VIRTUAL CONSOLE EN VACANCES ?

Publié le par Dr Floyd

C'est vendredi, c'est Virtual Console Wii, pour à nouveau seulement deux jeux. Nintendo marque un peu le pas à l'approche des vacances d'été.

MEGA MAN (1987, Nes) 5 euros

A noter que le jeu se nomme Rockman au Japon. Un jeu de plate-forme/shoot référence sur Nes qui deviendra une série à succès. Vous êtes Rock, un robot en armure bleue équipé d'un bras à canon énergétique, qui lutte contre le terrible Docteur Willy, un savant fou qui veut dominer le monde. Un très bon jeu qui a marqué la Nes et qu'il faut posséder... mais plutôt en version non virtuelle Cartouche !

CHINA WARRIOR (1987, Pc Engine) 6 euros

The Kung-Fu en japonais. L'un des premiers jeux jeu PC Engine, et vraiment pas le meilleur... Un beat'em all très basic au gameplay ancestral qui se démarque uniquement par ses énormes sprites impressionnants mais mal animés. A éviter, sauf si vous êtes fan inconditionnel de l'ami Bruce Lee !

Un bon jeu et une daube, c'est quand même moyen... A quand l'arrivée de très gros hits et de jeux Neo-Geo ?

Publié dans NEWS

Partager cet article

PLANNING DS : LE GRAND BAZAR

Publié le par Dr Floyd

Après le triste planning Nintendo Wii hier, voici le grand bazar avec le planning Nintendo DS ! Je vous laisse faire le tri... voire le grand nettoyage !

Programme du Dr Kawashima Avancé Nintendo 29 juin 2007
Puzzle League DS Nintendo 29 juin 2007
Harry Potter et l'Ordre du Phénix Electronic Arts 29 juin 2007
Dino Master Taito Corporation 29 juin 2007
F24 Stealth Fighter Majesco Sales 29 juin 2007
MechAssault : Phantom War Majesco Sales 29 juin 2007
Super Nacho Majesco Sales 29 juin 2007
Super Black Bass Fishing Starfish 29 juin 2007
Herbie : Rescue Rally Disney Interactive Studios 6 juillet 2007
Elite Beat Agents Nintendo 13 juillet 2007
Brain Buster Puzzle Pak Agetec 13 juillet 2007
Anno 1701 Sunflowers 13 juillet 2007
Pokémon Pearl Nintendo 27 juillet 2007
Pokémon Diamond Nintendo 27 juillet 2007
Transformers Autobots Activision Juillet 2007
Transformers Decepticons Activision Juillet 2007
Guilty Gear Dust Strikers Majesco Sales Juillet 2007
The Settlers Ubisoft Juillet 2007
Powershot Pinball Constructor Oxygen Interactive 10 août 2007
Dragon Ball Z : Goku Densetsu Namco Bandai Games Août 2007
California Games System 3 Août 2007
8Ball Allstars Oxygen Interactive 7 septembre 2007
Freshly Picked - Tingle's Rosy Rupeeland Nintendo 14 septembre 2007
Heroes of Mana Square Enix 14 septembre 2007
King of Clubs Oxygen Interactive 21 septembre 2007
Sonic Rush Adventure Sega 28 septembre 2007
Cookie & Cream From Software Inc. Septembre 2007
Fishing DS 505 Games Septembre 2007
Happy Cooking Ubisoft Septembre 2007
Jam Sessions Ubisoft Septembre 2007
Panzer Tactics DS 10tacle Troisième trimestre 2007
Godzilla : Unleashed Atari (Infogrames) Troisième trimestre 2007
Cake Mania Majesco Sales Troisième trimestre 2007
The New York Times Crosswords Majesco Sales Troisième trimestre 2007
Operation : Vietnam Majesco Sales Troisième trimestre 2007
Toot & Puddle : An Artic Adventure Zoo Digital Group plc Troisième trimestre 2007
Juiced 2 : Hot Import Nights THQ Troisième trimestre 2007
Ratatouille THQ Troisième trimestre 2007
Toon-Doku Majesco Sales Troisième trimestre 2007
Bratz Ponyz The Game Factory Troisième trimestre 2007
Worms : Open Warfare 2 THQ Troisième trimestre 2007
Race Driver : Create & Race Codemasters Troisième trimestre 2007
Marvel Trading Card Game Konami Troisième trimestre 2007

Publié dans NEWS

Partager cet article

METROID PRIME PINBALL : DEJA !!!???

Publié le par Dr Floyd

C'est déjà aujourd'hui que sort Metroid Prime Pinball sur Nintendo DS ! Avec seulement presque 2 ans de retard (en record !) et à plein tarif, 39 euros, alors qu'il etait possible d'acheter le jeu en version US à l'époque pour environs 25 euros. Merci qui ? Merci Mr Nintendo !



Ah oui sinon ce jeu de flipper est ume véritable bombe vidéoludique, l'un des meilleurs jeu de la DS :
Voir le test de Gamopat.

Publié dans NEWS

Partager cet article

WARIOWARE SUR PSP !

Publié le par Dr Floyd

Hot Pixel, le pompeur de WarioWare, est disponible dès aujourd'hui sur PSP. 140 mini-jeux rapides dans un univers décalé ambiance "retro-gaming". Reste à tester le gameplay... au stick PSP c'est pas gagné !



Si vous hésitez une démo sera disponible le vendredi 29 juin (tiens, pourquoi pas tout de suite ?) sur le site
www.yourpsp.com.

