandis que le joueur confirmé ne rencontrera aucun problèmes. Quelques gros ennemis apparaîtront quelque fois dans certain niveau, tels que les gros chats dans le niveau de Top Man, mais il n’y a jamais rien de bien gênant pour perturber votre progression jusqu'aux boss.

[RETROGAMING] Mega Man 2 / GameBoy

GRAPHISME :

Les graphismes sont légèrement supérieurs au premier opus, pour de la Game Boy ils restent convenables, sans exceller particulièrement : le but de la machine étant de donner l’avantage à la lisibilité, le style plutôt épuré de cet opus vous permettra d’y jouer sans vous abîmer les yeux. C’est simple et cela nous suffit.

[RETROGAMING] Mega Man 2 / GameBoy

SONS :

Les pistes sont très bonnes pour cette époque de la Game Boy, l'ingénieur son de chez Capcom a bien travaillé mais seul les hardcore gamers fanatiques de Megaman les écouteraient encore de nos jours…Ils demeurent tout de même très bons pour un opus game boy, souvent repris des musiques déjà existantes des opus NES.
Quand aux bruitages ils sont très simples, un bruit pour le tir, un autre discret à la réception des sauts, un pour les explosions des ennemis : basique mais efficace.

[RETROGAMING] Mega Man 2 / GameBoy

DURÉE DE VIE / DIFFICULTÉ :

Le problème de cette cartouche, c’est la durée de vie. Je l’ai bouclé en une matinée, le matin même ou je l’ai reçu à l'époque, c’est dire…
C’est pourquoi je vous recommande chaudement cet opus en particulier si vous voulez commencer sans vous prendre la tête dans l’univers de Megaman : c’est simple, c’est le plus facile à finir de la série, tout support et jeux confondus.
La collecte des E Tanks est plutôt futile dans cet opus, vous pouvez finir le jeu sans y avoir recours…
Bien entendu le système de codes répond toujours présent, mais vu la faible longueur du jeu, vous n’en aurez peut être pas besoin. Attention, il n’y a plus de codes sitôt les 8 premiers boss vaincus ! Les continues sont infinie, je vous rassure…
On peut tabler sur quelques heures de jeu (3 ou 4) pour un néophyte, quand aux expérimentés on pourra compter sur 1 heure pour le finir…Mais Megaman est le genre de soft sur lequel on aime revenir même après l’avoir fini !

[RETROGAMING] Mega Man 2 / GameBoy

ÉVOLUTION :

Les 3 évolutions à noter dans cet opus par rapport à son prédécesseur sont :
- l’ajout de la glissade, qui demeure importante pour certains passages,
- l’ajout des chiens de Megaman, j’ai nommé les 3 Rush (Rush Marine, Rush Coil et Rush Jet) qui vous aideront à surmonter les obstacles et a franchir des passages difficiles d’accès,
- la facilité déconcertante, notamment par rapport au premier épisode.

[RETROGAMING] Mega Man 2 / GameBoy

Les + :
Réalisation idéale pour de la Game Boy : peu détaillé mais hyper lisible
Jouabilité extrêmement satisfaisante : le héros obéit au doigt et à l’œil.
Apports de la glissade et de Rush indéniablement jouissif.

Les - :
Le son, peut être énervant pour certain.
La trop grande facilité du soft ne plaira pas aux habitués de la série.
Pas de traduction officielle en français (mais là je chipote, étant donné qu’il n’y a pas de dialogue dans cet opus !)

[RETROGAMING] Mega Man 2 / GameBoy

CONCLUSION :

Ce fut mon tout 1er Megaman, il a une place spéciale pour moi, celui-ci. Je ne me lasse pas d’y jouer (Qui a dit que j’aimais les jeux faciles ?!) et bien qu’il n’atteint pas les niveaux d’excellences des opus ultérieurs, il demeurera éternellement un très bon souvenir pour moi : mon entrée de plein fouet dans l’univers megamaniesque.
Capcom nous fournit du bon Megaman, qui pêche peut-être par son excès de facilité, mais qui reste tout de même plaisant. Néophytes, cet opus est fait pour vous !
Ce Megaman demeure une référence en la matière de plateformes pour tout amateur de jeux de ce genre. Vous pouvez vous le procurer les yeux fermés.

