1058 articles avec tests

[TEST] Daytona USA / XBLA

Publié le par Dr Floyd

DAYTONA USA
Support : XBLA
Éditeur : SEGA
Sortie : 26 octobre 2011

daytona-USA-XBLA.jpg

DaytonAAAAAAAAA !!!!! Le voici le voilà qui déboule enfin sur XBLA le hit absolu des salles d'arcade du milieu des années 90 ! A sa sortie en 1993 (japon) Daytona USA a révolutionné les jeux de caisse, on restait la bouche bée devant le jeu, devant sa rapidité et sa 3D texturée incroyable !

C'est un jeu que beaucoup ont découvert remanié sur Saturn dans une version médiocre (la 3D était très limitée sur cette console) voire sur Dreamcast en 2001, mais ici nous avons affaire au vrai, au seul, à l'unique jeu d'arcade ! Au risque de surprendre les bytos nés avec "Playstation" Daytona USA est un jeu de caisse ne proposant que 3 courses et 2 voitures ! Le bytos va donc se taper les 3 courses, trouver la réalisation ridicule, le gameplay sans intérêt, et va effacer le jeu de sa Xbox pour retourner sur Gran Turista 5. Mon Dieu quelle erreur fatale !!!!

daytona-USA-001-copie-1.jpg

Car Daytona USA c'est le fun à l'état pur, ne cherchez pas le moindre soupçon de réalisme dans les courses, on est ici pour s'éclater, point barre. Et malgré son apparente simplicité il propose une marge de progression incroyable.
Il faut apprendre à maîtriser la conduite du véhicule, soit en mode automatique, pratique pour débuter, il faudra juste apprendre à maîtriser les dérapages, soit en mode manuel, indispensable pour devenir un dieu sur ce jeu et battre des records (surtout en time attack).

daytona-USA-002-copie-1.jpg

Le jeu en lui même est totalement identique à l'original des salles enfumées. Le but est de remonter sur un circuit fermé tous les adversaires jusqu'à la première place avec un temps limite entre chaque checkpoint. Il faudra faire preuve d'adresse, de maîtrise, pour espérer aller au bout, avec une conduite 100% arcade qui peut surprendre au début. Viennent s'ajouter quelques défis, le time attack et le survival (avec classement mondial des scores), un mode karaoké (hum...), et le jeu online jusque 8 pour une éclate totale. Perso j'adore le time trial pour tenter de grappiller des centièmes de secondes afin de grimper dans les charts... On devient obsédé à vouloir toujours faire mieux.

daytona-USA-003-copie-1.jpg

En 1994 Daytona USA est techniquement in-cro-ya-ble, c'est le premier jeu de course à utiliser de la 3D texturée. Le jeu est ici totalement identique visuellement, à part qu'il est lissé en HD. On retrouve donc les défauts de l'époque : une 3D un peu hésitante (mais ultra fluide), quelques bugs visuels, et un décor de fond qui se déplace de manière totalement irréaliste. Mais tout ça fait parti du charme du jeu ! Et que dire de la bande son cultissime du jeu...

Ce qu'on souhaiterait maintenant c'est un reboot de la licence qui puisse exploiter nos consoles modernes, si vous pléééé Maître Sega ! Ah oui, et aussi Scud Race sur XBLA, le jeu d'arcade maudit annulé sur Saturn puis sur Dreamcast....


Daytona USA est un portage parfait de la version arcade, le scoring avec classement mondial et le jeu online à 8 rajoutant du piment au jeu. Les nostalgiques et fans d'arcade ne doivent même pas hésiter une seconde, ACHETEZ LE, et les jeunes bytos se doivent de découvrir ce mythe si ils veulent devenir un jour de vrais gamopats avec du poil sur le torse. Gentlemens, start your engines !!!!!

SUPPOS : 6/6
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] Kirby Mass Attack / Nintendo DS

Publié le par Dr Floyd

KIRBY MASS ATTACK
Support : Nintendo DS
Développeur : HAL Laboratory
Éditeur : Nintendo
Sortie : 28 octobre 2011

kirby-mass-attack-boite-gamopat.jpg

Non je n'ai pas honte de jouer à Kirby à mon âge, surtout enfermé dans les WC... Kirby Mass Attack, à ne pas confondre avec Kirby Mouse Attack (2007), est le dernier né des jeux de plateforme mettant en scène notre petite boule rose favorite. C'est un peu la suite de Kirby et Le Pinceau du Pouvoir car il se joue entièrement en mode tactile... un type de gameplay qui peut à priori faire peur !

Le trop méchant sorcier Necrodéus divise d'un coup d'éclair magique notre pauvre boule rose en 10 mini-Kirby afin de réduire sa puissance. Bien joué, sauf que le mini-Kirby qui a survécu à l'attaque va tenter de se venger pour retrouver "son unité". Le jeu commence donc avec un seul Kirby que vous dirigez au stylet. Pointez un endroit pour vous y rendre, tapez deux fois pour courir, tracez une ligne rapide pour lancer un Kirby, maintenez appuyé pour tracer un chemin à suivre, pointez les ennemis pour les attaquer ou les objets pour les utiliser. Absolument aucun bouton n'est nécessaire et c'est d'une incroyable efficacité ! On joue instinctivement dès la première partie sans jamais se poser de questions !