« Les joueurs devront en effet venir à bout de situations les plus extravagantes comme capturer des vaches aux commandes d'un vaisseau alien, ou encore plonger au milieu d'un public déchaîné lors d'un concert de rock pixélisé » Le producteur du jeu.



Oui, on a compris, c'est un WarioWare like.


Publié dans NEWS

Partager cet article

LA PLAYSTATION 380

Publié le par Dr Floyd

Notre ami Kaz Hirai, Président de Sony Computer Entertainment, vient d'annoncer à Reuters que la Playstation 3 aurait un catalogue de 380 jeux d'ici mars 2008 !

Impressionnant : 380 jeux ! Un chiffre psychologique pour montrer que c'est mieux que 360 ?

Ce que le Kaz oublie de préciser clairement c'est qu'il compte dedans les 180 mini-jeux qui seront disponibles en téléchargement sur Playstation Network ! Enfin il aurait pu faire pire et compter les fonds d'écrans, les voitures et circuits de Gran Turismo à télécharger et les mises à jours de la console...

En tout cas, selon notre ami, avec un tel catalogue, la Playstation 3 va s'imposer sur tous les territoires.


Kaz sur la bonne voie pour rejoindre Ken à la case "placard"

Publié dans NEWS

Partager cet article

LE PLANNING NINTENDO Wii TOUJOURS AUSSI TRISTE

Publié le par Dr Floyd

Nintendo vient de publier son planning Européen Wii, qui ne va jamais très loin dans le temps... Pour constater que Super paper Mario sortira bien en septembre. On remarquera avec amusement les remakes de Alien Syndrome et California Games, deux gros hits de la fin des années 80.

Mais sinon rien de palpipant... Toujours pas de Super Mario, toujours pas de Metroid, toujours pas de gros hits. Nintendo a surement terminé tous ces jeux depuis longtemps, mais il faut étaler le calendrier sur la plus longue période possible pour continuer à assurer un rythme élevé de ventes de Wii !

Ce qui nous ramène à l'affaire Zelda Twilight Princess... Un jeu que Nintendo a mis en hibernation plus d'un an, se moquant de tous les possesseurs de Gamecube, afin d'assurer au moins un hit au line-up de la Wii.


PLANNING NINTENDO :

  • Mario Party 8 (Nintendo) : 22 juin 2007
  • Resident Evil : 4 Wii edition (Capcom) : 29 juin 2007
  • Harry Potter & The Order Of The Phoenix (EA) : 29 juin 2007
  • Scarface (Vivendi Games) : 30 juin 2007
  • Big Brain Academy for Wii (Nintendo) : 20 juillet 2007
  • King Of Clubs (Oxygen Games) : 20 juillet 2007
  • William Pinball Classics (System 3) : juillet 2007
  • Transformers The Game (Activision) : juillet 2007
  • Trauma Center: Second Opinion (Nintendo / Atlus) : 10 août 2007
  • Tamagotchi Party On! (Namco Bandai Games) : août 2007
  • California Games (System 3) : août 2007
  • Alien Syndrome (SEGA) : 7 septembre 2007
  • Super Paper Mario (Nintendo) : 14 septembre 2007
  • Dragon Blade: Wrath Of Fire (D3Publisher of Europe) : 14 septembre 2007
  • World Championship Poker Featuring Howard Lederer : All In Wii (505Games) : 14 septembre 2007
  • Brunswick Bowling pro (505Games) : septembre 2007
  • Cosmic Family (Ubisoft) : septembre 2007
  • My Word Coach (Ubisoft) : septembre 2007
  • Ratatouille (THQ) : troisième trimestre 2007
  • Toot & Puddle: Call Of The North (Zoo Digital Publishing) : troisième trimestre 2007

    Une fois que vous aurez découpé les zombies et les dealers à la tronçonneuse (Resident Evil 4 et Scarface), y aura plus grand chose à voir.
  • Publié dans NEWS

    Partager cet article

    TEST : ANNO 1701 / NINTENDO DS

    Publié le par Boumchakal

    Développeur :  Keen Games
    Support : Nintendo DS
    Année : 2007




    Arrivé en novembre 2006 sur PC Anno 1701 était le digne héritier de la série Anno. Cette série est déjà vieille de plusieurs années, et elle s'est fait connaître sans véritable publicité, mais plus par ses nombreuses qualités. On compte maintenant quatre épisodes à cette série :
    Anno 1602 : A la Conquête d'un nouveau monde (PC Avril 1999)
    Anno 1503 : Le Nouveau Monde (PC Avril 2003)
    Anno 1701 (PC Novembre 2006)
    Anno 1701 : Dawn of Discovery (DS Juin 2007)

    Les créateurs : La série est développée, produite, éditée et distribuée à 100% par des entreprises allemandes réunis en une seule Sunflowers. Aujourd'hui, été 2007, Sunflowers est un des leaders du marché du jeux vidéo en Allemagne et leurs productions sont principalement des jeux de gestion. Related Designs, leur studio de développement, travail sur toute la série PC d'Anno. Une extension pour Anno 1701 PC est prévu pour l'automne 2007... Comment patienter jusque là ? C'est là qu'intervient Anno 1701 DS. Keen Games, encore un studio de développement de Sunflowers, s'est donc occupé de cette version DS !

    Ce qu'il faut savoir : La DS reste aujourd'hui un ovni dans le monde des consoles de jeux vidéo. La conversion d'un jeux vidéo PC sur cette portable peut donc paraître très difficile sur pratiquement tout les points de vue, aussi bien dans la limitation des ressources machines, limitations des graphismes, limitations de stockage des informations (je parle des sauvegardes par exemple) et j'en passe. Alors pourquoi tenter le diable ? Sundflowers n'est pas si bête que ça, et voyant Electronic Arts se lancer dans l'aventure DS avec leur Theme Park plus ou moins réussi ou encore THQ avec leur Age Of Empires II, pourquoi ne pas adapter un des meilleurs jeux de gestion PC sur DS ? Mais au fait, on fait quoi dans Anno ?

