[TEST RETROGAMING] Super Castlevania IV (Akumajo Dracula) / Super Nes

Publié le par Dirty Sac

Super Castlevania IV / Akumajo Dracula
Support : Super Nes / Super Famicom
Editeur : Konami
Sortie : 1991

[TEST RETROGAMING] Super Castlevania IV (Akumajo Dracula) / Super Nes

Action / Plate-former d'une des séries les plus mythiques qui soit, Super Castlevania IV est donc le quatrième opus. Il est présenté comme un remake du premier, mais hormis la base du gameplay, les deux jeux ont bien peu de points communs.

[TEST RETROGAMING] Super Castlevania IV (Akumajo Dracula) / Super Nes

Graphismes 5/6

C'est l'un des premiers jeux de Konami sur la célèbre 16 bits, et le soft n'a aucunement vieilli sur le plan technique / artistique. Les stages sont très nombreux et variés (il faut vraiment mettre l'accent la-dessus parce que c'est hallucinant), le titre dispose d'une atmosphère unique, avec des environnements glauques et une utilisation de la palette de couleurs bien à lui. Tous sont magnifiques et certains sortent encore du lot... Seuls quelques rares moments en mode 7 ne sont pas/plus aussi réussis, tout en restant corrects. Les animations, celles de Simon en tête, sont de très bonne facture. Le héros est d'ailleurs très classe, et l'art style des ennemis & boss's est grandiose.

Musique & sons 6/6 

Si le jeu dégage une ambiance pareille, c'est bien sur par sa direction artistique, mais aussi et surtout grâce à sa musique. C'est bien simple, l'OST de ce titre est sans aucun doute possible l'une des meilleures disponible sur la console. En plus de ça pour une fois qualité rime avec quantité car il y en a beaucoup, et pas un seul déchet, pas une seule fausse note. Les bruitages ne sont pas en reste tout est vraiment clean et très plaisant.

Gameplay 4,5/6

Pas vraiment difficile, le jeu n'est pas non plus gratuit, avec de très bonnes phases de plate-formes parfois bien vicieuses, quelques stages géniaux avec des pics qui tuent sur le coup. Le level design dans son ensemble est vraiment excellent, et les niveaux ne sont pas linéaires, avec une très bonne utilisation de la verticalité. La maniabilité générale a été assouplie, tout en demandant toujours et heureusement un minimum de maitrise. La encore, pas grand chose à déplorer (hormis quelques déceptions personnelles, dont je parlerais plus tard), c'est du grand Konami.

[TEST RETROGAMING] Super Castlevania IV (Akumajo Dracula) / Super Nes

On va maintenant aborder tout ça de manière plus précise et profonde. Le fouet dans le jeu s'upgrade deux fois (et très, très vite). Une fois au max, il a une range énorme et peut être utilisé dans toutes les directions. C'est sympa et ça change, mais même si le jeu est conçu en fonction de ces capacitées, cela le facilite beaucoup trop à mon sens. 

Le titre tirant parfaitement profit d'un gameplay vertical, on peut très souvent éliminer au dessus de nous les ennemis sans prise de risques, ni aucune contre-partie. Pour donner plus de punch/fun au jeu, et de mérite au joueur, une bonne idée aurait été de faire perdre une upgrade de fouet à chaque dégât subi.

[TEST RETROGAMING] Super Castlevania IV (Akumajo Dracula) / Super Nes

Autres point important, les items. Un seul est utile, la croix, et comme le fouet, elle est craquée. En utilisant souvent un item, les torches donneront une pierre II puis III. On pourra alors lancer 3 croix à la suite pour faire des ravages à l'écran et surtout contre les boss. Les combats contre ces derniers sont de base très bourrins la plupart du temps (sauf si on cherche le No Hit), mais avec la croix triple, les pauvres n'ont pas le temps de souffler. Au moins, les items procurent (à contrario du fouet) une sensation de mérite, car si on se fait tuer on perd l'item, les augmentations II ou III, ainsi que les coeurs amassés. Sachant que la croix est assez rare à trouver, on a envie de ne pas perdre pour la garder, et c'est ce genre de sensations qu'on cherche.

Pour finir, le jeu dispose d'un mode Hard, qui se lance après l'avoir fini. On recommence donc du début, et dans ce mode les ennemis sont pour la plupart plus résistants, parfois placés à des endroits plus vicieux, mais rien de bien choquant.

[TEST RETROGAMING] Super Castlevania IV (Akumajo Dracula) / Super Nes

Super Castlevania IV est l'un des piliers de la console à n'en pas douter, d'une beauté esthétique bluffante, avec des musiques que de simples mots ne sauraient décrire, il dégage une aura mythique. Il pourra tout de même laisser une certaine tranche de joueurs sur sa faim, mais le plaisir reste intacte.

SUPPOS : 5/6

Publié dans RETROGAMING, UNE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Maru san 15/04/2019 18:37

Mastodoc, si c'est pour dire de la merde sur un pilier du jeu vidéo tel que celui-ci, retourne sur tes Call Of.

Ludicweb 24/11/2017 09:40

C'est l'un de mes jeux préférés sur SNES...
Je me revoit y jouant, encore tout boutonneux et fébrile dans l'attente des boss de niveaux....

Mastodoc 23/11/2017 22:29

Les Castlevania sur Nintendo c'est de la merde, parce que... Nintendo. Tout ce qu'ils touchent se transforme en merde puante.

Spectrum 23/11/2017 19:09

6/6 connard, c'est la meilleure O.S.T de tous les temps !

Mastergurt 22/11/2017 04:02

Faut juste arrêter de répondre à ce troll de Loneken. Qu' il aille plutôt réviser son français à 12 ans on fait de moins de fautes.

Loneken 21/11/2017 18:29

Moins polémique que l'épisode vampire's kiss (une régression pour certains sorti pourtant 4 ans plus tard) c'est effectivement l'épisode cardinal de l'ère 16 bit... et c'est d'ailleurs pourquoi ils l'ont refourgué sur la mini-snes...

La version occidentale n'était pas exempt de défaut: jeu en 50hz, censures multiples (sang, nudité, symboles religieux, colorimétrie et certains son différents de la version jap etc...)

On touchait aussi du doigt les limites imposé par la machine et la créativité bridé par la technique qui en découlait...

Il faudra donc attendre la PS1 pour voir s'épanouir la référence absolue de la licence: Symphony of the night...

Les épisodes DS valent également le déplacement et n'étaient pas dégueulasses non plus. La licence était d'ailleurs parfaitement adapté à une utilisation nomade.

Akumajô, voilà une série mythique que la daube switch ferait bien de ressusciter... Qui sont cons chez nintendaub... Et Kona(r)mi serait sûr de faire des bénef là dessus...

C'est fou de voir laissé crever des licences pareilles...

Elder 21/11/2017 21:27

Pourquoi tu rage toujours sur Nintendo ? Bon c'est vrai que tout n'est pas parfait et que la firme a perdu un peu de sa créativité au fil du temp, mais j'ai cru comprendre que tu étais proSony, et qu'est ce qu'une ps4 à part un ordi tout pourris ? En matière d'audace Hardware on a vu mieux. (j'en possède une et je l'apprécie beaucoup). Je pige pas trop ton délire, ça c'est une bouse et ci c'est le top... Le but c'est pas de s'amuser ? et je crois qu'avec n'importe laquelle des plateformes disponibles, l'amusement peut être au rendez-vous...

Alex One 21/11/2017 08:14

les consoles c'était mieux avant

NabZ 20/11/2017 22:29

Excellent test !