SUPPOS : 5/6
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans RETROGAMING

Partager cet article

[RETROGAMING] Gabriel Knight: Sins of the Fathers

Publié le par Albatorr

Gabriel Knight: Sins of the Fathers
Support : PC

Existe également sur Mac
Développeur : Sierra-On-Line
Sortie : 1993

[RETROGAMING] Gabriel Knight: Sins of the Fathers

Je dédicace ce test à mon frère Matthias

L’auteur Jane Jensen

« Je recherchais des gens passionnés par quelque chose. La passion, ce n’est pas quelque chose que l’on peut simuler. Donc je ciblais un marché cible et je cherchais des gens que cette catégorie passionnait. Jane Jensen ne vivait que pour Gabriel Knight. Elle avait cette histoire en elle et elle brûlait de la raconter.
Ce n’était pas un boulot, pour elle : c’était sa vie. Mon but était de trouver des gens comme elle et de leur confier les commandes créatives d’une équipe qui concrétisait leur vision. Et je ne me mettais pas en travers.»
Ken Williams

Jane Jensen

Jane Jensen

« J’ai toujours été intéressé dans le paranormal. J’ai lu pas mal de récit d’horreur, du Stephen King, John Saul, Dean Koonts et Anne Rice. Je voulais faire quelque chose avec des éléments paranormaux mais aussi avec des phases d’investigation comme un mystère car le processus d’investigation fait de bonnes énigmes. J’ai envisagé différentes options mais j’ai finalement retenu la Nouvelle Orléans et le vaudou, et cela a mené l’ensemble de l’histoire sur les Schattenjagers. »
Jane Jensen

Jane Jensen qui avait déjà bossé avec Roberta Williams sur King’s Quest VI revient avec un autre titre en solo avec un concept original. Et c’est en 1993 qu’apparaît Gabriel Knight Sins of the Fathers. Un jeu qui marque une vie.


Ce jeu est avant tout une histoire. Une histoire comme on les aime : une de celle que votre grand-mère pourrait vous raconter un soir, une de celle qu’on aime écouter et dont on se souvient éternellement. Ce qui est génial d’emblée dans ce jeu c’est qu’on veut savoir la suite : pourquoi Gabriel est-il torturé par des rêves récurrents ? Quel est le destin qui l’appelle ? Qui commet ses meurtres vaudous ?

[RETROGAMING] Gabriel Knight: Sins of the Fathers

L’ambiance

Gabriel Knight c’est aussi une ambiance : les meurtres vaudous en toile de fond.  Gabriel c’est un peu le grand séducteur de ces dames mais avec un lourd passé et ces rêves qui le hantent en permanence. Les voix de Tim Curry (Gabriel) et Mark Hammill (Mosly) sont impeccables. Le thème principal est fabuleux où l’on retrouve le son du glas et du piano, c’est Robert Holmes qui s’est chargé de la composition de la musique.

Ce jeu est absolument à jouer avec la version cd pour les musiques car il existait une version disquettes de souvenir (14 disquettes). J’ai du l’avoir.

[RETROGAMING] Gabriel Knight: Sins of the Fathers

L’interface

Le jeu est un classique du point n’ and click de Sierra déjà opérant pour King Quest ou autres. On a des icônes avec lesquelles on interagit. Quand Gabriel réussit une action on entend un petit bruit qui nous signale que ça marche. Pour chaque action on gagne des points qui forment un total à la fin du jeu. L’interface vaudou sert à un moment du jeu à écrire un code, j’y reviendrai.

[RETROGAMING] Gabriel Knight: Sins of the Fathers[RETROGAMING] Gabriel Knight: Sins of the Fathers[RETROGAMING] Gabriel Knight: Sins of the Fathers

Le drum code (le code des tams tams) sert aussi à un moment du jeu pour décoder un message important.

On a le droit à de très belles fenêtres de dialogues. L’atmosphère globale est excellente.