    L'univers Anno : Le but de tous les Annos est a peu près identique. Vous arrivez en bateau envoyé par une reine d'un pays du vieux continent, à savoir l'Europe, et vous avez pour ordre de coloniser le nouveau monde. Un contexte historique ? Oui mais pas tout à fait. Anno 1701 comme ses prédécesseurs ne se passe pas réellement dans le monde tel qu'il existait. C'est une rétro-fiction, on va dans le passé à un moment donnée puis on change certaines réalités tout en essayant de garder l'esprit de l'époque. Car voyez-vous certain aspect plutôt sombre de cette époque sont passé sous silence, voir même ignorer. Vous n'entendrez donc pas du tout parler d'esclavagisme, donc pas de vente de noirs ou de femmes. Et pour tout vous dire on s'en passe, car ce n'est pas très glorieux comme passé, et le résultat est très réussit. Anno 1701 est une perle à ce jeux là. Par contre ne vous attendez pas à débarquer en Amérique, car vous ne verrez jamais de continents du nouveau monde. Les cartes d'Anno 1701 se composent toutes d'îles plus ou moins grandes. C'est le coeur même du principe du jeux. Je reviendrais dessus plus tard.

    Le GamePlay :

    Votre colonie
    On arrive en bateau et on installe un comptoir sur la plage d'une île.


    Oh le jolie comptoir, en plus on peut voir que nos habitants sont contents !

    Ensuite, il nous faut des ressources, de l'argent mais pas seulement ! On commence souvent la partie avec une somme importante de pièce d'or, suivant le niveau de difficulté il peut être faible, puis également avec quelques tonnes de ressources diverses. Pour se développer que faut-il faire ? Les ressources sont diverses et variés et se récoltent de façons différentes. L'or se gagne uniquement avec les impôts que vous fixez à votre colonie. C'est très simple et voilà le principe. Vous construisez des maisons pour presque rien. Ces maisons vont se remplir peu à peu de pionniers (le premier stade d'évolution de vos habitants). Ces pionniers auront certains besoins, et plus vous subviendrez à leurs besoins, plus ils seront content et plus vous pourrez les taxer. Une fois que vous aurez répondu à tous les besoins de vos pionniers, ceux-ci passeront automatiquement au stade d'évolution supérieur, les colons, et ainsi de suite. Il y a cinq stades d'évolution en tout mais je ne vous les dévoilerai pas.

    Je vais tout de même vous donnez une exemple pour le premier stade d'évolution des pionniers qui ne demandent que peu de choses. Les pionniers demandent le minimum vital pour vivre, c'est à dire de la nourriture que vous pouvez récolter avec des cabanes de pécheurs, ou avec des pavillons de chasse ou avec des champs de blé et des moulins. Chacune des constructions à un rendement différents selon votre île. Ils auront aussi besoins de tissus pour s'habiller, donc une bergerie sera indispensable. Voici pour leur besoin physique, mais ils auront aussi des besoins spirituels, comme l'église ou un marché couvert.


    On peut voir ici que le deuxième stade d'évolution à été atteint, et que de nouveau besoin sont apparut avec les colons. Comme le sucre, la taverne ou encore le thé.

    Voilà comment faire évoluer votre colonie en répondant à leurs besoins. Notez, que lorsqu'une maison de pionniers évolue en maison de colons, non seulement l'aspect graphique change, mais le nombre d'habitants dans la maison aussi. Donc votre population va très vite grandir, ainsi que les impôts, et votre petite cabane de pêche ne sera plus suffisante pour nourrir tous ce monde.
    A coté des besoins de votre colonie vous aurez quand même besoin de construire plusieurs types de bâtiments indispensables, comme la caserne de pompier ou encore la carrière de pierre ou de métal qui vous permettrons de construire les bâtiments plus sophistiqués.
    Pour l'instant on peut croire que cela se passe dans trop de problème et que le jeux à l'aire simple, mais dite vous que les îles jouent un grand rôle dans le jeux. Si je vous dit que toute les îles ne permettent pas de faire tous ce qui est possible dans le jeux. Par exemple, votre île de départ est peut-être super pour faire du sucre et du thé, mais les plantations d'épices sont stériles... A vous de partir à la découverte des autres îles qui auront des climats plus propice à de nouvelles plantations ou qui peuvent avoir d'autres trésors comme des gisements de pierres précieuses.
    Notez quand même que la majorité des constructions sont évolutives et donc on peut améliorer le rendement sans forcement devoir construire de nouveaux bâtiments.

    La gestion 
    Il y a beaucoup de règles de gestion dans ce jeux, je vais donc vous présentez le principe général.


    Sur l'écran du haut, qui s'affiche par défaut quand vous cliquer sur un bout de terrain neutre, vous pouvez voir votre bilan. La barre d'information horizontal en haut est vos ressources principales (or, bois, pierre ...).