kirby-mass-attack-001.jpg

Mais l'originalité de cet opus, c'est, ou plutôt ce sont, les 10 Kirby ! En effet en ingurgitant des fruits vous ferez revenir petit à petit vos 9 camarades. Et malgré les 10 Kirby à l'écran le jeu est toujours d'une maniabilité incroyablement simple et le  jeu reste totalement lisible ! A 10 c'est bien sûr plus facile de vaincre les ennemis et de débloquer certains passages. De plus les niveaux sont truffés de secrets. Il faudra donc faire les niveaux plusieurs fois afin de finir le jeu et pour récupérer toutes les médailles qui vous débloqueront des mini-jeux. Ces derniers sont bien sympa, surtout le "remake" de Kirby's Pinball Land, jeu de flipper culte de la Gameboy !


kirby-mass-attack-002.jpg

Le jeu est assez facile, même trop facile pour un hardcore gamer, mais l'intérêt est surtout de réussir à finir le jeu à 100%, récupérer toutes les médailles, obtenir le niveau "or" partout, réussir tous les challenges, et là c'est plus compliqué. C'est tout le génie de Hal Laboratory avec cette licence : dans Kirby nous ne sommes jamais frustrés, il est toujours possible de progresser, cependant il y a deux façon d'y jouer, comme un casual qui va ranger le jeu une fois le dernier niveau passé, ou comme un vrai gamopat poilu qui va farfouiller partout pour tout débloquer. Du vrai gameplay comme j'aime : On ne vous impose rien, on vous laisse quasiment choisir votre niveau de difficulté.

kirby-mass-attack-003.jpg

Quand un Kirby est touché il devient bleu comme un Schtroumpf, si il est encore touché il monte au ciel, à vous de le récupérer très vite avant qu'il ne soit trop tard. On se n'ennuie jamais dans ce Kirby, chaque niveau regorge de nouvelles idées géniales et la progression est plutôt libre dans le choix des niveaux, avec comme je vous l'ai expliqué dans le paragraphe précédent la possibilité d'aller très vite, ou de revenir sur vos pas pour tout "nettoyer". Toutes les mécaniques de la série sont là et c'est un pur bonheur vidéoludique ! On en oublie complètement que l'on joue au stylet et non au pad.


kirby-mass-attack-004.jpg

D'un point de vue technique c'est tout simplement fabuleux, des graphismes mignons, des couleurs magnifiques, des animations qui ne souffrent d'aucun défaut, aucun ralentissement, une gestion du stylet parfaite, et des musiques ensorcelantes ! Tout est parfait dans les moindres détails ! On pourrait chipoter en disant que le framerate n'est pas 100% fluide, mais n'oublions pas que nous avons affaire à un Kirby particulier que se joue au stylet avec jusque 10 Kirby à l'écran, ce n'est pas un jeu de plateforme traditionnel.

Et hop un ultime jeu culte pour la Nintendo DS ! Ce nouveau (et sûrement dernier) Kirby sur DS est un petit chef d'oeuvre absolu ! C'est tout simplement le meilleur jeu d'action au stylet jamais réalisé sur cette console, avec un festival de bonnes idées et avec une réalisation ultra soignée ! Un bol d'air frais avant de retrouver notre héros dans un gameplay plus classique sur Wii d'ici quelques semaines... pour sûrement un autre chef d'oeuvre. Incontournable.

Réalisation technique : 9/10
Aspect artistique : 9/10
Gameplay : 9/10
Replay Value : 8/10
35/40
SUPPOS : 6/6
(appréciation personnelle)
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg


seal of quality

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] Dead Island / PS3

Publié le par Dr Floyd

DEAD ISLAND
Support : PS3
Existe également sur Xbox 360 et PC
Développeur : Techland
Éditeur : Deep Silver
Sortie : 9 septembre 2011

dead-island-box.jpg

Testé avec le support de Gamoniac

Surfant sur le thème très à la mode des zombies, le très moyen studio polonais Techland tente de passer au blockbuster avec ce FPS-survival ambitieux et tropical, qui sur le papier a vraiment tout pour plaire...

L'action se passe dans un décor paradisiaque, l'île de Banoi, qui est envahie de mort-vivants et les survivants sont peu nombreux. Fini les vacances et les filles en bikini, il va falloir désormais penser à survivre nom d'un pixel mort ! Vous incarner au choix un personnage parmi 4 qui ont la chance d'être immunisés aux morsures, et ayant chacun leurs propres statistiques. Par contre ils n'ont pas la chance d'avoir du charisme...

dead-island-choix-copie-1.jpg
Des personnages au charisme digne de Alex Kidd

Vous débutez l'aventure avec une simple pagaie et tout de suite vous vous rendrez compte qu'il ne faut pas faire n'importe quoi : vous vous épuisez, et vos armes se détériorent. Donc à vous de trouver des armes de fortune (attention ce n'est pas délirant comme dans Dead Rising), de les utiliser avec parcimonie, et au pire d'utiliser vos poings ou vos pompes en cas de coup dur ! Les armes à feux sont également de la partie. Rhaaa le fusil à pompe, incontournable dans un jeu de zombies ! A noter aussi que vous aurez la possibilité de créer vos propres armes.

dead-island-002.jpg
Des zombies aussi nombreux que les supporters de l'AS Monaco...

Le gameplay est très facile à prendre en main, ça se joue comme un bon vieux FPS, avec une vraie gestion de la vie (Dieu du pixel, c'est un miracle !) et il faudra trouver des boissons pour reprendre du poil de la bête. Chaque arme à son avantage et il y a plusieurs catégories de zombies. A vous d'utiliser la bonne technique, coup de pelle, couper les bras, décapiter, mettre le feu, voire du corps à corps.... Bordel de sprite, qu'est qu'on se marre bien ! Sauf que c'est assez répétitif et les combats à l'arme à feu sont peu convaincants. Mais on se marre quand même. LOL.

dead-island-001.jpg
Je crois que j'ai une touche là...

