[TEST] Final Fantasy XII: The Zodiac Age / PS4

Publié le par FK-Corporation

FINAL FANTASY XII: THE ZODIAC AGE
Support : PS4
Développeur : Square-Enix
Editeur : Square-Enix
Sortie : 11 Juillet 2017

[TEST] Final Fantasy XII: The Zodiac Age / PS4

Final Fantasy 12 est sûrement le jeu de la série qui divise le plus les fans. Certains ont crié au génie quant d'autres le désignent comme le plus mauvais de tous. Alors en vrai, il vaut quoi ?

Tout d'abord je vais vous poser le scénario et voilà le premier problème. Pour écrire ce test, j'ai dû aller sur le Wikipédia pour vous copier le résumé car j'étais incapable de l'écrire par moi même après avoir terminé le jeu.

«  L'histoire de Final Fantasy XII débute dans la Cité Royale de Rabanastre, capitale du royaume de Dalmasca, où l'on célèbre avec une joie immense le mariage de la Princesse Ashe, héritière du trône de Dalmasca, avec le Prince Rasler, héritier du trône de Nabradia. La liesse est vite interrompue par l'invasion inattendue de Dalmasca par l'Empire d'Archadia. Dans la guerre qui suit, Nabradia et Dalmasca ne tardent pas à être envahies et annexées par Archadia. La guerre cause d'innombrables morts, parmi lesquels le Prince Rasler. Le Roi de Dalmasca, Raminas, qui est contraint de signer la capitulation de son royaume, est quant à lui assassiné. La tentative de sauvetage du Roi, orchestrée par les Chevaliers Dalmascans échoue lorsque Basch, l'un de ses plus valeureux membres, assassine Raminas ainsi que Reks, un jeune soldat de 17 ans qui accompagnait les Chevaliers. La trahison de Basch, ainsi que le suicide présumé de la princesse sont annoncés par le Marquis Ondore. »

Final Fantasy 12 souffre d'un énorme défaut pour un RPG : Son scénario. Pour être honnête, on ne comprends rien à ce qu'il se passe, c'est incompréhensible. Le scénario de Final Fantasy 12 n'est pas complexe en soi, il est plutôt classique mais il est tellement mal raconté qu'on arrive à un moment ou l'on en a plus rien à foutre. On se retrouve donc à parcourir le monde d'Ivalice pour une raison qui nous échappe et cela nuit gravement à l'immersion. Comment éprouver de l'empathie pour les héros si on ne comprend pas leurs motivations ? On sait juste que la princesse Ash veut reconquérir son trône mais ça s'arrête là, les autres personnages suivent on ne sait pas trop pourquoi.

On peut parler du grand méchant du jeu ? Comment il s'appelle déjà ? Heu... Attendez je vais voir sur Wikipédia. Vayne ! Le charisme d'une huitre et de toute façon, on ne le voit presque pas du jeu. Au bout de 18 heures, on le voit dans 3 ou 4 cutscenes et à chaque fois il paraît gentil. Un peu de mal à comprendre ce que nous a fait Square-Enix, il est loin le temps des Kefka ou Sephiroth

Vayne, un méchant sans charisme

Vayne, un méchant sans charisme

Les dialogues sont écrit dans une lange très soutenue. Les personnage parlent comme au Moyen-Age et ce n'est pas toujours facile de comprendre certaines tournures de phrase. Un autre point noir qui nuit à la compréhension de l'histoire, je remarque que c'est le bordel lors des cinématiques, on ne sait pas quel personnage parle, il n'y a pas le nom de celui qui parle à coté des sous-titres lors des cinématiques, c'est le bordel complet ! Le scénario est complètement décousu, c'est mal écrit et pas explicite. Bref, voici le plus gros défaut de ce jeu, on ne comprends rien à ce qu'il se passe durant toute l'aventure, le comble pour un RPG dont le scénario doit être un des atouts principaux !

Les attaques de Mystes sont les techniques spéciales des personnages

Les attaques de Mystes sont les techniques spéciales des personnages

Casting : Que serait un Final Fantasy sans ses personnages hauts en couleurs et attachants ? Bon on va être honnête avec vous, Final Fantasy 12 a le plus mauvais casting de l'histoire des FF. On a Vaan, un gamin rêvant d'être un pirate du ciel pour oublier sa vie monotone de petit voleur à Rabanastre. Vaan n'a aucun charisme, il est fatiguant, toutes ses interventions sont énervantes et c'est le héros du jeu... Ça commence mal. On a Penelo l'amie d'enfance de Vaan, elle vit à Rabanastre et ne me demandez pas ce qu'elle fout là car on en sait rien, elle a 20 lignes de dialogues dans le jeu.