    Je vais donc vous parlez des chiffres que l'ont voit a droite de l'écran du haut :

    - Le premier représente le nombre total d'habitants. (Ce sera un indice indispensable en cas de mauvaise gestion)
    - Le deuxième est l'argent rapporté par les impôts, les taxes. Plus la classe des habitants est élevés plus les impôts seront élevés.
    - Le troisième chiffre représente le coût d'entretien des bâtiments propres aux besoins spirituels de votre colonie (Taverne, église, théâtre ...)
    - Le quatrième est le coût d'entretien des bâtiments propres aux besoins physique de votre colonie (Cabane de pécheurs, bergerie, usine de thé ...)
    - Le cinquième est le coût d'entretien de tous ce qui touche aux infrastructures et vos troupes militaires
    - Le sixième est le bilan total. Ici on voit qu'il est positif est très bon signe. Dés que ce bilan est négatif, vous perdez de l'argent et vos habitants ont tendance à partir. En quelques minutes la partie peut se terminer. C'est pourquoi il faut tout le temps être attentif à ce bilan.

    D'autre écran comme la balance, vous permettra de voir des informations que je vous laisserais découvrir.


    La carte vous permet également d'avoir une vue globale et vous permet aussi de vous déplacer rapidement d'un point à l'autre. C'est principalement d'ici que vous donnerez des ordres à vos bateaux.


    Le commerce
    Très vite vous vous rendrez compte que vous n'êtes pas seul. Ben quoi ? On est pas dans SimCity non plus. Certaines autres îles sont peut-être déjà habitées, et les mers sont aussi peuplées de pirates (un des ennemis forcé dans le jeux, car les autres adversaires ne seront pas forcement vos ennemis). Vous devrez donc probablement avoir recourt aux commerces. Un écran vous affiche toute vos ressources, cliquer sur une et vous pouvez ainsi acheter ou vendre. Notez que la gertion commerciale suit certaines règles. Plus vous vendrez une ressources, moins elle se vendra chère. A l'inverse plus vous achetez une ressource, plus elle coûtera chère. Cela vous obligera à trouver une solution à long terme à votre problème et cette solution vous amène parfois à la guerre !


    Ici on peut acheter ou vendre des vivres


    Un type d'île tropicale

    Notez quand même, que vos ressources sont partagées entre toutes vos îles donc pas de gestion de flotte commerciale (voir la fin de l'article PC Vs DS).

    La partie militaire
    Cette partie est vraiment différente de la version PC. Je reviendrais sur les différence en fin d'article. Dans la version DS donc, peu de construction militaire sont disponible. Seulement une caserne, une écoles militaire, un avant poste et un chantier navale. Je vous conseil évidement la construction du chantier navale en premier qui vous permet de faire deux types de bateaux. Un bateau d'exploration, qui vous permettra de coloniser les nouvelles îles, et un bateau militaire qui vous permettra d'attaquer les adversaires. La caserne vous permet de faire des troupes. Mais attention, vos troupes ne sont pas dirigeables. C'est à dire qu'elles sont tout le temps dans un bâtiments qui peut les abriter. Ces bâtiments ne sont pas forcement des bâtiments militaire, ainsi, votre comptoir pourra accueillir des troupes.


    L'écran du haut affiche la production de troupes

    Comment se gère donc les attaques ou les défenses si l'on ne dirige pas ses troupes ? En fait, c'est très simple. Vous, ou l'ennemi, arrive avec un bateau plein de troupe prêt des côtes adverses. Il ne débarquent pas comme on pourrait l'imaginer, mais il se transforme en poste avancé sur pilotis. Vous cliquez sur le poste avancé et vous pouvez donc choisir le nombre de troupes qui ira attaquer un des bâtiments présent dans la zone d'influence de votre avant poste. La confrontation se fait donc dans l'écran du haut a la manière d'un Advance Wars. On voit les troupes se battrent jusqu'à ce qu'il n'y en ai plus d'un coté ou de l'autre. Le gagant devient ou reste propriétaire du bâtiment.


    Ici un avant poste se fait attaquer.

    Les résultats des batailles, ne se font pas sur le hasard mais suivent également des règles. Le nombre de troupes est important, et leur puissance également. L'école militaire vous permet donc de faire évoluer deux fois votre troupe, augmentant ainsi leur puissance. Vous pouvez également améliorer vos bateaux militaires qui pourront embarquer plus de troupe. L'aspect militaire est donc purement stratégique.


    Ici on voit un marché couvert qui se fait attaquer par une caserne voisine.

    La prise d'une île adverse se fait donc souvent difficilement lors de vos première partie car la plupart du temps, la production d'unité militaire coûte très chère à fabriquer mais également à entretenir ce qui met souvent votre bilan dans le rouge !

    L'interface DS
    L'interface est le gros point fort de ce jeux. La prise en main est rapide et tout se fait intégralement au stylet. A croire que la DS à été faite pour ce genre de jeux.
    Sur l'écran tactile a droite, on a une petite barre très simple qui donne accès à tous les menus.



    Si on clic par exemple sur le premier rond qui est le menu des constructions, on arrive sur cet écran qui nous donne un sous-choix parmi tout ce qui est possible de construire.


    Si on clic sur le bouton rond en haut à droite on arrive sur cet écran.


    La navigation est claire et très intuitive. C'est un vrai bonheur d'utilisation.


    PC Vs DS

    Les différences sont très nombreuses et ce qu'on retiendra c'est que la version DS est une version très simplifié de la version PC. Simplifié oui, mais différentes et donc quand même intéressante. Je vais vous donner en vrac les différences pour vous faire une petite idée :

    Niveau général
    Dans la version PC, les bâtiments sont plus nombreux, et les besoins des habitants aussi. Par contre dans la version DS les bâtiments son évolutifs ce qui n'est pas le cas dans la version PC. Les classes de la population sont les mêmes dans les deux versions mais leurs besoins sont très différents. On aura peut-être des besoins plus adulte dans la version PC comme le tabac, l'alcool, alors quand dans la version DS on se contentera d'une taverne (qui ne nécessite aucune plantation ou usine). Ces besoins ont été remplacé par les épices ou le thé dans la version DS. Ces petits changements permettent de garder l'intérêt du jeux mais permet aussi un re-découverte des productions ce qui est sympathique.
    On notera tout de même la disparition des actions spéciales disponible avec l'école et l'université dans la version PC. La version DS aura fait l'impasse dessus.
    Le support cartouche à aussi un petit inconvénient, la taille. C'est à cause de cela qu'on ne pourra mémoriser que 2 sauvegardes.