Le scénario (hum...) évolue via un ultra banal système de quêtes, principales et secondaires, dans des zones assez ouvertes, mais avec beaucoup d'aller-retours... Ce n'est donc pas un jeu de couloir, il est possible de "visiter" l'île mais on est quand même assez limité avec des barrières invisibles et des bâtiments inaccessibles. Une petite partie
RPG est au programme avec la gestion de votre XP, vous gagnerez des points qu'il faudra répartir dans différentes catégories pour gagner de l'efficacité. Cependant tout ceci est un peu invisible car l'XP des ennemis grandit en même temps, et vous n'apprenez finalement pas beaucoup de nouvelles techniques. La durée de vie semble assez longue (mais c'est répétitif je le répète). A noter la possibilité d'y jouer à 4 en mode multi, plutôt fun.

dead-island-partouze.jpg
Non ce n'est pas une partouze...

Techniquement c'est franchement pas mal, le framerate est potable (vu que le jeu charge en temps réel façon Just Cause ou GTA), les décors sympa, l'ambiance sonore convaincante, les effets de particules et de lumières très réussis, et la végétation est très bien animée. Si je voulais troller je dirais qu'on se croirait presque sur Xbox 360. J'décoooonne... Mais ne nous emballons pas car il y a pas mal de défauts : il n'y a jamais beaucoup de zombies à l'écran, les PNJ ont le QI d'un Amstrad GX4000 (très gênant pour le gameplay), il y a quand même quelques bugs visuels et les cut-scènes sont assez médiocres, on sent là l'absence de moyens Qataris.


Dead Island aurait pu être un gros titre avec un peu plus d'ambition et de moyens. On aurait apprécié un monde plus ouvert, plus libre, basé uniquement sur la survie sans ces missions ennuyeuses, et avec plus de charisme et de variété. Cela dit c'est fun, gore, techniquement assez réussi, et vous passerez un bon moment, comme avec un bon film de série Z, et c'est bel et bien la mission d'un jeu vidéo : vous divertir.

 

Note technique : 7/10
Note artistique : 5/10
Gameplay : 6/10
Replay Value : 5/10
23/40
SUPPOS : 4/6
(appréciation personnelle)
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] Rocketbirds: Hardboiled Chicken / PSN

Publié le par Dr Floyd

ROCKETBIRDS: HARDBOILED CHICKEN
Support : PSN
Adapté de la version PC (2009)
Développeur : Ratloop
Sortie : 19 octobre 2011

rocketbirds.jpg

Voici un petit jeu à priori sans prétention, connu quand même des gamers PC, qui déboule sur PSN. Je l'avais zappé à l'époque, et pourtant que de bonne surprises dans ce jeu 2D qui respire bon le old-school !

Et ça commence plutôt bien avec une intro géniale accompagnée d'une musique non moins fantastique. Vous êtes le Rambo des poulets (équipé qui plus est d'un jetpack) et avez pour objectif de mettre un terme aux agissements du dictateur pingouin Putzki. Pas d'inquiétude sur ce scénario, c'est un jeu d'action qui se joue au 10ème degré ! L'humour est omniprésent et ça fait du bien !


rocketbirds-000.jpg

L'aventure commence dans un complexe militaire et nous propose un gameplay 2D de type plateforme 100% old-school ! A vous de progresser dans les couloirs sombres au milieu des patrouilles ennemies. Vous pouvez sauter, grimper, attraper, pousser, déclencher des mécanismes, et bien sûr tirer. Vous commencerez avec le pistolet pour passer au fusil d'assaut, au fusil à pompe, et aux grenades. Et le top du top : le brain bugs, une arme diabolique qui parasite le cerveau de votre ennemi et qui vous permet de le contrôler pour vous infiltrer ainsi dans les rangs adverses.

rocketbirds-003.jpg

Et après quelques minutes de plateforme bien agréables, c'est la surprise ! Vous passez en phase jetpack pour partir à l'assaut d'un zeppelin ! Là on rentre dans une phase façon Time Pilot pour un shoot à 360°. Sympa, bien fait, mais pas incontournable. La difficulté du jeu est très modérée, on progresse sans trop de mal dans la quinzaine de niveaux proposés (6 heures de jeu ?), et quelques petites énigmes viendront vous freiner un peu (récupérer des cartes-pass, pousser des caisses...). A noter aussi la présence d'un mode coop pour jouer à deux.

rocketbirds-002.jpg

Au niveau de la réalisation c'est franchement du tout bon pour un jeu PSN ! Si on pouvait craindre à la vue des screenshots une réalisation de type "flash" ce n'est pas du tout le cas. Les graphismes ont été revus et corrigés par rapport à la version PC, les animations sont excellentes et très drôles, les graphismes magnifiques, sans compter de sublime effets de profondeur, de zoom, et un jeu de lumières parfaitement maîtrisé. Le tout est particulièrement fluide, avec des bruitages excellents et une musique d'enfer par le groupe autrichien New World Revolution.

Ce Rocketbirds est un petit bijou du PSN tout simplement ! Gameplay ancestral simple et complet à la fois, réalisation 2D sublime, musiques fabuleuses, et cerise sur le gâteau : un humour omniprésent. A acheter les yeux fermés.

SUPPOS : 5/6
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans TESTS

Partager cet article

[SPEEDTESTING] CARS 2 / PS3

Publié le par Dr Floyd

CARS 2
Support : PS3
Existe également sur Xbox 360, PC, Wii et divers supports portables
Développeur : Avalanche Software
Éditeur : Disney Interactive
Sortie : 23 juin 2011

cars-2-box.jpg

Speedtesting de 1 heure

Le Doc qui teste Cars 2 ?! Bientôt les jeux Dora et Oui-Oui ? J'avais juste envie de voir ce que donne ce jeu de course, déjà pour le montrer à mon fils fan de Flash McQueen, et puis j'avoue avoir eu le vague espoir d'y trouver un jeu de course fun façon Mario Kart... C'était oublier que nous avons affaire à une adaptation cinéma...

