[MICRO 8BIT] LA GAMME MICRO THOMSON, LE "TELE-ORDINATEUR"

Publié le par Dr Floyd

Thomson, société française spécialisée dans l'électronique (civile et militaire), décide au début des années 80 de se lancer dans la micro-informatique ! Les français passent à l'attaque ! Cocoricoooo !!! Be afraid ! L'Amérique tremble ! Apple, Atari et Commodore font dans leur slip ! Mon Dieu, faites qu'il n'arrive rien !
 

1982 : LE TELE-ORDINATEUR 7


TO7.jpg

Ainsi Thomson présente en 1982 le fameux TO7 (TO pour Télé Ordinateur, ça pète comme nom !). Il était quand même assez sympa pour l'époque à part l'affreux clavier caoutchouc et un prix de vente ridicule frôlant les 7000 francs ! Le succès sera très limité (sauf chez les bourgeois).

Le TO7 offre alors la particularité de posséder un crayon optique à pointer sur l'écran, l'intérêt était limité et cela faisait plutôt office de gadget. Sinon ses caractéristiques techniques sont assez moyennes : processeur 6809 à 1Mhz, 8Ko de RAM et pas de capacités pour le jeu vidéo.  A noter que le langage basic (Microsoft) est livré sur cartouche.

Caractéristiques principales :

Processeur : Motorola 6809 à 1Mhz
RAM : 8Ko (extensible à 32)
Graphismes : 320x200 en 8 couleurs
Texte : 40x25

Basic Microsoft en cartouche

Fin 1983, le prix du TO7 a fortement baissé : l'unité centrale ne coûte plus que 3 250 F, + 500 F pour la cartouche basic, ça commence à devenir intéressant même si il reste plus cher que les concurrents directs : l'Oric 1 et le ZX Spectrum de Chaud Lapin Sinclair.
 

L'écran d'accueil du Télé Ordinateur assez sophistiqué par rapport aux autres machines !


1984 : LE MO5, LE TO7/70

En Janvier 1984, le TO7 baisse encore de prix pour arriver à 2900 f, un prix psychologique. 
Thomson brade et prépare en fait l'arrivée de deux nouvelles machines de conception moins coûteuses : le MO5, très compact, et le TO7/70. Plus de couleurs (16), plus de RAM (32ko pour le MO5, 48ko pour le TO7/70) et un meilleur clavier. RIP le TO7.


Le MO5 : plus compact, avec un clavier gomme (qui sera remplacé par la suite par un clavier mécanique)


Le TO7/70 ici dans sa version clavier mécanique


Le MO5 à 2390 francs est prometteur, il semble fait pour concurrencer les micros UK sur le marché français, mais les capacités pour le jeu sont assez très réduites. Autre problème, il n'est pas compatible à 100% avec le TO7, les programmes devront être modifiés.

> le test du MO5 par PacMan, patient de Gamopat


 

1985 : LE PLAN INFORMATIQUE POUR TOUS

La France est à bourre en manière d'informatique et le gouvernement veut lancer l'informatique dans les écoles, ils contactèrent Steve Jobs himself. Mais cette idée est finalement repoussée : un Mac, même adapté, serait trop cher, et le dossier est trop peu avancé, ça urge, nous sommes très en retard !

L'Etat magouilleur veut surtout donner un coup de pousse à l'industrie Française... le choix du fournisseur devient alors évident ! Les PCs compatibles auraient surement été le meilleur choix, mais il coûtaient une fortune à l'époque, donc Thomson et sa gamme micro fût choisi. Une énorme erreur (avis personnel).


25 janvier 1985, Laurent Fabius annonce fièrement le plan "Informatique Pour Tous"Objectif : mettre 120 000 ordinateurs dans les écoles françaises. La maintenance et l'entretien coûtèrent vite très cher, Thomson profitant de la situation. De plus le lecteur K7 n'était pas fiable, et le lecteur de disquette coûtait très cher.

fabius.jpg
Laurent Fabius, le jeune 1er ministre aux dents longues


La surprise du Père Sugar

Du côté de l'informatique de loisir Thomson a beaucoup de mal : la percée surprise d'Amstrad en France avec le CPC de Alan Sugar au prix cassé éclipse la gamme Thomson ! L'Amstrad CPC, un ordinateur sexy, tout en un, et surtout non lié à l'éducation nationale, les ados adhèrent aussitôt ! Coup dur pour Thomson !


L'ARME ULTIME : LE TO9


Les objectifs de vente des MO5 et TO7/70 ne sont pas remplis en 1985. Tiens donc... Surprenant. Thomson tente de percer en Allemagne, plantage complet, puis dans d'autres pays... en vain. Thomson lance alors son ultime joker, l'arme ultime, le TO9 au look volontairement très pro ! Il est cependant toujours équipé du même processeur 6809 complètement dépassé. Ses avantages : son lecteur de disquettes et ses logiciels sérieux (traitement de texte, base de données....) intégrés en ROM. Le prix est à nouveau trop élevé : 8990F sans écran (c'est quasi 2500€ aujourd'hui !) et la retro-compatibilité à nouveau non parfaite. De plus coup dur : il y a des bugs en ROM sur les premiers modèles ! On ne comprend pas trop à quoi peut servir ce modèle en fait, ni professionnel, ni ludique... et trop cher pour le français moyen.