    Niveau visuel
    Graphiquement, on ne peut pas vraiment les comparer, l'un est en 3D temps réelle, l'autre en sprite oldschool avec un 2 types de zoom et pas de rotation possible. Mais sur DS ce mode oldschool est une vrai réussite, c'est beau comme on aime.

    Niveau interêt
    La version DS est simplifiée certes, mais l'interêt et le plaisir du jeux sont restés intact. Les parties sont plus rapide mais toujours aussi intense. Pas de doute la dessus, la DS est à la hauteur du PC.

    Niveau scénario
    Grosse surprise pour la DS. Autant la version PC avait quelques scénarios simple, qui se terminait rapidement, qui faisait office de didacticiel et dont l'histoire était pratiquement sans intérêt, autant la version DS est un véritable petit livre. Les scénarios se découpent en chapitre comportant chacun quelques missions qui se suivent et qui s'enchaîne. On les fait avec grand plaisir et l'histoire est pas si mal que ça...

    Le genre d'écran qui s'enchaîne avant les missions des scénarios

    Niveau commercial
    Grande simplification pour la version DS. Disparition pur et simple de la flotte commerciale qui était un des nerfs de la guerre. Dans la version DS toute les ressources sont partagées automatiquement entre les îles. Donc si vous colonisez une île qui est à l'autre bout de la carte, les ressources produite la bas, seront automatiquement disponible sur votre île principale. Dans la version PC, il fallait les ramener sur l'île principale pour en profiter, ce qui donnait une gestion de facilement dix bateaux uniquement pour le déplacement des ressources. De plus, le franc marchant avait une réelle utilité, dans la version DS il est devenu pratiquement transparent.

    Niveau militaire
    Même remarque que pour la version commerciale. Changement totale de façon de faire. Dans la version PC on gérait ses troupes qui pouvaient se décliner en plusieurs types (cavalier, piquier, canonnier ...). La version DS ne propose aucun type de troupe, ce sont des soldats et c'est tout. En plus de ça, la version PC permettait de débarquer et de se balader avec ses troupes ou bon nous semble sur les îles. Ensuite, les bateaux militaires qui encore une fois étaient disponible sous différentes forme (petit bateau de guerre, gros bateaux de guerre, bateau d'exploration, bateau marchant, grand bateaux marchant), pouvaient attaquer d'autres bateaux. La version DS n'a donc plus de bataille navale ! Les pirates sont donc forcé de faire des avant-postes pour vous attaquer.

    Multi-joueur

    Pour la DS seul 4 joueurs peuvent s'affronter en même temps en local ! Pas de jeux en ligne sachant qu'en plus il faut que chaque joueur ai le jeu. Donc finalement, les parties seront très rare je pense.


    Conclusion
    Vous aimez les jeux de gestion ? Aucun doute, Anno 1701 est malgré tout la référence sur DS. Le jeux n'est pas vraiment comparable à la version PC qui est beaucoup plus riche de contenu et graphiquement très loin de la version DS. Mais quand on voit un Age of empire II ou un thème park DS, on se dit qu'Anno 1701 n'a pas à rougir. Vous ne connaissez pas la série, n'hésiter pas, vous ne serez pas déçus, l'univers de ce jeux est très prenant. Malgré ce long test, j'ai oublié de vous parler de certaines choses mais vous les découvrirez par vous même... Au fait, le jeux n'est disponible qu'en Europe à l'heure ou j'écris ces lignes, la version Américaine n'arrivera qu'en Juillet 2007. C'est tellement rare qu'il fallait le souligner. On attend aussi, l'arrivée sur DS des deux prochains concurrent dans la gestion, comme The Settlers et SimCity.


    4/6 suppos pour ceux qui ont joué à la version PC
    5/6 suppos pour ceux qui vont découvrir la série avec cette version DS








    Les liens :
    Le site officiel du jeu :
    http://www.anno-ds.de
    Le site de sunflowers : http://www.sunflowers.de/

    Publié dans TESTS

    Partager cet article

    LA PS3 FAIT UN CARTON EN COREE...

    Publié le par Dr Floyd

    ...On se demande bien pourquoi ???

    Publié dans HOT!

    Partager cet article

    NINTENDO BRASSE LES MILLIARDS !

    Publié le par Usebu

    Commmuniqué pas vraiment officiel de Nintendo (mais avec de vraies données par contre...) :


    "Merci à tous ! Merci aux acheteurs de la DS et de la Wii ! Merci, vraiment !

    Grâce à vous, nous sommes en passe de devenir aussi riche que la puissante Sony Corp... Nous avons déjà dépassé la très respectable Matsushita Electric Industrial Co (Panasonic pour les intimes) dont la valeur cumulée des actions représentait tout de même 50 Milliards de $.

    Nos actions ont fait un bond considérable, puisqu'en deux ans, elles ont gagné +300 % (contre 72% pour Sony) et valent aujourd'hui 360 $...