Premier soucis, le tutoriel, d'une longueur insupportable, inutile, et chiant. On a qu'une seule hâte, participer à des courses endiablées. Et quand le moment est venu on est tout de suite déçu. Alors certes il y a tout ce qu'il faut : dérapages, turbo (à 4 niveaux), sauts, armes (mitraillettes et missiles).... comme dans un Mario Kart. Mais c'est mou, trop mou, et le gameplay n'est pas aidé par une réalisation très très moyenne. Malgré des graphismes très cartoon, c'est assez moche, et la fluidité n'est pas vraiment au rendez-vous, ce qui est totalement inacceptable ! Même sur Dreamcast les jeux de courses cartoon tournaient à 60 img/secondes ! (Bienvenue sur PS3...). Dommage car le level design n'était pas trop mauvais, avec raccourcis et tremplins. A noter aussi qu'il n'y a pas de jeu en ligne, étonnant, mais il est possible d'y jouer à 4 en écran splitté.

cars-2-image.jpg

Cars 2 est un produit marketing, vite fait, mal fait. Dommage car il y avait franchement du potentiel pour en faire un bon substitut à Mario Kart. Il pourra cependant amuser vos enfants... de moins de 10 ans... bah moi le fiston a pas aimé.

SUPPOS : 1,5/6

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] Forza Motorsport 4 / Xbox 360 (+ volant wireless)

Publié le par Dr Floyd

FORZA MOTORSPORT 4

Support : Xbox 360

Éditeur : Microsoft

Développeur : Turn 10

Sortie : 14 octobre 2011

forza-4-wireless-speed-wheel.png

T
esté avec le support de KamehaShop


Après la vaste blague Gran Turismo 5 du méchant concurrent, Krokosoft et Turn 10 nous proposent un troisième Forza sur Xbox 360 (et sûrement dernier) afin de tenter de s'imposer définitivement comme la meilleure simulation de course auto sur cette génération. Bien décidé à tester sérieusement ce jeu je me suis même payé le bundle du geek fan de Alain Prost avec le Wireless Speed Wheel.

Ne rêvez pas, 

Forza 4 n'entend pas révolutionner le genre "Gran Turismo". Nous avons toujours affaire à un jeu sobre, limite froid, avec des menus épurés et des modes de jeux classiques dont le fameux mode carrière. Un mode à progression beaucoup plus souple qu'auparavant, avec rien de vraiment bloquant et un écran récap' bien fait qui liste toutes les épreuves. L'ensemble manque cependant cruellement de caractère, c'est impersonnel, mais c'est aussi le genre qui veut ça peut-être ? Il faudrait que les éditeurs de ce style de jeu comprennent qu'ils ne sont pas obligés de suivre la voie Gran Turista et qu'il est possible de proposer une simulation tout en y collant un habillage fun et sexy. 500 voitures sont proposées au total, de toutes les époques, ce qui largement suffisant, et même déjà trop.

forza-4-003.png

Attention la progression est lente, vous allez bouffer de la Ford Ka ou de la Citroën C1 pendant pas mal de temps avant que cela devienne intéressant. On retrouve of course plein de circuits mythiques, Le Mans, Laguna Seca, Infineon Raceway, etc... mais aussi quelques circuits imaginaires. Après il est toujours possible de paramétrer vos propres courses en mode de jeu rapide, où là vous choisissez le circuit et la voiture, ou encore de vous lancer dans le "scoring" via des contre-la-montre à classement mondial. Un truc cependant très très étonnant dans Forza 4 : il n'est pas possible de voir les caractéristiques techniques d'une voiture lors de l'achat ! Là ne n'arrive pas à comprendre pourquoi !

forza-4-001.png

Question conduite je vous conseille bien sûr de désactiver un maximum d'aides, sinon cela n'a aucun sens de jouer à ce jeu, et il vaut mieux retourner sur Dirt 3 ou Shift 2 (mes deux références "semi-simulation"). De plus, moins vous utiliserez d'aide plus vous aurez des bonus de points. La simulation est plus poussée que sur des jeux de type Shift 2 avec une physique et un comportement des véhicules très crédibles, et avec des accidents qui influent vraiment sur la conduite. Rien à redire donc sur le pilotage, très crédible, et renforcé au volant, mais nous y reviendrons. Par contre, 12 véhicules en course, c'est mieux que les 8 de Forza 3, mais ça reste peu.

A noter une absurde option de rembobinage (pour copier la concurrence) qu'il est heureusement possible de désactiver, ouf. Point négatif du gameplay, l'IA qui ne brille pas particulièrement avec des concurrents qui n'hésiteront pas à vous rentrer dedans. Aussi les courses semblent assez scénarisées, avec à peu près toujours les mêmes schémas : un lot de voitures larguées, et un lot de 3 voitures en entête. Mais rassurez vous c'est globalement mieux que les pilotes au QI d'une moule de Gran Turista 5... Il est sinon possible d'y jouer à deux en écran splitté, ou online avec des modes de jeu variés. Notons aussi l'existence d'un mode "club", une sorte de réseau social, où vous partagerez vos voitures avec vos amis, et défierez d'autres clubs. J'ai essayé 2 ou 3 parties contre une dizaine d'adversaires, très convaincant, sans lag.



