Amstrad Magazine, le scandale !

Publié le par Dr Floyd

Amstrad Magazine, le scandale !

Notre Gamopat fou, Jedibald, tente de se lancer dans la réalisation de dossiers et tests sur Tutube ! Il se cherche encore mais ses dossiers sont très intéressants, comme ce premier dossier dédié au scandale Ghost'N Goblins sur Amstrad CPC... Non pas que le jeu soit moyen, ça on le sait, mais au fait que Amstrad magazine ne testait pas vraiment les jeux ! Voire pas du tout !

Publié dans TUTUBE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pflow 07/06/2021 12:02

aaah les couv de jerome teisseire du tilt de la vieille époque (pre 89).. y a rien à dire, ça claque par rapport au reste... je recherche des infos sur le bonhomme mais ...rien quelqu'un aurait des pistes par ici ?

Super Coluche 06/06/2021 16:37

oh les enfoirés!!!!!!! Moi qui faisait confiance en Amstrad Magazine!!!!!!!!

Cynique 06/06/2021 11:47

Allez réouverture de la guerre Amstrad contre C64 de l'époque. Juste pour le fun, hein, en vrai on s'en fout, ça fait 35 ans, y'a prescription, et les deux machines étaient vraiment cool.
Mais les "bonnes" versions de Bombjack et Commando sur Amstrad dont il est fait mention dans la vidéo étaient en réalité toutes pourries en face des versions Commodore 64. Rien que sur le son, c'est le jour et la nuit. Et visuellement, c'est super moche. Même les joueurs de Spectrum n'auraient pas eu à rougir avec leur ordinateur minable (ouais, j'en profite pour me foutre de la gueule du Spectrum au passage, parce qu'il le vaut bien).

Sans blague, on a su plus tard que l'Amstrad valait bien mieux que ça, mais il était encore récent et les programmeurs n'avaient sans doute pas eu le temps de le maîtriser. Sans compter la pression qu'on devait leur mettre pour vite vite sortir le jeu à une date donnée, quitte à ce que ce soit merdique. On y ajoute le petit pot de vin qui va bien aux journalistes pour vanter le jeu et hop... ça se vendait comme des petits pains; Ça mettait en rogne les joueurs, mais ça permettait aussi de financer le jeu suivant. Et pas de réseaux sociaux à l'époque pour diffuser les plaintes des joueurs et amplifier la mauvaise réputation.