    Nous capitalisons donc 51 Milliards de $ d'actions contre 54 Milliards pour Sony...
    Grâce aux ventes de la DS et de la Wii, nous sommes leaders sur le marché des consoles portables ET des consoles de salon en même temps, ce qui ne nous était plus arrivé de puis plus de 10 ans (C'est l'analyste Hiroshi Kamide de la société KBS Securities qui le dit !)."
    Usebu, nouveau Porte-Parole non-officiel de Nintendo

    Ca chauffe pour les fesses de Sony quand même ! Pour info : Microsoft capitalise environ 288 Milliards de $ d'actions.

    Publié dans NEWS

    Partager cet article

    NHL 2K8 : LE LIFTING

    Publié le par Dr Floyd

    Take 2 nous présente de façon originale les premiers screens de NHL 2K8, en comparant le jeu avec la version 2K7. Bref, l'ancien était finalement une daube même si l'an passé on disait qu'il était génial.


    Le progrès sur les visages semble évident...

    NHL 2K7 est un excellent titre sur Xbox 360, très beau, fun et au gameplay très soigné. La question est simplement : faut-il réinvestir chaque année dans la nouvelle mouture ?

    Aujout d'effets (floutage à mort), du rab de polygones pour les joueurs et des visages bien plus détaillés, tout çà sur Xbox 360 et PS3. A noter que 2K Sports abandonne de façon définitive les consoles 128 bits. Tant mieux, ils pourront ainsi concentrer leur talents sur "next-gen".


    Ici difficile de comparer... Le floutage n'étant pas forcement un signe d'amélioration graphique...

    On peut bien sur se douter par avance que NHL 2K8 va exploser son concurrent direct et daubesque
    NHL 08, hélas pas en chiffres de ventes car la réputation de EA Sports chez les casuals gamers est largement supérieure.

    >
    Test de NHL 2K7
    > Test flash de NHL 08

    Publié dans NEWS

    Partager cet article

    ZELDA SUR DS PRESQUE PARFAIT ?

    Publié le par Dr Floyd

    Voici les dernieres notes du clown Famitsu, le comique préféré des Japonais et pote préféré de Square Enix, juste pour constater que The Legend of Zelda Phantom Hourglass sur DS frise l'excellence et rate de peu la très rare note de 40/40 qu'avait réussi à obtenir le premier Zelda sur Gamecube...


    - The Legend of Zelda : Phantom Hourglass (NDS, Nintendo) : 10/10/9/10 - (39/40)
    - Hitman Reborn ! DS : Flame Rumble (NDS, Takara) : 5/6/5/5 - (21/40)
    - Simple DS Series Vol. 16 (NDS, D3) : 6/6/5/6 - (23/40)
    - Simple DS Series Vol. 17 (NDS, D3) : 5/6/5/5 - (21/40)
    - Kuri Kuri Mix DS (NDS, From Software) : 4/7/6/6 - (23/40)
    - Legend of the River King DS (NDS, Marvelous) : 7/6/6/6 - (25/40)
    - Ratchet & Clank : Size Matters (PSP, Sony) : 9/9/8/9 - (35/40)
    - Juujimoto Ripputai Sypher : Game of Survival (PS2, Abel) : 6/5/7/7 - (25/40)
    - Majokko A La Mode II (PS2, GN Software) : 6/4/5/5 - (20/40)
    - Baroque (PS2, Sting) : 7/6/7/7 - (27/40)
    - Urban Chaos : Riot Response (PS2, Spike) : 8/7/8/8 - (31/40)
    - Super Robot Taisen Original Generations (PS2, Banpresto) : 9/8/8/8 - (33/40)
    - Shinseiki Evangelion : Battle Orchestra (PS2, Broccoli) : 5/4/5/6 - (20/40)
    - Busou Renkin : Yokosu Papillon Park e (PS2, Marvelous) : 6/6/6/6 - (24/40)


    Pour rappel les jeux ayant obtenu les faveurs du clown (40/40) :

    - The Legend of Zelda: Ocarina of Time (N64)
    - Soul Calibur (Dreamcast)
    - Vagrant Story (PS1)
    - The Legend of Zelda: The Wind Waker (NGC)
    - Nintendogs (DS)
    - Final Fantasy XII (PS2)

    un sacré clown ce Famitsu ! Il nous fera toujours rire.

    Publié dans NEWS

    Partager cet article

    TEST : BROTHERS IN ARMS EARNED IN BLOOD / XBOX

    Publié le par Arkanum

    Editeur : Ubisoft
    Développeur : Gearbox Software
    Support : Xbox
    Année : 2005
    Existe aussi sur : Playstation 2 et PC



    Un peu d'histoire...

    Lors de la seconde guerre mondiale, l'une des batailles les plus importantes et mémorables sur le front de l'ouest fut sans aucun doute la bataille de Normandie qui fit rage de juin à août 1944. Lorsque l'on évoque cette bataille et surtout son commencement, on pense immédiatement au débarquement allié du 6 juin 1944 avec le bain de sang qu'ont connus les américains à Omaha Beach.

    Seulement, les débuts de cette vaste opération ne se limitent pas qu'aux plages du débarquement; au cours de la nuit du 5 juin au 6 août 1944, des milliers de parachutistes américains appartenant à des unités aussi prestigieuses que les 82ème et 101ème divisions aéroportées furent largués à proximité de ces plages, plus principalement non loin du secteur d'Utah Beach.

    Gearbox Software, studio de développement principalement connu pour avoir pondu les deux extensions d'Half Life, à savoir Opposing force et Blue Shift, a décidé de rendre hommage à ces parachutistes ayant apportés leur importante contribution à la réussite de l'opération Overlord avec leur jeu Brothers in Arms Road to Hill 30.