On a Bash qui est censé être mort mais en fait détenu secrètement au donjon de Nalbina. Il sera sauvé par Vaan, Balthier et Fran, également en fuite. Son frère jumeau Noah est l'assassin du roi et aussi l'assassin de Reks, le frère de Vaan. Il est plus connu pour être le Haut-juge Gabranth. Son histoire est intéressante sur le début du jeu mais une fois qu'il rejoint l'équipe, il devient soudain frappé de mutisme. On ne l'entendra presque plus parler jusqu'à la fin du jeu. Vous êtes sérieux Square Enix ? Vous avez fumé quoi pour nous pondre une équipe pareille ?
On a Ash la princesse qui veut reconquérir son trône, Fran et Balthier, des voleurs qui se retrouvent à suivre le groupe sans vraiment de raison. Balthier qui es le personnage le plus intéressant de l'histoire avec son humour et sa vantardise mais malheureusement sa personnalité n'est pas assez poussée, on reste sur notre faim, dommage car il y avait matière. Il y a bien quelques PNJ qui nous accompagnent et certains meurent mais dans l'indifférence totale, il n'y a aucune empathie avec les personnages dans ce jeu.

Le casting le plus mauvais d'un Final Fantasy

Le casting le plus mauvais d'un Final Fantasy

Les juges sont les gardiens de l'ordre, dommage que leur histoire ne soit pas plus poussée

Les juges sont les gardiens de l'ordre, dommage que leur histoire ne soit pas plus poussée

La bande-son : Enième déception, Nobuo Uematsu le compositeur anthologique de la saga Final Fantasy ne fait plus parti de Square Enix. Hitoshi Sakimoto s'est occupé de l'OST et il faut reconnaître que même si elle n'est pas dégueulasse, on est à des années lumières de la magie d'antan. Ici on a donc une OST classique mais sans âme. Elle n'est pas mauvaise mais ne reste pas en tête comme les anciens FF. Je tenais aussi à souligner que le mixage sonore laisse à désirer, certains doublage sont de piètre qualité comme celui d'Al-Cid. On a aussi la désagréable sensation que les voix ont été enregistrées via un dictaphone. Ça fait moyen pour une production de ce calibre. Ne parlons pas des doublages japonais qui ne sont pas du tout agréable à l'oreille, un comble.

Version Zodiac Age : Ce remaster corrige plusieurs défauts du jeu de base. Un mode de vitesse x2 et x4 a été ajouté et c'était primordial tant le jeu d'origine est lent et nous demande de faire de nombreux allers-retours. Square-Enix a légèrement amélioré son système de coffre aléatoire. C'est toujours autant fastidieux mais certains objets ont désormais un emplacement fixe, c'est mieux que rien mais ce système est le pire système vu dans un Final Fantasy car sans solution, il est impossible de deviner comment avoir les meilleurs armes et armures du jeu.

Système de jeu : Square-Enix a pris énormément de risque en modifiant totalement le système de jeu. J'ai eu beaucoup de mal au début à l'apprécier mais avec le temps, on s'y fait. Avec le système de Gambit, vous pouvez programmer les actions de vos coéquipiers en fonction des besoins. Par exemple si un de vos personnages est infecté par le poison, celui qui a le gambit adéquat lancera directement le sort «  guérison ». C'est simple comme bonjour mais dans les faits c'est plutôt complexe. Le système est vraiment déroutant au début, j'ai mis une bonne 15aine d'heures avant de l'apprécier. Le problème c'est que beaucoup de joueurs ont lâché le jeu avant et c'est dommage car ce FF12 possède quand même de beaux atouts.

On retrouve les Morbol, ennemi emblématique des Final Fantasy

On retrouve les Morbol, ennemi emblématique des Final Fantasy

Pour bénéficier de nouvelles aptitudes, vous aller devoir débloquer leurs permis. A chaque fois que vous aller battre un ennemi, il vous laissera des PP ( Points de Permis ) qui serviront à débloquer l'aptitude. Par exemple pour utiliser le sort «  soin » vous allez devoir l'acheter dans une boutique avec des Gils, la monnaie habituelle des FF mais cela ne suffira pas, il faudra débloquer le permis.
Ce FF a mis en place un système de pièges posés sur la map, la plupart vous infligeront des dégâts et je ne comprends pas l'intérêt d'un tel système. Heureusement ce système fut abandonné pour les nouveaux épisodes car c'est chiant. Certaines zones possèdent des dizaines de pièges qui te one-shot... Bref, c'était une très mauvaise idée d'incorporer ça dans la série.