forza-4-002.png

Passons aux gogo-gadgets avec Kinect et et le nouveau volant sans fil. Je passe vite fait sur la ridicule option Kinect, ou vous mimez le volant, l'accélération et le freinage étant gérés automatiquement... lamentable. Votre visage est également suivi afin de tourner automatiquement la tête dans le cockpit, mais bon c'est moyennement convaincant. Branchons plutôt le volant Wireless
(ah bah non y a pas de fil !), et là l'immersion devient vraiment exceptionnelle ! Un peu sceptique au départ sur les qualités de ce volant (j'avais peur du gadget façon Wii) je peux vous dire qu'il est excellent. Les sensations sont vraiment bonnes, il vous permettra d'obtenir de meilleures performances qu'avec la manette, avec une bonne prise en main. Il est de plus assez solide et plutôt classe. Un très bon investissement (79€ en bundle avec le jeu) sachant qu'il est compatible avec les autres jeux de caisses. Et puis son gros avantage : il n'encombre pas le salon, il se range tout simplement comme une manette, c'est hyper pratique !



wireless-speed-wheel-xbox-360.jpg

Que vaut le jeu techniquement ? Un point essentiel dans un jeu de ce type où la contemplation joue un rôle assez important. Les voitures sont superbement modélisées (surtout dans le garage, ma femme était d'ailleurs persuadée que c'était une video), même si en course c'est forcement moins évident. Les décors ne sont pas exceptionnels, c'est correct sans plus. On est plus émerveillé par certains décors de Dirt 3 ou Shift 2 par exemple. Comme toujours, et cela concerne aussi bien Gran Turismo que Forza, l'ensemble fait un peu froid. En même temps il n'est pas facile de produire des graphismes fun quand on propose essentiellement des courses sérieuses sur circuits.

Des courses qui sont très fluides sans ralentissement (sûrement proche des 60 fps), mais ce n'est pas le cas pour les ralentis dont le framerate est largement inférieur, dommage. Les dégâts visuels sont réussis ainsi que la crédibilité des accrochages et accidents. Seul gros regret : l'absence de météo et de conduite la nuit, regrettable. La bande son est réussie, des bruits de moteur crédibles et des musiques discrètes. Les menus sont sobres et efficaces, on pestera juste un peu sur les temps de chargement, mais vue la durée de vie du jeu, installez le sur votre disque dur.



forza-4-004.png

Forza 4 est sans problème le meilleur opus de la série, et avec une gestion de la météo et une meilleure IA il aurait été parfait. La meilleure simulation de course auto sur console ? Oui, il surpasse Gran Turismo 5 sans problème. Un très bon achat (surtout avec le volant) en complément à des jeux plus fun comme Dirt 3 et Shift 2.



Réalisation technique : 8/10

Aspect artistique : 7/10

Gameplay : 9/10 (au volant)

Replay Value : 9/10
33/40
SUPPOS : 5/6
(appréciation personnelle)
suppo notesuppo notesuppo notesuppo notesuppo note

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] Ico & Shadow of the Colossus / PS3

Publié le par Dr Floyd

CLASSICS HD : ICO & SHADOW OF THE COLOSSUS

Support : PS3

Éditeur / Développeur : Sony

Sortie : 28 septembre 2011



Test flash avec le support de RueduCommerce


ico---shadow-colossus-boite.jpg


Rhaaaa Ico et Shadow of the Colossus, deux titres qui auront déchaîné les passions sur PS2 ! Avec une question qui revenait toujours sur le tapis : le jeu vidéo est-il un art ? Ces deux jeux magnifiques, et presque devenus mythiques (mais au gameplay plutôt discutable), refond surface aujourd'hui remastérisés en petits pixels bien lisses sur PS3. On ne va pas en refaire les tests, mais juste examiner l'aspect technique et voir si le charme opère toujours.



Ico ne propose pas forcement un gameplay original, c'est un simple jeu de plateforme avec énigmes, mais il se dégage une atmosphère très particulière, envoûtante, le tout accompagné d'un level design très inspiré et de très beaux graphismes. Et on ne peut être insensible à l'émotion que dégagent les deux héros du jeu, le vaillant Ico et et la très fragile Yorda. En HD et plus fluide l'expérience n'en est que plus convaincante. Sinon absolument aucun changement, c'est le même jeu et on retrouve le même défaut de caméra et sa gestion un peu bordélique. Les graphismes un peu anguleux et les décors vides rappellent que nous sommes sur une version HD d'un jeu PS2, mais c'est vraiment très beau et cela importe finalement peu. Sinon aucun bonus, aucune nouveauté, c'est 100% le même jeu, à part les trophées.

ico-hd.jpg



Shadow of the Colossus était un jeu trop ambitieux pour la PS2 qui crachait ses poumons surtout lors des phases mettant en scène les colosses. Ici ce gros défaut disparaît totalement, le jeu est fluide en permanence, le rendant encore plus beau. On pourrait quasiment croire à un jeu PS3 si le niveau de détails n'était pas si faible et certaines textures aussi grossières. Et malgré tout c'est beau, c'est même magnifique, on reste encore et toujours bouche bée devant votre héros traversant les plaines sur sa monture. Car Shadow of The Colossus est vraiment un jeu atypique, loin des standards du jeu vidéo, loin des jeux génériques qui se ressemblent tous, pensé avant tout pour être une oeuvre d'art et non un jeu. Et c'est un peu là son gros défaut : en gros le gameplay consiste à trouver le point faible de chaque colosse, et perso ça me gonfle. Attention comme pour Ico absolument aucune nouveauté, c'est 100% le même jeu... lissé en HD. A vous de voir si vous avez envie de revivre cette aventure... Les nouveaux venus se doivent en tout cas d'essayer ce jeu hors normes.



shadow-colossus-hd.jpg

Ico et Shadow of the Colossus restent de très grands jeux sur PS3, pas d'un point de vue technique, mais d'un point de vue artistique et émotionnel. De plus ici plus aucun soucis de contrainte technique, les jeux ne rament plus du tout (même si la PS3 n'arrive pas à afficher 60 frame/sec). On regrettera l'absence totale de contenu additionnel. Dommage aussi d'avoir simplement lissé le jeu, facile, plutôt que d'avoir retravaillé entièrement l'aspect visuel. Si vous connaissez ces deux jeux mythiques à vous de voir si vous avez envie de replonger, mais si vous ne connaissez pas c'est une compilation absolument obligatoire.



