[RETROGAMING] Donkey Kong / Amstrad CPC

Publié le par Dr Floyd

DONKEY KONG
Support : Amstrad CPC
Adapté de l'arcade, existe sur de très nombreux supports
Editeur : Ocean
Développeur : Arcana Software Design

Sortie : 1986

dk-boite-cpc.png

Si en 1986 on est encore bien heureux de posséder un Amstrad CPC de tonton Sugar (comment ça le Commodore 64 ?) on est quand même un peu (beaucoup) frustré de ne pas pouvoir ressentir de réelles sensations arcade du fait des limitations de la machine. A part le fameux Arkanoid en overscan on a pas grand chose à se mettre sous la dent qui respire vraiment l'arcade. Du coup je n'attendait RIEN de cette adaptation de Donkey Kong... Jeu qui n'avait fait halluciner en 1981 dans le hall d'un hyper-marché, puis en 1983 chez moi sur la Rolls Colecovision. 

Pas besoin de vous représenter le jeu, c'est l'un des plus connus au monde, ça serait une provocation de ma part ! Donkey Kong marque la naissance du mythe Mario et du jeu de plateforme, point barre, tout est dit. Parlons directement de l'adaptation sur le micro 8bit de Monsieur Sucre. Franchement je n'y croyais pas du tout à l'époque, j'avais déjà vu plein d'adaptations pourries, je me demandais même si il ne serait pas largement inferior Vs la version Coleco sortie 4 ans plus tôt... Et puis en 1986 il faut savoir que Donkey Kong c'est du rétrogaming... Si si ! Et c'est totalement has-been, ça respirait donc l'adaptation vite fait et bâclée...

Je lance le jeu et là première surprise : c'est en overscan vertical bordel de sprites ! Comme Arkanoid ! Deuxième surprise, la présentation, qui respecte le jeu d'arcade original, avec même le singe qui capture votre gonzesse (scène absente de la version Coleco par exemple).

"Nintendo 1981", c'est magique !
"Nintendo 1981", c'est magique !

"Nintendo 1981", c'est magique !

Je commence à jouer, et le miracle se confirme : ce Donkey Kong est une fabuleuse adaptation du jeu d'arcade original, avec non seulement les mêmes écrans de présentation, mais aussi les mêmes niveaux (4 !), les mêmes sensations arcade, sous le même format visuel (grâce à l'overscan). Mêmes musiques et sons, même gameplay, c'est le bonheur total. C'est coloré, c'est bien dessiné, c'est bien animé, on ne ressent pas la faible définition graphique du CPC (mode 0). Détail qui tue : le score en haut est affiché en mode 1 pour plus de finesse, une belle bidouille technique.

Putain le graphisme !
Putain le graphisme !

Putain le graphisme !

De toute façon les screenshots que je vous propose se passent de commentaires ! J'ai franchement adoré cette version CPC. Seul bémol : les fameuses couleurs qui se mélangent quand Mario passe devant un décor (un défaut récurrent sur cet ordinateur, souvenez-vous de Sorcery !), mais c'est très discret. Pourquoi ce bug ? (qui n'en est pas un), pour tout simplement gagner du temps machine sur l'affichage et rendre le jeu plus fluide. Mais sinon franchement rien à redire, on sent que le jeu a été converti avec amour. Ocean n'avait pas trop le choix que de réussir cette adaptation en étant sous licence officielle Nintendo ?

L'arcade, la vraie, celle du café de 1981, là ou ça on respirait la fumée de cigarette et les odeurs de Ricard, sur votre Amstrad CPC ! Donkey Kong se place très facilement dans le top 10 des meilleurs jeux du micro 8 bit (avis personnel que je partage) et aussi comme la conversion Arcade la plus réussie sur ce support. Cultissime. Dommage que d'autres conversions arcade en overscan n'aient pas suivies... j'aurai très bien imaginé Pooyan ou Galaga en overscan sur mon CPC664, avis aux dév' homebrew actuels !

SUPPOS : 6/6
suppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpgsuppo.jpg

Publié dans RETROGAMING

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

G
Les sprites en XOR sont effectivement très utilisés sur Amstrad CPC.
Plutôt que de faire un masque de sprites (en simplifiant: on fait un "trou" dans le décor avec un AND, on colle le sprite dans le trou avec un OR, on efface le sprite en recollant le décor par dessus), on fait "décor XOR sprite" pour l'afficher, et on fait "décor+sprite XOR sprite" pour l'effacer.
Ça marche bien lorsque le fond est uniforme (couleur 0000 en binaire), mais ça fait des mélanges lorsque des sprites superposent d'autres sprites ou des bouts de décors. (Le pire: deux ennemis identiques dessinés au même endroit deviennent invisibles !).
Répondre
D
J'ai honte, je savais même pas qu'il était sortit sur Amstrad, pourtant mon ordi préféré. Arghhh...
Répondre
P
moi qui croyais naivement que c'était du homebrew actuel ,
1986, et dire que nintendo vendait sa version nes estropiée un bras en europe 4 ans plus tard
Répondre
O

Ah pardon, je t'avais mal compris.
No offense.


Répondre
Y

J'ai pas dit que la version C64 etait plus fidele a l'arcade que la version CPC. J'ai dit que la version d'Ocean C64 et plus fidele à l'arcade que la version AtariSoft C64. Il y a 2 adaptation
officiel sous license nintendo sur C64. une faite en 1983 (atarisoft) , l'autre en 86 (ocean).


Répondre
O

En quoi la version C64 est-elle plus fidèle à l'arcade?


Répondre
Y

Oui, c'est un des rares jeux que je trouve tres bon sur CPC.
Ocean a fait du beau boulot sur cette adaption tout micro confondu d'ailleur. Ils ont même osé refaire l'adaptation sur C64 alors qu'une deja excellente version existait faite par AtariSoft. Et
leur adaptation est toute aussi excellente et meme plus fidele à l'arcade.


Répondre
O

Ce jeu est l'un des cinq meilleurs (à vue de nez) de tous les temps, son adaptation parfaite est obligatoire.


Répondre