Très sérieux le TO9 ! En apparence...


1986 : RIEN NE VA PLUS !


Thomson ne sait plus quoi faire pour réussir à vendre ses ordinateurs, c'est Amstrad le nouveau boss en France avec sa gamme CPC. Ils font alors appel au Zidane du moment, Michel Platini, en sortant un MO5 édition spéciale Platini ! Une édition aujourd'hui collector pour tous les Gamopats !


Livré dans un magnifique sac de sport s'il vous plait !


Platini, qui fait semblant de comprendre...


Puis Thomson baisse le prix du TO9 : pour le même tarif l'écran est désormais intégré. 36.15 Kinenveut ? Personne.

En désespoir de cause ils lancent (enfin) deux nouveaux micro-ordinateurs "grand publics" et plus modernes : le MO6 et le TO8/TO8D. Toujours des machines semblables mais avec de meilleurs modes graphiques et plus de RAM. C'est la mode du moment, rajouter de la RAM aux micro 8bit, mais de la RAM qui n'est jamais exploitée ! 8 modes graphiques, dont un 160x200 en 16 couleurs semblable à celui de l'Amstrad. Peu de jeux exploiteront les nouvelles capacités de ces machines.


Le MO6


Le TO8, très classe

Des machines intéressantes, surtout le TO8D avec son lecteur de disquette intégré, mais qui arrivent un peu trop tard, et toujours à un prix supérieur à la concurrence. Rien à faire, Amstrad a déjà gagné la guerre vidéoludique. L'autre problème est que les 16/32 bits commencent à pointer le bout de leur nez, et que les compatibles PC "pas chers" arrivent eux aussi (surtout Amstrad, encore lui, qui présente le PC1512 à prix plancher). Les objectifs de 1986 ne sont pas remplis à nouveau. Thomson, encore impliqué dans le Plan Informatique pour Tous, ne peut pas lâcher. 
Fin 1986 la fabrication des MO6 et TO8 part en Corée. L'usine française ferme.


1987 : FIN DU REVE

En 1987 le rêve d'une "micro Thomson" est terminé. Amstrad à tout bouffé et Atari est très agressif en proposant fin 87 son 520STF à 2990 francs, un prix incroyable. Thomson se rallie alors au monde pro du PC avec les TO16 PC, PCM et XP qui sortent en septembre. Les ventes globales continuent de chuter. Thomson semble être une marque has-been.


Le TO16


1988-1989 : THOMSON LACHE TOUT


En 1988 un pseudo ordinateur portable PC2 est présenté discrètement, les ventes du TO16 sont mauvaises... Le 27 janvier 1989 Thomson abandonne l'informatique ! Un énorme gâchis surtout pour l'Education Nationale qui s'est équipé déjà à la base d'ordinateurs peu puissants et qui finalement sera trahie, se retrouvant avec un stocks d'ordinateurs dépassés et sans le moindre intérêt. Le Plan Informatique pour Tous est un énorme fiasco. Et les français sont à la bourre : ils connaissent mal le futur standard informatique : le PC.


LA LUDOTHEQUE

La gamme Thomson ce sont avant tout des logiciels éducatifs très chiants ;) La ludothèque ne laissera pas de souvenirs mémorables aux gamers, elle ne fût composée quasiment que de jeux français (avec des éditeurs préférant développer sur Amstrad) et quelques adaptations hasardeuses et difficiles de hits en provenance du C64 et autres 8 bits.

La gamme Thomson n'était pas du tout adaptée pour le jeu vidéo, le processeur graphique n'était pas assez puissant pour obtenir un bon rendu visuel : pas de sprites, personnages d'une seule couleur, scrolling quasi impossible... avec une lenteur d'affichage pénalisante. Vraiment dommage. Il n'est de ce fait pas étonnant que les machines ne soient pas parvenues à l'imposer en France face aux centaines de jeux de qualité disponibles chez la concurrence. Les gamers étaient tous sur C64, Atari XL, MSX ou Amstrad CPC.

Citons tout de même les célèbres Sapiens, Le 5e Axe et L'Aigle d'Or, tous les trois édités par Loriciels, peut-être les 3 jeux les plus connus (mais plus célèbres sur Amstrad CPC !). Il existe sinon quelques jeux exploitant les capacités des MO6/TO8, mais ils sont peu nombreux, je pense par exemple à Les Passagers du Vent, superbe jeu d'aventure.


L'Aigle d'Or


Le 5e Axe


Sapiens, un jeu de "gestion" d'homme préhistorique très original !


Asterix sur un ordinateur français, rien de plus logique !


Super Tennis


Beach Head, adapté d'un célèbre hit ! Call of Duty 20 ans avant !