SUPPOS : 5/6
suppo notesuppo notesuppo notesuppo notesuppo note

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] Guardian Heroes / XBLA

Publié le par Dr Floyd

GUARDIAN HEROES

Support : XBLA
Adapté de la version Sega Saturn
Éditeur : SEGA

Développeur : Treasure

Sortie 12 octobre 2011

guardian-heroes-logo.jpg



Il y a des jeux de niche qui rentrent dans la légende, et il faut dire que beaucoup de jeux Treasure font parti de cette catégorie (Gunstar Heroes, Radian Silvergun, Ikaruga, Sin & Punishment, Gradius V...), et bien sur le beat'em all Guardian Heroes de la Sega Saturn. Une carte de visite incroyable pour ce développeur réellement mythique ! Alors que vaut ce revival XBLA d'un jeu Saturn que peu de gamers français ont connu à l'époque (en pleine folie Playstation).



Et nous avons affaire ici à un beat'em all peu ordinaire qui n'a rien à voir avec les classiques du genre comme Street of Rage ou Final Fight. Déjà l'univers totalement délirant, entre héroïc fantasy et mecha, avec un système de choix qui influent sur le scénario (ce qui permettra de refaire plusieurs fois le jeu de manière différente), et une petite dose de RPG (points d'expérience, karma, force, endurance, magie...). Aussi il ne faut pas faire n'importe quoi (frapper les villageois, tout casser) car cela influe sur votre évolution.


guardian-heroes-002.jpg


Quant aux combats eux même, la palette de coups disponibles est bien plus évoluée que dans un beat'em all classique, il y aura beaucoup de choses à apprendre avec des combos de folie et des enchaînements dans les airs. Vous n'avez pas fini de progresser. Vous pourrez aussi faire appel à un chevalier zombie pour faire le ménage quand cela devient critique. Il faut aussi savoir que le jeu se joue sur trois plans 2D, un peu déstabilisant, je ne suis pas fan à la base, mais une fois bien assimilé, ça passe. Bref, au final nous avons affaire à un gameplay extrêmement tactique, et si vous jouez comme un gros bourrin vous n'irez pas bien loin.



A noter un mode arcade complètement dingue et hardcore. Vous commencez par choisir votre personnage parmi plus de 40 (!!!) et vous vous retrouvez dans une arène face a des dizaines d'ennemis à la fois, dans le chaos le plus total ! Si vous ne maîtrisez pas les bases vous ne tiendrais pas 10 secondes ! C'est là que le débutant va vite comprendre qu'il y a du pain sur la planche avant de maîtriser le jeu ! Vous pourrez y jouer en ligne jusque 12 si ça ne lague pas trop.



guardian-heroes-001.jpg

Techniquement il faut savoir que le jeu à l'époque était fabuleux, avec toutes ces animations 2D grandioses. Le jeu a un peu vieilli au niveau des décors, même lissé en HD et adapté au 16/9e. Cependant il reste agréable visuellement, avec des couleurs très arcade, et une fluidité sans faille malgré le bordel monstre à l'écran. Enfin sachez que la traduction du jeu en français a été très soignée.



On sent toute la folie Treasure dans ce revival de Guardian Heroes. Un jeu assez déstabilisant au départ, mais en creusant un peu on se rend compte de toute la profondeur du jeu. Un beat'em all 2D culte, bordélique et subtil à la fois, à ne surtout pas louper. Si t'as pas joué à Guardian Heroes sur XBLA t'as raté ta vie de gamer.



SUPPOS : 5,5/6
suppo notesuppo notesuppo notesuppo notesuppo notesuppo note

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST] RAGE / Xbox 360

Publié le par Azerty0210

RAGE
XBOX 360
Existe également sur PS3 et PC
Editeur : Bethesda
Développeur : ID Software
Sortie : 07/10/2011


rage-box.jpg

Les jeux que j’achète dès leur sortie ? Un windstick pourrait me dégommer 8 de mes doigts que j’en aurai encore assez pour compter ceux de cette année ! Et RAGE fait donc partie du duo… Autant vous dire que j’attendais le nouveau titre de ID Software avec une fébrilité insupportable ! Comment louper le nouvel FPS des créateurs du genre franchement ?