Le pays d'Ivalice, on peut traverser le pays à pied car toutes les zones sont reliés entres-elles

Le pays d'Ivalice, on peut traverser le pays à pied car toutes les zones sont reliés entres-elles

On peut reprocher au jeu ses donjons qui sont assez labyrinthiques, j'ai piqué une crise de nerf dans la zone « Grand Cristal » qui ne possède pas de map. En regardant un peu sur internet, j'ai compris que je n'étais pas le seul à m'être arraché les cheveux sur ce donjon.
Le problème dans ce FF c'est que rien n'est intuitif, impossible de le finir à 100% sans solution.

Mon avis est purement personnel mais malgré ses nombreux défauts, Final Fantasy 12 possède un coté addictif. Il y a plein de petites choses que je n'aime pas dans ce jeu et pourtant j'ai du mal à lâcher la manette. Le scénario principal a été expédié sans passion mais c'est dans la chasse aux monstres et aux boss optionnels que je me suis éclaté. J'avais cette envie de me mesurer aux plus grands boss du jeu et je n'ai pas lâché tant qu'il n'était pas fini à 100%.

Au final j'ai quand même apprécié ce jeu à partir du moment ou j'ai accepté ses défauts. Je peux comprendre que certains l'adore comme je comprends que certains le déteste.
Pour moi, je dois avouer que c'est quand même un des moins bons Final Fantasy mais un J-RPG plutôt sympathique dans l'ensemble. Après un début poussif, j'ai apprécié la liberté qu'il nous offre ainsi que le nombre de boss annexes et son challagence. Comme tout bon J-RPG avec un mauvais scénario, on y trouve son compte dans les défis post-game, cela me rappelle un certain Star Ocean Integrity And Faithlessness sorti sur PS4 en 2016.

Les + :
- Grosse durée de vie 

- Challenge relevé pour faire les 100%
- OST sympathique...

Les -  :
- Scénario inintéressant

- Personnages sans charismes
- OST sympa mais bien en deça des anciens
- Narration décousue

Final Fantasy 12 est adulé autant qu'il est détesté. Son système de combat se rapprochant d'un MMO et ses mécaniques de jeu littéralement opposées aux anciens volets en font un jeu à part. Square-Enix a bousculé les codes du genre et cela ne laissera personne indifférent. Malheureusement le jeu n'est pas aidé par son scénario sans saveur ni par ses protagonistes sans reliefs. Une fois ses défauts acceptés, on peut lui trouver des qualités indéniables grâce à son univers et son challenge.

SUPPOS : 4/6

Publié dans TESTS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Yama 16/08/2017 16:58

Les musiques de ce jeu sont une vraie purge, sûrement les pires que j'ai eu l'occasion d'entendre sur un Final Fantasy. Rien que pour cet aspect j'ai zappé le jeu à trop avoir entendu ces compositions ratées pendant que ma douce et tendre s'acharnait à finir le scénario insipide de cet opus.

Drakkhen 15/08/2017 11:48

Pour ma part, étant un joueur PC, j'ai découvert mon 1er Final Fantasy avec cet opus quand j'ai chopé une PS2 d'occaz 5 ou 5 ans après sa sortie.
N'ayant donc pas connus les anciens, j'ai tout d'abord été bluffé par ce que les devs ont réussi à faire cracher à la PS2 au niveau technique. J'ai adoré le système de gambits et les combats en temps réels.
Après niveau histoire et perso, c'est clair qu'il n'y a rien de renversant.
J'en garde un très bon souvenir (avec quoi qu'on en dise un OST dont certains thème restent assez marquants).
Je regrette un peu que pour l'instant cette version remastérisée ne sorte pas sur PC.

chacs 15/08/2017 11:33

Quand on a peu de temps à consacrer au JV (vie active, boulot etc ...) , "grosse durée de vie" est plutôt un défaut qu'une qualité, surtout si le scénario est inintéressant, les personnages sans charisme et la narration décousue.