Dakar 4x4, Le Dakar très à la mode à cette époque !


Enduro Racer


Le célèbre Sorcery du CPC a été adapté sur Thomson... Moins coloré certes !


Vol Solo, Adapté de Solo Flight, un bon simulateur de vol à l'époque


Yie Are Kung Fu, adapté du hit de Konami, un des rares jeux de combat à l'époque



La gamme Thomson aura malgré tout permis à beaucoup de jeunes (et de profs) de s'initier à l'informatique à l'école... par forcement dans de bonnes conditions. Et puis aussi de s'initier aux loisirs vidéoludiques à la maison, même si beaucoup ont regretté leur achat après coup en voyant Amstrad dominer le secteur.

Si vous êtes collectionneur de micro-ordinateurs, je vous conseille vivement le TO8D, très classe, et équipé d'un lecteur de disquettes. On croirait un ordinateur 16/32 bit... sans les perf' :) C'est le modèle à avoir selon moi ! Que ce serait-il passé si Amstrad n'avait pas cassé la baraque en France à partir de 1985 ? Il faudrait écrire une uchronie pour tenter d'y répondre !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

D
Quand au crayon optique, effectivement un vrai gadget :
- utilisation prolongée impossible, la crampe au bras arrivant vite
- le résultat sur l'écran donnait de la bouillie à cause de la mémoire vidéo très limitée (pas plus de 2 couleurs par tranches de 8 pixels !)
Répondre
D
Des machines impeccables pour apprendre le basic ! Mon MO6 avait un basic Microsoft assez avancé pour l'époque (avec boucles do...loop et autres joyeusetés) et beaucoup de mémoire (128K réels, pas deux pages de 64K) pour écrire mes jeux d'aventure textuels à rallonge...
Mais surtout : les jeux sur ces bécanes étaient tellement nuls que t'avais pas grand chose à faire d'autre que du basic >_< (qu'en j'y pense, bravo aux mecs qui ont réussi faire tourner Sapiens et le 5ème Axe sur Thomson !)
Répondre
T
Peut on esperer dans un futur proche un regain d'intérèts comme l'amstrad cpc ces derniers temps avec des productions jamais vue auparavant.?
Au pire pardon pour l' action profane une puce vidéo boostée suffisament pour gérer des scrollings et des sprites et surtout un minimum de 64 k de ram?.
Répondre
D
La série d'ordis qui représentent le plus a mon avis, la french touch....: Pas des mauvaises bécanes, mais tjrs un petit cran de retard face a la concurrence étrangère..que ce soit au niveau de la puissance, de l’ergonomie (les claviers en gomme...) et ce petit coté "éducation a l'informatique" typique aussi (Alice..)...
Tiens..comme pour les bagnoles françaises en fait....
Répondre
B
Non mais c'est quoi ce dénigrement à 2 balles? Ok, le processeur graphique était naze, mais pour le reste, le 6809 était le meilleur micro processeur 8 bits de l'époque, l'ancêtre du 68000 de motorola (on parle de 1982!). Plus de registres que le 6502 du C64, 4 fois plus rapide à fréquence égale que le Z80... Ce qui a vraiment tué Thomson (et les autres 8 bits avant l'arrivée des 16/32) c'est la politique tarifaire hyper agressive d'Amstrad et la ludothèque de ce dernier qui allait bien au-delà de l'éducatif...
Répondre
E
J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.
Cordialement
Répondre
L


le crayon optique c'etait vraiment gardet, la wiimote de 1982



Répondre
D


Je confirme pour le lecteur de K7, il n'est pas intégré, j'ai trop touché au CPC464 à l'époque... ;-)



Répondre
S


Le MO5 est bien le tout 1er ordi que j'ai pu toucher à l'école quand j'étais gamin.


J'ai eu un TO8 à la maison , mouais quand on voyait les copains en Amstrad j'étais un peu vert , par contre le moniteur Thomson est très bon et increvable !



Répondre
B


[quote]"Lle TO7 offre alors la particularité de posséder un crayon optique, l'intérêt était limité et cela faisait plutôt office de gadget,
ainsi qu'un lecteur de K7 intégré."[/Quote]


Le crayon optique servait de dispositif de ppointage directement sur l'écran, beaucoup plus intuitif (mais moins précis) qu'une souris. Loin
d'être un gadget, c'est ce qui a permit à des millions d'enfants d'intéragir pour la 1ere fois avec un écran.


Lecteur de K7 intégré??? sur le MO6 oui, mais en 1986 seulement. LE TO7 n'intègre qu'un lecteur de Cartouches, utile pour le Basic et quelques
jeux, vu que l'ordi ne contient rien en ROM à part le réglage du crayon optique.









Répondre
M


Rholala ces années à nous faire avancer la tortue grace au logo... td10,etc. Dommage, le Logo était bien plus puissant que le basic de l'époque.



Répondre
L


les images de ces jeux me font retomber en enfance ! Merci pour ce dossier très clair



Répondre