    BiA Road to Hill 30 est-il un énième FPS sur la seconde guerre mondiale ? Tout à fait. Sauf que ce titre se démarque grandement de ses concurrents directs, à savoir Medal of Honor et Call of Duty parce que son gameplay emprunte un chemin tranchant radicalement des MOH et autres COD; il s'agit plus exactement d'un FPS tactique nous mettant dans la peau d'un sous officier responsable de plusieurs soldats repartis en 2 escouades.

    Le but avoué de Gearbox est de nous faire connaitre les véritables tactiques (encerclements, contournements, ...) utilisées par les paras lors de la seconde guerre mondiale. Ce premier Brothers in Arms s'est montré effectivement assez convainquant à la fois sur ce point de vue ainsi que sur le reste du jeu malgré quelques petits défauts.

    Quelques mois après la sortie de Road to Hill 30, voilà que Gearbox remet le couvert avec un second opus de Brothers in Arms sous titré "Earned in Blood" ...


    Le test

    Revenons un bref instant sur Road to Hill 30 qui se conclue avec la prise de Carentan par les paras de la 101ème aéroportée. A la fin du jeu, nous assistons à une remise de décorations qui fut rapidement écourtée par des tirs de mortiers provenant du sud de Carentan, les allemands n'étant toujours pas délogés de cet endroit. Au cours de cette cérémonie, le caporal Joe Red Hartsock fut promu au grade de sergent.

    Ce n'est plus avec Matt Backer mais dans la peau du sergent Red Hartsock que nous vivrons les événements d'Earned in Blood.

    Tout comme pour Road to Hill 30, l'histoire de Earned in Blood nous est racontée sous la forme de témoignages, où Red Hartsock donne le compte rendu à son supérieur, le colonnel Marschall de ce qu'il a vécu tout au long de la campagne de Normandie.



    Contrairement à ce que l'on pourrait penser, le scénario de Earned in Blood ne commence pas immédiatement juste au moment où Road to Hill 30 s'est terminé avec Carentan mais retrace tout le parcours qu'à vécu Red Hartsock depuis la nuit où il fut largué de l'avion sur la Normandie, en passant par les événements de la Colline 30 ainsi que là où s'était conclu Road to Hill 30 (avec cette fois ci le nettoyage complet de la ville de Carentan). Point de vue chronolgie des événements, le jeu va cependant bien plus loin que Road to Hill 30 avec la conquête de Saint Sauveur.

    Etant donné que les scénarios des deux Brothers in Arms sont intimement liés, il est par conséquent conseillé d'avoir déjà joué au premier opus avant de s'attaquer à Earned in Blood afin de mieux comprendre son histoire. Outre le fait de nous donner un point de vue différent sur le scénario des deux Brothers in Arms, Earned in Blood soulève quelques questions sur certains points de l'histoire de l'opus précédent, comme par exemple le fait que Matt Backer n'était pas le seul et unique héros lors de la Colline 30.

    La campagne solo, aussi longue que celle du précédent opus, compte une douzaine de missions dans lesquelles vous ferez face aux différentes catégories de soldats allemands présents en Normandie : les soldats de base baptisés ostruppen, la wehrmacht, les panzergrenadiers (soldats d’élites accompagnants les chars dans les panzerdivisions) et enfin les fallshchirmajer, autrement dit les parachutistes allemands symbolisants les unités d’élites ennemies).

    A noter qu’au cours du jeu, vous devrez en découdre avec des chars de type panzer IV, essuyer des tirs de mortiers et aussi des tirs de 88 mm (redoutable canon antiaérien allemand qui fut souvent utilisé à l’horizontal en tant qu’arme antichar).



    Au point de vue des armes, Earned in Blood reprend en majorité celles qui furent utilisées dans Road to Hill 30, à savoir les célèbres fusils Garand M1 et Mauser 98K, les mitraillettes Thompson et MP40, les fusils mitrailleurs BAR et STG44, le panzerfaust, la mitrailleuse fixe MG42 ainsi que les classiques grenades américaines et allemandes. Deux nouvelles armes feront leur apparition : La Grease gun, mitraillette américaine ainsi que le redoutable fusil mitrailleur des paras allemands : la FG42.

    Techniquement, le jeu est identique à Road to Hill 30, c'est-à-dire très propre (surtout au niveau des modélisations) sans toutefois être exceptionnel. Les décors empruntent un ton volontairement terne, mais cela ne fait que renforcer l’immersion en rendant le jeu davantage réaliste.

    Le gameplay n’a pas non plus changé d’un iota comparativement au volet précédent, il consiste toujours à diriger 2 escouades composées chacune de 3 soldats auxquelles nous devrons donner différents ordres tels qu’exercer un tir de suppression sur des ennemis afin de détourner leur attention ou encore leur donner l’ordre de partir à l’assaut sur telle ou telle position ennemie.  Sur ce point, nous pouvons encore saluer Gearbox pour la parfaite exploitation du pad car les commandes à la manette sont toujours aussi efficaces et intuitives qu’auparavant.
    Précisons encore que le jeu n’encourage clairement pas l’initiative solitaire ; en effet si vous décidez de partir seul à l’assaut sur une position ennemie, la partie risque grandement de se solder par un game over !

    Tout comme dans Road to Hill 30, la difficulté augmente progressivement au cours de la campagne. La première mission nous sert de tutorial dans lequel nous apprendrons tout d’abord les mouvements basiques tels que se déplacer, s’accroupir, sauter, viser et tirer puis nous apprendrons à gérer un homme en lui donnant la plupart des ordres que nous utiliserons tels que se mettre à couvert, exercer un tir de suppression sur un ennemi, foncer à l’assaut sur l’ennemi et le rappeler à nous pour qu’il nous suive.