« got’ a minut Grace ? » . On peut réécouter les dialogues qui sont enregistrés sur des cassettes audios. J’ai tellement joué à ce jeu et erré que je me rappelle encore la voix du gardien du cimetière disant « just look around, just look around »

[RETROGAMING] Gabriel Knight: Sins of the Fathers

Les énigmes

Elles sont globalement bien ficelées et logiques. Pas de grand délire d’association à la Monkey Island. Je me souviens de l’énigme de l’horloge chez la grand-mère de Gabriel.

Anecdote : l’énigme du cimetière où l’on doit écrire un message sur un tombeau. Bon Dieu, on a passé un temps fou sur ce truc avec mon frère à l’époque. Mais que doit-on écrire bordel ? On avait des idées, mais rien de concret. Je me rappelle appeler au téléphone la hotline pour avoir un indice ! Pas d’internet à l’époque. On pouvait vraiment peiner sur les jeux d’aventure de ce style.

[RETROGAMING] Gabriel Knight: Sins of the Fathers

La difficulté

Le jeu n’était vraiment pas facile pour l’époque. Il est composé d’une dizaine de chapitres (ce sont des jours dans le jeu). Gabriel peut mourir et de plus en plus vers la fin du jeu, à partir du voyage en Allemagne. A noter au jour 4 il fallait faire des actions globalement dans l’ordre (un peu à la manière de croisière pour un cadavre) car sinon on ratait des élément et on restait bloquer au jour 5 bizarrement. Un bug ?

La fin

Il existe une bonne fin et une mauvaise fin en fonction de notre dernière action.

[RETROGAMING] Gabriel Knight: Sins of the Fathers

Le packaging de l’époque

Voici quelques photos du packaging il me manque la base en forme de socle. On retrouvait une belle notice, une bd relatant les faits de juin 1693. Le CD avec des symboles importants du jeu : le lion et le talisman.

[RETROGAMING] Gabriel Knight: Sins of the Fathers[RETROGAMING] Gabriel Knight: Sins of the Fathers[RETROGAMING] Gabriel Knight: Sins of the Fathers

Conclusion

Un des meilleurs point and click jamais créé : avec une ambiance, un doublage et un scénario en béton armé. Jane Jensen a marqué ma vie et je l'en remercie. Un grand jeu !

SUPPOS : 6/6

Et la suite ?

Il y a eu 2 suites à ce jeu :

1. The Beast Within en Full Motion Video qui était très bon pour l’époque. Je n’y ai pas rejoué (un prochain test ?) . Le thème était les loups garous. Je pense que comme la plupart des jeux en FMV cela a du mal vieillir. A voir.

2. Et puis Gabriel Knight : énigme en pays cathare avec les débuts de la 3D. Le thème était les templiers et peut être les vampires (je fais appel à ma mémoire sur ce coup). J’avais bien aimé mais un sentiment plus mitigé. Peut être la maniabilité, il faudrait aussi que je le refasse.

Le jeu Gabriel Knight Sins of the Fathers a eu le droit à une réédition en 2014 intitulé 20th Anniversary. Je n’y ai pas joué personnellement mais je crois que les avis sont partagés.

Jane Jensen a fait d’autres projets ensuite. Le plus notable est Gray Matter que j’avais fini.
On retrouvait sa griffe narrative et un vrai plaisir de jeu. Je crois qu’actuellement elle se consacre plus à l’écriture de romans.

Activision possède les droits de Gabriel Knight. Les fans hurlent pour une suite aux aventures de Gab mais cela n’a pas l’air d’être à la politique du jour (rééditions power !) Comme le dit Jane Jensen : peut être si les droits de ces vieilles licences seront rachetés un jour...