Le speech est rapide, ici pas d’aliens pour faire souffrir les humains, mais une bonne grosse météorite qui vient s'écraser sur notre bonne vieille planète bleue, et c’est le drame ! Apocalypse et chaos vont suivre. Heureusement (pour une poignée d’élus), une arche a réussi à s’éclipser avant le big bang météorique, à son bord une dizaine de chanceux sont plongés dans un profond sommeil… Un siècle plus tard, l’arche pourrie sur terre et à son bord un seul survivant… Vous ! A peine dehors que votre rétine se décolle tellement l’environnement est beau et détaillé. A ce titre et même si il est fixe, le ciel est tout bonnement splendide !

rage-001.png

D’ailleurs autant le dire tout de suite, les graphismes sont réussis de bout en bout, alors oui, certaines textures sont moins détaillées, mais tout de même globalement nous sommes au-dessus du standard des jeux actuels. Les décors fourmillent de détails, les couleurs sont belles et la « patte » graphique est réussie (mis à part les visages moyens). Bref c’est beau, détaillé, fin…. mais absolument pas original. On y retrouve tout les codes du monde apocalyptique que les livres ou films ont pu nous livrer (Mad Max, La Route, Le livre d’Elijah), et cela aussi bien au niveau des décors que des personnages. Qui plus est pour eux, ne font pas assez « sales », traduisez par là que l’on a parfois l’impression d’être dans un monde de bisounours quand on se promène dans les villes… J’aurai aimé plus de fourberies et de charisme.

rage-002.png

Ce qui me permet de rebondir sur la mécanique du jeu, où justement ces "villes" jouent un rôle primordial, dans le sens ou la plupart des missions partent et se finissent dans celles-ci. Et autant vous le dire tout de suite, des allers/retours, vous allez en bouffer ! RAGE donne l’impression de jouer dans un monde ouvert, mais bien entendu ce n’est absolument pas le cas, ici impossible de vous perdre, aussi bien dans les villes que dans les différentes zones de combat.

rage-003.png

Pour vous déplacer vous allez vite avoir accès à des véhicules, le premier de tous sera un quad que vous laisserez vite au profit d’un buggy « customisable » à souhait.
Au volant, c’est arcade, très arcade, du coup la prise en main est immédiate et aucune frustration ne se fera sentir dans ces phases de jeu. Conduire et tirer n’est pas votre tasse de thé ? Ne pleurez pas, ID Software a pensé à vous en dotant le buggy d’une visée automatique, moins technique mais beaucoup plus fun !

Le scénario ? Oui si on veut, mais que du déjà vu, votre but est d’intégrer la résistance pour combattre un pouvoir totalitaire… La mécanique est simpliste et pour tout dire redondante. Aller dans une ville, rencontrer quelqu'un qui veut vous donner quelque chose pour vous aider dans votre « quête » mais pour cela vous devez lui rendre un service… Hop on monte dans le buggy… Vroummmmm mission !! Retour dans la ville pour redonner l’objet… Et rebelote ! Bref c’est bien beau mais pas bien excitant. Surtout que notre héros est aussi expressif qu’une huître en plein soleil, pas un mot, pas une expression, RIEN ! Et surtout aucun autre choix que d’accepter, aucun libre arbitre. En plus les dialogues sont ennuyeux à mourir ! (Heureusement courts, à noter que la synchro labiale est minable). Bref vous avez compris le scénario et la mécanique du jeu ne m’ont pas séduit.

rage-004.png

Retour aux missions et donc aux ennemis, qui à contrario sont réussis ! Esthétiquement mais aussi au niveau de leurs mouvements. C’est tout aussi bon au niveau de l’IA, chacun des types d’ennemis à ses points forts, certains n’hésitent pas à se mettre en retrait ou bien encore reculer face à vous pour mieux vous surprendre au détour d’un mur, les gros décérébrés existent bien, mais ils sont tellement vifs que la partie n’en est pas plus facile. Par contre les boss sont décevants et au final pas bien dur à cause de leur lenteur… Dommage !

Les combats à défauts d’être nombreux sont intenses et hyper speed (dans le bon sens du terme), pas une minute de répit, et je vous assure que le mode « bourrin » est loin d’être celui qui vous récompense le plus. Les armes, sans être follement nouvelles sont plutôt sympathiques, notamment l’arbalète, malheureusement pas assez puissante, enfin tout du moins dans sa configuration de base. A noter que vos munitions sont précieuses car ne vous attendez pas à en trouver des masses sur vos victimes (à vous alors d’être prévoyant en chargeant votre stock dans les magasins). La régénération automatique (si chère au Doc LOL) est de la partie, et si jamais vous n’êtes pas assez doué pour vous planquer et vous régénérer, votre défibrillateur prendra le relais via un QTE pas désagréable.

rage-005.png

Lors de vos phases de combat, il ne faudra pas oublier l’exploration afin de récolter objets à vendre ou à conserver.
Car voilà une phase intéressante de RAGE, vous trouverez des magasins ou vous allez pouvoir acheter mais aussi vendre vos objets trouvés. Cet argent va vous servir à acheter tout un tas de choses, des pansements pour vous soigner, aux munitions pour vous défendre, en passant par l’upgrade de vos armes et véhicules. Vous allez aussi apprendre à construire des objets bien souvent par le biais de plans trouvés… Grâce à cela, à vous les windsticks coupeurs de doigts, les crocheteurs de serrure, etc ! Fun !

Un autre point positif vient du fait de pouvoir trouver tout un tas de missions annexes : course de voitures, facteur (The Postman, quel nanar !), jeu de cartes, chasseur de têtes, bref pas de quoi s’ennuyer et parfois même se divertir entre deux missions un peu soporifiques. Si la jouabilité ne pose aucun souci lors des déplacements, il en est tout autre lors des phases de combats, le changement d’armes est laborieux, attribuer les grenades ou les windsticks sont chronophages, bref autant l’avouer, lors des combats super speed, cela n’aide pas ! J’ai noté une visée tout de même assez difficile à maîtriser. Par contre, au secours les temps de chargement, très longs ! L'installation complète (20Go !) n'arrange pas trop les choses.

Pour terminer sur un point positif, j'en reviens à la réalisation qui est dantesque, ultra fluide, quasiment sans bugs de collisions, et ça ne rame absolument jamais. MAGNIFIQUE !