    Rapidement, ce ne sera plus un homme mais une équipe de 3 soldats que nous aurons sous nos ordres puis 2 équipes pour avoir un total de 6 hommes à commander.
    A noter qu’à certains moments du jeu, nous contrôlerons un char en guise de deuxième escouade.

    Les tactiques utilisées s’opèrent généralement selon le schéma suivant : dès qu’un ennemi est repéré, on aperçoit un rond rouge au dessus de sa tête, ce rond rouge est en fait un indicateur de suppression. S’il est rouge, cela signifie que l’ennemi ne craint rien, qu’il a toutes ses facultés et qu’il est prêt à en découdre avec vous ! De ce fait, même si vous êtes téméraire, je vous déconseille grandement de vous risquez à l’assaut.

    Il faudra alors donner l’ordre à l’une des équipes de se mettre à couvert et d’arroser le (ou les) ennemi(s) avec un tir de suppression, cela aura pour effet littéralement de mettre la pression sur l’ennemi, ce qui concrètement fera diminuer son indicateur de suppression (le rond rouge deviendra progressivement gris, ce qui signifie que le moral de l’ennemi est au plus bas, qu’il se retrouve acculé et ne peux riposter). Une fois l’indicateur de suppression totalement gris, l’ennemi ne pourra donc plus faire grand-chose si ce n’est que de rester à couvert. De plus, son attention sera focalisée essentiellement sur l’endroit d’où proviennent les coups de feu.
    Ce sera maintenant à vous (ou à votre seconde équipe, c’est vous qui voyez et qui gérer votre stratégie comme bon vous semble) de contournez l’ennemi est une fois que celui-ci se retrouve dans votre viseur, vous le descendez !

    Pour un tel mécanisme, inutile de préciser que les niveaux sont de ce fait de vastes cartes, non linéaires étant donné que l’on doit effectuer le plus souvent des manœuvres dites de contournement.

    Bien que la technique et le gameplay n’ont pas changés depuis Road to Hill 30, il faut cependant préciser que l’IA ennemie a évoluée ; alors que dans Road to Hill 30, les ennemis campaient bien sagement sur leur position une fois qu’ils devaient faire face à un feu nourri, nous remarquons qu’ici ils n’hésitent pas à se replier si la pression est trop forte et même quelques fois, ils en viennent carrément à l’assaut sur vous. Ce qui toutefois n’est pas le cas de vos boys à vous qui parfois gâcheront vos efforts de fin tacticien avec une IA se montrant parfois assez aléatoire.

    La grosse nouveauté d’Earned in Blood qui vaut vraiment le détour vient du mode escarmouche où l’on pourra même incarner le rôle des allemands contre les américains, que vous pourrez jouer seul ou en multi. Au programme de ce mode escarmouche, 10 missions (5 côté américain et 5 côté allemand), que vous pourrez paramétrer à votre guise. L’option la plus intéressante vous propose de définir quel type de partie vous voulez jouer (soit en jouant le même type de missions qu’en campagne solo, soit en éliminant le plus rapidement possible tous les ennemis de la carte ou encore le fait de résister et de repousser les vagues d’ennemies successives).

    Pour le reste, Earned in Blood nous offre des modes multi et Live bien plus fournis que précédemment.


    CONCLUSION : Les mauvaises langues diront qu’il s’agit là plus d’un add-on que d’une véritable suite et n’auront pas tout à fait tort, ce nouveau volet faisant preuve d’un manque plutôt flagrant d’innovations. Cela dit, Earned in Blood a d’autres atouts à faire valoir tels que des missions solos un poil plus intéressantes (et difficiles aussi) et surtout son mode escarmouche complet font que ce Earned in Blood remporte la palme du meilleur jeu ayant trait à la seconde guerre mondiale sur consoles 128 bits.


    SCENARIO : très fidèle à la réalité historique (qu’il s’agisse de l’Histoire avec un grand H ou encore de la reconstitution des bocages normands en 1944), le scénario nous fera découvrir ce qu’on vécus les paras américains en Normandie avec des batailles mémorables tels que la prise de Carentan par exemple.

    A noter aussi que comme l’indique le titre Brothers in Arms, l’histoire évoque aussi l’amitié entre des paras frères d’armes, ce qui succite parfois l’émotion.

    GRAPHISMES : idem à ceux de Road to Hill 30, il n’y a quasi aucun changements. Bien que n’étant pas exceptionnels les graphismes offrent cependant un rendu très réaliste. Mention pour les visages expressifs.

    SONS : les bruitages, que ce soit ceux des armes, des explosions ou encore les chenilles des chars sont très crédibles. La VF est de qualité elle aussi. Il n’y a toutefois aucune musique pendant la partie mais pour un jeu de ce type, sollicitant très souvent la concentration et la réflexion, cette absence n’est pas à déplorer.


    JOUABILITE : l’un des points forts du titre car celui-ci nous offre une jouabilité très efficace et intuitive pour ce type de jeu. L’ergonomie est de ce fait excellente et il aurait été difficile de faire mieux.

    DUREE DE VIE : énorme. La campagne solo est tout aussi longue (et même plus difficile) que celle de Road to Hill 30. Ajoutez à cela le mode escarmouche vous proposant dix missions supplémentaires ainsi que la possibilité de choisir entre différents types de parties et vous aurez de quoi faire pendant très longtemps. 

    SUPPOS : 4,5/6 (testé par Arkanum)

    Publié dans TESTS

    Partager cet article