Publié dans RETROGAMING

Partager cet article

[SOLUTION] Maupiti Island, Atari ST

Publié le par AngeSurTerre

[SOLUTION] Maupiti Island, Atari ST

Aujourd'hui je voudrais parler de Maupiti Island. La solution du jeu est relativement bien connue, mais la logique derrière n'est pas toujours bien expliquée (du moins, à mon goût). J'ai donc fait une vidéo dans laquelle j'explique en détail comment résoudre toutes les énigmes du jeu. Afin que ma vidéo soit accessible au plus grand nombre, je l'ai naturellement faite avec la version anglaise du jeu. Et c'est là que j'ai découvert un bug (sans gravité, toutefois, car on peut l'éviter) qui ne se produit pas avec la version française. Ce qui est bizarre, c'est que ce bug est présent aussi bien dans la version Atari, que dans la version Amiga, et même dans la version PC.

Au passage, une autre chose que je trouve bizarre, c'est que les personnages dans la version PC ont une apparence totalement différente des versions Atari et Amiga. Pourquoi les programmeurs se sont-ils embêtés à renumériser des photos d'autres personnages ?

Bref, revenons au bug. Ce que j'ai constaté, c'est que dans le jardin, il y a une cache qui contient un couteau et un message secret décodé. Dans la version anglaise, le jeu plante et se bloque si on lit ce message, que ce soit sur Atari, Amiga, ou PC. Aucun problème en revanche avec la version française. C'est un peu étrange que 3 implémentations pour 3 machines différentes souffrent exactement du même bug.

Finalement, je termine avec une autre curiosité : La présence de ce message secret et décodé dans la cache du jardin est non seulement totalement inutile, mais en plus elle n'a absolument aucun sens. En effet, le message secret est reçu par le piano, et est normalement censé être décodé et lu par Roy. D'ailleurs, il cache le message qu'il a décodé dans la radio de sa cabine. Pourquoi irait-il en cacher une copie dans le jardin ?

Publié dans RETROGAMING

Partager cet article

[SOLUTION] Le Manoir de Mortevielle / Amstrad CPC

Publié le par AngeSurTerre

[SOLUTION] Le Manoir de Mortevielle / Amstrad CPC

Bonjour à toutes et à tous. Alors voilà, aujourd'hui je voudrais parler du "Manoir De Mortevielle". Je sais qu'il existe de nombreuses vidéos et nombreux sites web qui montrent comment terminer le jeu en 5 minutes, mais cela n'a strictement aucun intérêt si l'on se contente de collecter les objets et accomplir les actions sans rien comprendre à l'énigme. Certains tentent de donner des explications, mais elles sont souvent confuses, et pas toujours convaincantes.

Alors j'ai composé ma propre solution avec mes explications détaillées en vidéo, ci dessous. C'est long, mais cela souligne la qualité de l'énigme. Félicitations aux créateurs de ce jeu culte


A noter, j'avais découvert ce jeu à l'époque sur Atari ST, et il y a deux mois à peine, j'ai voulu regarder à quoi ressemblait la version Amstrad. J'ai été littéralement bluffé par la qualité! J'ignorais que l'Amstrad était capable d'incorporer des musiques et sons digitalisés. La version Amstrad surpasse même la version Atari ST, car toute l'ambiance sonore est digitalisée sur l'Amstrad, alors que sur Atari seule la musique d'intro et les sons sont digitalisés (pas les petites musiques d'ambiance, qui elles sont synthétiques).

Publié dans RETROGAMING

Partager cet article

Du fer et des flammes sur Amstrad CPC !!!

Publié le par Dr Floyd

Du fer et des flammes sur Amstrad CPC !!!

Fer et Flamme, jeu de rôle mythique de l'Amstrad CPC ! Sorti en 1986, développé par Hervé Lange (quasi tout seul) pour Ubisoft, le jeu est épique, hyper complet, et assez unique sur cet ordinateur ! Un travail de titan pour un seul homme ! De plus la réalisation est de qualité, d'autant plus dingue qu'une grosse partie du code est en basic, avec des graphismes très réussis, pour lesquels on ne ressent même pas le manque de couleurs du mode 1.

Jedibald, notre Gamopat fou (et homme de goût en matière de retrogaming sur micro) revient sur ce jeu culte sur sa chaine Tutube... et surprise : il a causé au créateur : Hervé Lange !!!

Publié dans RETROGAMING

Partager cet article

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>