Quelle sensation étrange que ce RAGE, comme un diamant mal taillé ! On sent le joyau mais les facettes ne sont pas nettes ! Un monde magnifique mais au final classique, des personnages aux styles recherchés mais sans aucun charisme ni noirceur, des combats hyper pêchus mais perfectibles dans leur déroulement. C’est comme si vous aviez une autoroute devant vous, et que des nids de poule vous gâchaient le plaisir de pilotage ! Techniquement c’est une démonstration mais cela ne suffit pas à ne pas me laisser un arrière-goût de déception ! On aurait pu me laisser qu'un seul doigt finalement…

Réalisation technique : 9/10

Aspect artistique : 8/10

Gameplay : 6/10

Replay Value : 5/10
28/40
SUPPOS : 4/6
(appréciation personnelle)
suppo notesuppo notesuppo notesuppo note



drhfloyd.jpg
L'AVIS DU DOC
Comme le dit si bien Azerty0210 quelle étrange sensation... Après la claque visuelle des premières minutes on est vite déboussolé :

Étrange réalisation technique
- Un rendu 3D exceptionnel, le top du top sur cette génération de console, du 60 img/sec sans le moindre ralentissement, avec un niveau de détail jamais vu, des effets de particules et de lumières incroyables, mais en contre partie un ciel fixe et surtout des décors figés (à part la végétation, mais peu développée en période de fin du monde). Bref, le plus beau jeu de la Xbox 360, mais en même temps on est un peu frustré.

Étrange gameplay
- Avec Carmack l'inventeur du FPS on s'attendait à quelques innovations, mais pas du tout, et pire, il ose intégrer la très casuale régénération automatique ! Un comble pour l'inventeur du FPS ! Aussi le monde ouvert n'est pas du tout ouvert, ce sont juste d'immenses couloirs. Même si en pleine action les sensations sont bonnes on est malgré tout frustré.

Étrange scénario
- Wolfenstein 3D, Doom, Quake, c'est de l'action, avec un scénario totalement absent. Ici Carmack essaye de s'y mettre, mais c'est catastrophique (va ici, va chercher cet objet), des aller-retours ennuyeux, des dialogues sans intérêt, des personnages sans charisme... Bref, un simple jeu d'action à la Doom 3 aurait été préférable !


Au final Carmack nous déçoit. Rage fait vraiment penser à une simple démo technique pour vendre le moteur graphique du jeu. Dommage que ce moteur arrive en toute fin de vie de cette génération d'ailleurs. Un FPS finalement banal mais un jeu a posséder quand même pour s'en prendre plein la vue, il est tellement rare de voir tourner des jeux à 60 frames/seconde.

Publié dans TESTS

Partager cet article

[TEST FLASH] God of War Collection Vol 2 / PS3

Publié le par Dr Floyd

GOD OF WAR COLLECTION Volume 2

Support : PS3

Éditeur : Sony

Développeur : Ready at Down

Sortie : 14 septembre 2011

god-of-war-vol-2-box.png



Test flash avec le support de Gamoniac

Flop! Une nouvelle compilation God of War, et on peut se demander la pertinence de la chose vu qu'il s'agit ici de l'adaptation des deux opus PSP... Kratos repart donc se venger dans deux beat'em all mythologiques conçus pour une console portable et ici convertis en HD... Overdose ?



Oui on frôle quand même l'overdose : deux opus PS2, ressortis en compil sur PS3, deux opus PSP (qui ressortent donc aujourd'hui sur PS3), et un opus PS3. 7 titres au total ! Certes c'est une série culte qui a fait ses preuves avec l'efficacité redoutable de son gameplay et sa réalisation au top (sauf sur PS3 avec son framerate poussif) mais on a quand même l'impression de toujours jouer à la même chose. Passons rapidement sur les scénarios sans intérêt, même si celui de Chains of Olumpus est plutôt sympa, par contre celui de Ghost of Sparta est ridicule avec l'histoire du frère disparu dont tout le monde se fout ! L'essentiel est bien sûr de retrouver les décors sublimes des cités et palais ainsi que leurs occupants, squelettes, cyclopes, chimères, et autres minotaures, dans des scènes d'action gores de haute voltige.



god-of-war-col-vol2-001.jpg

On ne va pas revenir sur le système de jeu, tout le monde connaît, c'est du beat'em all, ce qui se fait de mieux actuellement en la matière, avec quelques phases de mini-puzzles. Par rapport à la première compil notons l'apparition d'une troisième jauge, le fléau, qui enflamme vos épées, et quelques nouvelles armes et magies. La différence avec les opus PSP est uniquement au niveau du contrôle, ici le deuxième stick sert à esquiver, rendant la jouabilité plus souple. Le petit défaut vient de la durée de vie, les jeux étant assez court, mais quand on cumule les deux titres ça va. Au niveau de la réalisation c'est un simple portage HD des versions PSP sur PS3, donc avec des graphismes anguleux, peu de détails, mais avec par contre une réalisation full-HD et une fluidité totale (encore heureux). Les 60 images/seconde rendent franchement le jeu très beau, je préfère ça à l'horrible God of War 3 sur PS3 et son framerate asthmatique.



Si vous n'en avez pas encore marre des aventures de Kratos pourquoi ne pas redécouvrir ces deux opus PSP transfigurés en HD et proposant des contrôles bien plus agréables. Oubliez l'aspect graphique dépassé, la fluidité totale des deux titres et leur gameplay efficace en font de très bons jeux. Difficile de noter une telle compilation (cela dépend si vous avez déjà beaucoup joué à God of War ou si vous possédez déjà les opus PSP). Dans l'absolu, c'est du très bon beat'em all.



SUPPOS : 4/6

suppo notesuppo notesuppo notesuppo note

Publié dans TESTS

Partager cet article